Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

BIODIVERSITÉ
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Dans les milieux agricoles, les oiseaux disparaissent à une vitesse alarmante

Partager :
Dans les milieux agricoles, les oiseaux disparaissent à une vitesse alarmante
Par E.G, le 20 mars 2018
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Biodiversité
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Ce mardi 20 mars, le CNRS et le Musée national d’histoire naturelle publient deux études qui alertent sur la disparition massive des oiseaux des campagnes. Un déclin observé depuis plus de vingt ans et qui s’est notamment accentué depuis 2016.

« Le printemps 2018 s’annonce silencieux dans les campagnes françaises », se désolent le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et le Muséum national d’histoire naturelle (MNHN). En effet, d’après deux études publiées ce mardi 20 mars, « les oiseaux des campagnes disparaissent à une vitesse vertigineuse ». Ces deux études de suivi des oiseaux, l’une menée à échelle nationale, et l’autre à échelle locale, concluent qu’en 15 ans, les populations d’oiseaux de campagnes ont diminué d’un tiers. « Au vu des pertes ces deux dernières années, cette tendance est loin de s’infléchir », alertent les chercheurs. « Ces études révèlent l’ampleur du phénomène : le déclin des oiseaux en milieu agricole s’accélère et atteint un niveau proche de la catastrophe écologique », préviennent le CNRS et le MNHN.

Ces données ont pu être récoltées grâce à des comptages d’oiseaux effectués sur tout le territoire métropolitain par des amateurs et des professionnels, notamment via le programme de sciences participatives du MNHN au sein du Centre des sciences de la conservation (Cesco) : « STOC », pour « Suivi temporel des oiseaux communs ». Ce programme « produit des indicateurs annuels sur l’abondance des espèces dans différents habitats (forêt, ville, campagne, etc.) ». Ainsi, dans les milieux ruraux, les comptages effectués témoignent d’une diminution importante des populations d’oiseaux depuis les années 1990. « Les espèces spécialistes de ces milieux, comme l’alouette des champs, la fauvette grisette ou le bruant ortolan, ont perdu en moyenne un individu sur trois en quinze ans. Et les chiffres montrent que ce déclin s’est encore intensifié en 2016 et 2017 », précisent le CNRS et le MNHN dans un communiqué commun.

-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Huit perdrix sur dix ont disparu des campagnes

L’étude menée à échelle locale par le CNRS, sur la zone atelier « Plaine et Val de Sèvre », confirme les résultats nationaux, et démontre qu’au-delà des espèces propres aux milieux ruraux, les espèces généralistes sont également touchées. « Depuis 1995, des chercheurs du Centre d’études biologiques de Chizé (EBC) suivent chaque année, dans les Deux-Sèvres, 160 zones de 10 hectares d’une plaine céréalière typique des territoires agricoles français », explique le CNRS. Ainsi, en 23 ans, aucune espèce d’oiseaux n’a été épargnée : la population d’alouette a diminué de 35 %, et la population de perdrix est « presque décimée », avec huit individus disparus sur dix. « Ce déclin frappe toutes les espèces d’oiseaux en milieu agricole, aussi bien les espèces dites spécialistes - fréquentant prioritairement ce milieu -, que les espèces dites généralistes - retrouvées dans tous les types d’habitats, agricoles ou non », soulignent les chercheurs. Un déclin qui irait de pair avec « l’effondrement des insectes » et qui est spécifique aux milieux agricoles, car les espèces généralistes concernées ne diminuent pas dans les autres milieux.

Jachères, cours du blé et néonicotinoïdes

Pour les chercheurs du CNRS et du MNHN, cette disparition massive « est concomitante à l’intensification des pratiques agricoles ces 25 dernières années, plus particulièrement depuis 2008-2009. Une période qui correspond entre autres à la fin des jachères imposées par la politique agricole commune, à la flambée des cours du blé, à la reprise du sur-amendement au nitrate permettant d’avoir du blé sur-protéiné et à la généralisation des néonicotinoïdes, insecticides neurotoxiques très persistants ». Ainsi, au printemps 2018, de nombreuses régions de plaines céréalières risquent d’être silencieuses. « Si cette situation n’est pas encore irréversible, il devient urgent de travailler avec tous les acteurs du monde agricole pour accélérer les changements de pratiques ; et d’abord avec les agriculteurs qui possèdent aujourd’hui les clés pour infléchir la tendance », concluent le CNRS et le MNHN.

Photo : Le bruant proyer, une espèce spécialiste des milieux agricoles en déclin © V. Bretagnolle, CEBC (CNRS/Université de La Rochelle)
Offre en ligne à partir de 8,90 €
Dans ce contexte particulier, le premier mois d'abonnement est offert.
Je m'abonne
Retrouvez toute l'information de cette rubrique dans le magazine Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
S'identifier
S'inscrire
  [Vidéo] L'après-coronavirus sera-t-il écologique ?
Le gouvernement a annoncé plusieurs pistes de déconfinement en France, qui doit débuter le 11 mai. Les associations environnementales appellent à ne pas oublier le climat lors de la sortie de crise.
+ de vidéos Environnement TV
UN POINT SUR LA REPRISE AVEC...
Caroline Flaissier, directrice générale d’Engie Entreprises & Collectivités
Depuis le 11 mai, la reprise s’organise progressivement partout en France. Environnement-magazine.fr propose aux professionnels de partager leur organisation, des réflexions sur l’impact du confinement et leur vision de l’après-crise. Aujourd’hui, nous donnons la parole à Caroline Flaissier, directrice générale d’Engie Entreprises & Collectivités.
Toutes les interviews
Actu réglementaire
Décret du 27 mai 2020 portant nomination du président du conseil d'administration d'IFP Energies nouvelles - M. CHEVET (Pierre-Franck) Lire
Décret du 27 mai 2020 portant nomination du directeur des affaires financières - M. MOREAU (Vincent) Lire
Arrêté du 21 avril 2020 portant admission à la retraite (ingénieurs des ponts, des eaux et des forêts) Lire
Pour plus d'informations cliquez ici
À lire également
Martinique : 15% des espèces indigènes sont menacées
Martinique : 15% des espèces indigènes sont menacées
Ce mercredi 22 avril, le comité français de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), l'Office français de la biodiversité et le Muséum national d'histoire naturelle (MNHN), publient de nouveaux résultats dans le cadre de la Liste rouge des espèces menacées en France.
Le génie végétal pour renforcer un canal dans le Maine-et-Loire
Le génie végétal pour renforcer un canal dans le Maine-et-Loire
Pour renforcer la structure de 150 mètres de canal, les services techniques du département de Maine-et-Loire ont opté pour le génie végétal, comme alternative au traditionnel génie civil. « Une première en France », selon la collectivité territoriale. Les résultats de cette « expérimentation » sont attendus au cours de l'année prochaine.
Isabelle Autissier, présidente du WWF France
Isabelle Autissier, présidente du WWF France
Pendant la crise sanitaire du Covid-19 et le confinement qu’elle impose, Environnement-magazine.fr propose aux professionnels de partager leur organisation. Journée type ? Quelle organisation au travail ? Comment entrevoir l’après-crise ? Isabelle Autissier, présidente du WWF France, nous explique son quotidien.
Les espèces marines migrent six fois plus vite que les espèces terrestres en raison du réchauffement climatique
Les espèces marines migrent six fois plus vite que les espèces terrestres en raison du réchauffement climatique
Une étude franco-américaine, publiée ce lundi 25 mai dans la revue Nature Ecology & Evolution, s’intéresse aux migrations d’espèces marines et terrestres en raison du réchauffement climatique.
[Vidéo] La faune regagne la ville
[Vidéo] La faune regagne la ville
Cette troisième semaine de confinement a permis aux animaux de reprendre du terrain en ville. C'est le cas dans de nombreuses métropoles mondiales où la population est confinée. Mais les professionnels des services essentiels - gestion de l'eau et des déchets par exemple - continuent d'assurer leurs missions.
Le confinement a favorisé le retour des animaux marins sur le littoral méditerranéen
Le confinement a favorisé le retour des animaux marins sur le littoral méditerranéen
Pendant le confinement, la mission Sphyrna Odyssey, avec le soutien de la Fondation Prince Albert II de Monaco, a mené la mission « Quiet Sea » : une mission d’écoute du milieu marin.
Pierre Dubreuil, directeur général de l’Office français de la biodiversité
Pierre Dubreuil, directeur général de l’Office français de la biodiversité
Depuis le 11 mai, la reprise s’organise progressivement partout en France. Environnement-magazine.fr propose aux professionnels de partager leur organisation, des réflexions sur l’impact du confinement et leur vision de l’après-crise. Aujourd’hui, nous donnons la parole à Pierre Dubreuil, directeur général de l’Office français de la biodiversité.
Tous les articles BIODIVERSITÉ
En partenariat avec
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
bauma CTT RUSSIA
26 Mai 2020
bauma CTT RUSSIA
Confs'Amiante Hors-série Ferroviaire
4 Juin 2020
Confs'Amiante Hors-série Ferroviaire
Amorce, le e-colloque Eau
11 Juin 2020
Amorce, le e-colloque Eau
+ d'événements
Emploi
- Alternant Maintenance Industrielle H/F
- Chargé(e) de Missions Qualité Environnement en Alternance H/F
- Ouvrier / Ouvrière d'entretien des espaces verts
- Ingénieur(e) ordonnancement - Aéronautique F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.