Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
Pollutec 2021
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Trois espèces de poissons pélagiques menacées par la surpêche

Trois espèces de poissons pélagiques menacées par la surpêche
L'ONG Marine Stewardship Council dénonce l'absence d'accord entre pays sur les quotas de pêche. Crédits : moritz320/Pixabay
Par Abdessamad Attigui, le 14 octobre 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
L’ONG Marine Stewardship Council (MSC) qui agit pour la lutte contre la surpêche, tire la sonnette d’alarme. Et pour cause ! les captures cumulées de maquereau, de hareng et de merlan bleu dans l’Atlantique Nord-Est, dépassent de 4,8 millions de tonnes les limites de durabilité.

Les Etats sont appelés à agir d’urgence dans l’Atlantique Nord-Est pour protéger les populations de poissons essentiels. Le Marine Stewardship Council qui lutte pour la préservation des océans, alerte sur la surexploitation des populations marines. Selon les récentes données publiées par le Conseil International pour l’Exploration de la Mer (CIEM), les quotas cumulés en 2021 de maquereau, de hareng atlanto-scandinave et de merlan bleu se situent de nouveau au-dessus des limites conseillées scientifiquement, à savoir respectivement de 41 %, 35 % et 25 %.

Ce constat alarmant n’est pas une nouveauté. Au cours des six dernières années les analyses des données effectuées par l’ONG MSC ont démontré que le total des captures cumulées de maquereau, de hareng atlanto-scandinave et de merlan bleu aurait déjà dépassé de 34 % les limites acceptables pour une pêche durable.

4,8 millions de tonnes de poissons préservés

Les limites fixées par les scientifiques permettent d’assurer la viabilité de ces populations à long terme. Les dépasser constamment menacerait « la santé de l’océan, mais aussi la situation économique et les moyens de subsistance des populations qui en dépendent », explique l’ONG. Les stocks de poissons pélagiques, vivant dans les eaux proches de la surface, peuvent s’effondrer s’ils sont surexploités sur le long terme, « comme dans le cas du hareng atlanto-scandinave dans les années 1960, dont le stock ne s’est reconstitué qu’au bout de 20 ans ».

Et la situation ne s’améliore pas ! Les données publiées par le CIEM indiquent une tendance générale à la baisse pour les trois stocks de poissons pélagiques (maquereau, hareng et merlan bleu) au cours des dernières années. Le stock du hareng atlanto-scandinave a diminué de 36 % au cours de la dernière décennie.

« Si les avis scientifiques avaient été suivis, plus de 4,8 millions de tonnes de poissons auraient donc pu être préservées », réagit l’ONG.

Absence d’accord

Cette inquiétante situation serait notamment expliquée par les échecs successifs des gouvernements à parvenir à un accord sur des quotas de capture qui permettraient de préserver l’avenir de ces stocks de poissons. Les poissons pélagiques de l’Atlantique Nord-Est sont pêchés par l’Union européenne, la Norvège, l’Islande, la Russie, les îles Féroé, le Groenland et, plus récemment, le Royaume-Uni, sans accord de partage de quotas pour le maquereau depuis plus de dix ans, ni pour le hareng depuis 2012, ni pour le merlan bleu depuis 2014.  « Ces ressources naturelles partagées sont pêchées en fonction de quotas fixés unilatéralement par les différentes nations. Ces quotas, lorsqu’ils sont cumulés, dépassent systématiquement les limites de capture conseillées par les scientifiques pour ces stocks », regrette le MSC.

Le MSC appelle les décideurs des pays pêcheurs de l’Atlantique Nord-Est à trouver un accord commun pour la gestion de ces stocks lors des prochaines réunions des États côtiers prévues du 19 au 27 octobre 2021. Un accord qui devrait être conforme aux avis scientifiques portant sur les limites de capture pour 2022. Si ces avis « ne sont pas respectés, il pourrait y avoir des conséquences dévastatrices pour ces espèces emblématiques, mais aussi pour la biodiversité océanique locale et les communautés de pêcheurs qui en dépendent », conclut le MSC.
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Contenu de marque
  Dis ENGIE, comment ça se recycle une éolienne ?
Contenu de marque
  Allison Transmission expose sur le salon Pollutec
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
OuiLive mise sur les défis connectés pour restaurer les récifs coralliens
OuiLive mise sur les défis connectés pour restaurer les récifs coralliens
Les sociétés Arkea Banking Services, Covivio, Natixis et Nicolas s'engagent auprès de OuiLive, acteur français des Challenges Connectés B2B, dans un défi écoresponsable. La récompense attendue ? La plantation de coraux sur des récifs en Indonésie.
La Banque Postale signe le « Finance for Biodiversity Pledge »
La Banque Postale signe le « Finance for Biodiversity Pledge »
Le « Finance for Biodiversity Pledge » tente de concilier protection de la biodiversité et finance durable. En signant cette initiative, la Banque Postale s’engage à développer une stratégie en faveur de l'environnement.
Une économie fondée sur la conservation de la nature créerait plus d'emplois
Une économie fondée sur la conservation de la nature créerait plus d'emplois
Protection de la biodiversité et emploi font la paire ! Selon le WWF, 39 millions d’emplois seraient créés si les gouvernements du monde entier affectaient leurs dépenses à la nature. 
Une cartographie complète des récifs coralliens des eaux peu profondes
Une cartographie complète des récifs coralliens des eaux peu profondes
La cartographie des récifs coralliens tropicaux Allen Atlas Coral est désormais la ressource la plus complète et précise de ces écosystèmes. Les scientifiques et les décideurs politiques peuvent s’en saisir pour renforcer la conservation des coraux.
Réensauvagement : « donner à la nature les moyens de trouver le bon chemin »
Réensauvagement : « donner à la nature les moyens de trouver le bon chemin »
Face à la disparition des écosystèmes, l'enjeu de la réintroduction devient plus que jamais central. Le réensauvagement se propose comme une approche plus adéquate en donnant aux milieux naturels l'ensemble des éléments dont ils ont besoin pour se régénérer. Échange avec Fabien Quétier, spécialiste de la restauration de la biodiversité au sein de l’entreprise Biotope.
Deux associations attaquent l’État en justice pour manquement à la protection de la biodiversité
Deux associations attaquent l’État en justice pour manquement à la protection de la biodiversité
L’État serait-il coupable de la sixième extinction de masse ? Les ONG Notre Affaire à Tous et Pollinis entendent faire reconnaître la responsabilité de l’État en l’attaquant en justice pour manquement à ses obligations de protection de la biodiversité.
Congrès de l’UICN à Marseille, dernière étape avant la COP15 Biodiversité
Congrès de l’UICN à Marseille, dernière étape avant la COP15 Biodiversité
Érosion de la biodiversité, montée des eaux, ou encore disparition des espèces... les changements climatiques s’intensifient et menacent la nature. Dans un contexte marqué par le cri d’alerte du GIEC, l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), rassemble du vendredi 03 jusqu’au 11 septembre à Marseille les gouvernements et ONG au Congrès mondial de la nature.
Tous les articles BIODIVERSITÉ
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.