Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] Marché carbone EU-ETS : comment dépasser les limites d’un système basé sur l’offre et la demande ?

[Tribune] Marché carbone EU-ETS : comment dépasser les limites d’un système basé sur l’offre et la demande ?
Par Mathieu Dancre, directeur conseil sur le secteur Energie chez GreenFlex, le 6 juillet 2020.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Cette semaine, Mathieu Dancre, directeur conseil sur le secteur Energie chez GreenFlex se demande quels facteurs prendre en compte pour que le prix des quotas d’émission de CO2 augmentent.

La baisse du prix des quotas d’émission en cette période de crise sanitaire planétaire interroge. Si elle est une réponse mécanique et incontestable à la loi de l’offre et de la demande, n’en est-elle pas pour autant contestable ? Quels facteurs ont été négligés dans le calcul et quels facteurs devrions-nous prendre en compte pour que la crise que nous traversons aboutisse à une hausse du prix et non une baisse ?

La crise sanitaire : un écran de fumée cautionnant la procrastination ?

Car relancer l’économie à un prix du quota de CO2 en berne, c’est de manière tout aussi incontestable redonner carte blanche aux industriels et aux producteurs d’électricité pour émettre du CO2. La chute de la demande européenne en énergie fossile va générer des quotas non utilisés et par conséquent empêcher le prix du CO2 de repartir à la hausse. Autre dommage collatéral : la remise en question ou à plus tard, des investissements de décarbonation de l’industrie, de la mobilité, de l’habitat et de notre mix de production énergétique. Projets maintes fois déjà retardés par les concernés qu’un prix élevé de la tonne de CO2 devait « motiver » à lancer.

Ainsi, force est de constater, que cette baisse conjoncturelle du prix du CO2 est loin de refléter les équilibres fondamentaux de moyen et long terme qu’il serait pourtant indispensable de considérer pour prendre les décisions d’investissements qui s’imposent dès aujourd’hui. Car ces dernières doivent être prises en considérant l’urgence de la situation écologique. La crise sanitaire, aussi grave soit-elle sur le plan sanitaire, ne doit pas être un écran de fumée cautionnant la procrastination. Ainsi, malgré un contexte économique difficile où un grand nombre d’entreprises tentent tout simplement de survivre, ce serait tout de même une erreur que d’abandonner ou laisser de côté les investissements en faveur d’une économie décarbonée.

Une voie sans issue ?

Comme cela vient d’être évoqué, une première piste serait de concevoir un marché CO2 de long terme, plus stable que la courte vue offerte par les marchés du carbone actuels. Dans le même esprit que l’OPEP pour les prix du pétrole ou la BCE pour les taux directeurs, une organisation européenne pour un prix du carbone objectivé sur des trajectoires carbone et reconsidéré régulièrement serait une option à considérer très sérieusement. Une structuration possible serait d’envisager des prix de quotas à terme par période de 3 à 5 ans, permettant de sécuriser des investissements dont le temps de retour est supérieur à 3 ans. Concrètement, on pourrait avoir pour chaque jour de cotation sur les marchés, un prix de CO2 à x Eur/t pour 2020-2024, un autre prix de CO2 à y Eur/t pour 2025-2029, et ainsi de suite. Bien que séduisante, une telle structuration nécessite suffisamment de liquidités entre acheteurs et vendeurs pour faciliter le portage du risque par des acteurs de marché.

Une deuxième option reposerait sur un mécanisme de type CEE (Certificats d’Economies d’Energie) : des entreprises émettrices de CO2 devraient démontrer auprès de l’Etat sur des périodes de 3 à 5 ans qu’elles incitent des particuliers ou des entreprises à réaliser des opérations de décarbonation. Cette obligation à l’incitation et à l’action se traduirait par la valorisation d’une opération décarbonée, définie au sein d’une liste d’opérations reconnue par l’Etat, en échange d’une quantité de Certificats d’Economies de Carbone déposés par les obligés sur un registre national, quant à lui contrôlé par l’Etat. Nul doute que l’entreprise « contrainte » saurait répercuter sur le prix de ses biens et services produits, le coût d’un tel dispositif. Cependant la force de cette solution repose sur sa dimension incitative liée au versement d’une prime à l’utilisateur final, plus visible (et appréciée) que le coût global dilué dans le prix des biens de consommations, exactement comme dans l’énergie. La prime versée aux particuliers pour des chaudières performantes sur le plan énergétique est répercutée dans le prix de vente de l’énergie par l’obligé.

Enfin, il reste toujours l’option du dispositif de taxation, si impopulaire et contesté par les gilets jaunes. Que l’on adhère ou pas à ce mouvement de contestation, il faut reconnaître à quel point la distorsion de la taxation était forte entre les différents émetteurs de CO2. Sur le blog de l’Institute of Economic Affairs, Kingsmill Bond, un article daté du le 5 avril 2020 indique que 83 % de la taxation carbone repose sur 15 % des émissions de CO2, principalement liés au transport routier et que les 85 % d’émissions restantes ne paient que 3 Eur/t en moyenne. Face à l’inefficacité des dispositifs de taxation en place, le moment est peut-être venu de revoir rapidement et globalement ce principe, sous l’angle d’une meilleure répartition de la taxe ou d’une meilleure justice environnementale : le prix de la tonne de CO2 devrait être identique pour tous quelques en soient les usages.
Mathieu Dancre, directeur conseil sur le secteur Energie chez GreenFlex
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Les hôpitaux soignent leur empreinte environnementale
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
L'ONG WWF révèle le véritable coût « caché » du plastique
L'ONG WWF révèle le véritable coût « caché » du plastique
Le coût économique et social du plastique serait 10 fois plus élevé que son coût de production. Sa gestion en 2019 aura coûté à la société près de 3.700 milliards de dollars, soit l’équivalent du PIB de l’Inde.
Le trou dans la couche d'ozone de l'hémisphère sud s'agrandit
Le trou dans la couche d'ozone de l'hémisphère sud s'agrandit
Le Service Copernicus pour la surveillance de l'atmosphère (CAMS) révèle que le trou d'ozone de 2021 s'est considérablement agrandi au cours de la dernière semaine et devient plus grand que 75 % des trous d'ozone formés à ce stade de la saison depuis 1979.
Alcome devient le premier éco-organisme dédié à la réduction des mégots
Alcome devient le premier éco-organisme dédié à la réduction des mégots
La société Alcome a été agréée par le ministère de la Transition écologique en tant qu’éco-organisme de salubrité publique dédié à la réduction des mégots sur la voie publique.
[Avis d'expert] Qualité d’air intérieur : concilier efficacité énergétique et santé des occupants
[Avis d'expert] Qualité d’air intérieur : concilier efficacité énergétique et santé des occupants
Cette rentrée, le ministère de l’Éducation nationale impose un protocole sanitaire dans les établissements scolaires avec notamment l’aération et la ventilation des locaux. Clément Metzger, directeur Energie à Advizeo by Setec, nous livre son expertise sur la mesure de la qualité de l'air intérieur à l’aide de capteurs.
Le CEPMMT et la Commission européenne signent un contrat d'extension des services Copernicus
Le CEPMMT et la Commission européenne signent un contrat d'extension des services Copernicus
Le Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme (CEPMMT) a signé un accord avec la Commission européenne pour poursuivre la mise en œuvre du service Copernicus pour le changement climatique (C3S) et du Copernicus de surveillance de l'atmosphère (CAMS), pour les sept prochaines années.
[Vidéo] Mobula 8 : Le bateau dépollueur
[Vidéo] Mobula 8 : Le bateau dépollueur
Bouteilles, microplastiques ou encore les hydrocarbures... rien ne résiste à la Mobula 8. Conçu par SeaCleaner en collaboration avec Efinor SeaCleaner, ce bateau a été créé pour dépolluer les eaux présentes dans les zones étroites et difficiles d’accès.
[Décryptage] Mégots : la filière sort des brumes
[Décryptage] Mégots : la filière sort des brumes
Sur le papier, la filière à responsabilité élargie du producteur (REP) pour les mégots est en passe d’exister. Mais sa bonne marche opérationnelle requerra encore études et expérimentations. En attendant, un déchet abandonné sur deux est un mégot, concentrant quelque 2 500 substances chimiques.
Tous les articles POLLUTIONS
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.