EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
VIDÉOS
À la uneBIODIVERSITÉ

La Commission européenne établit des seuils de bruits sous-marins tolérables

Par Abdessamad Attigui. Publié le 13 décembre 2022.
La Commission européenne établit des seuils de bruits sous-marins tolérables
Les prospections gazières et pétrolières, et le trafic maritime constituent les principales sources de pollution sonore sous-marine. Crédit : Pixabay
NEWSLETTERS
Archiver cet article
Alors que la COP 15 biodiversité se déroule à Montréal jusqu’au 19 décembre, la Commission européenne a émis des recommandations pour réduire la pollution sonore sous-marine qui fragilise la vie des cétacés.

Pour la première fois, l’Union européenne s’attaque au bruit généré par les activités anthropiques en mer. La Commission européenne a dévoilé les niveaux tolérables pour les bruits sous-marins impulsifs (exploration et extraction du pétrole et du gaz) et continus (le transport maritime). Ces limites de pollution sonore sous-marine sont « les premières de ce type au niveau mondial », se félicite l’institution européenne.

Le bruit sous-marin « impulsif » se produit dans environ 8 % des mers européennes, en particulier dans de grandes zones de la mer Baltique, de la mer du Nord et de la mer Celtique, ainsi que dans la région méditerranéenne. Quant au bruit sous-marin continu, issu du trafic maritime, se concentre principalement en mer Méditerranée qui enregistre le trafic maritime le plus élevé de l’UE, suivie de la mer Baltique (19 % de la zone européenne). Cette pollution sonore conduit à des troubles auditifs et à des perturbations comportementales. Pour protéger la faune marine, l’Union européenne préconise au titre de la directive-cadre « Stratégie pour le milieu marin » de nouveaux seuils de bruits jugés « acceptables » qui contribueront à fixer des limites à l’endroit et à la durée de l’exposition des habitats marins au bruit sous-marin.

Désormais, pour être en état tolérable, pas plus de 20 % d’une zone marine ne peut être exposée au bruit sous-marin continu sur une année, et pas plus de 20 % d’un habitat marin ne peut être exposé au bruit impulsif sur un jour et pas plus de 10 % sur un an. Les États membres sont ainsi incités à légiférer et inscrire les deux types de seuils de bruits sous-marins dans leurs stratégies et programmes respectifs.

Des « unités marines »

« Grâce à ces nouveaux seuils, les États membres de l’UE pourront désormais évaluer l’impact du bruit sous-marin dans leurs aires maritimes respectives », souligne le Fonds international pour la protection des animaux (Ifaw). Toutefois « beaucoup reste à faire », ajoute l’ONG qui rappelle que les États membres doivent diviser leurs aires marines respectives en plusieurs « unités marines » et définir des seuils de bruits en fonction des espèces présentes dans ces milieux. Pour y parvenir, Ifaw « appelle la Commission européenne à conseiller les États membres sur les mesures permettant de réduire le bruit sous-marin », conclut Ilaria Di Silvestre, responsable des politiques et campagnes européennes chez Ifaw.

Par ailleurs, l’organisation internationale a mis en place l’initiative « Blue Speeds » qui vise à plafonner la vitesse des navires existants à 75 % de leur vitesse de conception. On estime qu’une telle mesure se traduirait par la réduction d’environ « 25 % de la pollution sonore et le risque de collision entre les navires et les baleines. Cela permettrait également de diminuer la consommation de carburant des navires et les émissions de CO 2 du transport maritime de 8 % environ ».
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
S'identifier
S'inscrire
Rejoignez-nous sur : LinkedIn, Youtube, Facebook et Twitter.
À lire également
L’inventaire forestier de l’IGN: un bilan en demi-teinte
26 octobre 2022
L’inventaire forestier de l’IGN: un bilan en demi-teinte L’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) publie chaque année les résultats de l’inventaire forestier national (IFN). Un état des lieux qui révèle notamment une hausse de 54% de la mortalité des arbres sur la dernière décennie.
L'OFB lutte contre l’érosion de la biodiversité
11 janvier 2023
L'OFB lutte contre l’érosion de la biodiversité Police de l'environnement, permis de chasser, et restauration de la biodiversité... L'Office français de la biodiversité (OFB), le ministère de l'Intérieur et des Outre-mer, et le ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires définissent les axes prioritaires pour protéger la biodiversité en France.
Une coopération pour la transition durable des systèmes agricoles
21 octobre 2022
Une coopération pour la transition durable des systèmes agricoles L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a signé avec trois organismes de recherche français un protocole d’accord portant sur la transformation des systèmes agricoles et alimentaires et leur adaptation au changement climatique.
Tous les articles BIODIVERSITÉ
VIDÉO
Quel avenir pour nos déchets nucléaires ?
Dernier numéro
Hydroplus
Le magazine des professionnels de l’eau et de l’assainissement. (supplément d’EM)
Actu réglementaire
Le coup d'oeil
+
Newsletters gratuites
- Gratuites
- Différents thèmes au choix
- Spécialisées dans votre secteur

Nous contacter
✎ Proposer des sujets, communiquer sur nos supports ou besoin d'aide ?
Nous contacter
En partenariat avec
Événements
+ d'événements
Emploi
- CONDUCTEUR DE LIGNES H/F
- Data Analyst Supply Chain H/F
- Ouvrier / Ouvrière d'entretien des espaces verts
- Agent comptable F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola