Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

BIODIVERSITÉ
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] Effondrement mondial des insectes : un enjeu politique

Partager :
[Tribune] Effondrement mondial des insectes : un enjeu politique
Par Aleksandar Rankovic, coordinateur gouvernance internationale de la biodiversité Post-2020 à l'Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri), le 4 mars 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Biodiversité
Cette semaine, Aleksandar Rankovic, coordinateur gouvernance internationale de la biodiversité Post-2020 à l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri), revient sur l’inquiétante disparition de nombreux insectes. En citant des études scientifiques, il souligne le lien entre ces disparitions et l’utilisation accrue de pesticides dans l’agriculture. Il conclut en donnant des exemples d’actions menées pour préserver les insectes.

On pensait les insectes si nombreux et si résistants qu’ils survivraient même à un conflit nucléaire mondial. Leurs populations s’effondrent pourtant à un rythme alarmant, menaçant d’emporter avec eux de nombreuses autres espèces, par des effondrements en série. Que faire ? La mobilisation politique pour s’attaquer aux causes sous-jacentes à cette crise (intensification agricole, artificialisation des terres, notamment) existe déjà : elle doit prendre de l’ampleur, et prendre plus de place dans les débats.

Des données scientifiques alarmantes : un constat implacable

Nul besoin de compter beaucoup de décennies à son compteur : même un trentenaire peut facilement se rendre compte que beaucoup moins d’insectes s’écrasent sur son pare-brise, aujourd’hui, que sur celui de ses parents quand il était enfant. Les titres les plus prestigieux de la presse mondiale ne font plus dans la demi-mesure et parlent par exemple d’une « Apocalypse des insectes ».

Une étude menée en Allemagne de 1989 à 2016 a permis de faire prendre conscience de l’ampleur du problème au-delà des cercles scientifiques. Dans un article publié en 2017, ses auteurs résument les données collectées par un réseau de suivi de la biomasse d’insectes dans 63 aires protégées dans l’ouest du pays (donc dans des endroits où, en principe, les pollutions locales sont minimisées) : en moins de trente ans, on constate une diminution de plus 75 % de la biomasse moyenne d’insectes volants sur l’année ; 82 % pour le milieu de l’été. Les auteurs y soupçonnent l’intensification agricole, notamment les pesticides.

Un article de synthèse publié en février 2019 et couvrant 73 études de suivi de populations d’insectes dans le monde clarifie et aggrave encore le constat. D’après les études disponibles, 41 % des espèces d’insectes pour lesquelles on dispose de suivis de long terme sont en déclin et 31 % menacées d’extinction (c’est-à-dire en déclin de plus de 30 % de la population initiale). La baisse annuelle de la biomasse d’insectes serait de 2,5 % par an dans le monde. Les insectes étant à la base des chaînes alimentaires terrestres et aquatiques, on comprend mieux les déclins déjà observés chez les vertébrés (on pense immédiatement aux oiseaux, par exemple) et les risques encourus à ainsi prolonger la tendance.

L’article fait surtout la synthèse des connaissances sur les causes de ce déclin : ce sont les pertes d’habitat et les pollutions, surtout celles liées à l’agriculture, et, parmi les polluants, principalement les pesticides, qui reviennent majoritairement dans la littérature scientifique. L’article montre en outre que les données sont surtout disponibles pour l’Europe et l’Amérique du Nord et bien plus rares pour le reste de la planète : or l’usage d’intrants chimiques est loin d’être limité à ces régions et atteint aujourd’hui des records ailleurs, comme en Chine ou dans des pays d’Amérique du Sud. La situation y est donc probablement encore plus grave.

Quelles réponses politiques ?

L’ampleur de la situation peut paraître désarmante, mais l’action sur ces sujets existe déjà et il lui faut des renforts. Voici quelques exemples récents, aux échelles nationale, internationale et sectorielle :

En France, le plan « France, terre de pollinisateurs » a vu le jour en 2016, avec pour but notamment de favoriser la mobilisation des acteurs sur le sujet. Le Plan biodiversité, lancé à l’été 2018, contient des mesures visant à limiter l’utilisation des insecticides (voir l’action 23 par exemple). En Allemagne, dans le sillage de l’étude de 2017, qui y fit grand bruit, un programme d’action pour la protection des insectes a vu le jour et concerne l’agriculture au premier chef. En Bavière, une mobilisation record (1,75 million de signatures sur une pétition) va peut-être aboutir à un référendum pour la protection des abeilles, via des changements importants dans les pratiques agricoles notamment, dont l’augmentation des surfaces dédiées à l’agriculture biologique.

En 2016, à la suite de la publication du rapport de l’IPBES sur la pollinisation, une coalition de pays volontaires pour les pollinisateurs a été lancée lors de la COP 13 de la Convention sur la diversité biologique (CDB), pour pousser notamment au développement de plans d’actions nationaux pour protéger les pollinisateurs, via par exemple des réformes dans le secteur agricole. Une initiative pour la conservation et l’utilisation durable des pollinisateurs a été lancée en 2000 par la CDB, en partenariat avec la FAO, et elle vient d’être mise à jour lors de la COP14 de la CDB, fin 2018. Elle prône elle aussi la diminution et la sortie progressive des pesticides. La FAO vient de publier son premier rapport sur les risques de pénurie alimentaire liés à l’effondrement de la biodiversité.

Le sujet monte irrémédiablement et il devient impossible de l’ignorer. Il faut à présent le porter plus fortement dans les arènes où les mutations sectorielles, notamment agricoles, se négocient. Il est temps de braquer le projecteur sur les acteurs qui bloquent, afin que le silence des insectes, des oiseaux, des chauve-souris et de tous les autres, résonne de tout son poids.
Aleksandar Rankovic, coordinateur gouvernance internationale de la biodiversité Post-2020 à l'Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri)
Offre en ligne à partir de 8,90 €
Dans ce contexte particulier, le premier mois d'abonnement est offert.
Je m'abonne
Retrouvez toute l'information de cette rubrique dans le magazine Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
S'identifier
S'inscrire
  [Vidéo] La faune regagne la ville
Cette troisième semaine de confinement a permis aux animaux de reprendre du terrain en ville. C'est le cas dans de nombreuses métropoles mondiales où la population est confinée. Mais les professionnels des services essentiels - gestion de l'eau et des déchets par exemple - continuent d'assurer leurs missions.
+ de vidéos Environnement TV
Pour plus d'informations cliquez ici
À lire également
Un nouvel appel à projets pour protéger la biodiversité marine
Un nouvel appel à projets pour protéger la biodiversité marine
L’agence de l’eau Loire-Bretagne se mobilise à hauteur de deux millions d’euros pour préserver et restaurer la biodiversité marine.
Le Conseil d'Etat somme la France de modifier la réglementation sur les OGM
Le Conseil d'Etat somme la France de modifier la réglementation sur les OGM
Dans une décision rendue ce vendredi 7 février, le Conseil d'Etat a jugé que certains organismes obtenus par mutagénèse doivent respecter la réglementation OGM.
La pêche existait déjà à l’époque de l’homme de Néandertal
La pêche existait déjà à l’époque de l’homme de Néandertal
Une équipe de recherche internationale vient de mettre en évidence que les Néandertaliens chassaient, pêchaient et ramassaient des ressources alimentaires d’origine marine en grande quantité.
Coronavirus : l'OFB réorganise ses missions
Coronavirus : l'OFB réorganise ses missions
L'Office français de la biodiversité assure s'organiser, dans ce contexte de crise sanitaire, pour continuer à préserver la biodiversité, tout en garantissant la sécurité de ses agents.
Zones humides : le sobre anniversaire de la Convention Ramsar
Zones humides : le sobre anniversaire de la Convention Ramsar
A l’échelle mondiale, 35 % des zones humides ont disparu entre 1970 et 2015, un rythme trois fois supérieur à celui des forêts. La France fête le 49e anniversaire de la Convention Ramsar, premier traité international sur la conservation des ressources naturelles, avec l’inscription au réseau mondial d’un 50ème site national. Et sans politique volontariste de reconquête des milieux, en dehors des acquisitions de sites confiées au Conservatoire du littoral il y a quarante-cinq ans.
Biodiversité : des corridors à créer entre les strates de collectivités
Biodiversité : des corridors à créer entre les strates de collectivités
En matière de préservation des milieux naturels, le millefeuille ne s’est pas affiné au fil des dernières lois sur l’organisation des collectivités et sur la biodiversité. A l’écart du big bang territorial, les parcs naturels régionaux creusent depuis 53 ans le sillon d’un fonctionnement multi-acteurs.
Earth hour 2020 : une édition 100% digitale
Earth hour 2020 : une édition 100% digitale
Crise sanitaire oblige, face à l’épidémie de Covid-19, le WWF a décidé de modifier son évènement annuel Earth hour. Il propose jusqu'a demain, une mobilisation digitale.
Tous les articles BIODIVERSITÉ
En partenariat avec
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
Cycl'eau Bordeaux
7 Avril 2020
Cycl'eau Bordeaux
Confs'Amiante Bâti
5 Mai 2020
Confs'Amiante Bâti
HSE 2020
12 Mai 2020
HSE 2020
+ d'événements
Emploi
- TECHNICIEN DE MAINTENANCE INDUSTRIELLE H/F
- Plombier H/F
- Technicien / Technicienne qualité en industrie alimentaire
- Ingénieur de maintenance optique F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.