Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
Pollutec 2021
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Piéger les métaux lourds dissous dans l’eau avec des écorces

Piéger les métaux lourds dissous dans l’eau avec des écorces
Par A.B., le 7 mai 2019.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Pearl, le Pôle d’expertises et d’analyse de la radioactivité en Limousin, a imaginé une solution naturelle mettant en œuvre des écorces d’arbres activées pour retenir les éléments traces métalliques contenus dans l’eau. Nouveauté 2019, le non-tissé se présente maintenant sous la forme de cartouches.

Créée en 2006 par essaimage d’un laboratoire de l’université de Limoges chargé du contrôle des résultats des prélèvements liés à l’activité minière de la Cogema en Limousin, Paerl a crée le Biosorb pour le traitement de la pollution par les radionucléides. La technique repose sur l’activation d’écorces d’arbres activées comme le serait un charbon actif.

Les écorces, coproduits à faible valeur ajoutée, étaient auparavant incinérées. Naturellement, elles assurent la protection des arbres contre les polluants extérieurs, notamment les métaux lourds. Une fois broyées et activées, Pearl les a intégrées dans un non-tissé composé de blousse de lin (coproduit récupéré lors du peignage), qui constitue un tapis.

Depuis le début de l’année, ce non-tissé est enroulé dans une cartouche placée dans un carter. Outre, les radionucléides, le système est capable de retenir les métaux lourds (nickel, chrome, arsenic, plomb, cuivre) et précieux (platine, or, palladium). Ils sont alors soit valorisés en les récupérant dans les cendres issues de leur incinération, soit éliminer en centres de stockage des déchets.

Le coût d’une cartouche s’élève à 200 euros. Sa durée de vie varie en fonction de la concentration en métaux dans l’effluent et du débit de ce dernier. « Nous réalisons des tests en laboratoire avant l’installation chez un industriel pour évaluer le taux d’absoption du Biosorb », présente Loïc Jauberty, responsable R&D de Pearl. L’entreprise peut aussi réaliser une installation temporaire pour des essais sur site pendant un à deux mois. Elle annonce compter une demi-douzaine de références.
 
© Paerl
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Contenu de marque
  Dis ENGIE, ça se recycle les éoliennes ?
Contenu de marque
  Allison Transmission expose sur le salon Pollutec
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Le trou dans la couche d'ozone de l'hémisphère sud s'agrandit
Le trou dans la couche d'ozone de l'hémisphère sud s'agrandit
Le Service Copernicus pour la surveillance de l'atmosphère (CAMS) révèle que le trou d'ozone de 2021 s'est considérablement agrandi au cours de la dernière semaine et devient plus grand que 75 % des trous d'ozone formés à ce stade de la saison depuis 1979.
[Décryptage] Qualité de l’air : loin du trafic, les écoles obtiennent la moyenne
[Décryptage] Qualité de l’air : loin du trafic, les écoles obtiennent la moyenne
Marqueur du trafic routier, le dioxyde d’azote imprègne de moins en moins l’air ambiant francilien. Dans la plupart des cours d’école de Paris, les concentrations avoisinent celles mesurées à distance de la circulation. Mais sur le trottoir, l’exposition reste élevée le long des axes densément fréquentés.
L'ONG WWF révèle le véritable coût « caché » du plastique
L'ONG WWF révèle le véritable coût « caché » du plastique
Le coût économique et social du plastique serait 10 fois plus élevé que son coût de production. Sa gestion en 2019 aura coûté à la société près de 3.700 milliards de dollars, soit l’équivalent du PIB de l’Inde.
Le « coût social » des nuisances sonores s'élève à plus de 155 milliards d’euros
Le « coût social » des nuisances sonores s'élève à plus de 155 milliards d’euros
L’Agence de la transition écologique (Ademe) et le Conseil national du bruit (CNB) ont évalué dans un nouveau rapport les conséquences de l’exposition au bruit. Les nuisances sonores auraient un « coût social » estimé à plus de 155 milliards d’euros par an en France.
[Tribune] Les sombres secrets de l’industrie de l’habillement
[Tribune] Les sombres secrets de l’industrie de l’habillement
Le mois de la mode vient de se clôturer. Tous les regards se sont tournés début septembre vers le Met Gala de New York, la plus grande soirée du secteur de la mode chaque année. Mais si on regarde au-delà des projecteurs et des défilés de mode, on découvre une scène nettement moins glamour. Alejandra Pollak, membre du conseil d’administration du Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) dévoile la face cachée de cette industrie. 
Ré-homologation du glyphosate : des études scientifiques manquent à l'appel, dénonce Générations Futures
Ré-homologation du glyphosate : des études scientifiques manquent à l'appel, dénonce Générations Futures
L’Union européenne doit statuer en décembre 2022 sur la demande de ré-homologation du glyphosate déposée en 2020. Pendant ce processus d'examen l'EFSA et l'ECHA lanceront à compter de ce 24 septembre des consultations publiques sur ce dossier. Toutefois, Générations Futures dénonce ce système qui permet « à l’industrie de retirer une majorité d’études scientifiques indépendante du dossier qui sera évalué ».
[Avis d'expert] Qualité d’air intérieur : concilier efficacité énergétique et santé des occupants
[Avis d'expert] Qualité d’air intérieur : concilier efficacité énergétique et santé des occupants
Cette rentrée, le ministère de l’Éducation nationale impose un protocole sanitaire dans les établissements scolaires avec notamment l’aération et la ventilation des locaux. Clément Metzger, directeur Energie à Advizeo by Setec, nous livre son expertise sur la mesure de la qualité de l'air intérieur à l’aide de capteurs.
Tous les articles POLLUTIONS
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.