Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
Pollutec 2021
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Forêt et filière bois : le rapport Cattelot formule 19 propositions

Forêt et filière bois : le rapport Cattelot formule 19 propositions
Par E.G, le 18 septembre 2020.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
La députée du Nord Anne-Laure Cattelot a remis, ce jeudi 17 septembre au ministre de l’agriculture et à la secrétaire d’Etat chargée de la biodiversité, son rapport sur l’avenir de la forêt et de la filière bois.

Le rapport remis ce jeudi 17 septembre au gouvernement par la députée Anne-Laure Cattelot, formule 19 recommandations pour pérenniser la filière bois et garantir l’avenir de la forêt, dans une logique de décarbonation de l’industrie. La députée écrit en avant-propos de son rapport que « la forêt et le bois ne sont pas considérés à leur juste valeur et doivent faire l’objet d’une politique volontaire, résolument transversale et incarnée par un membre du gouvernement ». La recommandation majeure de ce rapport est la création d’un fonds pour l’avenir des forêts, qui serait doté de 300 millions d’euros par an. Ce fonds aurait pour but de « reconstituer massivement les forêts sinistrées, anticiper, enrichir et adapter à l’aune de nos connaissances les peuplements vulnérables au changement climatique et créer de nouvelles forêts ». Il s’agirait de reboiser un million d’hectares en 30 ans, à raison de 70 millions d’arbres par an, « soit un arbre par an et par habitant », souligne la députée. Les 300 millions d’euros annuels d’investissements seraient « issus des produits de la contribution climat énergie, des enchères de quotas carbone sur le marché européen », précise-t-elle. 100 millions d’euros proviendraient des recettes de la fiscalité carbone, 100 millions d’euros de la mobilisation de fonds privés. Les agences de l’eau mobiliseraient quant à elles 30 millions d’euros, les Régions 20 millions d’euros et enfin, 10 millions d’euros proviendraient des dotations du grand plan d’investissement.

Agence nationale des forêts, recherche et construction

Anne-Laure Cattelot propose également la création d’une grande Agence nationale des forêts, « regroupant tous les services d’appui techniques à la gestion durable des forêts, reprenant notamment les missions de l’Office national des forêts, en charge, avec les communes forestières, des forêts publiques, et celle du Centre national de la propreté forestière, qui accompagne et conseille les forêts privées ». Cette agence serait l’interlocuteur unique pour la mise en œuvre de la politique forestière nationale. « Elle portera le fonds pour l’avenir des forêts, elle interviendra en appui aux Régions à qui je souhaite confier une rôle renforcé dans la déclinaison de la politique nationale à son adaptation aux spécificités des territoires », précise Anne-Laure Cattelot. Pour l’association Canopée, la création de cette agence risquerait cependant « d’affaiblir encore davantage l’ONF en diluant ses missions dans une nouvelle agence sans moyens ».

Parmi les autres recommandations de la députée : ouvrir un ministère ou un secrétariat d’Etat à la forêt, donner accès à tous les Français aux données de traçabilité des biens en bois qu’ils achètent, privilégier la rénovation thermique des bâtiments avec des matériaux biosourcés, en triplant les quantités de bois dans la construction d’ici 2050 et développer le chauffage biomasse, ou encore lancer un programme prioritaire de recherche sur la forêt et le bois. Le rapport préconise en effet de « doubler les moyens de la recherche appliquée sur la forêt et le bois ». Il s’agirait également d’adapter la gestion des forêts le plus possible aux changements climatiques, de renouer le dialogue entre chasseurs et forestiers, ou encore de limiter la taille des coupes rases à deux hectares maximum, hors cause sanitaire. Une mesure qui représenterait « une avancée considérable » pour Sylvain Angerand, coordinateur des campagnes de l’association Canopée et porte-parole forêt de la fédération des Amis de la Terre France.

Vers une industrialisation de la forêt ?

Dans le cadre de son plan de relance, le gouvernement avait déjà prévu de mobiliser 200 millions d’euros pour l’adaptation des forêts au changement climatique. Ce rapport conforte le besoin d’investissement de la filière, mais pour Sylvain Angerand, « le problème est que le rapport de force est aujourd’hui totalement déséquilibré avec un ministre de l’agriculture qui a repris à son compte tous les arguments productivistes d’une partie de la filière forêt-bois. Le risque est grand que ce rapport et l’indispensable adaptation aux changements climatiques servent simplement d’alibi au gouvernement pour industrialiser la gestion forestière comme l’a été l’agriculture dans les années 1950 et 1960 ».
Pixabay / DR
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Contenu de marque
  Dis ENGIE, ça se recycle les éoliennes ?
Contenu de marque
  Allison Transmission expose sur le salon Pollutec
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
La famille des parcs naturels régionaux s'agrandit
La famille des parcs naturels régionaux s'agrandit
La France ajoute deux parcs naturels régionaux à sa liste : Doubs Horloger (Bourgogne - Franche-Comté) et Corbières-Fenouillèdes (Occitanie), deviennent respectivement les 57e et 58e membres de la grande famille des parcs.
Une économie fondée sur la conservation de la nature créerait plus d'emplois
Une économie fondée sur la conservation de la nature créerait plus d'emplois
Protection de la biodiversité et emploi font la paire ! Selon le WWF, 39 millions d’emplois seraient créés si les gouvernements du monde entier affectaient leurs dépenses à la nature. 
Congrès de l’UICN à Marseille, dernière étape avant la COP15 Biodiversité
Congrès de l’UICN à Marseille, dernière étape avant la COP15 Biodiversité
Érosion de la biodiversité, montée des eaux, ou encore disparition des espèces... les changements climatiques s’intensifient et menacent la nature. Dans un contexte marqué par le cri d’alerte du GIEC, l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), rassemble du vendredi 03 jusqu’au 11 septembre à Marseille les gouvernements et ONG au Congrès mondial de la nature.
La Banque Postale signe le « Finance for Biodiversity Pledge »
La Banque Postale signe le « Finance for Biodiversity Pledge »
Le « Finance for Biodiversity Pledge » tente de concilier protection de la biodiversité et finance durable. En signant cette initiative, la Banque Postale s’engage à développer une stratégie en faveur de l'environnement.
Une cartographie complète des récifs coralliens des eaux peu profondes
Une cartographie complète des récifs coralliens des eaux peu profondes
La cartographie des récifs coralliens tropicaux Allen Atlas Coral est désormais la ressource la plus complète et précise de ces écosystèmes. Les scientifiques et les décideurs politiques peuvent s’en saisir pour renforcer la conservation des coraux.
L'OFB et le Cerema coopèrent contre l'érosion des sols
L'OFB et le Cerema coopèrent contre l'érosion des sols
L'Office français de la biodiversité (OFB) et le Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement (Cerema) signent une convention-cadre afin de renforcer leur coopération pour la protection de la biodiversité.
OuiLive mise sur les défis connectés pour restaurer les récifs coralliens
OuiLive mise sur les défis connectés pour restaurer les récifs coralliens
Les sociétés Arkea Banking Services, Covivio, Natixis et Nicolas s'engagent auprès de OuiLive, acteur français des Challenges Connectés B2B, dans un défi écoresponsable. La récompense attendue ? La plantation de coraux sur des récifs en Indonésie.
Tous les articles BIODIVERSITÉ
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.