Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

RECYCLAGE & RÉCUPÉRATION
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Trois questions à Bertrand Bohain, délégué général du Cercle national du recyclage

Partager :
Trois questions à Bertrand Bohain, délégué général du Cercle national du recyclage
Par Propos recueillis par Laurence Madoui, le 10 octobre 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Recyclage & Récupération
En plein débat autour de la loi antigaspillage pour une économie circulaire, Environnement Magazine a rencontré Bertrand Bohain, délégué général du Cercle national du recyclage. 

Quelle hausse de la contribution des producteurs à la gestion des déchets est attendue du projet de loi sur la lutte contre le gaspillage et l’économie circulaire ?


Bertrand Bohain : Aux Assises nationales des déchets (Nantes, 2-3 octobre), la secrétaire d’Etat, Brune Poirson, a annoncé un surcroît de soutiens des filières à responsabilité élargie du producteur (REP) de plus de 500 millions d’euros par an. C’est le fait de la création de nouvelles filières (bâtiment, jouets, articles de sport, de loisirs et de bricolage, textiles sanitaires, mégots, chewing-gums) et de l’élargissement des opérations auxquelles contribuent les REP historiques. Le fameux coût net de référence d’un service de collecte et de tri optimisé des emballages et papiers, dont Citeo doit assumer 80 %1, serait étendu au traîtement. C’est-à-dire que les producteurs participeraient aussi à l’enfouissement et au stockage des produits non valorisables qu’ils commercialisent. Selon nos calculs, cette extension de l’assiette mobiliserait plus de 200 millions d’euros par an. La mise en place de la filière BTP, prévue début 2022, permettra en outre des économies sur la résorption des dépôts sauvages.

De bonnes nouvelles, somme toute ?

Ce transfert de charges concourra en effet à la baisse des coûts pour le service public local. Le projet de loi réancre l’objectif d’un taux de couverture par les éco-organismes de 80 % des coûts nets optimisés – dans la pratique, nous évaluons cette prise en charge à 50 % pour les emballages et papiers. Mais la directive de juin 2018 parle d’un financement à 100 %. Le débat est loin d’être clos.

Celui sur la consigne non plus …

Le Cercle national du recyclage évalue à 195 millions d’euros par an le coût pour les consommateurs d’une consigne de 0,15 euros sur les bouteilles en plastique dont 90 % seraient ramenées à un point de vente – une hypothèse de retour élevée. Avec une restitution de 80 % des emballages, c’est le double qui irait dans la poche des metteurs en marché. Le ministère assure que les collectivités ne perdront pas un centime car les soutiens auparavant versés sur ces bouteilles seront reventilés. C’est passer un peu vite sur la question du « flux en développement », qui doit regrouper divers plastiques aujourd’hui sans débouché (barquettes, films, pots de yaourt) avec le PET foncé, dont la filière est bien établie. Si les bouteilles en PET coloré partent à la consigne, Citeo reprendra-t-il aux collectivités un flux sans valeur ?

Au plan national, 57 % des emballages ménagers en plastique sont recyclés. Mais sur le strict périmètre des services publics locaux, 70 à 75 % des bouteilles sont captées. Les 90 % visés par l’Union européenne seront atteints avec l’extension des consignes de tri mais aussi la récupération auprès du « hors foyer » (restauration, gares, stades, etc.). Les collectivités peuvent encore fouiller dans les corbeilles de rue, qui mériteraient une caractérisation : si le contenu est composé à 60 % d’emballages, il faut alors l’envoyer au centre de tri.


1 : pour un taux de recyclage de 75 %.
Bertand Bohain, délégué général du Cercle national du recyclage
Retrouvez toute l'information "recyclage & Récupération" dans Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
  [Vidéo] Ça m'énerve : la pollution visuelle

Dans ce second numéro d’Environnement TV, Agnès Breton s’attaque à la pollution visuelle.
+ de vidéos Environnement TV
À lire également
Une campagne pour donner une deuxième vie aux textiles et chaussures
Une campagne pour donner une deuxième vie aux textiles et chaussures
L'éco-organisme Eco TLC lance ce jeudi 3 octobre, avec 66 marques, une campagne intitulée « Réparons, réutilisons, recyclons », pour favoriser la deuxième vie des textiles d'habillement, linge de maison et chaussures.
Recyclage des plastiques : Skytech obtient une aide au financement de 2,2 millions d'euros
Recyclage des plastiques : Skytech obtient une aide au financement de 2,2 millions d'euros
Skytech a annoncé ce lundi 14 octobre, remporter un appel à projets de l'Ademe, ce qui lui permet d'obtenie une aide au financement de 2,2 millions d'euros.
Brune Poirson défend la consigne aux Assises des déchets à Nantes
Brune Poirson défend la consigne aux Assises des déchets à Nantes
La secrétaire d’Etat à la Transition écologique a profité de la 15ème édition des Assises des déchets pour défendre la consigne, mesure-phare du projet de loi anti-gaspillage pour une économie circulaire, au cœur des débats parlementaires actuels. Un projet de consigne loin de faire l’unanimité.
Après une année 2018 contrastée, les recycleurs voient « des nuages à l'horizon »
Après une année 2018 contrastée, les recycleurs voient « des nuages à l'horizon »
Alors que l'année 2019 tire à sa fin, la Fédération des entreprises du recyclage (Federec) a présenté, ce mercredi 30 octobre, son observatoire statistique pour le marché du recyclage en 2018. « Une année de transition et des nuages à l'horizon », analyse la fédération professionnelle.
[Décryptage] Centres de tri : le défi de la modernisation
[Décryptage] Centres de tri : le défi de la modernisation
A l’heure où les consignes de tri évoluent et où l’Etat vise la collecte de 100 % des déchets recyclables d’ici 2025, moderniser les centres de tri est devenu primordial. Pour opérer le changement, fabricants d’équipements et exploitants misent avant tout sur l’évolution des technologies de tri. Un domaine dans lequel l’intelligence artificielle semble avoir un rôle majeur à jouer.
Hors Paris, l’Ile-de-France présente des coûts de gestion des déchets conformes à la moyenne nationale
Hors Paris, l’Ile-de-France présente des coûts de gestion des déchets conformes à la moyenne nationale
Même facture, même quadrature des coûts : avec une dépense par habitant comparable à la moyenne du territoire, l’Ile-de-France doit maximiser la valorisation pour ne pas subir la hausse de fiscalité sur l’enfouissement et l’incinération.
Economie circulaire : quand les sédiments s’y collent
Economie circulaire : quand les sédiments s’y collent
Autrefois matière première, avant de basculer dans la catégorie déchet, les sédiments veulent retrouver leur statut de ressource. Ces dépôts de matières s’accumulant dans les ports et les voies navigables causent bien des difficultés aux gestionnaires maritimes et fluviaux. Alors que les coûts d’enfouissement augmentent de façon exponentielle, ces matières lourdes, difficiles à transporter, peuvent espérer une voie de sortie. Des initiatives émergent, notamment dans les domaines des éco-matériaux, de l’aménagement, de l’agriculture, et du génie civil.
Tous les articles RECYCLAGE & RÉCUPÉRATION
En partenariat avec
Accès au kiosque
Événements
Solutrans
19 Novembre 2019
Solutrans
Transrail
26 Novembre 2019
Transrail
Paysalia
3 Décembre 2019
Paysalia
+ d'événements
Emploi
- Concepteur Vendeur (H/F)
- Responsable gestion des réseaux
- Ouvrier / Ouvrière paysagiste
- Ingénieur Conception Electronique Analogique F/H
+ d’offres
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.