Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

EAU
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

En 2017, 55,8% des communes avaient transféré leurs compétences eau et assainissement aux EPCI

Partager :
En 2017, 55,8% des communes avaient transféré leurs compétences eau et assainissement aux EPCI
Par E.G, le 22 juin 2020
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Eau
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
L’Office français de la biodiversité a publié ce vendredi 19 juin, le neuvième rapport national de l’Observatoire des services publics d’eau et d’assainissement, à part des données de l’exercice 2017.

Le neuvième rapport national de l’Observatoire des services publics d’eau et d’assainissement publié par l’Office français de la biodiversité (OFB), dresse un panorama de l’organisation et de la performance des services publics d’eau, d’assainissement collectif et non collectif. « 31.410 services, portés par 20.094 collectivités, disposent de compétences d’eau potable et/ou d’assainissement », souligne le rapport. En 2017, 55,8% des communes avaient transféré toutes leurs compétences eau et assainissement aux EPCI, comme prévu dans la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (loi « NOTRe »).

Disparités des prix et des consommations selon les zones géographiques

Sur l’exercice 2017, le prix moyen du service de l’eau et de l’assainissement collectif s’élève à 4,08 euros/m3 – abonnement inclus. Pour rappel, le prix moyen était de 4,03 euros/m3 en 2016, de 4,04 euros/3 en 2015 et de 3,98 euros/m3 en 2014. La consommation annuelle de référence est de 120 m3 par ménage. « Ce prix moyen ainsi que ses deux composantes (eau potable et assainissement collectif) recouvrent une forte variabilité : 80 % de la population bénéficie d’un prix de l’eau potable compris entre 1,60 euro/m3 et 2,62 euros/m3 et d’un prix de l’assainissement collectif compris entre 1,32 euro/m3 et 2,82 euros/m3 ».

Des disparités ont en effet été relevées selon les zones géographiques : les prix les plus élevés se situent au nord-ouest de la France. « En France métropolitaine, la Bretagne (4,82 euros/m³) et les Hauts-de-France (4,60 euros/m³) présentent les prix moyens les plus élevés et, à l’opposé, la Provence-Alpes-Côte-D’azur (3,58 euros/m³) et le Grand-Est (3,81 euros/m³) présentent les prix moyens les plus faibles », précise l’Observatoire. Dans les départements d’Outre-mer, les écarts sont encore plus marqués avec des prix moyens atteignant jusqu’à 6,17 euros/m3 en Guadeloupe et 5,18 euros/m3 en Martinique, alors qu’ils sont de 2,53 euros/m3 à la Réunion. « De très nombreux facteurs liés au contexte local (complexité technique du service, provenance des eaux, sensibilité du milieu récepteur, dispersion de l’habitat, pression touristique, etc.), mais aussi à des choix politiques en matière d’investissements, de gestion et de qualité de service, contribuent à expliquer l’ensemble des écarts de prix », explique le rapport.

La consommation d’eau est également marquée par des disparités géographiques : « Le climat, l’impact potentiel des piscines privées peuvent expliquer pour partie les fortes consommations constatées dans le Sud », relève l’Observatoire. L’Outre-mer est aussi concernée par une forte consommation des ménages, qui s’explique notamment par des consommations moyennes par habitant élevées, « mais également par un nombre de personnes par ménage très au-dessus de la moyenne nationale », indique le rapport. Les régions Grand-Est, Auvergne-Rhône-Alpes et Pays de la Loire combinent des prix moyens et des volumes consommés plus faibles que les moyennes nationales, alors que les régions Provence-Alpes-Côte-D’azur, Ile-de-France et Corse enregistrent les consommations les plus élevées de France métropolitaine. « Les régions Hauts-de-France et Bretagne présentent des factures dans la moyenne alors que leurs consommations sont parmi les plus faibles », est-il ajouté.

Des performances et un rendement moyen stables

Concernant la performance des services d’eau potable, « l’évaluation des pertes dues aux fuites (1 litre sur 5 en moyenne) reste stable », indique le rapport. Ces pertes par fuite représentent près d’un milliard de mètres cubes chaque année. « Les indices de connaissance et de gestion patrimoniale (ICGP) des réseaux d’eau et d’assainissement sont évalués respectivement à 96 et 60 points (sur un total de 120 points). Par rapport à l’année 2016, la connaissance augmente de 2 points pour l’assainissement collectif et reste stable pour l’eau potable », est-il précisé.

Le rendement moyen français reste également stable : 79,8% en 2017 contre 79,9% en 2016 et 79,7% en 2015. Et comme en 2016, 18% des services sont concernés par le non-respect du rendement seuil, « rendement minimum à atteindre, personnalisé pour chaque service », rappelle l’Observatoire. Enfin, après une période de stagnation entre 2010 et 2015, « le taux de renouvellement des réseaux d’eau potable est en légère augmentation depuis 2016 (0,59 %), avec une évaluation à hauteur de 0,61% pour 2017 », souligne le rapport. Concernant l’assainissement collectif, le taux de renouvellement des réseaux est stable avec une estimation à hauteur de 0,42 %.
  [Vidéo] Rencontre avec l'architecte Lina Ghotmeh
A quoi ressemblera la ville de demain ? Voici quelques éléments de réponse avec l’architecte Lina Ghotmeh.
+ de vidéos Environnement TV
UN POINT SUR LA REPRISE AVEC...
Matteo Carando, directeur d’ERG France
Les entreprises et acteurs de l’environnement organisent, depuis mi-mai, la reprise de leurs activités. Environnement-magazine.fr propose aux professionnels de partager leur organisation, des réflexions sur l’impact du confinement et leur vision de l’après-crise. Aujourd’hui, nous donnons la parole à Matteo Carando, directeur d’ERG France.
Toutes les interviews
Actu réglementaire
Avis relatif à l'extension d'un accord professionnel conclu dans le cadre de la convention collective nationale du personnel des entreprises de restauration de collectivités Lire
Avis relatif à l'extension d'un accord conclu dans le cadre de la convention collective nationale de la plasturgie Lire
Arrêté du 6 juillet 2020 portant délégation de signature (cabinet du ministre délégué auprès de la ministre de la transition écologique, chargé des transports) Lire
Arrêté du 7 juillet 2020 portant délégation de signature (bureau du cabinet du ministre de l'agriculture et de l'alimentation) Lire
Arrêté du 6 juillet 2020 portant délégation de signature (bureau des cabinets) Lire
À lire également
Wilo présente une nouvelle pompe autonome
Le fabricant de pompes et systèmes de pompage, Wilo présente une nouvelle pompe pompe immergée et autonome, alimentée par l’énergie solaire.
Sécheresse : les acteurs du bassin Adour-Garonne signent une convention
Sécheresse : les acteurs du bassin Adour-Garonne signent une convention
Ce mercredi 1er juillet, les acteurs de l'eau du bassin Adour-Garonne ont signé une convention pour lutter contre la sécheresse.
Info-secheresse.fr, une plateforme de surveillance des sécheresses
Info-secheresse.fr, une plateforme de surveillance des sécheresses
Imageau lance info-secheresse.fr, une plateforme gratuite pour surveiller en temps réel l’évolution de la ressource hydrique à destination des acteurs publics et privés de l’eau.
Bernard Saunier : « Détecter le coronavirus dans les eaux usées est un moyen fiable pour comprendre la dynamique de l'épidémie »
Bernard Saunier : « Détecter le coronavirus dans les eaux usées est un moyen fiable pour comprendre la dynamique de l'épidémie »
Alors que le pic épidémiologique de l'épidémie de Covid-19 était en passe d'être franchi en France, l'Académie des technologies a publié, fin avril, un avis appelant les autorités publiques à soutenir les recherches sur le coronavirus SARS-CoV-2 dans les eaux usées. Objectifs ? Comprendre l'évolution de la pandémie, tout en optimisant le réemploi des eaux usées traitées. Rencontre avec Bernard Saunier, académicien et président de BSR Technologies.
Union sacrée pour la relance du secteur de l’eau
Union sacrée pour la relance du secteur de l’eau
L’Union des industries et entreprises de l’eau, la Fédération nationale des travaux publics et sa branche Les Canalisateurs s’unissent et proposent de faire des agences de l’eau le fer de lance de la relance dans le secteur de l’eau en France en les autorisant à avoir recours à l’emprunt.
Gestion raisonnée de l’eau en irrigation agricole
Gestion raisonnée de l’eau en irrigation agricole
La société Aquadoc propose Andromède, une solution sur mesure pour le pilotage de l’irrigation et une gestion automatisée et connectée d’une ressource en eau limitée et partagée entre plusieurs utilisateurs.
Sensus fait évoluer sa solution de comptage
Sensus fait évoluer sa solution de comptage
Sensus, spécialisé dans le comptage de l’eau, annonce une évolution de sa solution H2Olmes, sa plateforme numérique destinée aux collectivités afin qu’elles collectent et exploitent les données de la relève de leurs compteurs.
Tous les articles EAU
En partenariat avec
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
Solar PV World Expo 2020
16 Août 2020
Solar PV World Expo 2020
EXPOBIOGAZ
2 Septembre 2020
EXPOBIOGAZ
20e Congrès international du recyclage automobile (IARC)
2 Septembre 2020
20e Congrès international du recyclage automobile (IARC)
+ d'événements
Emploi
- Dessinateur industriel H/F - Cognac (16)
- Alternance - Chargé(e) de Prévention Santé et Sécurité
- Jardinier / Jardinière
- INGENIEUR CHIMISTE EXPLOITATION F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.