Certaines fonctionnalités de ce site reposent sur l’usage de cookies.
Les services de mesure d'audience sont nécessaires au fonctionnement du site en permettant sa bonne administration. Vous avez cependant la possibilité de vous opposer à leur usage.
REFUSER
ACCEPTER
CONNEXION
Valider
Mot de passe oublié ?
Accueil > Actualités > Pollutions > Piéger les métaux lourds dissous dans l’eau avec des écorces
POLLUTIONS

Piéger les métaux lourds dissous dans l’eau avec des écorces

PUBLIÉ LE 7 MAI 2019
A.B.
Archiver cet article
Piéger les métaux lourds dissous dans l’eau avec des écorces
Pearl, le Pôle d’expertises et d’analyse de la radioactivité en Limousin, a imaginé une solution naturelle mettant en œuvre des écorces d’arbres activées pour retenir les éléments traces métalliques contenus dans l’eau. Nouveauté 2019, le non-tissé se présente maintenant sous la forme de cartouches.

Créée en 2006 par essaimage d’un laboratoire de l’université de Limoges chargé du contrôle des résultats des prélèvements liés à l’activité minière de la Cogema en Limousin, Paerl a crée le Biosorb pour le traitement de la pollution par les radionucléides. La technique repose sur l’activation d’écorces d’arbres activées comme le serait un charbon actif.

Les écorces, coproduits à faible valeur ajoutée, étaient auparavant incinérées. Naturellement, elles assurent la protection des arbres contre les polluants extérieurs, notamment les métaux lourds. Une fois broyées et activées, Pearl les a intégrées dans un non-tissé composé de blousse de lin (coproduit récupéré lors du peignage), qui constitue un tapis.

Depuis le début de l’année, ce non-tissé est enroulé dans une cartouche placée dans un carter. Outre, les radionucléides, le système est capable de retenir les métaux lourds (nickel, chrome, arsenic, plomb, cuivre) et précieux (platine, or, palladium). Ils sont alors soit valorisés en les récupérant dans les cendres issues de leur incinération, soit éliminer en centres de stockage des déchets.

Le coût d’une cartouche s’élève à 200 euros. Sa durée de vie varie en fonction de la concentration en métaux dans l’effluent et du débit de ce dernier. « Nous réalisons des tests en laboratoire avant l’installation chez un industriel pour évaluer le taux d’absoption du Biosorb », présente Loïc Jauberty, responsable R&D de Pearl. L’entreprise peut aussi réaliser une installation temporaire pour des essais sur site pendant un à deux mois. Elle annonce compter une demi-douzaine de références.
 
© Paerl
PARTAGEZ
À LIRE ÉGALEMENT
Tribune | « L’Eco-Score n’est pas mort  »
Tribune | « L’Eco-Score n’est pas mort »
La détection de polluants a la fibre
La détection de polluants a la fibre
Affichage environnemental des vêtements : lancement du test de la méthode de calcul
Affichage environnemental des vêtements : lancement du test de la méthode de calcul
Tribune | « Pour lutter contre les plastiques, donnons-nous de vrais moyens ! »
Tribune | « Pour lutter contre les plastiques, donnons-nous de vrais moyens ! »
Tous les articles Pollutions
L'essentiel de l'actualité de l'environnement
Ne manquez rien de l'actualité de l'environnement !
Inscrivez-vous ou abonnez-vous pour recevoir les newsletters de votre choix dans votre boîte mail
CHOISIR MES NEWSLETTERS