Certaines fonctionnalités de ce site reposent sur l’usage de cookies.
Les services de mesure d'audience sont nécessaires au fonctionnement du site en permettant sa bonne administration.
ACCEPTER TOUS LES COOKIES
LES COOKIES NÉCESSAIRES SEULEMENT
CONNEXION
Valider
Mot de passe oublié ?
Accueil > Actualités > Biodiversité > Ressources halieutiques françaises : 26% des volumes pêchés en 2019 sont touchés par la surpêche
BIODIVERSITÉ

Ressources halieutiques françaises : 26% des volumes pêchés en 2019 sont touchés par la surpêche

PUBLIÉ LE 31 JANVIER 2020
E.G
Archiver cet article
Ressources halieutiques françaises : 26% des volumes pêchés en 2019 sont touchés par la surpêche
Ce vendredi 31 janvier, l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer) publie un bilan de l’état écologique des poissons pêchés en France métropolitaine.

« En 2019, 49% des volumes de poissons pêchés en France métropolitaine sont issus de populations exploitées durablement », annonce l’Ifremer ce vendredi 31 janvier. A titre de comparaison, en 2000, seuls 15% des volumes pêchés étaient exploités durablement. D’après le bilan 2019 de l’état écologique des poissons pêchés en France, 26% des populations sont encore touchés par la surpêche, « et 2% sont considérées comme effondrées parmi lesquelles le cabillaud en mer Celtique », alerte néanmoins l’Ifremer. C’est également le cas du Merlan en mer Celtique. Le bilan de l’institut attire aussi l’attention sur la mer Méditerranée, qui présente « une situation préoccupante, malgré la reconstitution de la population du thon rouge ».
 

Parmi les espèces menacées par la surpêche, on trouve le Chinchard en Atlantique, le Merlan en mer du Nord-Manche Est, le Maquereau en Atlantique, la Sardine dans le Gofle de Gascogne et l’Eglefin en mer Celtique.

Une amélioration sur la plupart des populations

« La situation s’est améliorée dans l’Atlantique nord-est sur la plupart des populations : En moins de vingt ans, la part des populations en bon état dans les débarquements est passée de 9 % à 43 % », rassure Alain Biseau, biologiste à l’Ifremer et membre du comité d’avis du Conseil international pour l’exploration de la mer (CIEM). L’amélioration des connaissances biologiques, l’adoption de quotas et la réglementation des outils de pêche ont notamment permis de protéger les ressources halieutiques menacées.
Bateau de pêche en entrée du port de Sauzon (Belle-Île-en-Mer, Morbihan, France), port de pêche et de plaisance / Franck-fnba / Wikimedia Commons
PARTAGEZ
À LIRE ÉGALEMENT
Des ours des Pyrénées plus nombreux, mais menacés par la consanguinité
Des ours des Pyrénées plus nombreux, mais menacés par la consanguinité
Visite guidée de jardins extraordinaires
Visite guidée de jardins extraordinaires
Le centre de contrôle national dédié à l’environnement marin inauguré dans le Morbihan
Le centre de contrôle national dédié à l’environnement marin inauguré dans le Morbihan
Génie écologique : 50 000 postes à pourvoir d’ici 2030
Génie écologique : 50 000 postes à pourvoir d’ici 2030
Tous les articles Biodiversité
L'essentiel de l'actualité de l'environnement
Ne manquez rien de l'actualité de l'environnement !
Inscrivez-vous ou abonnez-vous pour recevoir les newsletters de votre choix dans votre boîte mail
CHOISIR MES NEWSLETTERS