Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

POLITIQUES
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] Covid et climat : il faut inventer de nouveaux outils financiers

Partager :
[Tribune] Covid et climat : il faut inventer de nouveaux outils financiers
Par Gérald Maradan, co-fondateur et DG de EcoAct, le 5 juin 2020
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Politiques
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Gérald Maradan, co-fondateur et DG de EcoAct, dresse un bilan des impacts financiers liés à la crise du Covid-19 et plaide pour une relance économique verte, notamment en créant "un mécanisme de prêt simple et universel qui inciterait véritablement les entreprises à se transformer tout en récompensant les plus vertueuses". Tribune.

La crise du Covid-19 provoque actuellement une crise économique mondiale d’une ampleur sans précédent. Elle s’apparente au fameux « cygne noir » des financiers, un évènement inattendu, peu probable mais aux conséquences d’une portée considérable et exceptionnelle.

Alors que le monde est à l’arrêt, les Etats et les banques centrales déploient des moyens financiers colossaux pour répondre à la crise, se chiffrant à 7 000 milliards de dollars à l’échelle mondiale. Pour autant, alors que tous les efforts sont concentrés sur la crise sanitaire, le « cygne vert », théorisé par la Banque des règlements internationaux dans un rapport de janvier 2020, est toujours bien présent. Il s’agit de la crise climatique, passée certes au second plan, mais bien plus profonde, plus lente et potentiellement plus destructrice sur le moyen terme.

Il peut sembler tentant de remettre à plus tard nos efforts pour lutter contre le changement climatique. Ce serait une triple erreur. Nous ne pouvons nous permettre une reprise en forte hausse des émissions après la crise sanitaire, comme lors de la crise financière de 2008. Les deux crises, toutes deux issues de la dégradation de notre environnement, sont intimement liées et pourraient se renforcer mutuellement si le dérèglement climatique continuait de s’accentuer. Enfin, nous déployons
aujourd’hui des moyens financiers gigantesques qui doivent être investis intelligemment.

Les solutions déployées pour résoudre la crise actuelle, doivent donc apporter une réponse puissante aux deux crises. Pour cela, il faut inventer de nouveaux outils. Prenons un exemple. Les Etats se mobilisent actuellement dans l’urgence pour sauver les grandes entreprises gravement touchées. La France a ainsi voté un premier dispositif de 20 milliards d’euros de prêt garanti par l’Etat. De nombreuses voix se sont élevées pour demander des contreparties environnementales à ces aides. Les réponses apportées par la France à ces demandes incluent
l’engagement, pour les entreprises, d’être exemplaires et d’intégrer pleinement les objectifs RSE, notamment en matière de lutte contre le changement climatique. C’est faible et peu engageant.

Il est possible d’aller plus loin et de créer un mécanisme de prêt simple et universel qui inciterait véritablement les entreprises à se transformer tout en récompensant les plus vertueuses : le Prêt à Impact Climat (« Climate Performance Loan »). Il faut pour cela indexer le taux du prêt sur le suivi de la trajectoire de réductions des émissions de CO2 compatible avec les objectifs de l’accord de Paris. Cette trajectoire peut être calculée selon le principe du Science-based target développé par le WWF, le CDP et le Pacte mondial des Nations unies, déjà adopté par près de 900 entreprises, ou selon la méthodologie ACT®, développée par l’ADEME. Plus l’entreprise suit sa trajectoire de réduction des émissions, plus son prêt est bonifié.

Un tel mécanisme présente plusieurs avantages.
Il évite les négociations des contreparties au cas par cas avec chaque entreprise, selon ses particularités. Tout le monde donne son point de vue sur ce que devrait faire Air France ou Renault. Tout le monde, sauf les experts de l’aéronautique et de l’automobile. C’est oublier qu’au sein de ces entreprises et de ces secteurs, il existe des experts environnementaux de haut niveau qui ont déjà des idées précises sur le meilleur moyen de parvenir à réduire leurs émissions en collant aux objectifs de l’accord de Paris. Encore doivent-ils avoir les moyens d’agir.

Ce mécanisme de prêt est également stimulant financièrement pour l’entreprise. Une entreprise qui suivra sa trajectoire pourra gagner plusieurs dizaines de millions d’euros pour des prêts supérieurs à un milliard d’euros. A titre d’exemple, une réduction de taux de 1 % pour un prêt de 2 milliards d’euros sur 10 ans, bonifie le coût du prêt d’environ 100 millions d’euros. Non négligeable et incitatif. Le gain permet ainsi de dégager des fonds pour financer des actions rentables pour l’entreprise.

Les principales institutions financières ont déjà une expérience dans des mécanismes de prêts similaires, qui intègrent des externalités extra-financières (les « sustainability-linked loans »). Le prêt à impact climat peut donc être déployé à grande échelle dès demain.

L’état d’urgence climatique a été déclaré par plus de 1.490 gouvernements locaux dans 29 pays. Le Parlement européen a signé une déclaration sur l’urgence climatique le 28 novembre 2019, appelant à un système financier plus durable, contribuant à « réduire les risques existants et futurs pour les écosystèmes », « limiter le réchauffement de la planète à 1,5 °C et éviter une perte massive de biodiversité ».

Le temps des déclarations doit laisser place aux actions concrètes.  N’attendons pas.
Gérald Maradan, co-fondateur et DG de EcoAct
  [Vidéo] Le Covid, accélérateur de la transition écologique
+ de vidéos Environnement TV
Actu réglementaire
Arrêté du 21 juillet 2020 portant nomination du président et des membres du Conseil d'orientation pour la prévention des risques naturels majeurs Lire
Arrêté du 10 juillet 2020 fixant les taux de promotion dans certains corps spécifiques relevant de la direction générale de l'aviation civile du ministère de la transition écologique pour l'année 2020 Lire
Décision du 17 juillet 2020 portant délégation de signature (centre ministériel de valorisation des ressources humaines [CMVRH]) Lire
Les plus lus
À lire également
L'Irena appelle les gouvernements à combiner relance économique et décarbonation
L'Irena appelle les gouvernements à combiner relance économique et décarbonation
L'Agence internationale pour les énergies renouvelables (Irena) a publié ce mercredi 24 juin, un rapport selon lequel les gouvernements peuvent combiner relance économique et objectifs de décarbonation et de développement durable.
Barbara Pompili : « La biodiversité doit être au cœur de toutes nos politiques publiques »
Barbara Pompili : « La biodiversité doit être au cœur de toutes nos politiques publiques »
La nouvelle ministre de la Transition écologique et solidaire, Barbara Pompili, appelle de ses vœux la mise en œuvre de nouvelles politiques publiques basées sur un « nouveau contrat » entre l’Etat et les collectivités locales et sur une « nouvelle forme de planification » écologique et sociale. Elle nous a accordé un entretien peu de temps avant sa nomination dans le gouvernement de Jean Castex.
[Tribune] Consommateurs, à vous de guider les actions politiques !
[Tribune] Consommateurs, à vous de guider les actions politiques !
Olivier Xu, directeur France de Bulb, fournisseur d'énergie verte qui vient de se lancer en France, donne son point de vue sur la relance économique. Pour lui, elle se doit d'être verte et il ne s'agit pas seulement d'une volonté politique : il souligne le pouvoir du choix du consommateur, notamment en ce qui concerne l'énergie.
Le gouvernement annonce un plan de soutien de 15 milliards d'euros à la filière aéronautique
Le gouvernement annonce un plan de soutien de 15 milliards d'euros à la filière aéronautique
Ce mardi 9 juin, le gouvernement a présenté son plan de soutien à la filière aéronautique. Un plan total de 15 milliards d'euros d'aides, d'investissements et de prêts et garanties.
La relance ne doit pas oublier le climat, prévient le Haut Conseil
La relance ne doit pas oublier le climat, prévient le Haut Conseil
Les premières mesures d'urgence pour redresser l'économie n'intègrent pas suffisamment l'enjeu climatique, qui devra être mieux pris en compte dans le plan global de relance, avertit mercredi le Haut conseil pour le climat dans son rapport annuel.
Convention climat : « quelques » annonces la semaine prochaine, indique le gouvernement
Convention climat : « quelques » annonces la semaine prochaine, indique le gouvernement
De premières mesures « réglementaires » liées aux propositions de la Convention citoyenne pour le climat seront annoncées la semaine prochaine, avant un projet de loi à la fin de l'été, a indiqué lundi la ministre de la Transition écologique.
Le Sénat veut une relance verte, décentralisée et européenne
Le Sénat veut une relance verte, décentralisée et européenne
Sortir du « centralisme jacobin », relocaliser en Europe, améliorer la compétitivité des entreprises, s’appuyer sur la transition énergétique : la commission des affaires économiques du Sénat a présenté mercredi ses propositions pour le plan de relance après l’épidémie.
Tous les articles POLITIQUES
Nos magazines
Accéder au kiosque
En partenariat avec
Événements
Solar PV World Expo 2020
16 Août 2020
EXPOBIOGAZ
2 Septembre 2020
20e Congrès international du recyclage automobile (IARC)
2 Septembre 2020
+ d'événements
Emploi
- Ordonnanceur(se) Soirée H/F
- Responsable Ressources Humaines H/F
- Ouvrier / Ouvrière d'entretien des espaces verts
- Responsable d’Unité Administrative F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.