EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
VIDÉOS
À la unePOLLUTIONS

La nature peut réaliser 30% des baisses d’émissions de CO2 attendues d’ici 2030

Par Laurence Madoui. Publié le 19 décembre 2019.
La nature peut réaliser 30% des baisses d’émissions de CO2 attendues d’ici 2030
NEWSLETTERS
Archiver cet article
Les Etats doivent intégrer dans leurs objectifs de réduction d’émissions carbonées les solutions fondées sur la nature, plaident l’Union internationale de la conservation de la nature et la Plateforme océan et climat. Les milieux naturels – terrestres et océaniques - absorbent 50 % des émissions annuelles de CO2.

De la décevante COP25, la Plateforme océan et climat (POC1) retient une avancée : « C’est la première fois qu’une déclaration finale acte le rôle des écosystèmes dans la régulation climatique », apprécie son vice-président, Raphaël Cuvelier.

Deux mois après la publication du rapport spécial du GIEC sur les océans et la cryosphère, la « Blue Cop » qu’avait voulue le Chili ne s’est pas totalement dissoute à Madrid. La POC plaide pour qu’une ligne du Fonds vert soit dédiée à l’océan, thème à inscrire à l’agenda de l’Organisation maritime internationale et à utiliser comme pont entre les Conventions climat et biodiversité.

Un puits trop peu actionné

Les engagements rehaussés attendus des Etats à la COP26 (Glasgow, Ecosse, novembre 2020) devront « intégrer les solutions fondées sur la nature (SFN), avec des objectifs quantifiés : surfaces préservées, restaurées et CO2 stocké », presse Sébastien Moncorps, directeur du comité français de l’Union internationale de la conservation de la nature (UICN). Les écosystèmes peuvent assurer un tiers de l’atténuation climatique attendue d’ici 2030, montre une étude menée avec l’université d’Oxford ».

Ce document, publié début 2019, relève que 70% des contributions nationales mentionnent des actions en matière forestière dont seules 20% affichent des objectifs quantifiés et 8% les traduisent en CO2 épargné. Seulement 17 % des contributions signalant des SFN pour l’adaptation au réchauffement y associent « des objectifs quantifiables et robustes ». Moins d’un Etat disposant d’écosystèmes côtiers sur cinq (19%) les intègre aux mesures d’atténuation et 39% à l’adaptation – volet recelant le plus de potentiel.

L’UICN défendra, à la 15ème COP sur la diversité biologique (Kunming, Chine, octobre 2020) « un objectif de 30% d’aires protégées sur terre (contre 15% aujourd’hui) et en mer (8%) d’ici 2030. Mangroves et herbiers marins ne représentent que 0,2% de la superficie des océans mais plus du tiers du CO2 stocké dans les sédiments, souligne Sébastien Moncorps. La protection des zones humides côtières évite 23 milliards de dollars/an de dégâts aux Etats-Unis. »

Les infrastructures vertes moins coûteuses que les grises

En Aquitaine, où les côtes sableuses s’érodent de 1,7 à 2,5 m/an2, restaurer les dunes s’avère peu coûteux en investissement et 50 fois plus économique en entretien que construire des brise-lames – et 100 fois plus que le rechargement en sable. Cette sobriété financière parlera aux intercommunalités désormais chargées de la gestion des milieux aquatiques et de la protection contre les inondations (Gemapi), confiée par l’Etat qui transfère des ouvrages de protection dont l’entretien a pu être négligé.

Dans le cadre d’un programme Life (2020-2028), le comité français de l’UICN accompagnera les territoires dans la mise en place de SFN, « intéressant beaucoup les agences de l’eau, qui réalisent que l’investissement élevé dans le génie civil aboutit à des résultats peu probants sur la maîtrise des risques naturels ».


1 : créée en 2014 par 70 ONG, organismes de recherches et établissements publics.
2 : voire de plus de 20 mètres par endroits, les années de forte tempête
Baie de l'aiguillon / A. Lamoureux Vendée Expansion
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
S'identifier
S'inscrire
Rejoignez-nous sur : LinkedIn, Youtube, Facebook et Twitter.
À lire également
Paris : la journée sans voiture réduit de 40 % les émissions sonores
21 septembre 2022
Paris : la journée sans voiture réduit de 40 % les émissions sonores L'association Airparif a observé une diminution de 2,2 décibels (A) lors de la huitième édition de l'opération « Paris Respire sans voiture », tenue dimanche 18 septembre.
Des aires de lavage souples pliables pour lutter contre les pollutions diffuses
26 août 2022
Des aires de lavage souples pliables pour lutter contre les pollutions diffuses La société Difope, basée à Campbon, en Loire-Atlantique, propose une large gamme d’aires de lavage avec rétention souples pliables, de 1 875 à 35 000 litres, avec possibilité de fabrication rapide sur mesure.
La Commission européenne redonne un souffle à la directive sur la qualité de l’air
4 novembre 2022
La Commission européenne redonne un souffle à la directive sur la qualité de l’air La Commission européenne a dévoilé le 26 octobre sa proposition de révision de la directive sur la qualité de l’air. Celle-ci fixe des normes plus strictes, mais « moins ambitieuses » que les recommandations de l’OMS.
Tous les articles POLLUTIONS
VIDÉO
Quel avenir pour nos déchets nucléaires ?
Dernier numéro
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Actu réglementaire
Le coup d'oeil
+
Newsletters gratuites
- Gratuites
- Différents thèmes au choix
- Spécialisées dans votre secteur

Nous contacter
✎ Proposer des sujets, communiquer sur nos supports ou besoin d'aide ?
Nous contacter
En partenariat avec
Événements
+ d'événements
Emploi
- CONDUCTEUR DE LIGNES H/F
- Data Analyst Supply Chain H/F
- Ouvrier / Ouvrière d'entretien des espaces verts
- Agent comptable F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola