Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Trois questions à : André Cicolella, fondateur du Réseau Environnement Santé

Trois questions à : André Cicolella, fondateur du Réseau Environnement Santé
Par Propos recueillis par Laurence Madoui, le 13 mars 2019.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Le toxicologue et fondateur du Réseau Environnement Santé (RES), André Cicolella, place la crise sanitaire au même plan que le dérèglement climatique, la perte de biodiversité et l’épuisement des ressources naturelles. Son association prépare, avec le Centre national de la fonction publique territoriale, une formation pour les agents des collectivités sur les perturbateurs endocriniens. L’action locale peut efficacement réduire l’exposition à ces polluants chimiques, indépendamment des tergiversations du Parlement sur la date d’interdiction des plastiques à usage unique, assure le scientifique.

A Strasbourg, Bordeaux, Montpellier, des collectifs de parents obtiennent l’abandon des contenants en plastique à la cantine, quand la loi « Egalim » en fixe l’échéance à 2025. Vaut-il mieux batailler à l’échelle locale que s’en remettre à la loi ?

Si la société civile s’empare du sujet, les collectivités mettent les moyens. L’exposition aux perturbateurs endocriniens (PE) peut rapidement s’atténuer, sans attendre un vote national ou une évolution du règlement européen Reach : on en connaît les sources et il existe des substituts. Parmi le millier de PE, le RES met le focus sur les phtalates – cancérigènes, mutagènes et reprotoxiques. 39 des 40 élus locaux dont on a analysé une mèche de cheveux sont contaminés au DEHP, substance la plus toxique de cette famille.

L’alimentation est la première source d’exposition aux phtalates, qui migrent de l’emballage au contenu. 70 % des petits pots pour bébé en contiennent, avec une concentration triple pour le plastique par rapport au verre. Suivent les sols en PVC qui libèrent du DEHP, composé organique semi-volatil s’amassant dans la poussière. L’asthme est la première pathologie chez les enfants de 5 à 9 ans. Bien qu’interdits dans les cosmétiques en 2009 au niveau européen, on y trouve encore des phtalates. Une étude saoudienne de 2014 en a décelé dans les 47 parfums analysés, du « N° 5 » de Chanel à « J’adore » de Dior.

D’où l’effet cocktail…

En France, 99,6 % des femmes enceintes – et leurs fœtus – sont contaminés par les phtalates, impliqués dans toutes les maladies chroniques (asthme et obésité, notamment) liées à l’exposition durant la grossesse. Centrée sur les maladies infectieuses, la consultation prénatale ignore cette pollution chimique, alors qu’il est facile d’agir sur sa consommation – et moins évident d’échapper à la pollution de l’air.

Développer le bio et écarter le plastique en restauration scolaire est le premier pas qui doit mener à une démarche globale. C’est tout le sens de la charte « Villes et territoires sans PE » portée par le RES depuis octobre 2017 et signée par quelque 200 communes, à commencer par Paris. La ville avait banni des crèches les biberons au bisphénol A début 2010, six mois avant le vote de leur interdiction. Elle utilise aujourd’hui des produits d’entretien exempts d’alkylphénols. La région Ile-de-France signera officiellement le 20 mars et conditionnera à l’adhésion à la charte ses aides aux équipements scolaires et sportifs des communes : ce sera un effet levier extraordinaire.

Comment appréciez-vous la deuxième Stratégie nationale sur les PE (2019-2022) ?

La première (2014-2018) a fait émerger la problématique, la suivante vise à réduire l’exposition aux PE, sans financement adapté. La conviction fait défaut au sein du gouvernement. S’il y a une pression citoyenne, il y aura une réponse politique. Il faut que le prochain plan cancer, qui débutera en 2020, inclue un volet environnemental (PE et pollution atmosphérique), aux côtés des classiques facteurs de risque (tabac, alcool).
André Cicolella, toxicologue et fondateur du Réseau Environnement Santé (RES).
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Ça m'énerve : nos caniveaux ne sont pas des poubelles !
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Grand Paris : la zone à faibles émissions s’étend aux véhicules Crit'Air 4
Grand Paris : la zone à faibles émissions s’étend aux véhicules Crit'Air 4
La deuxième étape de la zone à faibles émissions (ZFE) de la Métropole du Grand Paris est en vigueur depuis le 1er juin 2021. La restriction de circuler est étendue aux véhicules Crit’Air 4 au sein des communes situées à l’intérieur du périmètre de l’autoroute A86. Mais les professionnels touchés par la crise économique pourront bénéficier de dérogations de l’application.
Pollueur-payeur : les contribuables paient les frais, alerte la Cour des comptes européenne
Pollueur-payeur : les contribuables paient les frais, alerte la Cour des comptes européenne
La Cour des comptes européenne indique dans un nouveau rapport que le principe du pollueur-payeur n'est pas totalement respecté au sein de l'Union européenne. Son application varie d'un secteur et d'un État membre à l'autre. Conséquence : ce sont les contribuables qui financent des actions de dépollution.
La « Valgorisation » à la conquête du marché canadien
La « Valgorisation » à la conquête du marché canadien
Valgo, entreprise française spécialiste dans la réhabilitation de friches polluées, s’installe au Canada et s’associe à la société On Demoli Inc., l’un des leaders québécois des travaux de démolition et de désamiantage.
[Vidéo] Ça m'énerve : nos caniveaux ne sont pas des poubelles !
[Vidéo] Ça m'énerve : nos caniveaux ne sont pas des poubelles !
Du caniveau au fleuve, et du fleuve à la mer, nos déchets urbains finissent bien souvent dans l'océan.
Une carte interactive pour vérifier la qualité de l'air dans sa commune
Une carte interactive pour vérifier la qualité de l'air dans sa commune
La fédération des associations de surveillance de la qualité de l'air, Atmo France, a mis en place une carte interactive en ligne qui permet de visualiser l’indice de la qualité de l’air dans chaque commune française.
Une surveillance « pérenne » des pesticides dans l’air ambiant
Une surveillance « pérenne » des pesticides dans l’air ambiant
Atmo France qui fédère les associations agréées de surveillance de la qualité de l’air (AASQA), et l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris) ont mis en place un suivi annuel de 75 pesticides dans l'air extérieur en métropole et en outre-mer. Les premières données seront accessibles en été 2022.
Le gouvernement déploie 75 millions d'euros pour les solutions de gestion des déchets radioactifs
Le gouvernement déploie 75 millions d'euros pour les solutions de gestion des déchets radioactifs
Le ministère de la Transition écologique, le ministère de l'Économie, des Finances et de la Relance et le Secrétariat général pour l’investissement, ont lancé un appel à projets pour l’innovation dans la gestion des déchets radioactifs. Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 1er mars 2022.
Tous les articles POLLUTIONS
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.