Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Les producteurs d’énergie renouvelable bénéficient des offres « alternatives » de raccordement au réseau électrique

Les producteurs d’énergie renouvelable bénéficient des offres « alternatives » de raccordement au réseau électrique
Ce type d'offres permettra de déployer de l’ordre de 750 MW de puissance supplémentaire. Crédits : Pixabay
Par Abdessamad Attigui, le 22 juillet 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Un arrêté du ministère de la Transition écologique, publié le 14 juillet, offre aux producteurs d’énergie renouvelable la possibilité de demander aux gestionnaires de réseau d’électricité, principalement Enedis et RTE, une option de raccordement dite « alternative ». 

Avec cette offre « alternative », les producteurs d’énergie renouvelables peuvent désormais demander un raccordement aux réseaux publics d’électricité qui se veut moins onéreuse et plus rapide que l’offre dite de référence. Selon le ministère, ce type d’offre peut accélérer le déploiement des énergies renouvelables et pourrait « permettre de déployer de l’ordre de 750 MW de puissance supplémentaire de manière anticipée d’ici à 2030 ».

« Ces mesures s’inscrivent pleinement dans notre politique d’accélération du déploiement des énergies renouvelables en France, qui nous met sur la voie pour atteindre nos objectifs de politique énergétique. Elles permettent en effet de raccourcir et diminuer le coût du raccordement des installations de production d’énergie renouvelable », a déclaré Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique.

Toutefois, cette nouvelle possibilité n’offre aucune garantie d’injection continue de toute l’énergie produite. Pour répondre à cette problématique et éviter les freins aux investissements dans les réseaux, l’arrêté fixe des limites d’injection et d’écrêtement. 

Les limites en injection de l’offre alternative doivent ainsi respecter le seuil de « puissance minimale non garantie en injection inférieure ou égale à 30 % de la puissance de raccordement demandée ». D’autre part, l’énergie écrêtée chaque année ne doit pas dépasser 5 % de la production annuelle de l’installation raccordée.

Deux conditions préalables 

Les gestionnaires de réseau d’électricité peuvent proposer ces offres alternatives, à condition de respecter deux critères présentés dans l’arrêté :
- Le total de la puissance non garantie en injection doit être « inférieur à 1 % de la capacité globale des énergies renouvelables raccordées à son réseau au jour de l’offre de raccordement »
-  L’énergie maximale écrêtable sur un an « est inférieure à 0,1 % de la production des énergies renouvelables raccordées à son réseau constatée l’année précédente ».

Néanmoins, les deux seuils prévus « ne s’appliquent pas aux gestionnaires de réseaux desservant moins de 100.000 clients ni dans les zones non interconnectées au réseau métropolitain continental », précise l’arrêté.

Le développement des flexibilités

A côté de cet arrêté, le ministère de la Transition écologique a publié une décision prise en application du dispositif réglementaire d’expérimentation instauré par la loi relative à l’énergie et au climat du 08 novembre 2019 portant sur « l’optimisation du dimensionnement des postes de transformation du courant » pour le raccordement des installations de production d’énergies renouvelables au réseau de distribution électrique.

« Cette décision permettra à Enedis de déroger temporairement, à titre d’expérimentation, aux règles de dimensionnement des installations de réseau électrique pour dégager de nouvelles capacités de raccordement sans modification d’infrastructure et accélérer, là encore, les raccordements », peut-on lire dans un communiqué.

Ce gestionnaire a déjà mené des expérimentations concluantes avec des producteurs d’énergie renouvelable qui se sont traduites par des économies pour les producteurs et une accélération des raccordements. Cette expérimentation est « l’illustration du développement des flexibilités qui nous permettront de réduire encore le coût des énergies renouvelables et de construire le système électrique de demain », a conclu Barbara Pompili.
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Une forêt Miyawaki pour lutter contre les îlots de chaleur urbains
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Vensolair déploie la nouvelle génération d’éoliennes dans les Hauts-de-France
Vensolair déploie la nouvelle génération d’éoliennes dans les Hauts-de-France
Une double réussite pour Vensolair. Le spécialiste des centrales éoliennes et solaires a développé, financé et construit deux projets dans les Hauts-de-France : la centrale éolienne de Falvieux et le poste haute tension (HTB) de Cressy.
Les réseaux de chaleur et de froid vertueux restent à la traîne
Les réseaux de chaleur et de froid vertueux restent à la traîne
Selon une enquête menée par la Cour des comptes, l'exploitation des réseaux de « chaleur renouvelable » en France reste insuffisante et ce, malgré son potentiel pour accélérer la transition énergétique.
La régénération est en marche au salon Produrable
La régénération est en marche au salon Produrable
Le succès est au rendez-vous ! La 14ème édition du salon professionnel des acteurs et des solutions de l’économie durable Produrable, qui s’est tenue les 16 et 17 septembre dernier, a réuni plus de 8000 visiteurs. Cette réussite démontre l’investissement croissant des entreprises dans leur responsabilité sociétale.
Plug Power se réorganise pour accompagner sa croissance
Plug Power se réorganise pour accompagner sa croissance
Quatre nouveaux directeurs généraux ont fait leur entrée au sein de Plug Power, spécialiste américain de solutions de pile à hydrogène, pour répondre à la demande croissante des clients.
Île-de-France : la première unité de méthanisation des biodéchets se met en service
Île-de-France : la première unité de méthanisation des biodéchets se met en service
Ça y est ! Le projet de méthanisation territorial Equimeth a été officiellement inauguré ce jeudi 16 septembre par le producteur d’énergie renouvelable CVE et Île-de-France Energies. Implantée à Moret-Loing-et-Orvanne en Seine et Marne, cette unité de méthanisation valorisera les biodéchets de la région, générés dans un rayon maximum de 60 km.
Le nombre de nouvelles centrales au charbon baisse de 76 %
Le nombre de nouvelles centrales au charbon baisse de 76 %
Le niveau de projets de nouvelles centrales électriques au charbon s’est effondré de 76 % dans le monde depuis la signature de l’Accord de Paris en 2015. Néanmoins six pays concentrent encore la majorité des nouvelles constructions dans le monde. 
Spie dépose une offre pour l’acquisition d'Equans
Spie dépose une offre pour l’acquisition d'Equans
Spie a déposé une offre non engageante auprès d'Engie en vue d'acquérir sa filiale de services multi-techniques Equans. La société entre dans la course et se met en concurrence face à 6 industriels et fonds d'investissement.
Tous les articles ÉNERGIE
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.