Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

L’eau des villes devra payer pour la protection de la ressource à la campagne

L’eau des villes devra payer pour la protection de la ressource à la campagne
Par Laurence Madoui, le 21 novembre 2019.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
La ruralité ne pourra assumer les investissements nécessaires à la mise en place d’un service « durable » de l’eau et de l’assainissement sans l’appui des zones urbaines : c’est le consensus qui s’est dégagé de la table ronde sur le prix de l’eau organisée, le 20 novembre au salon des maires et des collectivités locales, par le Cercle français de l’eau.

A Saint-Thurial (Ile-et-Villaine, 2 110 hab.), l’eau potable est deux fois plus chère qu’à Rennes. C’est pourtant la commune du pays de Brocéliande qui alimente la capitale régionale et préserve le bassin versant de Chèze-Canut. Une situation que le vice-président de la Bretagne veut corriger : « Il faut faire le lien entre le petit et le grand cycles de l’eau, pose Thierry Burlot. Les villes doivent payer le prix de la qualité de la ressource. Une partie de la facture devra financer des actions de préservation des bassins versants – ce à quoi les redevances gérées par les agences de l’eau ne suffisent pas », selon le président du comité de bassin Loire-Bretagne.

L’usager y serait a priori réceptif : « 54 % des Français sont prêts à payer l’eau plus cher si le surcroît de dépense est dédié à la protection de la ressource », signale Maryllis Macé, directrice générale du Centre d’information sur l’eau.

Solidarité urbain-rural

L’intercommunalisation des services d’eau et d’assainissement, prévue par la loi « Notre » (1) de 2015, risque d’accentuer la fracture territoriale, met en garde Alain Grizaud. « Les moyens techniques et financiers diffèrent selon la taille des services : certains sont en capacité d’être organisés efficacement et de livrer une eau de qualité à un prix abordable, quand d’autres, desservant un petit nombre d’abonnés, feraient exploser la facture s’ils répercutaient les investissements qui s’imposent sur les réseaux, compare le président du syndicat des Canalisateurs de France. Il ne s’agit plus d’aider à l’investissement mais à l’acceptabilité de la facture. Les agences de l’eau pourraient jouer ce rôle. »

Si leur budget n’avait été asséché par les lois de finances successives depuis 2014 ... « Le recours contentieux sur ces ponctions budgétaires, déposé en septembre 2018 par Amorce, n’est toujours pas instruit par le tribunal administratif », indique Muriel Floriat, responsable du pôle eau de l’association.

Des correctifs à l’échelon national

Divers leviers de maîtrise des prix sont à portée du législateur. « Aligner le taux de TVA de l’assainissement (10 %) sur celui appliqué à l’eau potable (5,5 %) serait cohérent, observe Tristan Mathieu, délégué général de la Fédération professionnelle des entreprises de l’eau. Lever les freins juridiques à la valorisation du biogaz aiderait les stations d’épuration à développer des recettes annexes. Et si demain, le retour au sol des boues d’épuration n’est plus praticable, cela augmentera significativement la facture. » Le projet de loi sur l’économie circulaire pourrait bannir le co-compostage de boues et de déchets verts, mode de valorisation d’un tiers du gisement de boues (soit 3 Mt/an).

Un amendement au projet de loi, introduit au Sénat sur l’impulsion d’Amorce, a posé les bases d’un principe pollueur-payeur appliqué aux producteurs de micropolluants, qui altèrent les milieux aquatiques. Une mesure retirée en commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale. La chambre basse a entamé l’examen du projet de loi le 20 novembre.


1 : nouvelle organisation territoriale de la République
 
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Ça m'énerve : nos caniveaux ne sont pas des poubelles !
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Surfrider met en doute le rapport européen sur la qualité des eaux de baignade et récréatives
Surfrider met en doute le rapport européen sur la qualité des eaux de baignade et récréatives
L’association Surfrider Foundation Europe conteste dans un manifeste les résultats publiés dans le rapport annuel de l'Agence européenne de l'Environnement sur la qualité des eaux de baignade. Et pour cause, « de nombreux paramètres ne sont pas pris en compte » dans l’analyse.
Suez remporte de nouveaux contrats en Chine
Suez remporte de nouveaux contrats en Chine
Suez a signé une série de contrats de fourniture d’équipements et de services techniques pour un chiffre d’affaires total d’environ 38 millions d’euros en Chine.
Olivier Lamarie, P-DG France, Belgique et Luxembourg de Xylem : « La crise sanitaire a montré que la digitalisation est devenue une nécessité »
Olivier Lamarie, P-DG France, Belgique et Luxembourg de Xylem : « La crise sanitaire a montré que la digitalisation est devenue une nécessité »
Voici un an, Xylem lançait en France Waterdrop, son programme de sensibilisation des clients à l’approvisionnement en eau. Rencontre avec Olivier Lamarie, le nouveau P-DG France, Belgique et Luxembourg de Xylem pour parler de ce premier anniversaire, mais aussi évoquer la façon dont l’entreprise a traversé la crise sanitaire et les enseignements qu’elle en a tirés.
Littoral méditerranéen : un niveau de contamination inférieur aux seuils réglementaires environnementaux
Littoral méditerranéen : un niveau de contamination inférieur aux seuils réglementaires environnementaux
Selon le rapport de l’Ifremer (Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer) et l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse, la contamination chimique au littoral méditerranéen français est stable et 90 % des points surveillés présentent des niveaux de contamination inférieurs aux seuils réglementaires environnementaux. Mais la vigilance est toujours de rigueur !
Krohne fête ses 100 ans
Krohne fête ses 100 ans
Krohne, le fabricant et fournisseur d’instrumentation et de solutions de mesure, célèbre cette année son anniversaire. Créée en 1921, l’entreprise familiale allemande devenue internationale mise toujours sur les valeurs fondamentales qui ont permis son développement, notamment la créativité.
Le port de Sète-Frontignan récompensé pour ses efforts de décarbonation
Le port de Sète-Frontignan récompensé pour ses efforts de décarbonation
Le prix Transition énergétique maritime (TEM) a désormais son premier lauréat : le port de Sète-Frontignan. Cette distinction lancée en 2020, récompense les porteurs de projet, les thèses ou les recherches apportant des solutions face aux défis de la décarbonation du secteur maritime.
Une application renseigne sur la qualité bactériologique des eaux de baignade
Une application renseigne sur la qualité bactériologique des eaux de baignade
Les vacances d’été riment avec les baignades et les différentes activités nautiques. Pour nager en toute tranquillité, l’application gratuite « Qualité rivière » renseigne sur la qualité bactériologique des eaux de baignade grâce aux données du ministère des Solidarités et de la Santé.
Tous les articles EAU
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.