Offre Silver (à partir de 8,90 €)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Les activités humaines ont causé le déclin de 68% des espèces de vertébrés

Les activités humaines ont causé le déclin de 68% des espèces de vertébrés
Par E.G, le 10 septembre 2020.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Les activités humaines seraient responsables du déclin de 68% des populations de vertébrés en moins de 50 ans, d’après un rapport publié ce jeudi 10 septembre par le WWF.

« Les populations de vertébrés poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles ont chuté de 68% entre 1970 et 2016 », conclut le rapport Planète Vivante 2020, publié par l’ONG WWF ce jeudi 10 septembre. Ce rapport, publié tous les deux ans, s’appuie sur l’indice Planète Vivante, « qui est calculé par la société zoologique de Londres à partir de données scientifiques collectées sur 21.000 populations de plus de 4.000 espèces de vertébrés », rappelle l’ONG. Le déclin des populations vertébrés est évalué à 68 % entre 1970 et 2016. Il était de 60% dans le rapport de 2018 et de 58 % dans celui de 2016. « Première cause directe de perte de biodiversité, la destruction des habitats s’explique surtout par la conversion d’habitats vierges et le changement d’utilisation des terres pour l’agriculture industrielle », souligne l’ONG. Une dégradation qui concerne également les océans, dont seuls 13% sont exemptés d’activités humaines.

« Les chiffres sont encore plus inquiétants pour les milieux d’eau douce – zones humides, lacs ou rivières – et les espèces – amphibiens, reptiles, poissons – qui en dépendent », relève le rapport. Le déclin de ces populations est estimé à 84%. Le rapport précise par ailleurs que les régions tropicales des Amériques sont les zones où le déclin est le plus marqué : 94%, soit « l’indice Planète Vivante le plus important jamais observé ».

479 milliards de dollars par an

Parmi les chiffres mis en valeur dans ce rapport, nous pouvons retenir que sur 6.000 espèces cultivées dans le monde, neuf fournissent les deux tiers de la production alimentaire mondiale. Et sur les 40 espèces animales domestiques, huit fournissent 95% de la production alimentaire mondiale. Par ailleurs, « le WWF estime que les impacts économiques du déclin de la nature pourraient s’élever à plus de 479 milliards de dollars par an, soit environ 10.000 milliards de dollars d’ici 2050 ».

En France, plusieurs espèces sont en déclin, dont l’anguille européenne, quasi éteinte aujourd’hui, le macareux moine, le coucou commun, qui a perdu 30% de sa population, le moineau domestique (-60%), ou encore la tortue luth en Guyane. Au contraire, les populations de vautour moine, de flamand rose, de lynx et de saumons, ont connu une hausse dans l’hexagone.
Macareux moine (c) Wild Wonders of Europe Pal Hermansen WWF / DR
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Helios, la nouvelle écobanque engagée pour le climat
Helios, la nouvelle écobanque engagée pour le climat
La jeune écobanque Helios a lancé, le 23 février, son offre de compte bancaire en ligne. Sa particularité ? Elle s’engage à ne financer aucune activité nocive pour l’environnement.
[A écouter] En Gironde, un projet de parc solaire prévoit d'abattre 1000 hectares de forêt
[A écouter] En Gironde, un projet de parc solaire prévoit d'abattre 1000 hectares de forêt
Porté par les entreprises Engie et Neoen, le projet prévoit d’installer une plateforme énergétique bas carbone à Saucats dans les Landes. Les associations environnementales sont vent debout.
L’Unesco appelle à la mobilisation en faveur de la biodiversité
L’Unesco appelle à la mobilisation en faveur de la biodiversité
L’Unesco appelle à une mobilisation en faveur de la biodiversité pour alimenter en fonds multipartenaire en cours de constitution. En ligne de mire : la COP15 en octobre prochain à Kunming, en Chine.
Réchauffement climatique : les pertes de récoltes ont triplé en Europe depuis 1961
Réchauffement climatique : les pertes de récoltes ont triplé en Europe depuis 1961
Une récente étude publiée dans la revue Environmental Research Letters montre la gravité des impacts de la sécheresse sur la production agricole. Résultat : les pertes de récoltes ont triplé en Europe au cours des 50 dernières années.
Une première coalition mondiale pour le développement des algues marines
Une première coalition mondiale pour le développement des algues marines
Le Cnrs, la Fondation Lloyd’s Register et le Pacte mondial des Nations unies (UNGC) ont lancé la Safe Seaweed Coalition. Sa vocation : développer la culture et l’utilisation des algues.
[Vidéo] Agriculteurs bio : la difficile relève
[Vidéo] Agriculteurs bio : la difficile relève
En Bretagne, de plus en plus d'exploitations ne trouvent pas de repreneurs. Les explications avec la chronique d'Agnès Breton.
La Bièvre se redécouvre
La Bièvre se redécouvre
Après L’Haÿ-les-Roses, le conseil départemental du Val-de-Marne poursuit les travaux de remise à ciel ouvert de la Bièvre, une rivière francilienne dont le lit traverse quatre départements avant de se jeter dans la Seine. Début 2022, de nouvelles berges serpenteront à Arcueil et Gentilly.
Tous les articles BIODIVERSITÉ
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.