Certaines fonctionnalités de ce site reposent sur l’usage de cookies.
Les services de mesure d'audience sont nécessaires au fonctionnement du site en permettant sa bonne administration.
ACCEPTER TOUS LES COOKIES
LES COOKIES NÉCESSAIRES SEULEMENT
CONNEXION
Valider
Mot de passe oublié ?
Accueil > Actualités > Pollutions > Les points d’eau potable obligatoires dans les lieux publics font défaut
POLLUTIONS

Les points d’eau potable obligatoires dans les lieux publics font défaut

PUBLIÉ LE 12 JANVIER 2024
PF
Archiver cet article
Les points d’eau potable obligatoires dans les lieux publics font défaut
Crédits : AdobeStock
75 % des établissements recevant du public ne proposent pas de point d’eau potable, révèle un rapport de l’association No Plastic in My Sea. C’est pourtant une obligation depuis le 1er janvier 2022. 
 
Le plastique, c’est pas automatique… Encore faut-il avoir des alternatives. Pour limiter l’achat d’eau en bouteille, les établissement recevant du public (EPR) sont tenus depuis le 1er janvier 2022 d’être équipés d’au moins une fontaine d’eau potable accessible gratuitement.  

Cette mesure concerne les lieux accueillants plus de 300 personnes simultanément, comme les gare, les centres commerciaux ou les grosses stations services. Au total, 68 500 ERP sont concernés.
 
Mais la loi peine à être mise en œuvre. Selon un rapport de l’association No Plastic in My Sea, publié le 11 janvier, 75 % des établissements concernés ne respectent pas cette obligation, soit 163 sur les 218 lieux visités. Les transports sont particulièrement à la traîne : 88 % des grosses stations de transport (métro) et 84 % des gares SNCF ne sont pas équipées. 
 
Si la loi inclut les points d’eau dans les toilettes, l’association estime que « peu sont adaptés pour s’hydrater et remplir une gourde gratuitement et facilement » car l’accès est payant, peu pratique ou sale.
 
Réduire l’usage de bouteilles plastiques, pour lutter contre la pollution mais aussi pour protéger sa santé : selon une étude publiée début janvier dans la revue PNAS, l’eau des bouteilles en plastique contient jusqu’à 100 fois plus de minuscules particules de plastique qu’estimé jusque-là. Les nanoplastiques, qui mesurent moins d’un micromètre, sont si petits qui s’infiltrent dans le sang, et donc dans le cerveau ou le cœur. Les effets sur le corps sont encore mal connus, mais certaines études font un lien entre ces particules et des dysfonctionnements du système reproducteur.
 
PARTAGEZ
À LIRE ÉGALEMENT
Tribune | « L’Eco-Score n’est pas mort  »
Tribune | « L’Eco-Score n’est pas mort »
Un « laboratoire volant » mesure la qualité de l’air à Paris
Un « laboratoire volant » mesure la qualité de l’air à Paris
Un logiciel intelligent pour contrôler les poussières
Un logiciel intelligent pour contrôler les poussières
Tout savoir sur : le droit minier
Tout savoir sur : le droit minier
Tous les articles Pollutions
L'essentiel de l'actualité de l'environnement
Ne manquez rien de l'actualité de l'environnement !
Inscrivez-vous ou abonnez-vous pour recevoir les newsletters de votre choix dans votre boîte mail
CHOISIR MES NEWSLETTERS