Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Sécheresse : les acteurs du bassin Adour-Garonne signent une convention

Sécheresse : les acteurs du bassin Adour-Garonne signent une convention
Par E.G, le 2 juillet 2020.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Ce mercredi 1er juillet, les acteurs de l’eau du bassin Adour-Garonne ont signé une convention pour lutter contre la sécheresse.

Étienne Guyot, préfet de la région Occitanie, préfet de la Haute-Garonne, préfet coordonnateur du bassin AdourGaronne, Jean-Michel Fabre, président du Syndicat Mixte d’Etudes et d’Aménagement de la Garonne (SMEAG), Guillaume Choisy, directeur général de l’agence de l’eau Adour-Garonne et Franck Darthou, directeur d’EDF Hydro Sud-Ouest, délégué de bassin et coordonnateur de l’eau Grand Sud-Ouest, ont renouvelé ce mercredi 1er juillet, le contrat de coopération qui encadre la mobilisation des retenues hydroélectriques pour soutenir les débits de la Garonne. « Conclu pour deux ans et reconductible une troisième année, ce contrat prévoit l’augmentation de 36% des volumes et de 100% débits d’eau pour la Garonne », expliquent les différents acteurs dans un communiqué commun. Cette action s’inscrit dans le plan de gestion des étiages Garonne-Ariège 2018-2028 et dans le plan d’adaptation au changement climatique du bassin Adour-Garonne.

Soutien d’étiages et augmentation des débits

« Les conséquences de la raréfaction de l’eau dans les cours d’eau du bassin, seront nombreuses tant sur le plan socio-économique que sur la biodiversité. La Garonne sera impactée avec des périodes de faibles débits plus précoces, plus intenses et plus longues. Les faibles débits en eau impactent non seulement les besoins en eau potable et les activités humaines mais aussi le bon fonctionnement des milieux aquatiques », rappellent les acteurs de l’eau. Ceux-ci soulignent que « les soutiens d’étiage à partir des barrages exploités par EDF permettent d’éviter les restrictions de prélèvements ». Ainsi, dans le cadre de cette convention, un dispositif d’indemnisation d’EDF a été conclu. « Le nouveau contrat de coopération pour le soutien d’étiage de la Garonne prévoit la mobilisation de près de 70 millions de m3 (hm3) d’eau à partir de 2020, soit 36 % de plus que le contrat précédent », est-il précisé. Les retenues historiques – Izourt, Gnioure, Laparan, Soulcem et Lac d’Oô – verront des volumes supplémentaires mobilisés. De nouvelles retenues seront également sollicitées : Les Saint-Peyres et la Raviège, dans le Tarn.

Le nouveau contrat prévoit également l’augmentation des débit : « La capacité d’intervention est ainsi doublée au plus fort de l’étiage (jusqu’à 20 m3/s), notamment pour répondre aux besoins lors des pics de prélèvement en eau (eau potable, industries, irrigation des terres agricoles) en période de sécheresse ou de canicule et permettre un bon fonctionnement des milieux aquatiques jusqu’à l’estuaire de la Gironde », peut-on lire.
Barrage de Laparan - © Photo EDF - GBN
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Les hôpitaux soignent leur empreinte environnementale
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Biosorb, une solution biomimétique de dépollution des eaux
Biosorb, une solution biomimétique de dépollution des eaux
Une solution naturelle conçue par PearL à partir des écorces et de fibres de lin, piège les métaux dissous dans les eaux. Ce filtre se présente en cartouches sur skids de filtration modulaires pour le traitement de finition d’effluents industriels ou miniers.
L’imagerie satellite pour prévenir les proliférations de cyanobactéries
L’imagerie satellite pour prévenir les proliférations de cyanobactéries
Avec le réchauffement climatique, les phénomènes de prolifération de cyanobactéries, appelés efflorescences, tendent à se multiplier. Cette contamination de l’eau est susceptible de dégrader la qualité de la ressource, avec des conséquences pour la production d’eau potable mais aussi la baignade, la pêche et l’agriculture.
Technique de mesure directe de la DBO
Technique de mesure directe de la DBO
Une équipe internationale de chercheurs a mis au point une nouvelle technique de mesure de la DBO pour déterminer de façon plus fiable le niveau de pollution d’un lac, d’une rivière ou des eaux marines côtières par les eaux usées.
La Vendée anticipe un déficit en eau
La Vendée anticipe un déficit en eau
Pour répondre aux épisodes de sécheresse à répétition, Vendée Eau a confié au groupe Veolia la construction et l'exploitation, à compter de 2023, d'une nouvelle unité d'affinage des eaux usées.
Un kit d’analyse instantanée de bactéries et d’aide à la décision pour les agents d’exploitation
Un kit d’analyse instantanée de bactéries et d’aide à la décision pour les agents d’exploitation
GL Biocontrol, fabricant français de kits d’analyse rapide de bactéries par ATP-métrie, propose aux régies des eaux et délégataires de services une solution clés en main : DENDRIDIAG®SW. Doté d’une nouvelle application d’aide à la décision pour les opérateurs, ce kit 2 en 1 leur permet de décider et d’agir sur le terrain.
Eau potable : action anticalcaire à la GPS&O
Eau potable : action anticalcaire à la GPS&O
La communauté urbaine Grand-Paris-Seine-et-Oise poursuit son programme de décarbonatation de l’eau du robinet. La collectivité choisit d’investir dans ses usines de potabilisation pour livrer aux habitants une eau plus douce, source d’économies.
Station avancée pour la valorisation des effluents
Station avancée pour la valorisation des effluents
« Même si des améliorations se déploient, les procédés d’épuration conventionnels restent énergivores, avec des coûts d’exploitation qui augmentent, et ne répondent pas aux exigences d’élimination d’une pollution toujours présente par les micropolluants. » Partant de ce constat, le projet Save, pour station avancée pour la valorisation des effluents, propose de développer une nouvelle filière de traitement des effluents urbains et hospitaliers.
Tous les articles EAU
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.