Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
Pollutec 2021
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Eau : le bassin rennais défend un tarif « juste » pour chaque usage

Eau : le bassin rennais défend un tarif « juste » pour chaque usage
Par Laurence Madoui, le 16 janvier 2020.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Partant du principe que « l’eau à boire ne peut être facturée au même prix que celle qui remplit la piscine privée », Eau du bassin rennais déploie depuis 2016 une tarification sociale et écologique. « A iso-recettes », assure son président, Yannick Nadesan, lors d’une table ronde sur l’accès à l’eau organisée, le 15 janvier à Paris, par le Cercle français de l’eau.

La facture d’eau peut-elle traiter de front les dimensions sociale et
environnementale ? Nombre d’économistes et de gestionnaires de services en doutent. Le bassin rennais fait pourtant du prix du m3 un outil tout-en-un, au service de l’accès à l’eau1 comme de la gestion quantitative de la ressource.

Paliers et compensations

Dans le cadre de l’expérimentation ouverte par la loi « Brottes » d’avril 2013, le syndicat mixte (56 communes, 200 000 abonnés) applique une tarification progressive aux ménages disposant d’un compteur et d’une facture individuels.

Etendu graduellement de 2016 à 2019, le dispositif accorde 10 m3 gratuits puis élève le tarif par paliers selon les volumes consommés2.
Pour ménager les familles nombreuses, un chèque-eau de 30 euros/an est attribué pour tout enfant à partir du troisième. En outre, une aide3 est versée aux bénéficiaires de la couverture maladie universelle complémentaire, que l’eau soit réglée sur facture ou dans les charges locatives (selon un tarif unique dans ce dernier cas).

Budget équilibré, ressource tendue

« La surconsommation (au-delà de 100 m 3 /an) finance la gratuité des m3 couvrant les besoins fondamentaux (alimentation et hygiène) », explique le président Yannick Nadesan. A terme, l’élu n’exclut pas un différentiel de prix accentué pour les tranches de consommation élevée.  Né en 2015 du regroupement de 17 entités, le syndicat dégage par ailleurs une marge de manœuvre de 3,5 millions d’euros par an, par rapport à la gestion antérieure.

Eau du bassin rennais (EBR) équilibre son budget tout soutenant la pose de compteurs individuels en immeuble et en baissant le coût de l’abonnement, qui convergera sur l’ensemble du territoire à 27 euros/an/abonné en 2025. Les économies au domicile sont encouragées. « Les petits matériels hydro-économes (type mousseurs) épargnent aisément 10 à 15 % d’eau, sans baisse de confort » note le directeur, Laurent Géneau. Seuls 20 % des ménages en sont équipés. « Si chaque abonné économisait 10 %, cela ferait la différence sur un bassin où la ressource est en tension depuis 150 ans », observe Yannick Nadesan.

Fin de la prime pour les « gros » consommateurs

EBR subventionne les efforts de sobriété des abonnés non domestiques (publics et privés), pour qui les tarifs dégressifs s’effacent depuis 2016 et auront rejoint en 2026 ceux appliqués aux ménages. « Un retour à la normal, juge Yannick Nadesan. Jusqu’alors, les foyers surpayaient l’eau qui était bon marché pour les autres usagers ». A l’échelle syndicale, il est aussi « mis fin à une distorsion de concurrence : le m3 pouvait auparavant varier du simple au double, selon la pression des acteurs économiques sur les élus locaux. La situation devient plus saine. »

Quelques sites agro-alimentaires verront la facture grimper de « plusieurs centaines de milliers d’euros par an ». Sans risque de défection pour EBR. « Leur activité dépend d’une eau disponible et de qualité, que livre le service public. Avec les sécheresses récurrentes, les forages privés ne sont plus viables. »


1 : reconnu comme droit fondamental en 2010 par l’ONU, dont le 6ème des 17 objectifs du développement durable définis en 2015 porte sur la garantie de l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement et l’assurance d’une gestion durable des ressources en eau.
2 : de 11 à 100 m3  ; de 101 à 150 m3  ; au-delà de 150 m3
3 : 15 euros/an/foyer pour l’eau, auxquels s’ajoutent, sur la métropole de Rennes, 15 euros pour l’assainissement.
DR
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Contenu de marque
  Dis ENGIE, ça se recycle les éoliennes ?
Contenu de marque
  Allison Transmission expose sur le salon Pollutec
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Saur réalise une émission d’obligations vertes pour 950 millions d’euros
Saur réalise une émission d’obligations vertes pour 950 millions d’euros
Acteur majeur du secteur de l’eau, le groupe Saur a annoncé la réalisation d’une émission d’obligations vertes, à hauteur de 950 millions d’euros, destinée à financer sa nouvelle feuille de route RSE.
[Enquête] Métiers : la filière de l’eau parie sur la formation
[Enquête] Métiers : la filière de l’eau parie sur la formation
La Filière française de l’eau a publié, en mars dernier, la première étude prospective du secteur sur l’emploi, les compétences et les formations à l’horizon 2025. En perspective, des embauches, des compétences qui se diversifient et un effort de formalisation de la formation professionnelle continue.
[Dossier/2] Vendée Eau sécurise la ressource de demain
[Dossier/2] Vendée Eau sécurise la ressource de demain
Face au stress hydrique croissant et à l’attractivité de ses côtes, la Vendée ne pourra pas compter uniquement sur ses fleuves côtiers pour garantir l’alimentation en eau potable de son territoire d’ici à vingt ans. Pour renforcer la capacité de ses barrages, Vendée Eau mise sur des solutions innovantes assurant de nouvelles ressources.
Eau potable : action anticalcaire à la GPS&O
Eau potable : action anticalcaire à la GPS&O
La communauté urbaine Grand-Paris-Seine-et-Oise poursuit son programme de décarbonatation de l’eau du robinet. La collectivité choisit d’investir dans ses usines de potabilisation pour livrer aux habitants une eau plus douce, source d’économies.
Les plages marseillaises ensevelies sous les déchets, Surfrider dénonce la surconsommation
Les plages marseillaises ensevelies sous les déchets, Surfrider dénonce la surconsommation
Des tonnes de déchets se sont échouées sur les plages marseillaises. Une conséquence directe des inondations survenues lundi 04 octobre et qui met en lumière l'enjeu de gestion des déchets dans la cité phocéenne.
Déclinaison à l’eau potable de la station de biosurveillance multi-espèces ToxMate
Déclinaison à l’eau potable de la station de biosurveillance multi-espèces ToxMate
A l’origine spécialisée dans les technologies de traitement d’images appliquées aux neurosciences et à la recherche pharmaceutique, ViewPoint a développé un outil de biosurveillance de l’eau qui se base sur l’analyse de trois bio-indicateurs et non un seul comme la plupart des solutions déjà existantes. Après un premier développement pour les eaux usées présenté lors de Pollutec Online 2020, elle présente une nouvelle version pour les usines de potabilisation.
Alençon dispose d'une nouvelle usine de traitement de l'eau
Alençon dispose d'une nouvelle usine de traitement de l'eau
L’agence de l’eau Loire Bretagne a inauguré vendredi 24 septembre, la nouvelle usine de traitement de l’eau d’Alençon en Normandie. Celle-ci produit plus de 800 m3 d’eau adoucie par heure pour la communauté urbaine.
Tous les articles EAU
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.