Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

POLITIQUES
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Pour les grandes entreprises, la France peut atteindre son objectif de neutralité carbone en 2050

Partager :
Pour les grandes entreprises, la France peut atteindre son objectif de neutralité carbone en 2050
Par Eva Gomez, le 20 mai 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Politiques
Ce lundi 20 mai, l’association française des Entreprises pour l’environnement (EpE) a présenté les résultats d’une étude sur la possibilité d’une France à zéro émission nette à l’horizon 2050. D’après ces grandes entreprises, l’objectif de neutralité carbone est réalisable à plusieurs conditions.

« La neutralité carbone est atteignable à l’horizon 2050, mais elle implique une transformation profonde des modes de vie et de consommation », annonce ce lundi 20 mai Jean-Dominique Senard, président de l’association Entreprises pour l’environnement (EpE) et président de Renault. Pour arriver à ce constat, EpE a conduit une étude intitulée ZEN 2050 - pour « zéro émission nette » - dont les résultats viennent d’être publiés. Cette étude de faisabilité a été menée par 27 entreprises de l’association, avec l’appui d’experts tels qu’Enerdata, Carbone 4, Solagro, le Cired ou encore le sociologue membre du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), Stéphane Labranche.

Moins 4,5% d’émissions carbone par an

« Après avoir dressé un état des lieux, nous avons tenté de concevoir ce que pourrait être la France en 2050, quels seront les modes de vie, ou comment pourront être constitués les puits de carbone », explique Jean-Dominique Senard. Les entreprises se sont mises d’accord sur l’atteinte d’un objectif à l’horizon 2050 : ramener à 100 millions de tonnes de CO2 équivalent, les émissions annuelles françaises. « En 2015, elles étaient de 480 millions de tonnes de CO2 équivalent, ce qui reviendrait à diminuer nos émissions de 4,5% chaque année jusqu’en 2050 », précise le président de l’association.

En établissant 14 recommandations, EpE « prouve que la neutralité carbone française est possible et qu’elle est compatible avec la croissance économique et des modes de vie diversifiés », se félicite Jean-Dominique Senard. Il s’agirait de diminuer de 50% les émissions de l’agriculture, de 70 à 90% celles de l’industrie et de 90% celles du bâtiment et des transports. « Ce n’est pas irréaliste car les technologies existent déjà », soutient le président de l’association. Parmi les autres objectifs : diminuer de 50% la consommation finale d’énergie, recycler 80% des déchets, ou encore diviser par deux l’artificialisation des sols.

100 milliards d’euros d’investissements annuels pour la transition

« Nous avons identifié 14 recommandations dans quatre grands volets », explique Jean-Laurent Bonnafé, futur président d’EpE (dès fin mai prochain) et administrateur directeur général de BNP Paribas. « Il faut tout d’abord d’intégrer la notion de climat et de ses enjeux dans l’inconscient collectif, car l’idée de transition évoque des petits pas, quand en réalité, une transformation fondamentale est nécessaire », explique-t-il. Pour améliorer la connaissance des enjeux climatiques, EpE préconise d’éduquer les jeunes générations, ou encore d’intégrer la problématique du climat dans les campagnes de publicité. « Le deuxième volet concerne la transformation du cadre économique », poursuite Jean-Laurent Bonnafé : « il s’agit de nouer un dialogue international et par exemple, de conditionner l’accès au marché économique européen à des engagements pour le climat », explique-t-il, mais également d’instaurer une fiscalité transparente et équitable pour la transition écologique. « L’investissement pour la transition devra progressivement passer de 30 milliards d’euros par an à 75 milliards d’euros, puis à 100 milliards d’euros en 2050 », martèle enfin le directeur général de BNP Paribas.

Le troisième volet de recommandations d’EpE est consitué de mesures sectorielles, parmi lesquelles on trouve notamment la rénovation des logements et des bâtiments tertiaires, le développement des véhicules électriques et des infrastructures de recharge, ou le développement de l’économie circulaire dans l’industrie. Enfin, un certain nombre de mesures concerne l’agriculture et l’alimentation. « Nous recommandons d’accompagner une transition agroécologique afin de diviser par deux les émissions du secteur, de développer la quantité et les usages de la biomasse, ou encore de modifier les habitudes alimentaires, en divisant par deux l’apport en protéines animales », détaille Jean-Laurent Bonnafé.

Vers un cadre réglementaire incitatif

« Pour que tout cela soit possible, il est nécessaire que les sphères industrielle, politique et citoyenne soient solidaires et agissent ensemble », estime Jean-Dominique Senard. « Le monde politique doit fournir un cadre réglementaire et définir une fiscalité équitable : il faut rendre la transition écologique incitative et non punitive », poursuit-il. Quant aux industriels, « ils doivent être incités à la transformation et investir dans l’innovation et les solutions », conclut Jean-Laurent Bonnafé.
Wikimedia Commons / DR
Retrouvez toute l'information "politiques" dans Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
  L'éolien français prend le large

Dans ce nouveau numéro, l'équipe d'Environnement TV s'est rendue à Lorient pour rencontrer les acteurs de l'éolien en mer français.
+ de vidéos Environnement TV
À lire également
[Tribune] L’environnement n’est pas seulement l’affaire des gouvernements
[Tribune] L’environnement n’est pas seulement l’affaire des gouvernements
Cette semaine, Nicolas Denis, président de Messer France, revient sur le rôle des entreprises dans la préservation de l'environnement. Il estime "qu'en tant qu’acteurs économiques, elles interagissent avec différentes parties prenantes et ont tout intérêt à être moteur dans l’évolution de notre modèle économique".
Neutralité carbone : accélération imposée sur les secteurs clé des transports et du bâtiment
Neutralité carbone : accélération imposée sur les secteurs clé des transports et du bâtiment
En présentant les projets de stratégie nationale bas carbone et de programmation pluriannuelle de l’énergie devant l’association Equilibre de énergies, le 6 novembre, Laurent Michel, directeur général de l’énergie et du climat, a détaillé les progrès requis dans les transports et le bâtiment.
Agnès Vince est nommée directrice du Conservatoire du littoral
Agnès Vince est nommée directrice du Conservatoire du littoral
Mardi 26 novembre, Agnès Vince a été nommée directrice du Conservatoire littoral par décret du président de la République.
Derrière la Convention citoyenne, la déconstruction de la démocratie environnementale
Derrière la Convention citoyenne, la déconstruction de la démocratie environnementale
La Convention citoyenne pour le climat ne masque pas le démantèlement des mécanismes de démocratie environnementale : réduction du champ de l’évaluation environnementale, raréfaction des enquêtes publiques impliquant un commissaire-enquêteur – ce qui épargne la radiation de l’auteur d’un avis défavorable –, accès au juge restreint pour les associations, menaces sur la pérennité de la Commission nationale du débat public et des conseils de développement ... Pourtant, les propositions abondent pour consolider les outils de la participation et restaurer la confiance envers les porteurs de projet.
[Tribune] L’Investissement socialement responsable : réactions en chaîne
[Tribune] L’Investissement socialement responsable : réactions en chaîne
Cette semaine, Sonia Fasolo, gérante de l'équipe ISR à la Finance de l'Echiquier, revient sur les liens entre climat et inégalités sociales. "L’OCDE estime que 30% des emplois dans le gaz, le charbon et la production d’électricité de source fossile sont à risque, d’ici 2030, en cas de politiques climatiques ambitieuses", rappelle-t-elle.
Le mois d'octobre 2019 est le plus chaud jamais enregistré
Le mois d'octobre 2019 est le plus chaud jamais enregistré
Le programme européen de surveillance de la Terre, Copernicus, a publié ce mercredi 6 novembre, ses données sur les températures du mois d'octobre 2019 au niveau mondial : il s'agit du mois d'octobre le plus chaud jamais enregistré.
Tout savoir sur : l'extension de la reconnaissance du préjudice d'anxiété
Tout savoir sur : l'extension de la reconnaissance du préjudice d'anxiété
Le 11 septembre dernier, la Cour de Cassation, la plus haute juridiction française, a étendu la reconnaissance du préjudice d'anxiété – qui concernait auparavant certains salariés exposés à l'amiante – à toutes personnes exposés à des produits nocifs ou toxiques et pouvant ainsi développer une maladie grave, voire mortelle. Décryptage de cette décision de justice majeure par Alain Bobbio, secrétaire national de l'Association nationale de défense des victimes de l’amiante (Andeva).
Tous les articles POLITIQUES
En partenariat avec
Accès au kiosque
Événements
Energaia 2019
11 Décembre 2019
Energaia 2019
RDET 2020
7 Janvier 2020
RDET 2020
Colloque : Etat des lieux de la reconversion des sites pollués et perspectives
23 Janvier 2020
Colloque : Etat des lieux de la reconversion des sites pollués et perspectives
+ d'événements
Emploi
- TECHNICIEN(NE) MAINTENANCE PAC/CLIM/ENR (H/F) Pér
- Gestionnaire Parc Immobilier H/F
- Agent / Agente d'exploitation des réseaux d'assainissement
- Technicien qualité en aéronautique F/H
+ d’offres
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.