Offre Silver (à partir de 8,90 €)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Assises de l’eau : les Canalisateurs formulent des propositions

Assises de l’eau : les Canalisateurs formulent des propositions
Par E.G, le 11 juin 2018.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Dans le cadre des Assises de l’eau, lancées par le gouvernement le 24 avril dernier, l’organisation professionnelle des Canalisateurs formule des propositions pour « apporter sur le terrain les solutions concrètes et pérennes d’une bonne gestion patrimoniale des réseaux ».

Selon les Canalisateurs, les Assises de l’eau ne doivent pas se résumer à « un plan de sauvetage pour des collectivités qui auraient mal géré leur patrimoine », est-il expliqué dans un communiqué. En effet, l’organisation professionnelle estime que ces assises doivent « avoir une ambition plus grande et porter les solutions d’une bonne gestion patrimoniale et d’un investissement pérenne sur le long terme pour l’ensemble des collectivités », et non seulement celles qui connaissent aujourd’hui des difficultés dans leur gestion de l’eau. Il s’agit en particulier d’assurer la sécurisation de l’accès à l’eau et de mettre en place « des stratégies de reconstitution efficiente des stocks d’eau par des réservoirs naturels ou à créer ». Par ailleurs, les Canalisateurs soulignent la nécessité de prévoir un renouvellement plus fréquent des canalisations et d’augmenter les investissements actuels, et « de réaliser 1,5 à 2 milliards d’euros d’investissements supplémentaires par an pour le renouvellement et l’entretien patrimonial des réseaux ».

Alors que l’organisation fait partie des groupes de travail « ingénierie de financements et de l’autofinancement des collectivités » et « ingénierie technique et juridique », les Canalisateurs insistent sur trois préconisations : à savoir, la mise en place d’un crédit de redevance ou « prélèvement à la source » qui permettrait aux collectivités percevant la redevance pour les Agences de l’eau, de conserver une partie de cette redevance ; la sanctuarisation d’une partie des factures d’eau pour le renouvellement et l’entretien du patrimoine ; et l’analyse des données issues des réseaux afin de constituer une banque de données nationale.

Pixabay
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Le Carrefour de l’eau se dématérialise pour sa 22e édition
Le Carrefour de l’eau se dématérialise pour sa 22e édition
La 22e édition du Carrefour des gestions locales de l’eau se déroulera les 5 et 6 mai 2021 en version numérique.
Trois questions à… Kenzy Gauthiérot, vice-président délégué à la communication de Sénéo
Trois questions à… Kenzy Gauthiérot, vice-président délégué à la communication de Sénéo
Sénéo, le syndicat de potabilisation du nord des Hauts-de-Seine (ex-syndicat des eaux de la presqu’île de Gennevilliers) produit et distribue de l’eau potable aux 610 000 habitants et 310 000 salariés de territoire. Pour face au changement climatique, la collectivité mise sur l’information du public. Rencontre avec Kenzy Gauthiérot, vice-président délégué à la communication de Sénéo.
[Avis des pros] Sopolo, zoom sur l’acceptation locale du Reut pour la viticulture
[Avis des pros] Sopolo, zoom sur l’acceptation locale du Reut pour la viticulture
Porté par Inrae entre 2016 et 2021, le projet de recherche Sopolo cherche à mieux caractériser la demande en eaux usées traitées de la part des viticulteurs et des consommateurs. Ce travail réalisé dans l’Hérault permet d’apporter aux décideurs un éclairage nouveau.
[Avis des pros] La REUT : un besoin, une alternative et une solution environnementale et durable
[Avis des pros] La REUT : un besoin, une alternative et une solution environnementale et durable
Le recours au recyclage des eaux non conventionnelles comme les eaux usées traitées devient une nécessité dans des régions de France où les manques d’eau deviennent chroniques. Mais elle répond également à d’autres enjeux, notamment environnementaux, comme pour la station d’épuration de Mauron, dans le Morbihan.
175 millions d’euros supplémentaires pour soutenir le transport fluvial
175 millions d’euros supplémentaires pour soutenir le transport fluvial
L’État apporte son soutien aux Voies Navigables de France à travers la signature d’un contrat d'objectifs et de performance doté de 300 millions d’euros.
[Tribune] L’eau n’est pas un acquis, même en France !
[Tribune] L’eau n’est pas un acquis, même en France !
L’accès à l’eau en France semble une évidence. Mais la ressource est fragile, sous la triple menace du changement climatique, de la croissance démographique et de nos infrastructures vieillissantes. A l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, Olivier Lamarie, P-DG Xylem France BeLux, pointe les enjeux clés de l’eau en France.
Veolia et Suez enterrent la hache de guerre
Veolia et Suez enterrent la hache de guerre
Les groupes français Veolia et Suez annoncent un accord de rapprochement pour la constitution du champion mondial de la transformation écologique, longtemps voulu par Veolia.
Tous les articles EAU
Inscrivez-vous aux Trophées de la Distribution de Matériels
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.