Offre Silver (à partir de 8,90 €)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

L’eau des villes devra payer pour la protection de la ressource à la campagne

L’eau des villes devra payer pour la protection de la ressource à la campagne
Par Laurence Madoui, le 21 novembre 2019.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
La ruralité ne pourra assumer les investissements nécessaires à la mise en place d’un service « durable » de l’eau et de l’assainissement sans l’appui des zones urbaines : c’est le consensus qui s’est dégagé de la table ronde sur le prix de l’eau organisée, le 20 novembre au salon des maires et des collectivités locales, par le Cercle français de l’eau.

A Saint-Thurial (Ile-et-Villaine, 2 110 hab.), l’eau potable est deux fois plus chère qu’à Rennes. C’est pourtant la commune du pays de Brocéliande qui alimente la capitale régionale et préserve le bassin versant de Chèze-Canut. Une situation que le vice-président de la Bretagne veut corriger : « Il faut faire le lien entre le petit et le grand cycles de l’eau, pose Thierry Burlot. Les villes doivent payer le prix de la qualité de la ressource. Une partie de la facture devra financer des actions de préservation des bassins versants – ce à quoi les redevances gérées par les agences de l’eau ne suffisent pas », selon le président du comité de bassin Loire-Bretagne.

L’usager y serait a priori réceptif : « 54 % des Français sont prêts à payer l’eau plus cher si le surcroît de dépense est dédié à la protection de la ressource », signale Maryllis Macé, directrice générale du Centre d’information sur l’eau.

Solidarité urbain-rural

L’intercommunalisation des services d’eau et d’assainissement, prévue par la loi « Notre » (1) de 2015, risque d’accentuer la fracture territoriale, met en garde Alain Grizaud. « Les moyens techniques et financiers diffèrent selon la taille des services : certains sont en capacité d’être organisés efficacement et de livrer une eau de qualité à un prix abordable, quand d’autres, desservant un petit nombre d’abonnés, feraient exploser la facture s’ils répercutaient les investissements qui s’imposent sur les réseaux, compare le président du syndicat des Canalisateurs de France. Il ne s’agit plus d’aider à l’investissement mais à l’acceptabilité de la facture. Les agences de l’eau pourraient jouer ce rôle. »

Si leur budget n’avait été asséché par les lois de finances successives depuis 2014 ... « Le recours contentieux sur ces ponctions budgétaires, déposé en septembre 2018 par Amorce, n’est toujours pas instruit par le tribunal administratif », indique Muriel Floriat, responsable du pôle eau de l’association.

Des correctifs à l’échelon national

Divers leviers de maîtrise des prix sont à portée du législateur. « Aligner le taux de TVA de l’assainissement (10 %) sur celui appliqué à l’eau potable (5,5 %) serait cohérent, observe Tristan Mathieu, délégué général de la Fédération professionnelle des entreprises de l’eau. Lever les freins juridiques à la valorisation du biogaz aiderait les stations d’épuration à développer des recettes annexes. Et si demain, le retour au sol des boues d’épuration n’est plus praticable, cela augmentera significativement la facture. » Le projet de loi sur l’économie circulaire pourrait bannir le co-compostage de boues et de déchets verts, mode de valorisation d’un tiers du gisement de boues (soit 3 Mt/an).

Un amendement au projet de loi, introduit au Sénat sur l’impulsion d’Amorce, a posé les bases d’un principe pollueur-payeur appliqué aux producteurs de micropolluants, qui altèrent les milieux aquatiques. Une mesure retirée en commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale. La chambre basse a entamé l’examen du projet de loi le 20 novembre.


1 : nouvelle organisation territoriale de la République
 
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Saur renforce sa position de troisième opérateur de la péninsule ibérique
Saur renforce sa position de troisième opérateur de la péninsule ibérique
Le groupe français Saur poursuit sa stratégie d’internationalisation avec l’acquisition d’Aquapor au Portugal.
Les agences de l’eau au secours de la solidarité internationale
Les agences de l’eau au secours de la solidarité internationale
À l’occasion de la Journée internationale de l’eau du 22 mars, les agences de l’eau présentent leur appel à projets commun en faveur de l’accès durable à l’eau et à l’assainissement. Une première.
Vega lance un capteur autonome sans fil relié à l’IoT
Vega lance un capteur autonome sans fil relié à l’IoT
Dans certains cas, faire remonter des données pour les utiliser grâce à l’internet des objets (IoT) peut se révéler compliquer. Vega apporte une réponse avec le capteur autonome Vegapuls Air qui vient enrichir sa gamme.
[Avis des pros] Les récentes évolutions réglementaires dans un contexte de changement global
[Avis des pros] Les récentes évolutions réglementaires dans un contexte de changement global
Le nouveau règlement européen encadrant la réutilisation des eaux usés traitées pour l’irrigation agricole doit permettre de sécuriser les usagers et protéger l’environnement. Une pratique sur l’aggravation des phénomènes climatiques extrêmes pourrait favoriser.
[Enquête] La fusion Veolia-Suez interpelle les collectivités
[Enquête] La fusion Veolia-Suez interpelle les collectivités
L’opération de rachat de Suez par Veolia, lancée à la fin de l’été dernier, désarçonne les collectivités compétentes sur l’eau et l’assainissement. Le risque de démantèlement de l’un des deux délégataires historiques sème le doute sur la qualité des offres à venir et leur coût. Un climat qui pourrait favoriser le retour en gestion publique de l’eau.
[Tribune] L’eau n’est pas un acquis, même en France !
[Tribune] L’eau n’est pas un acquis, même en France !
L’accès à l’eau en France semble une évidence. Mais la ressource est fragile, sous la triple menace du changement climatique, de la croissance démographique et de nos infrastructures vieillissantes. A l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, Olivier Lamarie, P-DG Xylem France BeLux, pointe les enjeux clés de l’eau en France.
L’agence de l’eau Seine-Normandie lance un appel à projets pour la protection des captages d’eau potable
L’agence de l’eau Seine-Normandie lance un appel à projets pour la protection des captages d’eau potable
L’agence de l’eau Seine-Normandie a lancé, ce jeudi 25 février, un appel à projets visant à accompagner la mise en œuvre, par des collectivités, de paiements pour services environnementaux (PSE), liés à la protection des captages d’eau potable.
Tous les articles EAU
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.