Certaines fonctionnalités de ce site reposent sur l’usage de cookies.
Les services de mesure d'audience sont nécessaires au fonctionnement du site en permettant sa bonne administration. Vous avez cependant la possibilité de vous opposer à leur usage.
REFUSER
ACCEPTER
CONNEXION
Valider
Mot de passe oublié ?
Accueil > Actualités > Eau > Idex et BWT soufflent le chaud et le froid
EAU

Idex et BWT soufflent le chaud et le froid

PUBLIÉ LE 22 AVRIL 2022
LA RÉDACTION
Archiver cet article
Idex et BWT soufflent le chaud et le froid
Dans le circuit du réseau de refroidissement, les générateurs ECO-MX Nano de BWT désinfectent l'eau. Crédit : BWT.
À La Défense, assurer la production d’eau chaude et glacée toute l’année est un défi relevé par le concessionnaire Idex-La Défense et l’entreprise BWT. Visite du site.

Assurer le chauffage et la climatisation du quartier de La Défense ! Tel est le défi d’Idex-La Défense, mandaté par Generia pour assurer cette mission et cela 24h/24h et 7 jours sur 7. Un défi relevé avec brio depuis la fin des années 60 avec le début des constructions, dont celle du CNIT, et des premières tours. L’entreprise BWT est en charge du traitement de l’eau sur le site. Une mission qui a vu évoluer les techniques en même temps que les besoins grandissants du quartier et de la réglementation. Et ce n’est pas terminé : la tour Hekla de Jean Nouvel pointe son nez. Le concessionnaire assure aussi la desserte pour les alentours, dont l’écoquartier des Bergères. Les quartiers d’habitation jouxtent l’usine, ce qui est aussi une contrainte à prendre en compte. Réduire les nuisances sonores et les pollutions atmosphériques, tout en assurant leur mission, été comme hiver dans des tours en verre, impose un cahier des charges strict aux deux entreprises.
 
Un procédé à base de sel, d’eau et d’électricité
À l’intérieur du bâtiment, installé en contrebas de la dalle de La Défense, dans un immense hall, les tuyaux sont alignés dans une forme sérielle, très graphique. L’eau provient de la Seine, elle est filtrée et prétraitée quotidiennement pour les besoins du réseau de chaleur et de climatisation. Un dégrilleur permet d’éliminer les plus gros déchets. Ensuite, l’eau est tamisée au moyen d’un filtre à sable. L’eau part dans une cuve de stockage, où elle est désinfectée à l’aide de la solution ECO-MX Nano (un générateur dont le procédé est à base d’eau, de sel et d’électricité). Cette étape sert à prévenir la présence de légionelles. L’utilisation de produits biocides a été diminuée de 90% avec la mise en place de cette technologie – biocides auparavant stockés sur site – et permet un plus faible impact environnemental, ainsi qu’une meilleure protection des techniciens en enlevant les manipulations de produits dangereux.
 
Une circulation de 12.000 m3  d’eau par heure en été
L’eau subit une phase d’adoucissement (AM) – elle passe sur une résine qui capte les ions calcium et magnésium, lesquels enlèvent la dureté de l’eau –, puis alimente les 18 tours aéroréfrigérantes. L’eau est pulvérisée sur les packings des tours où elle retombe en ruisselant et repart ensuite vers les groupes frigorifiques (pendant l’été, la circulation au sein du réseau de refroidissement peut aller jusqu’à 12.000 m3  d’eau par heure).
 
Protéger les installations sensibles
En complément du circuit de refroidissement, des bacs à glace ont été ajoutés il y a quelques années. Ils permettent de maintenir une température négative grâce à du glycol et d’assurer le service de trois groupes frigorifiques. Le système a été pensé après la canicule de 2003. L’enjeu est de décharger du froid rapidement et d’assurer une température de confort pour les personnes et les installations sensibles comme les serveurs informatiques, malgré des températures caniculaires.
 
Neutralisation au CO2
En fin de cycle, l’eau, rejetée par la centrale dans le réseau d’assainissement de Courbevoie, doit respecter des normes, notamment de pH. Pour éviter l’utilisation de produits chimiques, Idex-La Défense, avec BWT, a choisi la neutralisation au CO2. Les différentes étapes mises en place pour le traitement de l’eau ont permis de réduire drastiquement sa consommation qui est passée de 470.000 m3 à 200.000 m3.
 
Une chaufferie alimentée par de la biomasse
Le concessionnaire Idex-La Défense développe depuis janvier 2022 des solutions environnementales pour faire évoluer en partie sa chaufferie sur de la biomasse. Cette dernière sera acheminée par train, les rails jouxtant la gare Éole, proche du site.
 
PARTAGEZ
À LIRE ÉGALEMENT
Eau et micropolluants/ 3 | Pesticides : le rôle de l’Anses
Eau et micropolluants/ 3 | Pesticides : le rôle de l’Anses
Avis des pros : la décantation hydrodynamique en action
Avis des pros : la décantation hydrodynamique en action
Dossier/2 | La communauté d’agglomération Grand Lac recrute autrement
Dossier/2 | La communauté d’agglomération Grand Lac recrute autrement
Enquête | Assurances : la grande débrouille
Enquête | Assurances : la grande débrouille
Tous les articles Eau
L'essentiel de l'actualité de l'environnement
Ne manquez rien de l'actualité de l'environnement !
Inscrivez-vous ou abonnez-vous pour recevoir les newsletters de votre choix dans votre boîte mail
CHOISIR MES NEWSLETTERS