Offre Silver (à partir de 8,90 €)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Eau : le bassin rennais défend un tarif « juste » pour chaque usage

Eau : le bassin rennais défend un tarif « juste » pour chaque usage
Par Laurence Madoui, le 16 janvier 2020.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Partant du principe que « l’eau à boire ne peut être facturée au même prix que celle qui remplit la piscine privée », Eau du bassin rennais déploie depuis 2016 une tarification sociale et écologique. « A iso-recettes », assure son président, Yannick Nadesan, lors d’une table ronde sur l’accès à l’eau organisée, le 15 janvier à Paris, par le Cercle français de l’eau.

La facture d’eau peut-elle traiter de front les dimensions sociale et
environnementale ? Nombre d’économistes et de gestionnaires de services en doutent. Le bassin rennais fait pourtant du prix du m3 un outil tout-en-un, au service de l’accès à l’eau1 comme de la gestion quantitative de la ressource.

Paliers et compensations

Dans le cadre de l’expérimentation ouverte par la loi « Brottes » d’avril 2013, le syndicat mixte (56 communes, 200 000 abonnés) applique une tarification progressive aux ménages disposant d’un compteur et d’une facture individuels.

Etendu graduellement de 2016 à 2019, le dispositif accorde 10 m3 gratuits puis élève le tarif par paliers selon les volumes consommés2.
Pour ménager les familles nombreuses, un chèque-eau de 30 euros/an est attribué pour tout enfant à partir du troisième. En outre, une aide3 est versée aux bénéficiaires de la couverture maladie universelle complémentaire, que l’eau soit réglée sur facture ou dans les charges locatives (selon un tarif unique dans ce dernier cas).

Budget équilibré, ressource tendue

« La surconsommation (au-delà de 100 m 3 /an) finance la gratuité des m3 couvrant les besoins fondamentaux (alimentation et hygiène) », explique le président Yannick Nadesan. A terme, l’élu n’exclut pas un différentiel de prix accentué pour les tranches de consommation élevée.  Né en 2015 du regroupement de 17 entités, le syndicat dégage par ailleurs une marge de manœuvre de 3,5 millions d’euros par an, par rapport à la gestion antérieure.

Eau du bassin rennais (EBR) équilibre son budget tout soutenant la pose de compteurs individuels en immeuble et en baissant le coût de l’abonnement, qui convergera sur l’ensemble du territoire à 27 euros/an/abonné en 2025. Les économies au domicile sont encouragées. « Les petits matériels hydro-économes (type mousseurs) épargnent aisément 10 à 15 % d’eau, sans baisse de confort » note le directeur, Laurent Géneau. Seuls 20 % des ménages en sont équipés. « Si chaque abonné économisait 10 %, cela ferait la différence sur un bassin où la ressource est en tension depuis 150 ans », observe Yannick Nadesan.

Fin de la prime pour les « gros » consommateurs

EBR subventionne les efforts de sobriété des abonnés non domestiques (publics et privés), pour qui les tarifs dégressifs s’effacent depuis 2016 et auront rejoint en 2026 ceux appliqués aux ménages. « Un retour à la normal, juge Yannick Nadesan. Jusqu’alors, les foyers surpayaient l’eau qui était bon marché pour les autres usagers ». A l’échelle syndicale, il est aussi « mis fin à une distorsion de concurrence : le m3 pouvait auparavant varier du simple au double, selon la pression des acteurs économiques sur les élus locaux. La situation devient plus saine. »

Quelques sites agro-alimentaires verront la facture grimper de « plusieurs centaines de milliers d’euros par an ». Sans risque de défection pour EBR. « Leur activité dépend d’une eau disponible et de qualité, que livre le service public. Avec les sécheresses récurrentes, les forages privés ne sont plus viables. »


1 : reconnu comme droit fondamental en 2010 par l’ONU, dont le 6ème des 17 objectifs du développement durable définis en 2015 porte sur la garantie de l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement et l’assurance d’une gestion durable des ressources en eau.
2 : de 11 à 100 m3  ; de 101 à 150 m3  ; au-delà de 150 m3
3 : 15 euros/an/foyer pour l’eau, auxquels s’ajoutent, sur la métropole de Rennes, 15 euros pour l’assainissement.
DR
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
[Dossier] L’infiltration en surface des eaux pluviales urbaines a les faveurs de Roannaise de l’eau
[Dossier] L’infiltration en surface des eaux pluviales urbaines a les faveurs de Roannaise de l’eau
Gérer les eaux pluviales urbaines à la parcelle, en favorisant leur infiltration dans les sols par des solutions de surface végétalisées, c’est aussi améliorer la performance des réseaux d’eaux usées, le confort thermique et la nature en ville.
Mesure ponctuelle dans le milieu naturel
Mesure ponctuelle dans le milieu naturel
La marque YSI annonce la sortie de ProSwap, un capteur multiparamètre portable capable de mesurer l’oxygène dissous, les nitrates, l’ammonium ou encore le chlore.
[Tribune] L’eau n’est pas un acquis, même en France !
[Tribune] L’eau n’est pas un acquis, même en France !
L’accès à l’eau en France semble une évidence. Mais la ressource est fragile, sous la triple menace du changement climatique, de la croissance démographique et de nos infrastructures vieillissantes. A l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, Olivier Lamarie, P-DG Xylem France BeLux, pointe les enjeux clés de l’eau en France.
[Avis des pros] Les récentes évolutions réglementaires dans un contexte de changement global
[Avis des pros] Les récentes évolutions réglementaires dans un contexte de changement global
Le nouveau règlement européen encadrant la réutilisation des eaux usés traitées pour l’irrigation agricole doit permettre de sécuriser les usagers et protéger l’environnement. Une pratique sur l’aggravation des phénomènes climatiques extrêmes pourrait favoriser.
Le comité de bassin Loire-Bretagne invite les habitants à participer à la consultation sur l'eau et les inondations
Le comité de bassin Loire-Bretagne invite les habitants à participer à la consultation sur l'eau et les inondations
Le comité de bassin Loire-Bretagne a lancé une consultation publique sur l'avenir de l'eau. Les avis du public permettront de finaliser les enjeux et les pistes d'actions destinées à garantir la qualité de l'eau dans un contexte marqué par le réchauffement climatique.
[Dossier] Restaurer une zone humide pour une meilleure qualité de l’eau
[Dossier] Restaurer une zone humide pour une meilleure qualité de l’eau
Le réaménagement d’une ancienne zone humide à l’embouchure du lac d’Aydat, le plus grand lac naturel d’Auvergne, est une opération emblématique du Syndicat mixte des vallées de la Veyre et de l’Auzon. Depuis 2012, ce site reconstitue un filtre naturel pour protéger l’eau du lac de l’eutrophisation.
Un label pour les communes économes en eau
Un label pour les communes économes en eau
L’Alec Montpellier Métropole a lancé, le 19 mars dernier, son label Commune économe en eau, dont l’objectif est de valoriser l’engagement des collectivités de l’agglomération dans une politique de gestion rigoureuse de l’eau. Treize collectivités sont déjà partantes pour une labellisation en 2022.
Tous les articles EAU
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.