Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

EAU
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Des composés radioactifs sont présents dans l'eau potable de 268 communes françaises

Partager :
Des composés radioactifs sont présents dans l'eau potable de 268 communes françaises
Par E.G, le 19 juillet 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Eau
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Mercredi 17 juillet, l’Association pour le contrôle de la radioactivité dans l’ouest (Acro) a publié une carte exclusive de la contamination radioactive de l’eau potable en France métropolitaine. L’eau potable de 268 communes, correspondant à 6,4 millions de personnes, contient du tritium, dans des concentrations qui ne dépassent toutefois pas le critère de qualité fixé par les autorités sanitaires.

« Les données nous ont été fournies par le ministère de la Santé (ARS – SISE Eaux) et représentent la valeur moyenne de tritium présent dans l’eau potable sur les années 2016- 2017 », explique l’Acro dans un communiqué en date du 17 juillet. Le laboratoire publie une cartographie de la contamination radioactive de l’eau potable en France métropolitaine : du tritium – l’hydrogène radioactif rejeté par les installations nucléaires – est présent dans plusieurs zones, à savoir le long de la Seine, de la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine à l’Ile-de-France ; le long de la Vienne et de la Loire ; autour du centre du CEA de Valduc (Côte-d’Or) où le tritium est produit pour l’armement nucléaire et autour du centre CEA de Saclay (Essonne).

« Le long de la Vienne, Châtellerault présente des niveaux parmi les plus importants relevés. La moyenne sur 2016 et 2017 est de 31 Bq/litre sur 18 prélèvements effectués », précise l’Acro. Du tritium est également détecté dans toutes les communes s’alimentant dans la Loire ou dans les nappes sédimentaires du fleuve. A Orléans, Blois, Tours, Angers et Nantes notamment. « Dans le Maine-et-Loire, 72 communes (soit 40% des communes du département) présentent des valeurs significatives en tritium dans les données fournies par la Direction Générale de la Santé », est-il précisé. Le long de la Seine, 122 communes sont concernées, soit 4 millions d’habitants. « La seule usine de potabilisation de Choisy-le-Roi alimente en eau potable 56 communes de la banlieue Sud et Ouest de Paris, ce qui représente environ 1,9 million d’habitants », explique l’Acro. « Avec une concentration moyenne de 10 Bq/litre, 1,3 TBq de tritium sont donc distribués chaque année par cette seule usine, soit 2,5% des rejets de la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine », ajoute l’association.

Le tritium comme lanceur d’alerte

Toutefois, aucune valeur relevée ne dépasse le critère de qualité fixé à 100 Bq/L (becquerel par litre) par les autorités sanitaires. La limite sanitaire étant fixée à 10.000 Bq/L par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Mais pour l’Acro, « le tritium est un lanceur d’alerte », qui doit attirer l’attention vers d’autres probables rejets radioactifs. « En cas d’accident grave sur une des centrales nucléaires sur la Seine, la Vienne ou la Loire, il n’y aura pas que le tritium rejeté et ce sont des millions de personnes qui risquent d’être privées d’eau potable », s’inquiète l’association. Celle-ci demande donc que la pollution radioactive soit prise en compte dans les plans « Orsec eau potable » qui doivent être établis pour fin 2020, et que les mesures réalisées par les Agences régionales de santé (ARS) soient plus fréquentes en cas de détection de polluants.

Des valeurs guides trop élevées selon la Criirad

En réaction à cette publication, la Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité (Criirad) souligne qu’elle est « régulièrement confrontée à des situations de contamination de l’eau potable ou des ressources en eau par le tritium, parfois depuis des décennies, notamment autour des sites de Valduc, Marcoule ou La Hague/CSM) ». La Criirad indique par ailleurs que « L’OMS retient pour les polluants radioactifs, un niveau de risque cancérigène plus de 100 fois supérieur à celui qu’elle a pris en référence pour les polluants cancérigènes chimiques », ce qui conduit à « normaliser des situations de pollution ».

La commission demande de fait un travail de révision des valeurs guides par l’OMS. « L’application au tritium de la méthodologie et du niveau de risque maximum définis pour les cancérigènes chimiques conduit à abaisser la limite sanitaire à 30 Bq/l », estime la Criirad, voire 10 Bq/L en « prenant compte de l’ensemble des paramètres pertinents ».
Wikimedia Commons / DR
  [Vidéo] Des bambous pour traiter les eaux usées
Rendez-vous à Miramas dans les Bouches-du-Rhône, où la jeune pousse Bamboo For Life nous fait visiter l'une de ses stations d'épuration constituée de bambous !
+ de vidéos Environnement TV
UN POINT SUR LA REPRISE AVEC...
Matteo Carando, directeur d’ERG France
Les entreprises et acteurs de l’environnement organisent, depuis mi-mai, la reprise de leurs activités. Environnement-magazine.fr propose aux professionnels de partager leur organisation, des réflexions sur l’impact du confinement et leur vision de l’après-crise. Aujourd’hui, nous donnons la parole à Matteo Carando, directeur d’ERG France.
Toutes les interviews
Actu réglementaire
Décret du 1er juillet 2020 portant nomination au comité des finances locales institué par l'article L. 1211-1 du code général des collectivités territoriales Lire
Arrêté du 29 juin 2020 portant nomination au sein du Conseil national d'évaluation des normes Lire
Arrêté du 30 juin 2020 portant nomination de la directrice du Fonds d'indemnisation des victimes de l'amiante Lire
Arrêté du 25 juin 2020 pris pour l'application, en 2020, de l'article L. 1614-4 du code général des collectivités territoriales Lire
Arrêté du 29 juin 2020 portant interdiction de mise sur le marché de bouteilles de gaz métalliques non rechargeables contenant de l'hélium Lire
Arrêté du 22 juin 2020 pris en application du décret n° 2019-799 du 26 juillet 2019 fixant les modalités d'indemnisation du référent déontologue et du référent en matière de recueil des signalements émis par les lanceurs d'alerte de l'Autorité de sûreté nucléaire Lire
À lire également
Gestion raisonnée de l’eau en irrigation agricole
Gestion raisonnée de l’eau en irrigation agricole
La société Aquadoc propose Andromède, une solution sur mesure pour le pilotage de l’irrigation et une gestion automatisée et connectée d’une ressource en eau limitée et partagée entre plusieurs utilisateurs.
Info-secheresse.fr, une plateforme de surveillance des sécheresses
Info-secheresse.fr, une plateforme de surveillance des sécheresses
Imageau lance info-secheresse.fr, une plateforme gratuite pour surveiller en temps réel l’évolution de la ressource hydrique à destination des acteurs publics et privés de l’eau.
Wilo présente une nouvelle pompe autonome
Le fabricant de pompes et systèmes de pompage, Wilo présente une nouvelle pompe pompe immergée et autonome, alimentée par l’énergie solaire.
Blubalance, une solution de traitement des eaux industrielles sans produits chimiques
Blubalance, une solution de traitement des eaux industrielles sans produits chimiques
Dès cet été, l'entreprise Integral Co. Water solutions va lancer des essais pilotes en France pour sa solution de traitement des eaux industrielles sans produits chimiques, blubalance.
Les industriels des réseaux d’eau interpellent les donneurs d’ordres
Les industriels des réseaux d’eau interpellent les donneurs d’ordres
Les industriels du transport de l’eau et de l’assainissement membres de l’ITEA ont rappelé aux professionnels, élus et collectivités, ce jeudi 14 mai, le besoin qu’ils ont de l’engagement de tous les acteurs pour sauvegarder leur outil de production.
Les rencontres nationales de la gestion des eaux à la source auront lieu en octobre prochain
Les rencontres nationales de la gestion des eaux à la source auront lieu en octobre prochain
Les Rencontres nationales des acteurs de l'ANC laissent place en 2020 aux Rencontres nationales de la gestion des eaux à la source. Elles auront lieu les 13 et 14 octobre prochains au Parc des exposition de Dijon.
Tristan Mathieu : « L’assainissement collectif peut être une sentinelle de la contamination des Français au Covid-19 »
Tristan Mathieu : « L’assainissement collectif peut être une sentinelle de la contamination des Français au Covid-19 »
Cela fait plus de 80 ans que la Fédération Professionnelle des Entreprises de l’Eau (FP2E) veille aux intérêts d’entreprises de l’eau et de l’assainissement comme Veolia, Saur ou Suez, Aqualter ou encore Sogedo. Nous avons rencontré Tristan Mathieu, le délégué général de la FP2E pour savoir comment le secteur s’est comporté face à la crise du Covid-19.
Tous les articles EAU
En partenariat avec
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
e-EUBCE
6 Juillet 2020
e-EUBCE
Salon de l’Association des Maires d’Ile-de-France
8 Juillet 2020
Salon de l’Association des Maires d’Ile-de-France
Solar PV World Expo 2020
16 Août 2020
Solar PV World Expo 2020
+ d'événements
Emploi
- Alternance - Chargé(e) de Prévention Santé et Sécurité H/F
- Chef de secteur H/F
- Poseur / Poseuse en isolation thermique
- Manager de Production F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.