Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

EAU
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
VIDÉOS

Pollution dans les captages d'eau : les mesures du Grenelle sont efficaces d'après l'UFC-Que choisir

Partager :
Pollution dans les captages d'eau : les mesures du Grenelle sont efficaces d'après l'UFC-Que choisir
Par Eva Gomez, le 28 mars 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Eau
Ce jeudi 28 mars, l’UFC-Que choisir a publié les résultats d’une enquête menée sur 102 captages d’eau prioritaires, concernés par l’expérimentation du Grenelle de l’environnement : dans plus de 60% des cas, les taux de concentration en nitrates et en pesticides ont diminué.

« Le bilan est nuancé mais globalement positif », se félicite le président de l’UFC-Que choisir, Alain Bazot. Ce jeudi 28 mars, l’association de consommateurs UFC-Que choisir publie les résultats d’une enquête menée auprès de 102 captages prioritaires concernés par l’expérimentation du Grenelle de l’environnement. Une étude qui « montre que la persistance des pollutions agricoles dans l’eau n’est pas une fatalité », souligne l’association.

Une baisse des pollutions dans 46 captages sur 76

Les mesures du Grenelle ont pour objectif de concentrer les efforts autour 1.000 captages prioritaires, les plus menacés par les pollutions (soit 3% des captages de France métropolitaine). « Alors que ces mesures ont été engagées en 2007, aucun bilan ni constat n’a été établi. Dans le cadre des assises de l’eau, nous avons mené cette enquête pour disposer d’éléments d’évaluation de ces mesures », explique Alain Bazot. L’association a ainsi ciblé 102 captages dans 27 départements afin d’enquêter sur les impacts des mesures engagées. « Pour 21 de ces captages, nous n’avons reçu aucune information de la part des autorités locales », précise Olivier Andrault, chargé de mission pour les études de l’UFC-Que Choisir. « Un constat d’opacité décevant et inquiétant », estime-t-il.

Pour 76 des 81 captages restants, des mesures précises ont été possibles : « la pollution a diminué sur 46 captages, elle s’est stabilisée sur 19 captages et n’a augmenté que dans 11 cas », souligne Olivier Andrault. Sur 71 captages concernés par la pollution aux nitrates, les taux de concentration ont diminué dans près de deux cas sur trois et se sont stabilisés dans un cas sur trois. « En moyenne, le taux de nitrates a diminué de 25% dans les eaux brutes », se réjouit le chargé de mission de l’association. Pour les captages concernés par la pollution aux pesticides, des baisses ont été constatées dans 11 cas, et une stabilisation dans 10 cas. « Les niveaux de pollutions aux pesticides ont diminué de 70% en moyenne », précise Olivier Andrault.

Efficacité du pilotage par les communes desservies

L’enquête s’intéresse également aux mesures les plus efficaces : « Nous constatons que lorsque la mise en œuvre des mesures du Grenelle est pilotée par les communes desservies, les résultats sont plus probants », remarque Olivier Andrault. Neuf captages sur les 10 concernés enregistrent en effet une baisse des niveaux de pollutions. « Les communes ont beaucoup à gagner, non seulement d’un point de vue financier, car les coûts de traitement de l’eau sont élevés, mais également d’un point de vue sanitaire », analyse le chargé de mission de l’UFC-Que choisir. Au contraire, les moins bons résultats sont obtenus « lorsque des chambres d’agriculture pilotent la mise en œuvre des mesures », relève Olivier Andrault.

Par ailleurs, « les baisses de pollutions en nitrates sont trois fois plus importantes quand les plans d’action « Grenelle » contiennent des mesures d’application obligatoires (en moyenne, - 23 % de nitrates) par rapport aux plans d’action dont les mesures sont strictement volontaires (- 8 %) », souligne l’association. Un suivi régulier des niveaux de pesticides permet également d’obtenir de bons résultats, ainsi que la mise en place d’objectifs ambitieux de baisse des pollutions (en dessous de la norme, fixée à 50 mg/l). Concernant les nitrates, « la mise en œuvre de mesures paysagères, comme le développement de haies pour retenir les eaux pluviales, permet d’obtenir une diminution des taux de pollution dans 19 captages sur 25 concernés », précise Olivier Andrault. « Il en est de même pour l’ajustement précis des doses d’engrais à l’hectare, qui permet d’obtenir des baisses de concentration en nitrates deux fois plus importantes », ajoute-t-il.

Etendre les mesures de lutte contre les pollutions à l’ensemble des captages

Malgré des résultats encourageants, l’association « déplore un très faible développement de l’agriculture biologique et des surfaces boisées dans les aires de captage, alors que ces modes de production sont particulièrement efficaces pour limiter les pollutions dans les zones sensibles ».

« Ce bilan positif ne concerne que 3% des captages français, il faudrait donc étendre ces mesures de protection à l’ensemble des 35.000 captages », estime Alain Bazot. L’UFC-Que choisir prône également la réalisation de bilans exhaustif de la protection des 1.000 captages prioritaires, ainsi qu’un état des lieux réguliers des 35.000 captages du territoire. « Il faudrait également un renforcement réglementaire des mesures de protection des captages : définir des mesures obligatoires, octroyer le pilotage des plans d’action aux collectivités locales desservies, ou encore développer sur les aires de captage, des modes de production agricole peu polluants », développe le président de l’association. Ce dernier rappelle également que « la mise en œuvre stricte du principe pollueur-payeur, demandé par l’association, est très sollicitée par les consommateurs dans le cadre du grand débat national ».

« Après la déception des Etats généraux de l’alimentation, qui ont fait une impasse sur l’eau, nous espérons que les assises de l’eau mèneront à des conclusions et mesures concrètes et qu’il ne s’agira pas seulement d’une grande opération de communication », martèle le président de l’UFC-Que choisir.
Puis du Theuriet / Crédit : Mairie d'Orléans
Retrouvez toute l'information "eau" dans Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
  Environnement TV à la cime des arbres

Ne perdez pas une minute, Environnement TV est en ligne !
Toutes nos vidéos
À lire également
Caisson d’infiltration des eaux pluviales sous espaces verts
Caisson d’infiltration des eaux pluviales sous espaces verts
Dika enrichit sa gamme de caissons d’infiltration et de rétention des eaux pluviales avec le Rainbox 3S Channel.
Et si les poteaux incendie détectaient les fuites d'eau ?
Et si les poteaux incendie détectaient les fuites d'eau ?
Les enjeux de la lutte contre les fuites d’eau sur les réseaux d’eau potable sont aujourd’hui bien connus de tous. Alors, lorsqu’une nouvelle solution permettant aux collectivités de limiter les pertes d’eau arrive sur le marché, c’est l’occasion de présenter cette innovation. Sentinel, c’est le nom de la solution de détection automatique des fuites via les poteaux incendie développée par l’entreprise Bayard.   
Les pôles de compétitivité de la filière eau se regroupent dans la fédération France Water Team
Les pôles de compétitivité de la filière eau se regroupent dans la fédération France Water Team
Les pôles de compétitivité Aqua-Valley, Dream eau et milieux et Hydreos, annoncent se regrouper au sein de la fédération France Water Team.
Frans Bonhomme en contrat avec la Métropole de Lyon
Le distributeur français Frans Bonhomme annonce avoir remporté le marché de fourniture de dispositifs de fermeture pour les réseaux d’assainissement et de dispositifs d’évacuation des eaux pluviales pour la Métropole de Lyon. Le contrat est conclu pour deux ans renouvelables.
Le Sedif teste la filtration membranaire à l’usine de Neuilly-sur-Marne
Le Sedif teste la filtration membranaire à l’usine de Neuilly-sur-Marne
Le Sedif a présenté, le jeudi 29 août à l’occasion de ses chantiers d’été, le pilote d’osmose inverse basse pression installé dans l’usine de production d’eau potable de Neuilly-sur-Marne (93). Un premier pas avant l’installation de cette étape de traitement de finition en 2028.
La détérioration de la qualité de l'eau impacte la croissance économique
La détérioration de la qualité de l'eau impacte la croissance économique
Le 20 août dernier, la Banque mondiale a publié un rapport sur le coût de la détérioration de la qualité de l'eau dans le monde : celle-ci réduirait la croissance d'un tiers dans certains pays.
Le comité de suivi hydrologique fait le bilan de la sécheresse de l'été 2019
Le comité de suivi hydrologique fait le bilan de la sécheresse de l'été 2019
Ce jeudi 29 août, la secrétaire d'Etat auprès de la ministre de la transition écologique, Emmanuelle Wargon, a réuni le comité de suivi hydrologique afin de faire un point sur les vagues de sécheresse qui ont touché la France depuis le mois de juin.
Tous les articles EAU
Appels d'offres
En partenariat avec
Accès au kiosque
Événements
Rencontres Internationales de la Mobilite Durable
20 Septembre 2019
Rencontres Internationales de la Mobilite Durable
JDL 2019
25 Septembre 2019
JDL 2019
Cycl'eau Vichy
25 Septembre 2019
Cycl'eau Vichy
+ d'événements
Emploi
- TECHNICIEN(NE)S MAINTENANCE GAZ (H/F) Laval
- Electromécanicien(ne) H/F
- Ouvrier / Ouvrière d'entretien des espaces naturels
- Chargé d'opérations bâtiments F/H
+ d’offres
Rubriques
Eau
Recyclage
Énergie
Territoires
Cleantech
Politiques
Pollutions
Biodiversité
Mobilité
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
BTP Magazine
BTP Rail
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Emploi
Newsletters
Agenda
Abonnés
RGPD 2018
CGV (digital)
CGV (magazines)
CGV (pub)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.