Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

EAU
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Trois questions à : Tristan Mathieu, délégué général de la FP2E

Partager :
Trois questions à : Tristan Mathieu, délégué général de la FP2E
Par Propos recueillis par Eva Gomez, le 7 mars 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Eau
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Alors que la seconde phase des Assises de l’eau s’intéresse au grand cycle de l’eau et aux enjeux de la gestion de la ressource, le délégué général de la Fédération professionnelle des entreprises de l’eau revient sur deux solutions qu’il estime d’avenir : la réutilisation des eaux usées traitées et la valorisation agricole des boues de stations d’épuration.

Où en est-on de la réutilisation des eaux usées traitées en France et en Europe ?

La France est globalement en retard sur cette question. Pendant longtemps nous n’avons pas eu à nous soucier des problématiques de ressource en eau, mais avec le changement climatique, un vrai manque d’eau apparaît dans certaines régions. La réutilisation d’eaux usées traitées est une réponse très solide à cette problématique et la FP2E la défend lors durant la seconde phase des Assises de l’eau. Au niveau européen, nous sommes en attente d’un texte réglementaire. Au-delà de l’encadrement des règles de contrôle et de transparence, nous espérons qu’il élargisse les autorisations. En France cette pratique est seulement utilisée pour l’arrosage d’espaces verts et en particulier sur des terrains de golf : il en existe une dizaine, surtout sur les zones littorales.

Quels autres usages pourraient être développés ? Quels volumes cela pourrait représenter ?

Les agriculteurs – et nous en avons rencontré un certain nombre sur le salon international de l’agriculture – sont très enthousiastes à l’idée de réutiliser des eaux usées pour arroser leurs cultures. Des élus de montagne souhaiteraient également disposer de ces ressources pour la production de neige de culture. Une expérimentation a été autorisée à Tarbes pour l’agriculture. Mais à terme nous pouvons aussi imaginer un usage étendu au secteur industriel.

En supposant que l’on puisse combler le retard actuel de la France vis-à-vis de pays voisins (l’Espagne notamment, qui réutilise environ 14% de ses eaux usées traitées), ce sont quelque 700 millions de m3 dont pourrait disposer la France pour ces différentes activités.

Et quelle est la position de la FP2E concernant la valorisation agricole des boues de stations d’épuration (STEP) ?

Actuellement, 10 millions de tonnes de boues de STEP sont épandues sur les terres agricoles, comme fertilisant. Cela représente 44% de la valorisation de ces boues1, soit une grande majorité. Et 36% , soit 3 millions de tonnes, retournent au sol sou forme de compost produit grâce à un mélange des boues et de déchets verts. Ce compostage est selon les professionnels, le meilleur débouché pour les boues de STEP et cet usage est en hausse depuis plusieurs années.

Mais nous sommes inquiets car le gouvernement semble peu à peu revenir sur ce principe. Nous ne comprenons pas cette position, qui n’est pas logique vis-à-vis des objectifs d’économie circulaire dans les services d’eau. Notre pays aurait intérêt à établir, collectivement, une stratégie durable, cohérente avec les objectifs de la transition écologique et les impératifs de sécurité alimentaire, en associant les parties prenantes – collectivités locales, professionnels de l’agroalimentaire, acteurs de la gestion de l’eau, notamment.


1 : Source : bases BDERU du Ministère de la Transition Eco. et Solidaire, données 2016. N.B. : Incinération 17%, Mise en décharge 1%, «Autre» 3%.
Tristan Mathieu, délégué général de la FP2E / DR
  [Vidéo] Des bambous pour traiter les eaux usées
Rendez-vous à Miramas dans les Bouches-du-Rhône, où la jeune pousse Bamboo For Life nous fait visiter l'une de ses stations d'épuration constituée de bambous !
+ de vidéos Environnement TV
UN POINT SUR LA REPRISE AVEC...
Matteo Carando, directeur d’ERG France
Les entreprises et acteurs de l’environnement organisent, depuis mi-mai, la reprise de leurs activités. Environnement-magazine.fr propose aux professionnels de partager leur organisation, des réflexions sur l’impact du confinement et leur vision de l’après-crise. Aujourd’hui, nous donnons la parole à Matteo Carando, directeur d’ERG France.
Toutes les interviews
Actu réglementaire
Décret du 1er juillet 2020 portant nomination au comité des finances locales institué par l'article L. 1211-1 du code général des collectivités territoriales Lire
Arrêté du 29 juin 2020 portant nomination au sein du Conseil national d'évaluation des normes Lire
Arrêté du 30 juin 2020 portant nomination de la directrice du Fonds d'indemnisation des victimes de l'amiante Lire
Arrêté du 25 juin 2020 pris pour l'application, en 2020, de l'article L. 1614-4 du code général des collectivités territoriales Lire
Arrêté du 29 juin 2020 portant interdiction de mise sur le marché de bouteilles de gaz métalliques non rechargeables contenant de l'hélium Lire
Arrêté du 22 juin 2020 pris en application du décret n° 2019-799 du 26 juillet 2019 fixant les modalités d'indemnisation du référent déontologue et du référent en matière de recueil des signalements émis par les lanceurs d'alerte de l'Autorité de sûreté nucléaire Lire
À lire également
L’UPGE et l’OIEau signent une convention-cadre
L’UPGE et l’OIEau signent une convention-cadre
L’Union des professionnels du génie écologique et l’Office international de l’eau ont signé, ce mardi 30 juin, une convention-cadre fixant les modalités de collaboration entre les deux structures dans les domaines de l’eau, du génie écologique, des milieux aquatiques, de la biodiversité et de l’économie circulaire.
[Vidéo] Des bambous pour traiter les eaux usées
[Vidéo] Des bambous pour traiter les eaux usées
Rendez-vous à Miramas dans les Bouches-du-Rhône, où la jeune pousse Bamboo For Life nous fait visiter l'une de ses stations d'épuration constituée de bambous !
Antoine Zenone, nouveau directeur de territoire France et Iberia de Wavin
Antoine Zenone, nouveau directeur de territoire France et Iberia de Wavin
Wavin, fabricant de systèmes de canalisations en matières plastiques, a nommé Antoine Zenone au poste de directeur de territoire France et Iberia (Espagne et Portugal).
Irrifrance mise sur les eaux usées et le soleil
Irrifrance mise sur les eaux usées et le soleil
Irrifrance, entreprise héraultaise spécialisée dans l’irrigation agricole, annonce le développement de nouveaux pivots capables, d’une part, de réutiliser les eaux usées traitées et, d’autre part, d’être alimentés par des panneaux solaires.
Bassins Rhône-Méditerranée-Corse : 180 millions d'euros pour soutenir la commande publique
Bassins Rhône-Méditerranée-Corse : 180 millions d'euros pour soutenir la commande publique
Mobilisée pour relancer l’économie après la crise sanitaire, l’Agence de l’Eau Rhône-Méditerranée-Corse vient d’obtenir un élargissement de ses règles d’interventions via l’appel à projets baptisé « Plan de rebond Eau, Climat, Biodiversité ». Un dispositif de près de 180 millions d'euros qui vise à soutenir la commande publique dans le domaine de l’eau.
Bernard Saunier : « Détecter le coronavirus dans les eaux usées est un moyen fiable pour comprendre la dynamique de l'épidémie »
Bernard Saunier : « Détecter le coronavirus dans les eaux usées est un moyen fiable pour comprendre la dynamique de l'épidémie »
Alors que le pic épidémiologique de l'épidémie de Covid-19 était en passe d'être franchi en France, l'Académie des technologies a publié, fin avril, un avis appelant les autorités publiques à soutenir les recherches sur le coronavirus SARS-CoV-2 dans les eaux usées. Objectifs ? Comprendre l'évolution de la pandémie, tout en optimisant le réemploi des eaux usées traitées. Rencontre avec Bernard Saunier, académicien et président de BSR Technologies.
[Dossier] Eaux pluviales : MicroMegas compare systèmes centralisés et gestion à la source
[Dossier] Eaux pluviales : MicroMegas compare systèmes centralisés et gestion à la source
Piloté entre 2015 et 2019 par l’Insa de Lyon, le programme de recherche MicroMegas a comparé l’efficacité de systèmes à la source et centralisés sur l’abattement de micropolluants dans les rejets urbains de temps de pluie. Affichant les meilleures performances, les systèmes diffus, noues en tête, ont prouvé leur intérêt pour abattre les différentes familles de micropolluants.
Tous les articles EAU
En partenariat avec
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
e-EUBCE
6 Juillet 2020
e-EUBCE
Salon de l’Association des Maires d’Ile-de-France
8 Juillet 2020
Salon de l’Association des Maires d’Ile-de-France
Solar PV World Expo 2020
16 Août 2020
Solar PV World Expo 2020
+ d'événements
Emploi
- Alternance - Chargé(e) de Prévention Santé et Sécurité H/F
- Chef de secteur H/F
- Poseur / Poseuse en isolation thermique
- Manager de Production F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.