Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

EAU
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Eau : le bassin rennais défend un tarif « juste » pour chaque usage

Partager :
Eau : le bassin rennais défend un tarif « juste » pour chaque usage
Par Laurence Madoui, le 16 janvier 2020
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Eau
Partant du principe que « l’eau à boire ne peut être facturée au même prix que celle qui remplit la piscine privée », Eau du bassin rennais déploie depuis 2016 une tarification sociale et écologique. « A iso-recettes », assure son président, Yannick Nadesan, lors d’une table ronde sur l’accès à l’eau organisée, le 15 janvier à Paris, par le Cercle français de l’eau.

La facture d’eau peut-elle traiter de front les dimensions sociale et
environnementale ? Nombre d’économistes et de gestionnaires de services en doutent. Le bassin rennais fait pourtant du prix du m3 un outil tout-en-un, au service de l’accès à l’eau1 comme de la gestion quantitative de la ressource.

Paliers et compensations

Dans le cadre de l’expérimentation ouverte par la loi « Brottes » d’avril 2013, le syndicat mixte (56 communes, 200 000 abonnés) applique une tarification progressive aux ménages disposant d’un compteur et d’une facture individuels.

Etendu graduellement de 2016 à 2019, le dispositif accorde 10 m3 gratuits puis élève le tarif par paliers selon les volumes consommés2.
Pour ménager les familles nombreuses, un chèque-eau de 30 euros/an est attribué pour tout enfant à partir du troisième. En outre, une aide3 est versée aux bénéficiaires de la couverture maladie universelle complémentaire, que l’eau soit réglée sur facture ou dans les charges locatives (selon un tarif unique dans ce dernier cas).

Budget équilibré, ressource tendue

« La surconsommation (au-delà de 100 m 3 /an) finance la gratuité des m3 couvrant les besoins fondamentaux (alimentation et hygiène) », explique le président Yannick Nadesan. A terme, l’élu n’exclut pas un différentiel de prix accentué pour les tranches de consommation élevée.  Né en 2015 du regroupement de 17 entités, le syndicat dégage par ailleurs une marge de manœuvre de 3,5 millions d’euros par an, par rapport à la gestion antérieure.

Eau du bassin rennais (EBR) équilibre son budget tout soutenant la pose de compteurs individuels en immeuble et en baissant le coût de l’abonnement, qui convergera sur l’ensemble du territoire à 27 euros/an/abonné en 2025. Les économies au domicile sont encouragées. « Les petits matériels hydro-économes (type mousseurs) épargnent aisément 10 à 15 % d’eau, sans baisse de confort » note le directeur, Laurent Géneau. Seuls 20 % des ménages en sont équipés. « Si chaque abonné économisait 10 %, cela ferait la différence sur un bassin où la ressource est en tension depuis 150 ans », observe Yannick Nadesan.

Fin de la prime pour les « gros » consommateurs

EBR subventionne les efforts de sobriété des abonnés non domestiques (publics et privés), pour qui les tarifs dégressifs s’effacent depuis 2016 et auront rejoint en 2026 ceux appliqués aux ménages. « Un retour à la normal, juge Yannick Nadesan. Jusqu’alors, les foyers surpayaient l’eau qui était bon marché pour les autres usagers ». A l’échelle syndicale, il est aussi « mis fin à une distorsion de concurrence : le m3 pouvait auparavant varier du simple au double, selon la pression des acteurs économiques sur les élus locaux. La situation devient plus saine. »

Quelques sites agro-alimentaires verront la facture grimper de « plusieurs centaines de milliers d’euros par an ». Sans risque de défection pour EBR. « Leur activité dépend d’une eau disponible et de qualité, que livre le service public. Avec les sécheresses récurrentes, les forages privés ne sont plus viables. »


1 : reconnu comme droit fondamental en 2010 par l’ONU, dont le 6ème des 17 objectifs du développement durable définis en 2015 porte sur la garantie de l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement et l’assurance d’une gestion durable des ressources en eau.
2 : de 11 à 100 m3  ; de 101 à 150 m3  ; au-delà de 150 m3
3 : 15 euros/an/foyer pour l’eau, auxquels s’ajoutent, sur la métropole de Rennes, 15 euros pour l’assainissement.
DR
Offre en ligne à partir de 8,90 €
Dans ce contexte particulier, le premier mois d'abonnement est offert.
Je m'abonne
Retrouvez toute l'information de cette rubrique dans le magazine Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
S'identifier
S'inscrire
  [Vidéo] La faune regagne la ville
Cette troisième semaine de confinement a permis aux animaux de reprendre du terrain en ville. C'est le cas dans de nombreuses métropoles mondiales où la population est confinée. Mais les professionnels des services essentiels - gestion de l'eau et des déchets par exemple - continuent d'assurer leurs missions.
+ de vidéos Environnement TV
EN CONFINEMENT AVEC...
André Santini, maire d'Issy-les-Moulineaux et président du Sedif
Pendant la crise sanitaire du Covid-19 et le confinement qu’elle impose, Environnement-magazine.fr propose aux professionnels de partager leur organisation. Journée type ? Quelle organisation au travail ? Comment entrevoir l’après crise ? André Santini, maire d'Issy-les-Moulineaux et président du Sedif, nous explique son quotidien.
Toutes les interviews
Pour plus d'informations cliquez ici
À lire également
Une bactérie pour dépolluer les effluents radioactifs
Une bactérie pour dépolluer les effluents radioactifs
Dans une étude publiée dans Environmental Sciences & Technologies, des chercheurs de l’Institut de technologie du Massachusetts et de l’université Paris-Sorbonne, montrent qu’une bactérie photosynthétique est capable de dépolluer des effluents radioactifs.
Bassin Loire-Bretagne : l’appel à initiatives pour la gestion des eaux pluviales est ouvert jusqu’au 31 mars
Bassin Loire-Bretagne : l’appel à initiatives pour la gestion des eaux pluviales est ouvert jusqu’au 31 mars
L’appel à initiatives de l’agence de l’eau Loire-Bretagne sur la gestion des eaux pluviales intégrée à l’aménagement urbain, est ouvert jusqu’au 31 mars prochain.
[Dossier] Trois questions à : Hubert Brunet, président du Syprea
[Dossier] Trois questions à : Hubert Brunet, président du Syprea
La loi Agriculture et alimentation (Egalim) et la directive Déchets sont venues fragiliser deux filières de traitement des boues d’épuration en mélange avec des biodéchets : la méthanisation et le compostage. Cette évolution remet une nouvelle fois en question le retour au sol des boues en France. Rencontre avec le président du Syndicat des professionnels du recyclage en agriculture​.
Le génie végétal pour renforcer un canal en Maine-et-Loire
Le génie végétal pour renforcer un canal en Maine-et-Loire
Pour renforcer la structure de 150 mètres de canal, les services techniques du département de Maine-et-Loire ont opté pour le génie végétal, comme alternative au traditionnel génie civil. « Une première en France », selon la collectivité territoriale. Les résultats de cette « expérimentation » sont attendus au cours de l’année prochaine.
Crise sanitaire : l'agence de l'eau Loire-Bretagne adapte le calendrier de ses appels à projets
Crise sanitaire : l'agence de l'eau Loire-Bretagne adapte le calendrier de ses appels à projets
Face à la crise sanitaire actuelle, l'agence de l'eau Loire-Bretagne adapte le calendrier de 4 appels à projets lancés en 2019 : «Gestion des eaux pluviales, biodiversité marine, économies d'eau, filières agricoles».
Sensus boucle son intégration dans Xylem
Sensus boucle son intégration dans Xylem
Entré depuis deux ans dans le giron de Xylem, Sensus annonce avoir achevé son processus d'intégration. Rencontre avec l'entreprise spécialisée dans les solutions de comptage à l'occasion du Carrefour des gestions locales de l'eau à Rennes, fin janvier.
Simop présente Réguleo pour la gestion des eaux pluviales
Simop présente Réguleo pour la gestion des eaux pluviales
Simop présente un nouveau système de régulation des eaux pluviales.
Tous les articles EAU
En partenariat avec
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
Cycl'eau Bordeaux
7 Avril 2020
Cycl'eau Bordeaux
Confs'Amiante Bâti
5 Mai 2020
Confs'Amiante Bâti
HSE 2020
12 Mai 2020
HSE 2020
+ d'événements
Emploi
- Technicien Prélèvement Eau H/F H/F
- RRH H/F - Fonctions Support Siège, IT et Ingénierie de l'Eau
- Ouvrier / Ouvrière paysagiste
- Responsable d'Agence – Développement EnR F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.