Offre Silver (à partir de 8,90 €)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Néonicotinoïdes : les associations s'opposent aux dérogations pour les cultures de betteraves

Néonicotinoïdes : les associations s'opposent aux dérogations pour les cultures de betteraves
Par E.G, le 19 août 2020.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Dix-huit associations environnementales ont écrit une lettre au ministre de l’agriculture et de l’alimentation, Julien Denormandie. Elles s’opposent aux dérogations annoncées début août pour l’utilisation de pesticides néonicotinoïdes dans les cultures de betteraves à sucre.

Ce mardi 18 août, des associations parmi lesquelles la Ligue de protection des oiseaux (LPO), la Confédération paysanne, Générations futures, l’Union nationale de l’apiculture française (Unaf), Stop pesticides, les Amis de la Terre France, Pollinis, WWF-France ou encore Greenpeace, se sont opposées aux dérogations d’utilisation de néonicotinoïdes pour les betteraviers. Le 5 août dernier, le gouvernement a en effet annoncé vouloir accorder des dérogations pour l’utilisation d’insecticides néonicotinoïdes en enrobage de semences sur la culture de la betterave. « Nos organisations sont scandalisées par cette décision ministérielle qui constitue un recul important du gouvernement sur la question des insecticides », ont écrit les dix-huit associations au ministre de l’agriculture, Julien Denormandie. « Cette décision est d’autant plus inacceptable que l’Anses admettait dans un avis sur les néonicotinoïdes de 2018, qu’il n’y avait pas d’impasse technique pour cette culture », ajoutent-elles.

Ne pas attirer les pollinisateurs

Les associations s’opposent aussi à l’argument énoncé par la ministre de la transition écologique, Barbara Pompili, selon lequel « la culture de la betterave étant récoltée avant la floraison, cette dernière n’attire pas les pollinisateurs, et l’usage des néonicotinoïdes en enrobage sur cette culture serait donc sans conséquence sur les abeilles ». La ministre a par ailleurs précisé qu’il serait « interdit de planter des cultures à fleurs lors de la prochaine saisons pour ne pas attirer les pollinisateurs ». Les associations se demandent si cette interdiction sera suffisante, pour deux raisons : « l’exposition des abeilles et autres pollinisateurs aux néonicotinoïdes se fait aussi, et peut être même surtout, par les fleurs sauvages se trouvant à proximité des cultures traitées », peut-on lire dans la lettre au ministre. Les associations soulignent également que « les néonicotinoïdes sont persistants et sont transportés par la sève dans toute la plante au fur et à mesure de sa croissance, alors que seuls 1,6% à 20% de la matière active est réellement absorbée par la plante et plus de 80% contaminent les sols, les cours d’eau et les nappes phréatiques ».

Boîte de Pandore

Pour les associations signataires, le recours aux dérogations pour la filière des betteraves est « une boîte de Pandore » qui ouvre la voie à des demandes d’autres producteurs, « maïsiculteurs en tête ». Elles concluent leur lettre par une interrogation : « Après la publication du rapport de la cour des comptes européenne pointant les échecs des actions mises en place et dénonçant les quelques 206 dérogations octroyées entre 2013 et 2019 en Europe pour l’usage des 3 principaux néonicotinoïdes sujets à restriction en 2013 puis interdits en 2018, comment peut-on sérieusement aujourd’hui prétendre défendre la biodiversité et accorder de telles dérogations ? »
Pixabay / DR
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
[Tribune] IFAW, le Fonds international pour la protection des animaux
[Tribune] IFAW, le Fonds international pour la protection des animaux
"Souvenons-nous que nous ne sommes pas les seuls à mériter les forêts", a déclaré Melissa Liszewski, responsable principale de programme Engagement des communautés IFAW. Elle revient sur la déforestation et les conséquences environnementales et sociétales qu'elle engendre. 
La Bièvre se redécouvre
La Bièvre se redécouvre
Après L’Haÿ-les-Roses, le conseil départemental du Val-de-Marne poursuit les travaux de remise à ciel ouvert de la Bièvre, une rivière francilienne dont le lit traverse quatre départements avant de se jeter dans la Seine. Début 2022, de nouvelles berges serpenteront à Arcueil et Gentilly.
[Tribune] Pour un « Plan pollinisateurs » ambitieux, en soutien aux pratiques agricoles respectueuses de l’environnement
[Tribune] Pour un « Plan pollinisateurs » ambitieux, en soutien aux pratiques agricoles respectueuses de l’environnement
L’Association Bee Friendly, la Fédération française des apiculteurs professionnels, le Syndicat national d’apiculture, l’Association terres d’abeilles et l’Union nationale de l’apiculture française évoquent les difficultés que rencontrent les apiculteurs et le "plan pollinisateurs" en préparation. 
Les sites marins du Patrimoine mondial joueraient un rôle clé dans la lutte contre le changement climatique
Les sites marins du Patrimoine mondial joueraient un rôle clé dans la lutte contre le changement climatique
L’Unesco a publié, le 25 février, la première évaluation scientifique des écosystèmes de carbone bleu présents dans les sites du patrimoine mondial marin. Ce rapport met en évidence la valeur essentielle de ces habitats pour la lutte contre le changement climatique.
Helios, la nouvelle écobanque engagée pour le climat
Helios, la nouvelle écobanque engagée pour le climat
La jeune écobanque Helios a lancé, le 23 février, son offre de compte bancaire en ligne. Sa particularité ? Elle s’engage à ne financer aucune activité nocive pour l’environnement.
Une première coalition mondiale pour le développement des algues marines
Une première coalition mondiale pour le développement des algues marines
Le Cnrs, la Fondation Lloyd’s Register et le Pacte mondial des Nations unies (UNGC) ont lancé la Safe Seaweed Coalition. Sa vocation : développer la culture et l’utilisation des algues.
L’Office français de la biodiversité et l’Ifremer coopèrent pour la protection de la biodiversité marine
L’Office français de la biodiversité et l’Ifremer coopèrent pour la protection de la biodiversité marine
L’Ifremer, et l’Office français de la biodiversité ont signé ce jeudi 11 mars, un accord-cadre d’une durée de quatre ans visant à renforcer leur partenariat.
Tous les articles BIODIVERSITÉ
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.