Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Alternatives aux phytosanitaires : un arrêté ministériel facilite l'usage de procédés naturels

Alternatives aux phytosanitaires : un arrêté ministériel facilite l'usage de procédés naturels
La fermentation, la macération, la décoction, l’infusion et le pressage sont autorisées. Crédits : Adobe Stock
Par Abdessamad Attigui, le 23 juin 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Un arrêté du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, publié le 17 juin au Journal officiel, vise à faciliter le recours aux techniques et substances naturelles qui stimulent la résistance et la croissance des plantes. Celles-ci peuvent constituer une véritable alternative aux produits phytosanitaires décriés.

Macération, purins, infusion ou décoction, ces traitements biologiques économes en intrants ont l’avantage d’apporter vitalité et résistance aux plantes sans engendrer d’effets néfastes sur l’environnement. L’arrêté signé par le ministère de l’Agriculture « constitue une avancée importante » pour faciliter l’utilisation de ces techniques traditionnelles confectionnées à partir de plantes pour stimuler les processus naturels des plantes ou du sol.

Ce texte réglementaire comporte un cahier des charges à respecter précisant les règles de la fabrication, la commercialisation et l’utilisation des préparations naturelles « à usage biostimulant produites à partir de parties consommables de plantes ».

Les procédés de préparation autorisés dans l’arrêté doivent être accessibles à tout utilisateur final, autrement dit, uniquement les techniques sans « traitement des matières premières ou un traitement reposant exclusivement sur des moyens manuels, mécaniques ou gravitationnels, par la dissolution dans l’eau ou dans l’alcool, la flottation, l’extraction par l’eau ou par l’alcool, la distillation à la vapeur ou le chauffage uniquement pour éliminer l’eau ». La fermentation, la macération, la décoction, l’infusion et le pressage font donc partie de la liste.

Par ailleurs, sont exclues des matières premières autorisées les plantes ou parties de plantes qui sont génétiquement modifiées ; provenant de cultures ou zones faisant l’objet de restrictions sanitaires ou phytosanitaires, telles que des restrictions de consommation ou des restrictions de circulation de certains végétaux ; présentant un niveau de résidus supérieur aux limites maximales fixées par le règlement ; et ayant fait l’objet d’un traitement ou d’une contamination susceptibles de les rendre impropres à la consommation animale ou humaine.
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Les hôpitaux soignent leur empreinte environnementale
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Les contours de la future Stratégie nationale pour la biodiversité se précisent
Les contours de la future Stratégie nationale pour la biodiversité se précisent
Les ambitions de la future Stratégie nationale pour la biodiversité (SNB) ont été présentées pour la première fois, ce mardi 07 septembre, lors du Congrès mondial de la nature de l’UICN à Marseille. Quatre axes d'intervention composent cette feuille de route.
[Enquête] Relance et climat : comment accélérer la cadence ? 
[Enquête] Relance et climat : comment accélérer la cadence ? 
La transition ne se fera pas en deux ans et la question du prolongement du plan de relance s’est posée dès son annonce. Depuis, Bruxelles a porté de 40 à 55 % l’objectif de baisse des rejets carbonés en 2030 par rapport à 1990. Financer la décarbonation paraît inconciliable avec le retour du déficit public à 3 % du PIB en 2025 que vise Paris.
Ariel Weil : « Il faut une mobilisation générale pour dépolluer la Seine »
Ariel Weil : « Il faut une mobilisation générale pour dépolluer la Seine »
Pendant six mois, un groupe de travail composé de 15 élus parisiens a planché sur l'avenir de la Seine. Reconquête de ses berges, qualité de l'eau du fleuve, régulation des activités industrielles et portuaires... Ils viennent de rendre leur rapport à la maire de Paris, Anne Hidalgo. Tour d'horizon de cette mission d'information et d'évaluation avec l'un de ses membres, Ariel Weil, maire de Paris Centre, qui regroupe les quatre premiers arrondissements de la capitale.
[Tribune] Mettre le développement durable au cœur du processus décisionnel des entreprises
[Tribune] Mettre le développement durable au cœur du processus décisionnel des entreprises
Le passage à des pratiques durables ne se fait pas du jour au lendemain. Il s’agit d’une évolution qui nécessite un engagement au plus haut niveau de l’entreprise et tout au long de la chaîne d’approvisionnement. Olivier Pasquier, Country Manager à Board France, évoque les données nécessaires pour prendre les décisions durables en interne.
Planifier la rénovation énergétique à l'aide du « Panorama de la thermosensibilité »
Planifier la rénovation énergétique à l'aide du « Panorama de la thermosensibilité »
L’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT) et Enedis dévoilent une cartographie pour identifier des quartiers dont la consommation est la plus sensible à la température. Cet outil permet de mieux cibler les actions de rénovation énergétique à l'échelle locale.
Anses : Éric Vial nommé à la tête de la direction de l’évaluation des risques
Anses : Éric Vial nommé à la tête de la direction de l’évaluation des risques
Éric Vial succède à Matthieu Schuler et prend la direction de l’évaluation des risques de l’Anses. Il coordonne les activités d’expertise scientifique sur les risques sanitaires liés à l’alimentation, l’environnement et le travail. 
Adoption de loi Climat et résilience : un « tournant culturel » selon le gouvernement, un « échec » pour les ONG
Adoption de loi Climat et résilience : un « tournant culturel » selon le gouvernement, un « échec » pour les ONG
Après plusieurs mois d’examen et la révision du texte en commission mixte paritaire, les députés et les sénateurs ont adopté définitivement ce mardi 20 juillet le projet de loi Climat et résilience. Le gouvernement salue le vote de cette loi qui fera « entrer l'écologie dans nos vies », tandis que les ONG environnementales dénoncent son « manque criant d’ambition ».
Tous les articles POLITIQUES
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.