Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines

RECYCLAGE & RÉCUPÉRATION
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] Redevance copie privée sur smartphones et tablettes reconditionnés : quand l'économie circulaire ne tourne pas rond !

[Tribune] Redevance copie privée sur smartphones et tablettes reconditionnés : quand l'économie circulaire ne tourne pas rond !
l’Assemblée générale a introduit en juin dernier un barème sur les biens reconditionnés, adopté définitivement par le Parlement début novembre. Crédits : Andrey Popov/Adobe Stock
Par Gael Brouard, PDG de CompaRecycle, le 12 novembre 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Dans le cadre du vote du projet de loi visant à réduire l’empreinte environnementale du numérique, l’Assemblée nationale a adopté, le 10 juin 2021, le principe de redevance pour copie privée sur les produits reconditionnés. Pour Gael Brouard, PDG de CompaRecycle, cette mesure qui s’applique aux smartphones et tablettes, représente une dramatique perte d’attractivité des produits reconditionnés en France et en Europe par rapport au neuf.

L’affaire a agité les milieux lobbyistes, électrisé les marchés et inquiété, à juste titre, les associations de consommateurs. Depuis, le cap a été franchi. Le 10 juin 2021, dans le cadre du vote du projet de loi visant à réduire l’empreinte environnementale du numérique, l’Assemblée nationale a adopté le principe de redevance pour copie privée sur les produits reconditionnés. Une mesure qui s’applique depuis le 1er juillet 2021 notamment aux Smartphones et tablettes, qui en étaient exemptés jusque-là ! Acteur majeur du green éco, CompaRecycle se mobilise à sa manière.

Après une deuxième lecture du texte, le Parlement a adopté la proposition de loi visant à réduire l’empreinte environnementale du numérique débattue en séance le 02 novembre 2021 au Sénat. Les députés déplorent néanmoins la taxe imposée sur les produits du reconditionné à travers la redevance pour copie-privée (RCP).

Panique aux ministères

L’enjeu est tel qu’il oppose frontalement deux Ministères : celui de la Culture, qui espère générer quelque 28 millions d’euros annuels en appliquant la rémunération pour copie privée sur des produits qui ont pourtant été ponctionnés une première fois à l’état neuf. Et celui de la Transition Ecologique qui, de son côté, voit dans cette mesure une entrave à l’économie circulaire, basée sur le recyclage des produits électroniques.

Sans compter le risque mécanique de flambée des prix sur les téléphones reconditionnés : on parle d’une hausse moyenne de 7 à 8 euros, ce qui n’est pas sans conséquences sur des produits sensés viser une cible économiquement défavorisée…

Ondes de choc

Face à l’émoi suscité par cette menace, notamment auprès des corporations et syndicats de reconditionneurs, certaines vérités sont bonnes à rappeler au sujet de la redevance copie privée... indûment appelée « taxe », d’ailleurs !

Créée en 1985, celle-ci désigne une rémunération compensatoire pour les auteurs des œuvres copiées, dans un cadre non commercial et non professionnel. A ce titre, elle est ponctionnée sur tous les produits high-tech, neufs, qui permettent de stocker des données vidéo, musicale ou autres.

Pas moins de 75% des sommes collectées sont ainsi reversées aux créateurs, aux éditeurs et aux producteurs des œuvres copiées, ce qui contribue au processus de création. Quant aux 25% restant, ils permettent de financer des actions culturelles. De quoi faire de la copie privée une source de revenus substantielle à l’échelle européenne, où elle représente aujourd’hui 7% des droits d’auteur collectés...

Double peine pour les reconditionneurs qui rachètent et reconditionnent en France !

On l’aura compris : chaque produit high tech avec capacité de mémoire acheté en Europe est donc soumis à cette redevance. Mais quand le gouvernement souhaite qu’à leur tour, les produits reconditionnés soient éligibles à cette « taxe » copie privée, on est en droit de se poser la question : où est la logique ? Et surtout, où est la justice ? Ce qui était parfaitement légitime sur des produits neufs pour rémunérer les ayants droits (artistes, Sacem) devient une véritable hérésie sur des produits reconditionnés…

Dès lors que ces produits ont été repris au sein de l’union européenne, auprès de consommateurs ou entreprises européens, il n’y a en effet aucune raison pour qu’ils soient à nouveau taxés, puisqu’ils l’ont déjà été à l’état neuf en France et Europe ! Une double peine d’autant plus scandaleuse qu’elle aurait pour effet de désavantager des produits rachetés et reconditionnés en Europe par des reconditionneurs européens, lesquels ont à cœur de privilégier le circuit court, l’économie circulaire et la création d’emploi au local. Un comble !

Green imposture

A cette aberration à la fois écologique et économique s’ajoute un autre effet pervers, et pas des moindres : la concurrence déloyale avec des produits reconditionnés venus des Etats-Unis et d’Asie (deux sur trois) revendus sur des plateformes spécialisées bien connues... qui elles, n’ont jamais acquitté la moindre contribution aux ayants droits ! Le plus cynique, c’est que ces produits alimentent un marché du Trade (achat-revente pur) qui n’hésite pas à se prévaloir des vertus du circuit court, du développement durable, de la responsabilité sociale et de l’emploi local... alors que ses pratiques en sont le démenti permanent !

Pour CompaRecycle qui, preuve à l’appui, peut revendiquer ces valeurs écoresponsables, cette extension de la redevance copie privée va bien au-delà du manque à gagner : elle représente une dramatique perte d’attractivité des produits reconditionnés en France ou en Europe par rapport au neuf, réduisant à néant les efforts réalisés jusque-là, à l’heure où l’impact environnemental des produits électroniques, et des smartphones en particulier, est une question cruciale pour l’avenir. Quand on sait qu’en la matière, la production de produits neufs représente 5% des émissions mondiales de CO2, l’enjeu laisse songeur…

Un avenir « écolonomique », les solutions proposées par CompaRecycle 

La solution de bon sens ? Elle consisterait avant tout à faire la part des choses. Et à dissocier les produits issus des circuits de reprise européens de ceux provenant de l’extérieur de l’Europe ! De ce point de vue, plusieurs initiatives sont envisageables :

- Favoriser la reprise au niveau européen grâce à des programmes incitatifs au sein des opérateurs, de la distribution ou des purs « players » du web ;

- Lancer des campagnes européennes pour promouvoir la reprise et le reconditionnement français ou européen et exonérer les acteurs du reconditionnement de la Redevance copie Privée dés lors que le produit ne provient pas de l’extérieur de l’Europe ;

- Mettre en place un fichier centralisé avec la contribution des constructeurs, opérateurs et des enseignes de la distribution, à l’instar de celui des cartes grises, permettant de connaître l’origine du produit et sa traçabilité dans le temps ;

- Rendre obligatoire la présentation d’un « contrôle technique » lors de l’achat du matériel reconditionné (provenance, réparations...).

Autant de décisions utiles pour contrôler une filière menacée, fragilisée, et lui permettre de poursuivre son développement face à la concurrence étrangère. Autant d’atouts pour stimuler plus que jamais le marché essentiel de l’économie circulaire réelle, gagnante pour le consommateur, gagnante pour l’emploi et gagnante pour la planète. Chez CompaRecycle, nous appelons ça l’écolonomie. C’est notre manière à nous de voir loin. Pas à court terme.
Rejoignez-nous sur LinkedIn, Facebook et Twitter
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Comment l'aéroport de Paris-Orly gère la biodiversité ?
Dernier numéro
Hydroplus
Le magazine des professionnels de l’eau et de l’assainissement. (supplément d’EM)
Avril 2022
Sommaire
Découvrir
S'abonner
Les numéros
Actu réglementaire
Décret n° 2022-809 du 14 mai 2022 relatif à l'aide à l'acquisition ou à la location de taxis peu polluants accessibles en fauteuil roulant Lire
Arrêté du 12 mai 2022 portant création de comités sociaux d'administration et de formations spécialisées à la direction générale de l'aviation civile et à l'Ecole nationale de l'aviation civile Lire
Arrêté du 11 avril 2022 portant approbation du plan de gestion des risques d'inondation du bassin Artois-Picardie Lire
Arrêté du 11 mai 2022 portant création d'une commission administrative paritaire compétente à l'égard des agents exerçant des fonctions d'encadrement supérieur et de direction au ministère chargé de la transition écologique, au ministère chargé de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales et au ministère chargé de la mer Lire
Arrêté du 10 mai 2022 portant agrément du laboratoire de l'usine de Parentis-en-Born de la Société CHEMVIRON pour effectuer le classement du charbon actif (N° ONU 1362) en vue de leur transport maritime en colis Lire
Décret n° 2022-795 du 9 mai 2022 relatif à la prise en charge bonifiée par le tarif d'utilisation des réseaux publics d'électricité des coûts de raccordement associés à l'ajout de certains équipements électriques d'utilisateurs raccordés en basse tension Lire
Décret n° 2022-794 du 5 mai 2022 mettant fin à l'inscription de sites inscrits au titre de l'article L. 341-1 du code de l'environnement, en raison de leur état de dégradation irréversible ou de leur couverture par une autre mesure de protection de niveau au moins équivalent, en application de l'article L. 341-1-2 du même code Lire
Arrêté du 5 mai 2022 portant nomination d'un directeur régional adjoint de l'environnement, de l'aménagement et du logement (région Nouvelle-Aquitaine) Lire
Arrêté du 3 mai 2022 modifiant l'arrêté du 24 octobre 2012 relatif à l'exploitation de services de transport aérien par la société Air France Lire
Décret n° 2022-780 du 4 mai 2022 relatif à l'audit énergétique mentionné à l'article L. 126-28-1 du code de la construction et de l'habitation Lire
Arrêté du 30 avril 2022 accordant la prolongation du permis exclusif de recherches de mines d'hydrocarbures conventionnels liquides ou gazeux, dit « permis de Leudon-en-Brie » (Marne et Seine-et-Marne), à la société Vermilion Moraine SAS Lire
Arrêté du 29 avril 2022 autorisant au titre de l'année 2022 l'ouverture d'un recrutement sans concours d'adjoints techniques des administrations de l'Etat au ministère de la transition écologique Lire
Décret n° 2022-750 du 29 avril 2022 établissant la liste des communes dont l'action en matière d'urbanisme et la politique d'aménagement doivent être adaptées aux phénomènes hydrosédimentaires entraînant l'érosion du littoral Lire
Décret n° 2022-749 du 29 avril 2022 modifiant le décret n° 2021-153 du 12 février 2021 instaurant une aide en faveur des investissements relatifs aux installations de recharge rapide pour véhicules électriques sur les grands axes routiers Lire
Décret n° 2022-748 du 29 avril 2022 relatif à l'information du consommateur sur les qualités et caractéristiques environnementales des produits générateurs de déchets Lire
Décret n° 2022-661 du 25 avril 2022 relatif à la mise en place d'une aide sous forme de subvention à destination des entreprises à l'aval des exploitations agricoles touchées par les épisodes de gel survenus du 4 au 14 avril 2021 Lire
Décret n° 2022-642 du 25 avril 2022 modifiant le décret n° 93-1442 du 27 décembre 1993 approuvant les statuts de la Société anonyme de gestion de stocks de sécurité et précisant ses relations avec l'Etat Lire
Décret n° 2022-641 du 25 avril 2022 relatif à la prise en compte du risque de déforestation importée dans les achats de l'Etat Lire
Décret n° 2022-640 du 25 avril 2022 relatif au dispositif de certificats de production de biogaz Lire
Décret n° 2022-616 du 22 avril 2022 relatif à la procédure de déclaration sur une plateforme numérique par les importateurs, distributeurs ou autres metteurs sur le marché des biens et services soumis à certaines obligations d'affichage environnemental dont les dépenses publicitaires nettes annuelles sont supérieures ou égales à 100 000 euros Lire
À lire également
CVE Biogaz acquiert le spécialiste de la collecte des biodéchets Ecovalim
CVE Biogaz acquiert le spécialiste de la collecte des biodéchets Ecovalim
Cette acquisition permet à CVE Biogaz d’intégrer la spécialité de collecte des biodéchets et de devenir le « seul acteur indépendant » maîtrisant l’ensemble de la chaîne de valeur au niveau national.
Eqtec met un pied en France pour transformer les déchets en énergie
Eqtec met un pied en France pour transformer les déchets en énergie
La société irlandaise Eqtec, spécialiste des cleatechs dans le domaine de la valorisation des déchets en énergie, se déploie en France en créant sa filiale Eqtec France. Son entrée sur le marché français se confirme à travers son partenariat avec la PME française, Seps, spécialisée dans la gestion et recyclage des déchets industriels.
Idex cible le marché de la biomasse
Idex cible le marché de la biomasse
Le groupe spécialiste dans les services à l’énergie et à l’environnement se met en négociations exclusives avec le fonds d’investissement Pearl Infrastructure Capital pour l’acquisition de 49 % de ses parts détenues dans deux centrales de cogénération biomasse dans les Hauts-de-France.
Eco-mobilier étend son périmètre d’activité aux jouets et articles de bricolage
Eco-mobilier étend son périmètre d’activité aux jouets et articles de bricolage
Eco-mobilier est désormais agréé pour organiser la collecte et le recyclage des jouets usagés et des articles de bricolage et de jardin. Mandaté par les acteurs de ces secteurs, l’éco-organisme s'engage à mutualiser les moyens opérationnels et répondre dans les meilleurs délais à leurs obligations légales dans le cadre de la loi Agec.
Chimie verte : Afyren Neoxy livrera ses premiers lots d’acides biosourcés courant 2022 
Chimie verte : Afyren Neoxy livrera ses premiers lots d’acides biosourcés courant 2022 
Le chantier de construction de l’usine Afyren Neoxy arrive à son terme. Installée à Carling-Saint Avold (Grand Est), celle-ci produira des acides carboxyliques biosourcés.
Cyclevia, l'éco-organisme dédié à la valorisation des huiles et des lubrifiants usagés
Cyclevia, l'éco-organisme dédié à la valorisation des huiles et des lubrifiants usagés
L'éco-organisme, agréé pour 2022 à 2027, vise à atteindre un taux de collecte avoisinant 55 % d’huiles usagées pour les six ans de l’agrément.
Une « Academy » dédiée au recyclage automobile
Une « Academy » dédiée au recyclage automobile
Indra Automobile Recycling a annoncé en octobre dernier la création officielle du premier centre de formation dédié aux métiers du recyclage automobile.
Tous les articles RECYCLAGE & RÉCUPÉRATION
En partenariat avec
Événements
IAF 2022
28 Mai 2022
IFAT
30 Mai 2022
Assises Européennes de la Transition Energétique
31 Mai 2022
+ d'événements
Emploi
- CONDUCTEUR DE LIGNES H/F
- Chargé Gestion des Réseaux H/F
- Ouvrier / Ouvrière d'entretien des espaces verts
- Ingénieur(e) en Diagnostic & Expertise des ouvrages F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.