Abonnements Découvrez nos formules print et numérique Accès abonnés Voir nos offres
Menu

EAU
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
EMPLOI

Pollution dans les captages d'eau : les mesures du Grenelle sont efficaces d'après l'UFC-Que choisir

Partager :
Pollution dans les captages d'eau : les mesures du Grenelle sont efficaces d'après l'UFC-Que choisir
Par Eva Gomez, le 28 mars 2019
Découvrez notre newsletter gratuite Eau
Ce jeudi 28 mars, l’UFC-Que choisir a publié les résultats d’une enquête menée sur 102 captages d’eau prioritaires, concernés par l’expérimentation du Grenelle de l’environnement : dans plus de 60% des cas, les taux de concentration en nitrates et en pesticides ont diminué.

« Le bilan est nuancé mais globalement positif », se félicite le président de l’UFC-Que choisir, Alain Bazot. Ce jeudi 28 mars, l’association de consommateurs UFC-Que choisir publie les résultats d’une enquête menée auprès de 102 captages prioritaires concernés par l’expérimentation du Grenelle de l’environnement. Une étude qui « montre que la persistance des pollutions agricoles dans l’eau n’est pas une fatalité », souligne l’association.

Une baisse des pollutions dans 46 captages sur 76

Les mesures du Grenelle ont pour objectif de concentrer les efforts autour 1.000 captages prioritaires, les plus menacés par les pollutions (soit 3% des captages de France métropolitaine). « Alors que ces mesures ont été engagées en 2007, aucun bilan ni constat n’a été établi. Dans le cadre des assises de l’eau, nous avons mené cette enquête pour disposer d’éléments d’évaluation de ces mesures », explique Alain Bazot. L’association a ainsi ciblé 102 captages dans 27 départements afin d’enquêter sur les impacts des mesures engagées. « Pour 21 de ces captages, nous n’avons reçu aucune information de la part des autorités locales », précise Olivier Andrault, chargé de mission pour les études de l’UFC-Que Choisir. « Un constat d’opacité décevant et inquiétant », estime-t-il.

Pour 76 des 81 captages restants, des mesures précises ont été possibles : « la pollution a diminué sur 46 captages, elle s’est stabilisée sur 19 captages et n’a augmenté que dans 11 cas », souligne Olivier Andrault. Sur 71 captages concernés par la pollution aux nitrates, les taux de concentration ont diminué dans près de deux cas sur trois et se sont stabilisés dans un cas sur trois. « En moyenne, le taux de nitrates a diminué de 25% dans les eaux brutes », se réjouit le chargé de mission de l’association. Pour les captages concernés par la pollution aux pesticides, des baisses ont été constatées dans 11 cas, et une stabilisation dans 10 cas. « Les niveaux de pollutions aux pesticides ont diminué de 70% en moyenne », précise Olivier Andrault.

Efficacité du pilotage par les communes desservies

L’enquête s’intéresse également aux mesures les plus efficaces : « Nous constatons que lorsque la mise en œuvre des mesures du Grenelle est pilotée par les communes desservies, les résultats sont plus probants », remarque Olivier Andrault. Neuf captages sur les 10 concernés enregistrent en effet une baisse des niveaux de pollutions. « Les communes ont beaucoup à gagner, non seulement d’un point de vue financier, car les coûts de traitement de l’eau sont élevés, mais également d’un point de vue sanitaire », analyse le chargé de mission de l’UFC-Que choisir. Au contraire, les moins bons résultats sont obtenus « lorsque des chambres d’agriculture pilotent la mise en œuvre des mesures », relève Olivier Andrault.

Par ailleurs, « les baisses de pollutions en nitrates sont trois fois plus importantes quand les plans d’action « Grenelle » contiennent des mesures d’application obligatoires (en moyenne, - 23 % de nitrates) par rapport aux plans d’action dont les mesures sont strictement volontaires (- 8 %) », souligne l’association. Un suivi régulier des niveaux de pesticides permet également d’obtenir de bons résultats, ainsi que la mise en place d’objectifs ambitieux de baisse des pollutions (en dessous de la norme, fixée à 50 mg/l). Concernant les nitrates, « la mise en œuvre de mesures paysagères, comme le développement de haies pour retenir les eaux pluviales, permet d’obtenir une diminution des taux de pollution dans 19 captages sur 25 concernés », précise Olivier Andrault. « Il en est de même pour l’ajustement précis des doses d’engrais à l’hectare, qui permet d’obtenir des baisses de concentration en nitrates deux fois plus importantes », ajoute-t-il.

Etendre les mesures de lutte contre les pollutions à l’ensemble des captages

Malgré des résultats encourageants, l’association « déplore un très faible développement de l’agriculture biologique et des surfaces boisées dans les aires de captage, alors que ces modes de production sont particulièrement efficaces pour limiter les pollutions dans les zones sensibles ».

« Ce bilan positif ne concerne que 3% des captages français, il faudrait donc étendre ces mesures de protection à l’ensemble des 35.000 captages », estime Alain Bazot. L’UFC-Que choisir prône également la réalisation de bilans exhaustif de la protection des 1.000 captages prioritaires, ainsi qu’un état des lieux réguliers des 35.000 captages du territoire. « Il faudrait également un renforcement réglementaire des mesures de protection des captages : définir des mesures obligatoires, octroyer le pilotage des plans d’action aux collectivités locales desservies, ou encore développer sur les aires de captage, des modes de production agricole peu polluants », développe le président de l’association. Ce dernier rappelle également que « la mise en œuvre stricte du principe pollueur-payeur, demandé par l’association, est très sollicitée par les consommateurs dans le cadre du grand débat national ».

« Après la déception des Etats généraux de l’alimentation, qui ont fait une impasse sur l’eau, nous espérons que les assises de l’eau mèneront à des conclusions et mesures concrètes et qu’il ne s’agira pas seulement d’une grande opération de communication », martèle le président de l’UFC-Que choisir.
Puis du Theuriet / Crédit : Mairie d'Orléans
Tous nos articles à partir de 8,99 €
JE M'ABONNE
S'identifier
S'inscrire
[ PARTENARIAT ] Intégrer durablement les eaux de pluie dans l'aménagement du territoire
Voilà ce que DOUAISIS AGGLO met en œuvre depuis plus de 25 ans. Riche de cette expérience, le territoire tire aujourd’hui de multiples bénéfices de cette politique volontariste et efficace. Il est donc logique que Douai accueille, les 5 et 6 juin prochains, les Assises nationales de la gestion durable des eaux pluviales.
En partenariat avec
À lire également
Bassin Seine-Normandie : 3,7 milliards d'euros d'aides pour le dixième programme
Bassin Seine-Normandie : 3,7 milliards d'euros d'aides pour le dixième programme
Alors que l’agence de l’eau Seine-Normandie lance son 11ème programme, elle établit un bilan du dixième.
Jean-Michel Coll : « En haute montagne, nous adaptons la production d'eau potable aux flux touristiques »
Jean-Michel Coll : « En haute montagne, nous adaptons la production d'eau potable aux flux touristiques »
Dans le massif des Pyrénées à Font-Romeu, alors que la saison touristique bat son plein, la gestion de la ressource en eau est un enjeu primordial.
Le 20e Carrefour de l'eau aura rassemblé 12.000 visiteurs
Le 20e Carrefour de l'eau aura rassemblé 12.000 visiteurs
La 20e édition du Carrefour de l’eau aura réuni 12.400 visiteurs.
Altereo annonce l'entrée de iXO Private Equity à son capital
Le 12 mars dernier, la société d'ingénierie de l'eau et de l'environnement Altereo, a annoncé l'entrée de iXO Private Equity à son capital, ainsi qu'un changement de gouvernance.
[Dossier] Aqualter forme ses veilleurs de l’eau
[Dossier] Aqualter forme ses veilleurs de l’eau
Dans la société d’économie mixte Cm Eau, qui associe Aqualter à Chartres Métropole, l’exploitant a formé des veilleurs d’eau qui rapportent leur perception de la qualité et du goût de l’eau.
[vidéo] Carrefour de l'eau 2019 : les Assises de l'eau en perspective
[vidéo] Carrefour de l'eau 2019 : les Assises de l'eau en perspective
À l'occasion de la dernière édition du Carrefour de l'eau, qui s'est tenue à Rennes du 30 au 31 janvier, nous sommes allés à la rencontre des acteurs du secteur pour évoquer avec eux le second volet des Assises de l'eau.
Trois questions à : Tristan Mathieu, délégué général de la FP2E
Trois questions à : Tristan Mathieu, délégué général de la FP2E
Alors que la seconde phase des Assises de l'eau s'intéresse au grand cycle de l'eau et aux enjeux de la gestion de la ressource, le délégué général de la Fédération professionnelle des entreprises de l'eau revient sur deux solutions qu'il estime d'avenir : la réutilisation des eaux usées traitées et la valorisation agricole des boues de stations d'épuration.
Tous les articles EAU
ACCÈS AU KIOSQUE
Événements
Construmat
14 Mai 2019
Construmat
TAP 2019
15 Mai 2019
TAP 2019
Les Confs Amiante Bordeaux
16 Mai 2019
Les Confs Amiante Bordeaux
+ D'ÉVÉNEMENTS
Emploi
- Poseur de stores et rideaux (H/F) - Anglet (64)
- Opérateur(trice) Gestion des Reseaux H/F
- Jardinier / Jardinière
- Chargé(e) Etudes Construction F/H
+ D’OFFRES
Rubriques
Eau
Recyclage
Énergie
Territoires
Cleantech
Politiques
Pollutions
Biodiversité
Mobilité
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
BTP Magazine
BTP Rail
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Emploi
Newsletters
Agenda
Abonnés
RGPD 2018
CGV (digital)
CGV (magazines)
CGV (pub)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.