EMPLOI
Construction Cayola
CONTACTS
INFORMATIONS IMPORTANTES
S'ABONNER
SE CONNECTER
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
EMPLOI-FORMATION
À la une \ BIODIVERSITÉ

COP15 : un accord « historique » pour la préservation de la biodiversité

Par Abdessamad Attigui. Publié le 20 décembre 2022.
COP15 : un accord « historique » pour la préservation de la biodiversité
L'accord porte sur la protection et la restauration des écosystèmes terrestres et maritimes dégradés d’ici à 2030. Crédit : DR
NEWSLETTERS
Archiver cet article
PUBLICITÉ
La 15e conférence des Parties (COP15) à la Convention sur la diversité biologique, s’est achevée le 19 décembre avec l’adoption d’un accord jugé « historique » pour la biodiversité sur la période 2020-2030.

Dans la nuit du dimanche 18 au lundi 19 décembre, à Montréal, ville hôte de la présidence chinoise de la COP15, les pays du monde entier ont adopté un accord « historique » pour enrayer la perte de la biodiversité. La France « salue un accord ambitieux qui définit un cap clair » pour restaurer la biodiversité en fixant des objectifs « quantifiés, mesurables et dotés d’un cadre de suivi ».

C’est après un long marathon diplomatique que cet accord « inattendu » a été signé par plus de 190 pays. Appelé « accord de Kunming-Montréal », ce texte mobilise un cadre politique et des financements visant à protéger les terres, les océans et les espèces naturelles de la disparition. Parmi ses points phares : l’objectif « 30 x 30 ». À ce jour, seulement 17 % des terres et 8 % des mers sont protégées, les signataires s’engagent ainsi à protéger 30 % des terres et de 30 % des mers à échéance 2030. Si le maintien de cet objectif – point central de désaccord – constitue une victoire, l’Union européenne regrette toutefois l’absence d’objectifs chiffrés pour la protection des espaces naturels, la réduction de l’empreinte écologique ainsi que le respect des limites planétaires. 

500 milliards de dollars

Les financements restent au cœur de la transition. Dans le cadre de ce texte, les États riches se sont engagés à mobiliser 30 milliards de dollars par an d’ici à 2030 à destination des pays en développement, avec un premier palier à 20 milliards d’ici à 2025. Des financements dédiés à la protection et à la restauration de la biodiversité restent en deçà des 100 milliards réclamés par les pays du Sud en échange de leurs efforts et des impacts climatiques qu’ils subissent.

Dans cette lignée, les États se sont accordés à identifier les subventions néfastes à la biodiversité d’ici à 2025 et de les faire cesser à hauteur de 500 milliards de dollars par an d’ici 2030. Par ailleurs, la présidence chinoise a annoncé la création, en 2023, d’un nouveau fonds établi par le Fonds mondial pour l’environnement (FEM). Cette nouvelle branche se chargera de la mise en œuvre du cadre et de mobiliser les ressources nécessaires à la protection de la biodiversité.

D’autres points positifs

En outre, le texte s’arme contre l’utilisation des pesticides et incite à la réduction des nitrates de moitié. L’accord mentionne aussi la nécessite de réduire de 50 % l’introduction des espèces exotiques envahissantes et la lutte contre l’extinction des espèces protégées dues aux activités anthropiques d’ici 2050.
Rejoignez-nous sur : LinkedIn, Youtube, Facebook et X.
À lire également
19 octobre 2023
Dossier /4 | Former des experts des feux de forêts : un impératif pour la filière Face à la problématique grandissante des incendies de forêt, disposer de spécialistes spécifiquement formés à leur gestion apparait comme une urgence. Depuis septembre 2022, l’École pratique des hautes études propose ainsi une spécialisation en gestion des incendies de forêt, adossée au master Sciences du vivant de l’Université PSL. Un parcours ouvert aux étudiants comme aux professionnels, et qui revêt une forte dimension internationale.
Dossier /4 | Former des experts des feux de forêts : un impératif pour la filière
6 octobre 2023
Validation nationale du référentiel FSC de gestion forestière : avant-dernière étape avant l’entrée en vigueur Après deux ans de travail, le nouveau référentiel FSC pour l'Hexagone a été acté le 28 septembre à l'échelle nationale. Il doit maintenant être validé à l’échelon international. De nouvelles règles sont proposées pour faciliter la migration des essences, préserver les sols et la biodiversité, mais aussi limiter les coupes rases. 
Validation nationale du référentiel FSC de gestion forestière : avant-dernière étape avant l’entrée en vigueur
16 octobre 2023
Dossier /2 | Filière forêt-bois : des actions sur plusieurs fronts pour renforcer l’attractivité du secteur Les acteurs de la filière réfléchissent à des outils pour attirer de nouveaux talents et demandeurs d'emploi.
Dossier /2 | Filière forêt-bois : des actions sur plusieurs fronts pour renforcer l’attractivité du secteur
Tous les articles BIODIVERSITÉ
[Vidéo] Les entreprises s'engagent pour la biodiversité avec EcoTree
VIDÉO
[Vidéo] Les entreprises s'engagent pour la biodiversité avec EcoTree
Toutes les vidéos
Dernier numéro
Hydroplus
Le magazine des professionnels de l’eau et de l’assainissement. (supplément d’EM)
Actu réglementaire
Le coup d'oeil
Newsletters gratuites
- Gratuites
- Différents thèmes au choix
- Spécialisées dans votre secteur

Nous contacter
✎ Proposer des sujets, communiquer sur nos supports ou besoin d'aide ?
Nous contacter
En partenariat avec
Événements
+ d'événements
Emploi
- PREVENTEUR HSE SITES INDUSTRIELS F/H
- Ouvrier / Ouvrière d'entretien des espaces verts
- CHEF DE PROJET SÉCURITÉ & ERGONOMIE F/H
- Ingénieur Système d’Information H/F
+ d'offres
Information importante ▶
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola