Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Néonicotinoïdes : les associations s'opposent aux dérogations pour les cultures de betteraves

Néonicotinoïdes : les associations s'opposent aux dérogations pour les cultures de betteraves
Par E.G, le 19 août 2020.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Dix-huit associations environnementales ont écrit une lettre au ministre de l’agriculture et de l’alimentation, Julien Denormandie. Elles s’opposent aux dérogations annoncées début août pour l’utilisation de pesticides néonicotinoïdes dans les cultures de betteraves à sucre.

Ce mardi 18 août, des associations parmi lesquelles la Ligue de protection des oiseaux (LPO), la Confédération paysanne, Générations futures, l’Union nationale de l’apiculture française (Unaf), Stop pesticides, les Amis de la Terre France, Pollinis, WWF-France ou encore Greenpeace, se sont opposées aux dérogations d’utilisation de néonicotinoïdes pour les betteraviers. Le 5 août dernier, le gouvernement a en effet annoncé vouloir accorder des dérogations pour l’utilisation d’insecticides néonicotinoïdes en enrobage de semences sur la culture de la betterave. « Nos organisations sont scandalisées par cette décision ministérielle qui constitue un recul important du gouvernement sur la question des insecticides », ont écrit les dix-huit associations au ministre de l’agriculture, Julien Denormandie. « Cette décision est d’autant plus inacceptable que l’Anses admettait dans un avis sur les néonicotinoïdes de 2018, qu’il n’y avait pas d’impasse technique pour cette culture », ajoutent-elles.

Ne pas attirer les pollinisateurs

Les associations s’opposent aussi à l’argument énoncé par la ministre de la transition écologique, Barbara Pompili, selon lequel « la culture de la betterave étant récoltée avant la floraison, cette dernière n’attire pas les pollinisateurs, et l’usage des néonicotinoïdes en enrobage sur cette culture serait donc sans conséquence sur les abeilles ». La ministre a par ailleurs précisé qu’il serait « interdit de planter des cultures à fleurs lors de la prochaine saisons pour ne pas attirer les pollinisateurs ». Les associations se demandent si cette interdiction sera suffisante, pour deux raisons : « l’exposition des abeilles et autres pollinisateurs aux néonicotinoïdes se fait aussi, et peut être même surtout, par les fleurs sauvages se trouvant à proximité des cultures traitées », peut-on lire dans la lettre au ministre. Les associations soulignent également que « les néonicotinoïdes sont persistants et sont transportés par la sève dans toute la plante au fur et à mesure de sa croissance, alors que seuls 1,6% à 20% de la matière active est réellement absorbée par la plante et plus de 80% contaminent les sols, les cours d’eau et les nappes phréatiques ».

Boîte de Pandore

Pour les associations signataires, le recours aux dérogations pour la filière des betteraves est « une boîte de Pandore » qui ouvre la voie à des demandes d’autres producteurs, « maïsiculteurs en tête ». Elles concluent leur lettre par une interrogation : « Après la publication du rapport de la cour des comptes européenne pointant les échecs des actions mises en place et dénonçant les quelques 206 dérogations octroyées entre 2013 et 2019 en Europe pour l’usage des 3 principaux néonicotinoïdes sujets à restriction en 2013 puis interdits en 2018, comment peut-on sérieusement aujourd’hui prétendre défendre la biodiversité et accorder de telles dérogations ? »
Pixabay / DR
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Les hôpitaux soignent leur empreinte environnementale
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Le Rhône poursuit sa mue écologique
Le Rhône poursuit sa mue écologique
La Compagnie nationale du Rhône (CNR) a annoncé la poursuite et l’amplification de son programme de restauration écologique du fleuve. Démantèlement d’ouvrages, restauration de chenaux, végétalisation et réduction des émissions polluantes industrielles sont à l’ordre du jour.
[Dossier biodiversité] Entreprises, trouver la bonne formule pour s’engager
[Dossier biodiversité] Entreprises, trouver la bonne formule pour s’engager
Les démarches et les outils soutenant l’engagement des entreprises françaises pour la biodiversité se développent. Diagnostic des impacts, stratégie biodiversité et actions concrètes : les entreprises bien accompagnées ont tout pour se lancer, quel que soit leur taille et leur activité.
La famille des parcs naturels régionaux s'agrandit
La famille des parcs naturels régionaux s'agrandit
La France ajoute deux parcs naturels régionaux à sa liste : Doubs Horloger (Bourgogne - Franche-Comté) et Corbières-Fenouillèdes (Occitanie), deviennent respectivement les 57e et 58e membres de la grande famille des parcs.
Environnement Magazine vous souhaite de bonnes vacances !
Environnement Magazine vous souhaite de bonnes vacances !
L'ensemble de la rédaction Environnement Magazine vous souhaite de bonnes vacances estivales.
La moitié de la flore terrestre n'a pas encore été photographiée
La moitié de la flore terrestre n'a pas encore été photographiée
Près de la moitié de la flore terrestre n’a jamais été photographiée à l’état sauvage, estiment des auteurs dans une étude. Cette faiblesse d’illustration constitue un obstacle pour l’identification et la protection de la biodiversité végétale.
Deux associations attaquent l’État en justice pour manquement à la protection de la biodiversité
Deux associations attaquent l’État en justice pour manquement à la protection de la biodiversité
L’État serait-il coupable de la sixième extinction de masse ? Les ONG Notre Affaire à Tous et Pollinis entendent faire reconnaître la responsabilité de l’État en l’attaquant en justice pour manquement à ses obligations de protection de la biodiversité.
Une économie fondée sur la conservation de la nature créerait plus d'emplois
Une économie fondée sur la conservation de la nature créerait plus d'emplois
Protection de la biodiversité et emploi font la paire ! Selon le WWF, 39 millions d’emplois seraient créés si les gouvernements du monde entier affectaient leurs dépenses à la nature. 
Tous les articles BIODIVERSITÉ
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.