Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

364 communes françaises récompensées pour leur sobriété lumineuse

364 communes françaises récompensées pour leur sobriété lumineuse
Au total, 722 communes françaises sont labellisées « Villes et Villages Étoilés ». Crédits : Pixabay
Par Abdessamad Attigui, le 2 juin 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
364 communes françaises ont été labellisées « Villes et Villages Étoilés », par l’association nationale pour la Protection du Ciel et de l’Environnement Nocturnes (ANPCEN). Une initiative qui récompense les territoires engagés contre la pollution lumineuse.

Usage écoresponsable de la lumière artificielle, éclairage mieux orienté et peu puissant, tant de mesures récompensées par le label « Villes et Villages Étoilés ». Pour l’édition 2019-2020, l’ANPCEN a attribué la certification à 364 communes dans 76 départements et 14 régions différents. De plus, pour la première fois, 4 territoires présents dans 4 régions différentes ont obtenu la distinction « Territoire de Villes et Villages étoilés » pour les résultats collectifs obtenus.

Le label est décerné avec une progression possible de 1 à 5 étoiles. Celui-ci récompense les communes et territoires, engagés dans une démarche d’amélioration de la qualité de l’environnement nocturne. Il incite « à une pédagogie active des différents impacts de la pollution lumineuse », en réduisant les dépenses liées à l’éclairage et en réalisant des économies d’énergie. Les villes qui ne respectent pas ces critères sont dé-labellisées, et c’est notamment le cas de 71 communes pour cette récente édition.

Au total, ce sont désormais 722 communes françaises labellisées, avec une progression de 26 % des résultats globaux depuis 2018.

Les conséquences de la pollution lumineuse

Les excès d’éclairage public affectent l’humain et l’environnement. Parmi les nuisances connues, la perturbation de l’observation du ciel nocturne, mais la pollution lumineuse présente notamment un danger pour la biodiversité « avec une modification du système proie-prédateur, perturbation des cycles de reproduction, des migrations », précise l’Ademe. Cette pollution engendre également un gaspillage énergétique considérable, selon les chiffres de l’Ademe, 2 milliards d’euros sont dépensés annuellement pour l’éclairage public.

Les collectivités locales sont ainsi tenues de maîtriser leur éclairage et les dépenses énergétiques qui lui sont corrélées, conformément à la loi de transition énergétique. Les préfets peuvent également prendre « des dispositions plus restrictives pour tenir compte de sensibilité particulière aux effets de la lumière d’espèces faunistiques et floristiques ainsi que les continuités écologiques », indique le ministère de la Transition écologique.

Vers plus de sobriété lumineuse

Les communes labellisées montrent donc l’exemple d’une meilleure gestion de l’éclairage public, « en éclairant 34 % de moins que la moyenne nationale et moins de 47 % que les communes qui ne pratiquent aucune réduction de durée d’éclairement en cœur de nuit », souligne l’association. La réduction de cette durée d’éclairement leur a même permis d’économiser près de 6 millions d’euros.

« Nous savons que les préoccupations envers les nuisances lumineuses grandissent en France, aussi bien chez les citoyens que parmi les élus municipaux. De plus en plus vécues et reconnues comme une véritable pollution, elles suscitent des évolutions dont les extinctions d’éclairages extérieurs inutiles en cœur de nuit. La réglementation qui entre progressivement en vigueur jusqu’en 2025 doit contribuer à inciter à une plus grande sobriété lumineuse », a commenté Anne-Marie Ducroux, présidente de l’ANPCEN.
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] La chaleur perdue retrouve une seconde utilité
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Le bassin méditerranéen s'attend à des dommages irréversibles
Le bassin méditerranéen s'attend à des dommages irréversibles
Selon les récents rapports dévoilés par le Plan Bleu et le réseau MedECC, la région méditerranéenne est confrontée à des changements climatiques et environnementaux sans précédent. Le moment d'induire une profonde transformation des modes de production dans la région. 
Dijon convertit sa flotte de bennes à ordures à l’hydrogène renouvelable
Dijon convertit sa flotte de bennes à ordures à l’hydrogène renouvelable
La métropole de Dijon ambitionne de verdir sa flotte de bennes à ordures en passant aux camions à hydrogène. Elle commande au fabricant E-Trucks Europe la fourniture de 4 bennes de 19 tonnes qui circuleront à partir de 2022.
Paysalia, le salon du paysage, jardin et sport est de retour
Paysalia, le salon du paysage, jardin et sport est de retour
Salon de référence de la filière du paysage, Paysalia 2021 se tiendra du mardi 30 novembre au jeudi 2 décembre prochain, à Lyon Eurexpo. Pour sa 7e édition, le salon accueillera l’ensemble des acteurs de la filière.
Vincent Bryant : « Le non-respect de la performance ESG entraînera une perte sur la valeur du bâtiment »
Vincent Bryant : « Le non-respect de la performance ESG entraînera une perte sur la valeur du bâtiment »
Le décret tertiaire réoriente les pratiques immobilières en faisant de la transition énergétique la question centrale de la gestion des actifs immobiliers. Vincent Bryant, président cofondateur de Deepki, évoque les enjeux du texte et l'importance des critères ESG pour le secteur. 
La situation des nappes d’eau souterraine semble contrastée en France
La situation des nappes d’eau souterraine semble contrastée en France
L’automne et l’hiver 2020-2021 ont été caractérisés par une forte recharge des nappes d’eau souterraine sur une grande partie du territoire et par une très faible recharge sur le littoral méditerranéen. Décryptage du bulletin de situation hydrogéologique.
La Seine-Saint-Denis concrétise son plan « éco-collège »
La Seine-Saint-Denis concrétise son plan « éco-collège »
Les chantiers des collèges des Docks à Saint-Ouen, Marie Curie aux Lilas, et Alfred Sisley à L’Île-Saint-Denis ont officiellement démarré jeudi 09 septembre. Cette étape marque le coup d’envoi du plan « éco-collège » voté par le Département de la Seine-Saint-Denis.
Début de l'enquête publique sur le projet d'enfouissement des déchets nucléaires à Bure
Début de l'enquête publique sur le projet d'enfouissement des déchets nucléaires à Bure
Une enquête publique se tient jusqu'au 23 octobre autour du projet de centre de stockage industriel en couche géologique profonde des déchets radioactifs de haute et moyenne activité à vie longue, sur les territoires de la Meuse et de la Haute-Marne.
Tous les articles TERRITOIRES
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.