EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
VIDÉOS
À la uneEAU

Sécheresse : les acteurs du bassin Adour-Garonne signent une convention

Par E.G. Publié le 2 juillet 2020.
Sécheresse : les acteurs du bassin Adour-Garonne signent une convention
Newsletters gratuites
Archiver cet article
Ce mercredi 1er juillet, les acteurs de l’eau du bassin Adour-Garonne ont signé une convention pour lutter contre la sécheresse.

Étienne Guyot, préfet de la région Occitanie, préfet de la Haute-Garonne, préfet coordonnateur du bassin AdourGaronne, Jean-Michel Fabre, président du Syndicat Mixte d’Etudes et d’Aménagement de la Garonne (SMEAG), Guillaume Choisy, directeur général de l’agence de l’eau Adour-Garonne et Franck Darthou, directeur d’EDF Hydro Sud-Ouest, délégué de bassin et coordonnateur de l’eau Grand Sud-Ouest, ont renouvelé ce mercredi 1er juillet, le contrat de coopération qui encadre la mobilisation des retenues hydroélectriques pour soutenir les débits de la Garonne. « Conclu pour deux ans et reconductible une troisième année, ce contrat prévoit l’augmentation de 36% des volumes et de 100% débits d’eau pour la Garonne », expliquent les différents acteurs dans un communiqué commun. Cette action s’inscrit dans le plan de gestion des étiages Garonne-Ariège 2018-2028 et dans le plan d’adaptation au changement climatique du bassin Adour-Garonne.

Soutien d’étiages et augmentation des débits

« Les conséquences de la raréfaction de l’eau dans les cours d’eau du bassin, seront nombreuses tant sur le plan socio-économique que sur la biodiversité. La Garonne sera impactée avec des périodes de faibles débits plus précoces, plus intenses et plus longues. Les faibles débits en eau impactent non seulement les besoins en eau potable et les activités humaines mais aussi le bon fonctionnement des milieux aquatiques », rappellent les acteurs de l’eau. Ceux-ci soulignent que « les soutiens d’étiage à partir des barrages exploités par EDF permettent d’éviter les restrictions de prélèvements ». Ainsi, dans le cadre de cette convention, un dispositif d’indemnisation d’EDF a été conclu. « Le nouveau contrat de coopération pour le soutien d’étiage de la Garonne prévoit la mobilisation de près de 70 millions de m3 (hm3) d’eau à partir de 2020, soit 36 % de plus que le contrat précédent », est-il précisé. Les retenues historiques – Izourt, Gnioure, Laparan, Soulcem et Lac d’Oô – verront des volumes supplémentaires mobilisés. De nouvelles retenues seront également sollicitées : Les Saint-Peyres et la Raviège, dans le Tarn.

Le nouveau contrat prévoit également l’augmentation des débit : « La capacité d’intervention est ainsi doublée au plus fort de l’étiage (jusqu’à 20 m3/s), notamment pour répondre aux besoins lors des pics de prélèvement en eau (eau potable, industries, irrigation des terres agricoles) en période de sécheresse ou de canicule et permettre un bon fonctionnement des milieux aquatiques jusqu’à l’estuaire de la Gironde », peut-on lire.
Barrage de Laparan - © Photo EDF - GBN
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
S'identifier
S'inscrire
Rejoignez-nous sur : LinkedIn, Youtube, Facebook et Twitter.
À lire également
Réalimentation de la nappe phréatique dans les Yvelines
14 septembre 2022
Réalimentation de la nappe phréatique dans les Yvelines Après une année marquée par une faible pluviométrie, les solutions de sécurisation de la ressource s’imposent. Sur son site du Vésinet-Le Pecq-Croissy dans l’Ouest parisien, Suez-Île-de-France stocke de l’eau potable dans la nappe de la craie au travers d’anciennes zones d’extraction de sable.
Eau de Paris inaugure une nouvelle fontaine à eau
6 juin 2022
Eau de Paris inaugure une nouvelle fontaine à eau La Ville de Paris se dote de nouvelles fontaines sur son espace public.
La qualité des sites de baignade européens s'améliore, une situation « plus nuancée » signale Surfrider Europe
8 juin 2022
La qualité des sites de baignade européens s'améliore, une situation « plus nuancée » signale Surfrider Europe La qualité des eaux de baignade dans l’Union européenne reste élevée en 2021, indique le dernier rapport réalisé par l'Agence européenne pour l'environnement (AEE). La part des sites de baignade de qualité s'élevait à 84,8 % dans l'espace européen. Si Surfrider Foundation Europe se réjouit de cet exercice annuel, l'ONG dénonce des écueils dans l'évaluation.
Tous les articles EAU
[Vidéo] 3 questions à Stéphanie Gay, directrice du Salon des maires et des collectivités locales
Dernier numéro
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Actu réglementaire
Le coup d'oeil
+
Newsletters gratuites
- Gratuites
- Différents thèmes au choix
- Spécialisées dans votre secteur

Nous contacter
✎ Proposer des sujets, communiquer sur nos supports ou besoin d'aide ?
Nous contacter
En partenariat avec
Événements
+ d'événements
Emploi
- Chargé d'affaires CVC H/F
- Chef de Secteur H/F
- Ouvrier / Ouvrière paysagiste
- Chef d'Equipe Propreté Urbaine F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola