EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
VIDÉOS
À la unePOLITIQUES

Tribune | « Pas toujours simple d’être écoresponsable »

Par Hugues Mercier, directeur général de Aumax pour moi. Publié le 4 juillet 2022.
Tribune | « Pas toujours simple d’être écoresponsable »
Hugues Mercier, directeur général d’Aumax pour moi. Crédit : Aumax pour moi
NEWSLETTERS
Archiver cet article
Il possible pour chacun d’entre nous d’agir contre le réchauffement climatique via des petits gestes du quotidien ou encore en fléchant l’épargne vers des entreprises plus durables. Quel produit privilégier pour réduire mon empreinte carbone ? Comment choisir tel ou tel système énergétique ? « Agir de façon partielle c’est déjà prendre le train de l’éco-responsabilité ! », souligne Hugues Mercier, directeur général de Aumax pour moi.

La planète s’asphyxie sous les pollutions en tout genre. Et ce ne sont pas les rapports du GIEC qui vont le démentir dont le dernier sorti en date du 04 avril : diminution des ressources en eau et en nourriture et impact sur la santé humaine partout dans le monde. Des effets considérés comme déjà irrémédiables même dans l’hypothèse d’une limitation des températures à 1,5°C.

Lutter contre le réchauffement climatique n’est donc plus une option. C’est désormais l’affaire de tous et chacun a un rôle à jouer. Mais, ne nous leurrons pas, adopter du jour au lendemain un comportement totalement écoresponsable est difficile. En revanche, il possible pour chacun d’entre nous, d’agir via des petits gestes du quotidien ou en fléchant notre épargne vers des entreprises contribuant à une planète plus verte. Se poser des questions est essentiel : quel produit privilégier pour réduire mon empreinte carbone ? Comment choisir tel ou tel système énergétique ? Comment se déplacer de façon plus écologique ? Agir de façon partielle c’est déjà prendre le train de l’écoresponsabilité !

Des gestes écolos selon ses possibilités

Mais, face à ces gestes écologiques, nous ne sommes pas tous égaux. Là où dans une ville comme Paris il est facile de se déplacer en métro, RER et bus, il peut s’avérer impossible de faire certains trajets dans des villes sous équipées en transports en commun. En région rurale, par exemple, la voiture est la seule alternative. Même constat pour les déplacements à vélo qui, eux aussi, sont dépendants de l’aménagement de la voirie.

Les comportements d’achats alimentaires et de biens de consommations sont également très différents selon la catégorie socioprofessionnelle et les profils des consommateurs. Là où un couple CSP+ peut s’acheter des produits bio et des vêtements confectionnés en France dans des matières naturelles, une famille avec enfants moins aisée ne peut s’offrir de tels produits.

Les comportements écoresponsables ne sont donc pas qu’une question de conviction. A l’exception des réfractaires à l’écologie, tout le monde a envie de protéger la planète. Une prise de conscience qui s’est d’ailleurs accentuée avec la crise sanitaire, période pendant laquelle les consommateurs se sont mis à privilégier les circuits courts, les producteurs locaux et les magasins de proximité. Ils se sont également mis à télécharger de multiples applications pour tout connaître de la composition de produits et des conditions de leurs productions et leurs transports.

De plus en plus d’entreprises se verdissent

Dans ce grand élan vert, l’épargne n’est pas en reste. Depuis quelques temps, les consommateurs orientent leurs investissements vers les entreprises vertes. Au point de voir les banques traditionnelles et les néo banques développer des fonds verts en tout genre - livrets, assurances-vie, portefeuilles d’actions – allant jusqu’à refuser d’investir dans des projets verts portés par des industries considérées comme polluantes. Mais, faut-il se priver d’investir dans un projet d’énergies renouvelables porté par des entreprises comme Engie ? Toute bonne volonté n’est-elle pas bonne à prendre ?

Outre ces investissements dans des entreprises vertes, d’autres initiatives existent comme compenser ses consommations par des actions écologiques (plantation d’un arbre par exemple) ou le giveback, concept permettant à chaque paiement par carte bancaire de recevoir un remboursement dans une cagnotte de dons associée à une cause environnementale.

Des mesures pour suivre son empreinte carbone

Si chacun reconnaît l’importance d’adopter des comportements écoresponsables, encore faut-il avoir une idée concrète de l’impact de ses activités sur l’environnement. Depuis quelque temps, de nombreuses entreprises proposent des solutions permettant aux consommateurs de connaître leur empreinte carbone que ce soit au niveau de leur consommation d’énergie, de leurs déplacements, leur alimentation ou leurs paniers d’achats. Ces offres proposent divers KPIs, comme celui de suivre son empreinte d’un mois à l’autre ou comparer sa consommation à un panel de clients. Des pistes d’amélioration peuvent également être délivrées dans le cadre de ses solutions afin d’aider les utilisateurs à limiter l’impact de leurs consommations sur l’environnement.

En matière de gestes écoresponsables il n’y a pas de bons et de mauvais élèves. Toutes les initiatives pour réduire notre empreinte carbone sont bonnes à prendre car toutes apportent une pierre à l’édifice de la lutte contre le réchauffement climatique. Et ne dit-on pas « les petits ruisseaux font les grandes rivières » ?
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
S'identifier
S'inscrire
Rejoignez-nous sur : LinkedIn, Youtube, Facebook et Twitter.
À lire également
8 décembre 2022
Jules Nyssen : « Il faut une vraie loi d'accélération, et pas de freinage, des ENR » Alors que le projet de loi relatif à l'accélération de la production d'énergies renouvelables est actuellement débattu au Parlement et que se profile, dans quelques mois, une nouvelle Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE), tour d'horizon de l'actualité avec Jules Nyssen, président du Syndicat des énergies renouvelables (SER).
Jules Nyssen : « Il faut une vraie loi d'accélération, et pas de freinage, des ENR »
31 août 2022
Tribune | « Il est possible de mener des expérimentations scientifiques sans avoir recours aux animaux » La pétition lancée par Peta et d'autres organismes de la protection animale se clôture ce mercredi à 23h59, et le sort des animaux de laboratoire sera scellé. A quelques heures de la date limite, l'association Peta France appelle l'Union européenne à éliminer progressivement « toutes les expérimentations animales européennes ».
Tribune | « Il est possible de mener des expérimentations scientifiques sans avoir recours aux animaux »
17 octobre 2022
Benjamin Lammert prend la présidence de Terres Univia  Terres Univia, l’interprofession des huiles et protéines végétales, annonce l’élection de son nouveau président, Benjamin Lammert, à l’issue du Conseil d’administration du 06 octobre 2022.  
Benjamin Lammert prend la présidence de Terres Univia 
Tous les articles POLITIQUES
VIDÉO
Quel avenir pour nos déchets nucléaires ?
Toutes les vidéos
Dernier numéro
Hydroplus
Le magazine des professionnels de l’eau et de l’assainissement. (supplément d’EM)
Actu réglementaire
Le coup d'oeil
+
Newsletters gratuites
- Gratuites
- Différents thèmes au choix
- Spécialisées dans votre secteur

Nous contacter
✎ Proposer des sujets, communiquer sur nos supports ou besoin d'aide ?
Nous contacter
En partenariat avec
Événements
+ d'événements
Emploi
- Ouvrier viticole avec une compétence machinisme H/F
- Ingénieur H/F
- Ouvrier / Ouvrière des espaces verts
- Responsable du Pôle subventions recettes et patrimoine F/H
+ d'offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola