Abonnements Découvrez nos formules print et numérique Accès abonnés Voir nos offres
Menu

Mobilité

Vélib’ 2 : le retard de déploiement semble avoir profité au marché du vélo personnel

Partager :
     
Vélib’ 2 : le retard de déploiement semble avoir profité au marché du vélo personnel
Par E.G, le 18 juillet 2018
Une étude publiée par l’Ademe s’intéresse à l’impact des difficultés de déploiement du nouveau vélo en libre-service parisien, sur le marché du vélo de la capitale.

Alors que le déploiement des Vélib’2 à Paris a subi de nombreuses péripéties depuis fin 2017, l’Ademe s’est demandé si ces difficultés avaient poussé les parisiens à se reporter sur un vélo personnel. Ainsi, l’étude publiée le 10 juillet dernier, dresse un état des lieux du marché du vélo à Paris, analyse l’évolution de ce marché conjointement à l’apparition et au développement du système Vélib’ et analyse le report modal des usagers du Vélib’ vers un vélo personnel.

L’Ademe rappelle que le changement de prestataire pour Vélib’ (anciennement JCDecaux, remplacé par Smovengo) a « entraîné le remplacement des bornes et vélos et ces travaux, qui s’étirent en longueur depuis l’automne 2017 », ce qui a « occasionné une importante baisse de disponibilité des Vélib’ ». De fait, début juin, seules 750 stations sur les 1400 prévues étaient opérationnelles. Les abonnements ont également chuté : 300.000 en 2017 et moins de 220.000 en avril 2018.

Les magasins multisports relèvent une nette augmentation des ventes

L’agence a enquêté auprès de 89 magasins de vélos parisiens (sur 101 identifiés au total) : si les vendeurs ne se prononcent pas unanimement sur les effets de l’arrivée du Vélib’ à Paris (en 2007), il estiment que « en favorisant la pratique du vélo dans la capitale, le Vélib’ pourrait être bénéfique à leur activité ». Mais la « panne » de Vélib’ engendrée par le changement de prestataire a été bénéfique pour le marché du vélo, selon 30 % des vendeurs, qui affirment que les ventes ont augmenté. En particulier les grandes chaînes de magasins multisports, qui sont 89 % à affirmer que les ventes ont progressé depuis fin 2017. L’Ademe estime ainsi que les péripéties de Smovengo ont « rendu le vélo nécessaire à Paris ».

Les vélos en libre-service sans bornes « décrédibilisent l’image du vélo »

Par ailleurs, l’arrivée des vélos en libre-service sans station ne semble pas avoir impacté le marché du vélo, « notamment du fait de la faible qualité de ces vélos », est-il précisé. Les vendeurs « considèrent aussi cette nouvelle offre comme un ‘substitut au Vélib’ ». Par ailleurs, la mauvaise qualité de ces vélos et leur état de dégradation « décrédibilisent l’image du vélo et ont un impact négatif sur l’espace public », ajoutent les vendeurs interrogés.

Selon l’Ademe, « s’il s’avérait durable, le report vers le vélo personnel serait porteur de nombreuses implications pour les collectivités : les systèmes de VLS seraient alors à considérer non pas comme une solution à long terme mais plutôt comme un outil permettant la transition entre le non-usage du vélo et l’adoption d’un vélo personnel ».
Une station Vélib'2 à Paris / Crédit : A.B
Tous nos articles à partir de 8,99 €
JE M'ABONNE
DÉCOUVREZ NOS NEWSLETTERS GRATUITES
S'identifier
S'inscrire
Article sponsorisé
Masternaut : des solutions de gestion de flotte respectueuses de l’environnement
En partenariat avec
Rubriques
Eau
Déchets et Recyclage
Énergie
Territoires
Cleantech
Politiques
Pollutions
Biodiversité
Mobilité
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
BTP Magazine
BTP Rail
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Newsletters
Agenda
Abonnés
RGPD 2018
CGV (digital)
CGV (magazines)
CGV (pub)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.