Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Méthanisation : GRDF signe des conventions avec l’Inra, la FNSEA et les Chambres d’agriculture

Méthanisation : GRDF signe des conventions avec l’Inra, la FNSEA et les Chambres d’agriculture
Par Eva Gomez, le 2 mars 2018.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Le 22 février dernier, GRDF a signé une convention-cadre avec l’Institut national de la recherche agronomique (Inra), dans l’objectif de développer la méthanisation dans le secteur agricole. Le 1er mars sur le salon de l’agriculture, une deuxième convention a été signée entre GRDF et la FNSEA ainsi que les Chambres d’agriculture.

« Cette action conjointe vise à contribuer à l’amélioration des processus de méthanisation et à permettre une caractérisation plus poussée des ressources en biomasse nécessaires à la mise en œuvre des projets », indiquent GRDF et l’Inra dans un communiqué commun annonçant la signature de leur convention-cadre. Celle-ci a pour objectifs d’accompagner les agriculteurs dans la mise en place d’une unité de méthanisation, d’obtenir des retours d’expérience des agriculteurs sur leur exploitation ou encore d’analyser l’impact de la méthanisation sur leur activité ainsi que leurs attentes afin de simplifier les démarches et d’optimiser les pratiques.

Identifier un mélange de bactéries pour obtenir le meilleur digestat possible

« Le rôle de l’Inra sera d’aider les agriculteurs à identifier le type de biomasse et de bactéries à utiliser et en quelles quantités, pour assurer la meilleure qualité possible du digestat qui sera épandu dans les champs après la méthanisation », explique Monique Axelos, directrice scientifique alimentation et bioéconomie à l’Inra. Alexandre Dubreuil, attaché de presse de GRDF renchérit : « En fin de processus, le sous-produit qu’est le digestat n’est pas valorisé à 100 % et l’Inra va aider les agriculteurs à identifier le meilleur mélange de bactéries afin d’obtenir le plus grand rendement possible de digestat, tout en analysant l’impact de ce digestat sur les sols ». Et d’ajouter qu’il s’agit aussi « d’une ressource supplémentaire pour les agriculteurs qui envisagent de revendre ces digestats ».

L’Inra et GRDF vont donc notamment co-financer des projets de recherche. « Il s’agit de redonner de la valeur à la production agricole et de montrer aux agriculteurs que la méthanisation peut être une bonne source complémentaire de revenus », souligne Monique Axelos. Pour Alexandre Dubreuil, le développement de cette activité est aussi l’occasion de créer des emplois locaux : « En moyenne, un à trois emplois sont créés par méthaniseur installé », explique-t-il. GRDF accompagnera les agriculteurs pour leur raccordement au réseau. « La prise en charge de 40 % des coûts de raccordement, annoncée par l’État en fin 2017, est une très bonne nouvelle pour le secteur », estime-t-il, en espérant que cela convainque de plus nombreux agriculteurs de se lancer dans la méthanisation.

Une convention entre GRDF, la FNSEA et la Chambre d’agriculture pour la sensibilisation des agriculteurs et de la population

C’est d’ailleurs l’objet d’une autre convention signée le 1er mars par GRDF et la FNSEA ainsi que les Chambres d’agriculture, à l’occasion du salon de l’agriculture, où le gestionnaire de réseau était présent pour la première année. « Cette convention a pour objectif de développer des relations avec les différents porteurs de projets, de les identifier plus facilement et de leur faire connaître la méthanisation », explique Alexandre Dubreuil. Dans ce cadre-là, une expérimentation sera menée pour l’organisation de visites de sites de méthanisation, ainsi que des concertations locales, « pour faire connaître ces projets à la population et aux élus, qui ne sont pas toujours favorables à la présence de méthaniseurs dans leur voisinage », précise-t-il.

Concrètement pour GRDF, le développement de la méthanisation agricole engendrerait une augmentation des raccordements et donc des extensions de réseaux, « qu’il faudrait pouvoir identifier et anticiper », explique Alexandre Dubreuil : « C’est d’ailleurs l’un des enjeux de la révision de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) notamment via les schémas directeurs départementaux des structures agricoles », conclut-il.
Wikimedia Commons
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Mobula 8 : Le bateau dépollueur
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Ze Energy ouvre une filiale en Allemagne
Ze Energy ouvre une filiale en Allemagne
Plus d'un an après son lancement, le producteur français d’énergie renouvelable, Ze Energy, entame son déploiement à l’international avec une première implantation en Allemagne.
RES, Equinor et Green Giraffe coopèrent pour le déploiement des premiers parcs éoliens flottants commerciaux en France
RES, Equinor et Green Giraffe coopèrent pour le déploiement des premiers parcs éoliens flottants commerciaux en France
Les sociétés Equinor, RES et Green Giraffe, spécialisées dans les énergies renouvelables, s'associent et donnent naissance au partenariat « Océole », dédié au développement de l'éolien offshore flottant en France.
Les producteurs d’énergie renouvelable bénéficient des offres « alternatives » de raccordement au réseau électrique
Les producteurs d’énergie renouvelable bénéficient des offres « alternatives » de raccordement au réseau électrique
Un arrêté du ministère de la Transition écologique, publié le 14 juillet, offre aux producteurs d’énergie renouvelable la possibilité de demander aux gestionnaires de réseau d’électricité, principalement Enedis et RTE, une option de raccordement dite « alternative ».
EDP Renewables poursuit son expansion à l'international
EDP Renewables poursuit son expansion à l'international
Le quatrième producteur mondial d’énergie renouvelable, EDP Renewables (EDPR), a signé 51 projets solaires aux États-Unis qui génèrent 38,3 MW d’électricité et un projet éolien de 120 MW au Chili.
Christian Lefort consolide l'activité « Transfert Thermique » du groupe Armor
Christian Lefort consolide l'activité « Transfert Thermique » du groupe Armor
Christian Lefort prend la direction d’Armor Industrial Coding and Printing, l’activité principale du groupe industriel dédiée au transfert thermique.
Suiveur solaire innovant pour centrales thermodynamiques à faibles coûts
Suiveur solaire innovant pour centrales thermodynamiques à faibles coûts
La PME tarnaise Sirea annonce qu’elle participe au développement d’un nouveau système de centrale solaire thermodynamique (CSP) dans le cadre du projet européen Mosaic (Modular high Concentration Solar Configuration). Celui-ci a pour objectif de déployer et de valider un concept de centrale solaire thermique à faible coût de mise en œuvre pour des niveaux d’efficacité élevés par rapport aux technologies actuelles, avec un coût de production de l’électricité de moins de 0,10 euro le kilowattheure.
L'hydrogène bleu ne serait pas une solution « faible en carbone »
L'hydrogène bleu ne serait pas une solution « faible en carbone »
L’hydrogène bleu ne serait pas la principale solution de la transition énergétique ! Selon une étude, l'intensité en émissions de gaz à effet de serre de l'hydrogène bleu est 20 % supérieure à la combustion du gaz naturel pour le chauffage.
Tous les articles ÉNERGIE
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.