Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Les activités humaines ont causé le déclin de 68% des espèces de vertébrés

Les activités humaines ont causé le déclin de 68% des espèces de vertébrés
Par E.G, le 10 septembre 2020.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Les activités humaines seraient responsables du déclin de 68% des populations de vertébrés en moins de 50 ans, d’après un rapport publié ce jeudi 10 septembre par le WWF.

« Les populations de vertébrés poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles ont chuté de 68% entre 1970 et 2016 », conclut le rapport Planète Vivante 2020, publié par l’ONG WWF ce jeudi 10 septembre. Ce rapport, publié tous les deux ans, s’appuie sur l’indice Planète Vivante, « qui est calculé par la société zoologique de Londres à partir de données scientifiques collectées sur 21.000 populations de plus de 4.000 espèces de vertébrés », rappelle l’ONG. Le déclin des populations vertébrés est évalué à 68 % entre 1970 et 2016. Il était de 60% dans le rapport de 2018 et de 58 % dans celui de 2016. « Première cause directe de perte de biodiversité, la destruction des habitats s’explique surtout par la conversion d’habitats vierges et le changement d’utilisation des terres pour l’agriculture industrielle », souligne l’ONG. Une dégradation qui concerne également les océans, dont seuls 13% sont exemptés d’activités humaines.

« Les chiffres sont encore plus inquiétants pour les milieux d’eau douce – zones humides, lacs ou rivières – et les espèces – amphibiens, reptiles, poissons – qui en dépendent », relève le rapport. Le déclin de ces populations est estimé à 84%. Le rapport précise par ailleurs que les régions tropicales des Amériques sont les zones où le déclin est le plus marqué : 94%, soit « l’indice Planète Vivante le plus important jamais observé ».

479 milliards de dollars par an

Parmi les chiffres mis en valeur dans ce rapport, nous pouvons retenir que sur 6.000 espèces cultivées dans le monde, neuf fournissent les deux tiers de la production alimentaire mondiale. Et sur les 40 espèces animales domestiques, huit fournissent 95% de la production alimentaire mondiale. Par ailleurs, « le WWF estime que les impacts économiques du déclin de la nature pourraient s’élever à plus de 479 milliards de dollars par an, soit environ 10.000 milliards de dollars d’ici 2050 ».

En France, plusieurs espèces sont en déclin, dont l’anguille européenne, quasi éteinte aujourd’hui, le macareux moine, le coucou commun, qui a perdu 30% de sa population, le moineau domestique (-60%), ou encore la tortue luth en Guyane. Au contraire, les populations de vautour moine, de flamand rose, de lynx et de saumons, ont connu une hausse dans l’hexagone.
Macareux moine (c) Wild Wonders of Europe Pal Hermansen WWF / DR
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] La chaleur perdue retrouve une seconde utilité
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Le Rhône poursuit sa mue écologique
Le Rhône poursuit sa mue écologique
La Compagnie nationale du Rhône (CNR) a annoncé la poursuite et l’amplification de son programme de restauration écologique du fleuve. Démantèlement d’ouvrages, restauration de chenaux, végétalisation et réduction des émissions polluantes industrielles sont à l’ordre du jour.
[Dossier biodiversité/1] Bouygues Immobilier construit une stratégie à l’échelle de ses projets
[Dossier biodiversité/1] Bouygues Immobilier construit une stratégie à l’échelle de ses projets
Pour réduire les impacts sur la biodiversité de ses programmes, Bouygues Immobilier a orienté sa démarche vers la réduction des surfaces consommées et l’augmentation des surfaces végétalisées grâce à sa « calculette biodiversité ».
Les invasions biologiques menacent les oiseaux et mammifères
Les invasions biologiques menacent les oiseaux et mammifères
Une étude du Cnrs révèle que 11 % de la diversité phylogénétique mondiale des oiseaux et des mammifères, est menacée de disparition par les invasions biologiques.
Une économie fondée sur la conservation de la nature créerait plus d'emplois
Une économie fondée sur la conservation de la nature créerait plus d'emplois
Protection de la biodiversité et emploi font la paire ! Selon le WWF, 39 millions d’emplois seraient créés si les gouvernements du monde entier affectaient leurs dépenses à la nature. 
La famille des parcs naturels régionaux s'agrandit
La famille des parcs naturels régionaux s'agrandit
La France ajoute deux parcs naturels régionaux à sa liste : Doubs Horloger (Bourgogne - Franche-Comté) et Corbières-Fenouillèdes (Occitanie), deviennent respectivement les 57e et 58e membres de la grande famille des parcs.
Congrès de l’UICN à Marseille, dernière étape avant la COP15 Biodiversité
Congrès de l’UICN à Marseille, dernière étape avant la COP15 Biodiversité
Érosion de la biodiversité, montée des eaux, ou encore disparition des espèces... les changements climatiques s’intensifient et menacent la nature. Dans un contexte marqué par le cri d’alerte du GIEC, l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), rassemble du vendredi 03 jusqu’au 11 septembre à Marseille les gouvernements et ONG au Congrès mondial de la nature.
La Banque Postale signe le « Finance for Biodiversity Pledge »
La Banque Postale signe le « Finance for Biodiversity Pledge »
Le « Finance for Biodiversity Pledge » tente de concilier protection de la biodiversité et finance durable. En signant cette initiative, la Banque Postale s’engage à développer une stratégie en faveur de l'environnement.
Tous les articles BIODIVERSITÉ
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.