Offre Silver (à partir de 8,90 €)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] Pour un « Plan pollinisateurs » ambitieux, en soutien aux pratiques agricoles respectueuses de l’environnement

[Tribune] Pour un « Plan pollinisateurs » ambitieux, en soutien aux pratiques agricoles respectueuses de l’environnement
Christian Pons, président de l'Union Nationale de l’Apiculture Française. Crédits : DR
Par Christian Pons/UNAF, le 25 février 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
L’Association Bee Friendly, la Fédération française des apiculteurs professionnels, le Syndicat national d’apiculture, l’Association terres d’abeilles et l’Union nationale de l’apiculture française évoquent les difficultés que rencontrent les apiculteurs et le "plan pollinisateurs" en préparation.

Le « Plan pollinisateurs », actuellement en préparation au gouvernement, se doit d’être à la hauteur des attentes des apiculteurs et montrer des engagements forts pour la protection de l’ensemble des pollinisateurs et de la biodiversité. Il se doit d’intégrer notamment la révision de l’arrêté abeilles de 2003, tel que recommandé par l’Anses dans son avis de 2019.

La situation de l’apiculture en France est aujourd’hui dramatique et les difficultés s’accumulent pour les apiculteurs : ils sont confrontés à de grosses difficultés de production, liées à la dégradation de l’environnement : orientations agricoles défavorables aux abeilles, pesticides, espèces invasives - en particulier le frelon asiatique, OGM. Et les abeilles mellifères ne sont pas les seules victimes de cette dégradation de l’environnement : plus de 75% de la biomasse des insectes volants a disparu en 30 ans ! La disparition des insectes est dorénavant un fait avéré, reconnu et dénoncé, même par l’académie des sciences (pourtant assez conservatrice), qui préconise la « réduction significative » des pesticides.

Après le grave recul que représentent les récentes dérogations d’usage des néonicotinoïdes sur les betteraves sucrières, ce « Plan pollinisateurs » avait été annoncé « en compensation » par Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation. Un plan « visant à renforcer leur protection pendant les périodes de floraison, et à mieux prendre en compte les enjeux associés aux pollinisateurs au moment de la mise sur le marché des produits phytopharmaceutiques », qui a été présenté aux parties prenantes le 18 décembre 2020.

La concertation sur ce plan est actuellement en cours ; et la menace plane de nouveaux reculs en matière de réglementation des pesticides… leur réglementation est pourtant nécessaire à la protection des insectes pollinisateurs et de la biodiversité, leur nocivité étant attestée par une multitude d’études scientifiques parues au cours des deux dernières décennies.

Des promesses non tenues

Tout d’abord, ce « Plan pollinisateurs » n’intègre pas la promesse initiale du 6 août dernier de faire évoluer les tests d’évaluation du risque des effets des produits pesticides sur les pollinisateurs. Alors que les tests en vigueur sont considérés inadaptés, les renforcer s’avère pourtant une manière simple et efficace de protéger les insectes pollinisateurs, en éliminant notamment les pesticides les plus toxiques.

Ensuite ce « Plan pollinisateurs » prévoit notamment la révision de l’arrêté abeilles de 2003, réglementation depuis longtemps obsolète, insuffisamment protectrice et dont la révision est annoncée depuis 2014. Mais cette révision s’annonce largement édulcorée, malgré une feuille de route pourtant claire, établie par l’Anses en 2019, qui préconise, en particulier :

- L’élargissement à toutes les familles de pesticides de l’interdiction de traitement sur cultures en fleurs

- L’évolution des tests nécessaires à l’obtention éventuelle de dérogation permettant le traitement en floraison en dehors de la présence d’abeilles

- La précision de la mention « traitement en dehors de la présence d’abeilles » par l’obligation des traitements de nuit.

Des mesures strictes face à la disparition des abeilles

Une révision de cet arrêté abeilles de 2003 selon les recommandations de l’Anses et limitant les aménagements au strict minimum est pourtant nécessaire à la protection des pollinisateurs. Le 3 février dernier, le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation s’est en effet engagé à fonder ses décisions sur des arguments scientifiques.

Ainsi nous appelons le gouvernement à prendre la mesure du drame de la disparition des abeilles et de sa responsabilité à mette en place les mesures nécessaires grâce à un véritable « Plan pollinisateurs ». Nous enjoignons le gouvernement de ne pas céder à la tentation du statu quo et d’agir réglementairement pour garantir un environnement sain aux pollinisateurs, soutenir efficacement l’apiculture et montrer la direction d’une agriculture compatible avec la protection des pollinisateurs et de la biodiversité en général.
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
L’Unesco appelle à la mobilisation en faveur de la biodiversité
L’Unesco appelle à la mobilisation en faveur de la biodiversité
L’Unesco appelle à une mobilisation en faveur de la biodiversité pour alimenter en fonds multipartenaire en cours de constitution. En ligne de mire : la COP15 en octobre prochain à Kunming, en Chine.
[A écouter] En Gironde, un projet de parc solaire prévoit d'abattre 1000 hectares de forêt
[A écouter] En Gironde, un projet de parc solaire prévoit d'abattre 1000 hectares de forêt
Porté par les entreprises Engie et Neoen, le projet prévoit d’installer une plateforme énergétique bas carbone à Saucats dans les Landes. Les associations environnementales sont vent debout.
[Vidéo] Agriculteurs bio : la difficile relève
[Vidéo] Agriculteurs bio : la difficile relève
En Bretagne, de plus en plus d'exploitations ne trouvent pas de repreneurs. Les explications avec la chronique d'Agnès Breton.
Une première coalition mondiale pour le développement des algues marines
Une première coalition mondiale pour le développement des algues marines
Le Cnrs, la Fondation Lloyd’s Register et le Pacte mondial des Nations unies (UNGC) ont lancé la Safe Seaweed Coalition. Sa vocation : développer la culture et l’utilisation des algues.
Helios, la nouvelle écobanque engagée pour le climat
Helios, la nouvelle écobanque engagée pour le climat
La jeune écobanque Helios a lancé, le 23 février, son offre de compte bancaire en ligne. Sa particularité ? Elle s’engage à ne financer aucune activité nocive pour l’environnement.
La Bièvre se redécouvre
La Bièvre se redécouvre
Après L’Haÿ-les-Roses, le conseil départemental du Val-de-Marne poursuit les travaux de remise à ciel ouvert de la Bièvre, une rivière francilienne dont le lit traverse quatre départements avant de se jeter dans la Seine. Début 2022, de nouvelles berges serpenteront à Arcueil et Gentilly.
Site naturel du Carnet : un recours judiciaire déposé contre le projet d’aménagement
Site naturel du Carnet : un recours judiciaire déposé contre le projet d’aménagement
L’association Mouvement National de lutte pour l'Environnement et Notre Affaire À Tous ont déposé, ce jeudi 18 février, un recours au tribunal de Saint Nazaire pour reconnaître « l’illégalité » des travaux d’aménagement sur le site du Carnet (Pays de la Loire).
Tous les articles BIODIVERSITÉ
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.