EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
VIDÉOS
À la uneEAU

[Tribune] Eau potable et pollutions diffuses : comment reconquérir la qualité des captages ?

Par Guillaume Attard, chef de projet au Cerema. Publié le 16 juillet 2018.
[Tribune] Eau potable et pollutions diffuses : comment reconquérir la qualité des captages ?
Newsletters gratuites
Archiver cet article
Cette semaine, Guillaume Attard, chef de projet Gestion intégrée des ressources au Cerema, présente une méthodologie permettant de reconquérir la qualité des captages d’eau souterraine soumis à des pressions agricoles. Cette méthode, développée par le Cerema s’applique aux captages pollués par des nitrates et vise à prioriser les actions à mener sur les aires d’alimentation de captage (AAC) pour améliorer la qualité de l’eau souterraine prélevée. Elle permet également de vérifier la pertinence des actions déjà mises en œuvre.

En France, plusieurs milliers de captages d’eau potable présentent une dégradation avérée de la qualité de l’eau due aux pollutions diffuses (par exemple nitrates et pesticides). Dans le cadre de la politique de protection des ressources en eau captées contre les pollutions diffuses, il a été identifié environ 1 000 captages d’eau souterraine dits « prioritaires ». Ces captages ont été choisis en fonction de leurs niveaux de pollution et de leur caractère stratégique pouvant être justifié par l’absence de ressource de substitution. Pour reconquérir la qualité des captages pollués par des nitrates, la Direction de l’Eau et de la Biodiversité du Ministère de la Transition écologique et solidaire et l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse ont sollicité le Cerema pour mettre au point une méthode de référence pouvant être déployée à l’échelle du territoire national.

Face au constat d’une qualité d’eau souterraine dégradée, les collectivités ont besoin d’éléments quantitatifs pour optimiser leurs actions et estimer leur efficacité. Pour cela, il s’agit de déterminer les territoires qui ont la plus forte contribution à l’alimentation du captage et où les actions donneront des résultats rapides sur la qualité de l’eau prélevée. La méthode permet de cartographier à l’échelle parcellaire la contribution des territoires d’une AAC à l’alimentation du captage d’eau souterraine, et les temps de transit de l’eau depuis la surface du sol jusqu’au captage.

Pour obtenir ces cartographies, le Cerema a développé une série d’abaques géoréférencés. Pour chacune des configurations testées, des modélisations numériques déterministes ont permis de reproduire des conditions génériques d’écoulement entre le sol et le captage d’eau souterraine et de décrire les dynamiques caractéristiques de migration des pollutions diffuses. La technique numérique utilisée s’appuie sur la théorie généralisée des réservoirs développée en Suisse par le Centre d’Hydrogéologie et de Géothermie de Neuchâtel et éprouvée à l’international dans le cadre de la délimitation de périmètres de protection de captages, et de l’identification de sources de pollution. Les universités de Neuchâtel (Suisse) et de Grenoble-Alpes ont contribué au développement théorique de cette méthode.

Cette méthode cartographique de la contribution des territoires d’une AAC permet de s’adapter à une grande variété de contextes hydrogéologiques, notamment à différentes formes d’écoulements souterrains au sein des AAC, aux caractéristiques physiques des sols, et au débit prélevé par le captage. Le choix de l’abaque représentative de la configuration d’une AAC s’appuie sur certaines données indispensables telles qu’une carte piézométrique décrivant les écoulements souterrains, la recharge de la nappe, l’épaisseur de la nappe et de la zone non-saturée ainsi que la porosité et la perméabilité des sols. Grâce à un traitement simple réalisable à l’aide d’un système d’information géographique (SIG), la projection d’un abaque sur une AAC permet de hiérarchiser la contribution des territoires à l’alimentation du captage et le temps nécessaire pour qu’une action engagée sur le territoire ait un effet sur la qualité de l’eau souterraine prélevée.

Les cartographies obtenues guident ainsi dans la définition des programmes d’actions efficaces en ciblant les territoires où la contribution est la plus forte et où le temps nécessaire à l’amélioration de la qualité de l’eau captée sera le plus court. En outre, la méthode permet de vérifier si les objectifs de reconquête sont compatibles avec la dynamique de la nappe d’eau souterraine. Par ailleurs, la méthode permet de s’adapter aux contraintes des territoires grâce à la possibilité de tester plusieurs scénarios de reconquête. Enfin, elle offre également la possibilité au gestionnaire de disposer d’un tableau de bord des actions engagées sur les territoires.

Une collaboration entre le Cerema et l’INRA permettra prochainement de combiner cette méthode hydrogéologique avec des outils agronomiques permettant d’estimer et de spatialiser les émissions de nitrates inhérentes aux différentes pratiques culturales.
Guillaume Attard, chef de projet au Cerema / DR
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
S'identifier
S'inscrire
Rejoignez-nous sur : LinkedIn, Youtube, Facebook et Twitter.
À lire également
Endress+Hauser nomme son nouveau responsable des ventes monde
10 novembre 2022
Endress+Hauser nomme son nouveau responsable des ventes monde Avec le départ à la retraite de Nikolaus Krüger, Chief Sales Officer, Laurent Mulley prendra la tête des activités de ventes et de services du groupe au niveau mondial début janvier 2023. Agé de 54 ans, il exerçait jusque là les fonctions de directeur général France.
Le Sedif poursuit ses travaux de modernisation à Méry-sur-Oise
23 septembre 2022
Le Sedif poursuit ses travaux de modernisation à Méry-sur-Oise Débutés en phase d’études dès 2015, les travaux portant sur le poste de commande, la rénovation des unités de décantation et de filtration de la filière biologique courent jusqu’à 2024. Le budget de cette opération est de l’ordre de 50 millions d’euros.
Frédéric Walet occupe une nouvelle fonction chez Egis
24 août 2022
Frédéric Walet occupe une nouvelle fonction chez Egis Auparavant directeur général adjoint en charge des opérations de la Business Line, Frédéric Walet est désormais Directeur exécutif Grands ouvrages, Eau, Environnement et Énergie d’Egis.
Tous les articles EAU
[Vidéo] 3 questions à Stéphanie Gay, directrice du Salon des maires et des collectivités locales
Dernier numéro
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Actu réglementaire
Le coup d'oeil
+
Newsletters gratuites
- Gratuites
- Différents thèmes au choix
- Spécialisées dans votre secteur

Nous contacter
✎ Proposer des sujets, communiquer sur nos supports ou besoin d'aide ?
Nous contacter
En partenariat avec
Événements
+ d'événements
Emploi
- Ouvrier viticole tractoriste H/F
- Responsable de Territoire H/F
- Technicien / Technicienne en environnement industriel
- Consultant junior en analyse financière, sociale et économique - Lyon F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola