EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
VIDÉOS
À la uneBIODIVERSITÉ

COP15 : un accord « historique » pour la préservation de la biodiversité

Par Abdessamad Attigui. Publié le 20 décembre 2022.
COP15 : un accord « historique » pour la préservation de la biodiversité
L'accord porte sur la protection et la restauration des écosystèmes terrestres et maritimes dégradés d’ici à 2030. Crédit : DR
NEWSLETTERS
Archiver cet article
La 15e conférence des Parties (COP15) à la Convention sur la diversité biologique, s’est achevée le 19 décembre avec l’adoption d’un accord jugé « historique » pour la biodiversité sur la période 2020-2030.

Dans la nuit du dimanche 18 au lundi 19 décembre, à Montréal, ville hôte de la présidence chinoise de la COP15, les pays du monde entier ont adopté un accord « historique » pour enrayer la perte de la biodiversité. La France « salue un accord ambitieux qui définit un cap clair » pour restaurer la biodiversité en fixant des objectifs « quantifiés, mesurables et dotés d’un cadre de suivi ».

C’est après un long marathon diplomatique que cet accord « inattendu » a été signé par plus de 190 pays. Appelé « accord de Kunming-Montréal », ce texte mobilise un cadre politique et des financements visant à protéger les terres, les océans et les espèces naturelles de la disparition. Parmi ses points phares : l’objectif « 30 x 30 ». À ce jour, seulement 17 % des terres et 8 % des mers sont protégées, les signataires s’engagent ainsi à protéger 30 % des terres et de 30 % des mers à échéance 2030. Si le maintien de cet objectif – point central de désaccord – constitue une victoire, l’Union européenne regrette toutefois l’absence d’objectifs chiffrés pour la protection des espaces naturels, la réduction de l’empreinte écologique ainsi que le respect des limites planétaires. 

500 milliards de dollars

Les financements restent au cœur de la transition. Dans le cadre de ce texte, les États riches se sont engagés à mobiliser 30 milliards de dollars par an d’ici à 2030 à destination des pays en développement, avec un premier palier à 20 milliards d’ici à 2025. Des financements dédiés à la protection et à la restauration de la biodiversité restent en deçà des 100 milliards réclamés par les pays du Sud en échange de leurs efforts et des impacts climatiques qu’ils subissent.

Dans cette lignée, les États se sont accordés à identifier les subventions néfastes à la biodiversité d’ici à 2025 et de les faire cesser à hauteur de 500 milliards de dollars par an d’ici 2030. Par ailleurs, la présidence chinoise a annoncé la création, en 2023, d’un nouveau fonds établi par le Fonds mondial pour l’environnement (FEM). Cette nouvelle branche se chargera de la mise en œuvre du cadre et de mobiliser les ressources nécessaires à la protection de la biodiversité.

D’autres points positifs

En outre, le texte s’arme contre l’utilisation des pesticides et incite à la réduction des nitrates de moitié. L’accord mentionne aussi la nécessite de réduire de 50 % l’introduction des espèces exotiques envahissantes et la lutte contre l’extinction des espèces protégées dues aux activités anthropiques d’ici 2050.
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
S'identifier
S'inscrire
Rejoignez-nous sur : LinkedIn, Youtube, Facebook et Twitter.
À lire également
Un MOOC pour faire entrer la biodiversité dans les entreprises
14 septembre 2022
Un MOOC pour faire entrer la biodiversité dans les entreprises L’activité économique dépend à 40 % des services écosystémiques rendus – gratuitement – par la nature. Une formation en ligne a été lancée pour permettre aux entreprises d’agir, concrètement, en faveur de la biodiversité.
L'OFB lutte contre l’érosion de la biodiversité
11 janvier 2023
L'OFB lutte contre l’érosion de la biodiversité Police de l'environnement, permis de chasser, et restauration de la biodiversité... L'Office français de la biodiversité (OFB), le ministère de l'Intérieur et des Outre-mer, et le ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires définissent les axes prioritaires pour protéger la biodiversité en France.
Décryptage | Cultiver les jachères, un caillou sur le chemin vert
2 août 2022
Décryptage | Cultiver les jachères, un caillou sur le chemin vert Dérogation temporaire ou démantèlement progressif ? Devant l’affaissement des exportations russes et ukrainiennes de céréales, Bruxelles a autorisé les cultures de printemps sur les jachères et n’exclut pas une reconduction à l’automne. La hausse de production sera symbolique. Sa portée politique l’est encore plus : la stratégie « de la ferme à la table » apparaît compromise.
Tous les articles BIODIVERSITÉ
VIDÉO
Quel avenir pour nos déchets nucléaires ?
Dernier numéro
Hydroplus
Le magazine des professionnels de l’eau et de l’assainissement. (supplément d’EM)
Actu réglementaire
Le coup d'oeil
+
Newsletters gratuites
- Gratuites
- Différents thèmes au choix
- Spécialisées dans votre secteur

Nous contacter
✎ Proposer des sujets, communiquer sur nos supports ou besoin d'aide ?
Nous contacter
En partenariat avec
Événements
+ d'événements
Emploi
- TECHNICIEN MONTEUR PNEUMATIQUES GENIE-CIVIL H/F
- Conseiller Clientèle Facturations/ Décompte H/F
- Ouvrier / Ouvrière d'entretien des espaces verts
- Coordinateur Maintenance Capitalisable F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola