Offre Silver (à partir de 8,90 €)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Stress hydrique : un enfant sur cinq n’a pas assez d’eau au quotidien

Stress hydrique : un enfant sur cinq n’a pas assez d’eau au quotidien
58 % des enfants vivant en Afrique australe et de l'Est n'ont pas suffisamment accès à l'eau. Crédits : Unicef/DR
Par Abdessamad Attigui, le 29 mars 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Selon une récente étude publiée par l’Unicef, 450 millions d’enfants vivent dans des zones où la vulnérabilité hydrique est élevée.

Un enfant sur cinq dans le monde n’a pas suffisamment d’eau au quotidien… Un terrible constat issu de l’étude publiée par le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), jeudi 18 mars, qui a recensé les zones dans lesquelles « la pénurie d’eau coexiste avec un faible niveau des services nécessaires à son utilisation ». Dans ces zones, les habitants utilisent des eaux de surface ou ont accès à des points d’eau situés à plus de 30 km de leur habitation. 

Cette analyse montre qu’au sein de 80 États, des enfants font face à des difficultés d’accès à l’eau. C’est notamment le cas en Asie du Sud qui compte le nombre le plus élevé d’enfants vivant dans des zones caractérisées par la vulnérabilité hydrique : plus de 155 millions enfants. Viennent ensuite les pays situés en Afrique australe et de l’Est avec 58 % des enfants qui ont « tous les jours des difficultés à accéder à suffisamment d’eau ». Suivis par les pays d’Afrique de l’Ouest et centrale à 31 %, et du Moyen-Orient à 23 %.

« La crise mondiale de l’eau ne se profile pas seulement à l’horizon ; elle est déjà là, et les changements climatiques ne feront que l’aggraver. Les enfants en sont les premières victimes. Quand les puits s’assèchent, ce sont les enfants qui manquent l’école pour aller chercher de l’eau. Quand il y a moins à manger à cause de la sécheresse, les enfants souffrent de malnutrition et de retards de croissance. Quand il y a des inondations, les enfants sont atteints de maladies transmises par l’eau. Et quand les ressources en eau diminuent, les enfants ne peuvent se laver les mains pour se protéger des maladies », explique la directrice générale d’Unicef, Henrietta Fore.

Des services d’approvisionnement en eau potable

Face à l’acroissement du risque de stress hydrique, l’Unicef a décidé de lancer l’initiative ‘’Sécurité hydrique pour tous’’ qui vise à mobiliser des ressources, des innovations et l’action mondiale dans l’objectif de faciliter à chaque enfant l’accès aux services d’approvisionnement en eau.

À travers cette initiative l’Unicef s’engage ainsi à fournir des services d’approvisionnement en eau potable avec un coût abordable et proches des lieux d’habitation. De proposer des services d’approvisionnement en eau, d’assainissement et d’hygiène face aux changements climatiques en utilisant des sources d’énergie propres.

L’agence de l’ONU s’emploiera également à présenter des mesures de prévention de la pénurie d’eau en évaluant les ressources disponibles. Enfin d’œuvrer pour renforcer la coopération dans les zones de conflit afin de prévenir les attaques contre les infrastructures d’approvisionnement en eau et d’assainissement.
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
[Enquête] La fusion Veolia-Suez interpelle les collectivités
[Enquête] La fusion Veolia-Suez interpelle les collectivités
L’opération de rachat de Suez par Veolia, lancée à la fin de l’été dernier, désarçonne les collectivités compétentes sur l’eau et l’assainissement. Le risque de démantèlement de l’un des deux délégataires historiques sème le doute sur la qualité des offres à venir et leur coût. Un climat qui pourrait favoriser le retour en gestion publique de l’eau.
Réussir le déploiement de son PGSSE dans les services d’eau
Réussir le déploiement de son PGSSE dans les services d’eau
Diverses menaces pèsent sur les systèmes d’alimentation en eau potable. Il peut s’agir de la dégradation qualitative ou quantitative des ressources, mais aussi de la vulnérabilité des installations insuffisamment protégées des accidents, des actes de malveillance ou de terrorisme.
Le Robillard propose une nouvelle formation sur la gestion des ressources en eau
Le Robillard propose une nouvelle formation sur la gestion des ressources en eau
L’établissement public agricole Le Robillard annonce la création d’une licence portée sur l’Aménagement et gestion des ressources en eau. Les étudiants peuvent déjà candidater pour intégrer la prochaine promotion à la rentrée 2021.
Trois questions à… Kenzy Gauthiérot, vice-président délégué à la communication de Sénéo
Trois questions à… Kenzy Gauthiérot, vice-président délégué à la communication de Sénéo
Sénéo, le syndicat de potabilisation du nord des Hauts-de-Seine (ex-syndicat des eaux de la presqu’île de Gennevilliers) produit et distribue de l’eau potable aux 610 000 habitants et 310 000 salariés de territoire. Pour face au changement climatique, la collectivité mise sur l’information du public. Rencontre avec Kenzy Gauthiérot, vice-président délégué à la communication de Sénéo.
[Tribune] L’eau n’est pas un acquis, même en France !
[Tribune] L’eau n’est pas un acquis, même en France !
L’accès à l’eau en France semble une évidence. Mais la ressource est fragile, sous la triple menace du changement climatique, de la croissance démographique et de nos infrastructures vieillissantes. A l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, Olivier Lamarie, P-DG Xylem France BeLux, pointe les enjeux clés de l’eau en France.
[Dossier] Les solutions fondées sur la nature, une étincelle pour l’action
[Dossier] Les solutions fondées sur la nature, une étincelle pour l’action
À la croisée des enjeux sociétaux et de biodiversité, les solutions fondées sur la nature ont été impulsées par l’Union Internationale pour la conservation de la nature (UICN) pour valoriser une approche basée sur les cobénéfices. Ce concept émergent a su conquérir la communauté de l’eau, qui souhaite en profiter pour stimuler des projets de gestion de l’eau intégrés dans les territoires.
[Enquête] Vers un enterrement du retour au sol
[Enquête] Vers un enterrement du retour au sol
La valorisation agricole des boues de stations d’épuration urbaines est menacée. Dès ce mois de juillet, le décret d’un socle commun d’innocuité pour les matières fertilisantes et les supports de cultures (MFSC), encore en projet, devrait s’appliquer à l’épandage et au compostage. Si les professionnels de l’assainissement sont favorables à un encadrement plus exigeant du retour au sol, ils s’alarment de cette échéance et de son impact sur le prix de l’eau.
Tous les articles EAU
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.