Abonnements Découvrez nos formules print et numérique Accès abonnés Voir nos offres
Menu

BIODIVERSITÉ
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
EMPLOI

[Tribune] Granulats marins : étude d’impact et archéologie préventive

Partager :
[Tribune] Granulats marins : étude d’impact et archéologie préventive
Par Laurent Bordereaux, juriste, professeur à l’université de La Rochelle, le 11 février 2019
Découvrez notre newsletter gratuite Biodiversité
Cette semaine, Laurent Bordereaux, juriste et professeur à l’université de La Rochelle, revient sur un arrêt du Conseil d’Etat concernant l’extraction de granulats marins. Il estime que ce dernier est significatif de "l’importance du droit de l’environnement et de l’aménagement dans la conduite des projets de travaux marins" et de la difficulté du sujet.

Un récent arrêt du Conseil d’Etat, relatif à l’assujettissement d’une extraction de granulats à la redevance d’archéologie préventive, souligne la dimension maritime des règles applicables au patrimoine naturel et culturel.

La jurisprudence maritime du Conseil d’Etat est riche d’enseignements. C’est bien ce qui ressort d’une décision du 3 décembre 2018 (ministre de la culture et de la communication, req. n°403028). Dans cette affaire relative au cadre juridique complexe de l’extraction de granulats marins, la haute juridiction, censurant l’analyse des premiers juges, considère que l’opération en cause était soumise à étude d’impact au titre du code de l’environnement ; elle était donc assujettie au paiement de la redevance d’archéologie préventive…

La décision rendue permet de bien comprendre l’importance du droit de l’environnement et de l’aménagement dans la conduite des projets de travaux marins ; elle souligne la difficulté du sujet, tout particulièrement avant la réforme des études d’impact intervenue fin 2011 (l’autorisation d’extraction, génératrice de la redevance en litige, datait ici du 14 juin 2011). Contrairement aux juges du fond, le Conseil d’Etat retient une application plus large de l’étude d’impact en estimant que les dispositions du code de l’environnement alors applicables n’excluaient pas les extractions de granulats en mer puisque seuls étaient mentionnés dans la rubrique idoine, s’agissant des opérations dispensées d’étude d’impact, les travaux dits de modernisation sur le domaine public maritime (ce dont ne relève pas l’exploitation de granulats). Dès lors, l’extraction en cause ne pouvait être dispensée d’évaluation environnementale en application du code de l’environnement et se trouvait par voie de conséquence soumise à la redevance d’archéologie préventive en application du code du patrimoine (1.207.556 euros).

Au-delà du cas d’espèce, des enseignements à tirer 

D’abord, dans une logique de gestion intégrée de la mer (et du littoral), l’approche réglementaire sectorielle ne se suffit plus à elle-même. Autrement dit et concernant la question -sensible- des granulats, on ne saurait se focaliser sur les seules dispositions du décret du 6 juillet 2006 « relatif à la prospection, à la recherche et à l’exploitation de substances minérales ou fossiles contenues dans les fonds marins ». L’arrêt du 3 décembre 2018, en effet, démontre toute l’importance des procédures environnementales générales. Rappelons ici qu’aux termes de l’actuel du code de l’environnement (art. L.122-1, II.), « Les projets qui, par leur nature, leur dimension ou leur localisation, sont susceptibles d’avoir des incidences notables sur l’environnement ou la santé humaine font l’objet d’une évaluation environnementale en fonction de critères et de seuils définis par voie réglementaire et, pour certains d’entre eux, après un examen au cas par cas effectué par l’autorité environnementale ». Rappelons encore qu’en vertu du code du patrimoine (art. L.524-2), une redevance d’archéologie préventive est notamment due par les personnes projetant d’exécuter des travaux affectant le sous-sol et qui donnent lieu à étude d’impact. Sur le principe, ces dispositions s’appliquent sur terre comme en mer, ce qui n’empêche pas, bien évidemment, d’indispensables adaptations.

Ensuite, il faut prendre acte des évolutions récentes de la législation : le tableau aujourd’hui annexé à l’article R.122-2 du code de l’environnement range expressément dans les projets soumis à évaluation environnementale l’« ouverture de travaux d’exploitation concernant les substances minérales ou fossiles contenues dans les fonds marins » (tout comme les éoliennes en mer). On notera dans un autre registre que la situation est beaucoup moins claire pour les cultures marines (CAA Nantes, 18 décembre 2018, SAS Algolesko, req. n°17NT02154). Quant au calcul du montant de la redevance d’archéologie préventive pour les travaux situés dans le domaine public maritime (au-delà d’un mille à compter de la laisse de basse mer), il faut se référer à l’article L.524-7 III. du code du patrimoine, modifié par la loi de finances du 28 décembre 2018 (0,10 euro par mètre carré). Cette redevance n’est pas due lorsqu’une évaluation archéologique est réalisée dans le cadre d’une convention avec l’Etat.

La jurisprudence administrative, au final, met l’accent sur le caractère incontournable des principes généraux du droit commun de l’aménagement en mer.
Laurent Bordereaux, juriste, professeur à l’université de La Rochelle
Tous nos articles à partir de 8,99 €
JE M'ABONNE
S'identifier
S'inscrire
S'abonner
S'abonner
S'abonner
S'abonner
Le Burkina Faso invité d'honneur à Pollutec 2018
Voir toutes nos interviews POLLUTEC 2018
En partenariat avec
À lire également
Biodiversité : l’AFB a deux ans pour mobiliser la société avant la COP15
Biodiversité : l’AFB a deux ans pour mobiliser la société avant la COP15
L’Agence française pour la biodiversité s’attelle à un Agenda de l’action, qui agrègera les engagements des collectivités et des entreprises avant la 15è conférence internationale sur la diversité biologique de 2020.
[Tribune] La végétalisation dans les villes : solution efficace pour réduire les conséquences du changement climatique
[Tribune] La végétalisation dans les villes : solution efficace pour réduire les conséquences du changement climatique
Cette semaine, le directeur de Sopranature chez Soprema, Yannik Beix, revient sur les bienfaits de la végétalisation du bâti pour la biodiversité et le confort thermique notamment.
Climat-biodiversité : même méthode
Climat-biodiversité : même méthode
Il semble acquis que la COP15 sur la biodiversité débouchera sur un accord.
Elisabeth Laville : « Le discours sur l’éco-efficacité atteint ses limites »
Elisabeth Laville : « Le discours sur l’éco-efficacité atteint ses limites »
L’Agence française pour la biodiversité s’attelle à un Agenda de l’action, qui agrègera les engagements des collectivités et des entreprises avant la 15è conférence internationale sur la diversité biologique de 2020.
Biodiversité : 15% des espèces de plantes françaises sont menacées
Biodiversité : 15% des espèces de plantes françaises sont menacées
D'après le comité français de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN France), la Fédération et le réseau des Conservatoires botaniques nationaux, l'Agence française pour la biodiversité (AFB) et le Muséum national d'histoire naturelle (MNHN), 742 espèces de la flore française métropolitaine sont menacées ou quasi menacées.
Une nouvelle coordination pour le centre de ressources du génie écologique
Une nouvelle coordination pour le centre de ressources du génie écologique
Le 9 novembre dernier, l'Agence française pour la biodiversité (AFB), la Fédération nationale des travaux publics (FNTP), l'Union nationale des producteurs de granulats (UNPG) ainsi que les dix membres du Club infrastructures linéaires et biodiversité (CILB), ont signé une convention de partenariat pour la coordination du "Centre de ressources Génie écologique".
Tous les articles BIODIVERSITÉ
ACCÈS AU KIOSQUE
Événements
SIMA 2019
24 Février 2019
SIMA 2019
12 èmes rencontres Géosynthétique
11 Mars 2019
12 èmes rencontres Géosynthétique
Forum International Energy for Smart Mobility
14 Mars 2019
Forum International Energy for Smart Mobility
+ D'ÉVÉNEMENTS
Rubriques
Eau
Recyclage
Énergie
Territoires
Cleantech
Politiques
Pollutions
Biodiversité
Mobilité
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
BTP Magazine
BTP Rail
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Emploi
Newsletters
Agenda
Abonnés
RGPD 2018
CGV (digital)
CGV (magazines)
CGV (pub)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.