Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Une centaine de fonds verts européens excluent les activités nocives pour la biodiversité

Une centaine de fonds verts européens excluent les activités nocives pour la biodiversité
59 fonds pesant 42 milliards d'euros excluent l'huile de palme. Crédit : Romolo Tavani/Adobe Stock
Par Abdessamad Attigui, le 10 septembre 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Une récente étude de Novethic dévoile qu’un quart des fonds de gestion d’actifs européens ont recours aux politiques d’exclusions des pratiques nocives pour la biodiversité. Décryptage de cette nouvelle tendance.

Novethic a mené une analyse pour évaluer le degré de prise en compte des menaces qui pèsent sur la nature par la finance durable, en identifiant les activités exclues des fonds et des volumes d’encours concernés. Résultat : Sur les 429 fonds verts européens, une centaine de fonds pesant 85 milliards d’euros d’encours proposés par une cinquantaine de sociétés de gestion ont recours aux politiques d’exclusion.

Pour rappel, les « politiques d’exclusions » sont appliquées pour éviter d’investir dans des entreprises et secteurs controversés pour leurs externalités négatives sur la biodiversité. « Cela concerne par ordre décroissant : l’huile de palme, les OGM, la pâte à papier, les pesticides, l’exploitation forestière et minière et l’élevage intensif », indique l’étude.

Novethic révèle ainsi qu’une centaine sur les 429 fonds verts européens appliquent ces exclusions. « La plupart d’entre-eux pratiquent au moins deux exclusions et six fonds en combinent plus de quatre », peut-on lire dans l’étude.

L’huile de palme, principale activité exclue des fonds

Selon l’étude, l’exclusion la plus répandue parmi les centaines de fonds verts européens concerne l’huile de palme. Sa production pose des problèmes sociaux et environnementaux en provoquant la déforestation, la disparition de certaines espèces comme les Orangs-outangs, et les déplorables conditions de travail dans les plantations.

Ainsi, Novethic a identifié fin juin 2021, 59 fonds pesant 42 milliards d’euros excluant ce secteur sous certains critères. « Les fonds s’appuient sur des normes et bonnes pratiques pour différencier les activités éligibles des autres. […] Parmi elles : la certification de toute ou partie de la production, le plus souvent « RSPO » (Table Ronde sur l’Huile de Palme Durable), la traçabilité de l’huile de palme... », fait savoir l’étude.

Ensuite, 46 fonds pesant 40 milliards d’euros excluent les OGM. « Certains excluent entièrement les entreprises impliquées dans le développement et la culture d’OGM, d’autres vont privilégier l’existence d’une politique responsable sur l’utilisation des OGM et l’absence d’activités controversées/non conformes aux conventions internationales en matière d’OGM ».

L’exclusion de la pâte à papier est intégrée par 4 sociétés qui gèrent 18 fonds pesant 19 milliards d’euros. Mais ces sociétés privilégient l’observation des acteurs de la filière Bois et l’évaluation des risques plutôt que « la simple exclusion du secteur. Parmi les critères analysés, on retrouve la certification des forêts et leur gestion responsable, ainsi que leur localisation », détaille l’analyse.
 

Répartition en Europe

La France est à la pointe de ces politiques d’exclusion sur le marché de la finance durable. Avec une trentaine de fonds et plus de 16 milliards de dollars d’encours appliquant a minima une exclusion, le marché français présente une « sensibilité aux risques de destruction de la biodiversité ».

Toutefois, les deux premières places du podium sont occupées par deux sociétés de gestion qui combinent le plus de pratiques protectrices de la biodiversité :

- L’autrichienne Erste AM pour son fonds en coopération avec le WWF. Ce fonds « Erste WWF Stock Environment », pesant 894 milliards d’euros, a une politique d’exclusion vis à vis des entreprises d’élevage intensif, pesticides, OGM, et exploitation minière.
- La suisse SwissCanto Invest avec son fonds « SWC (LU) EF Sustainable » (805 milliards d’euros) qui exclut les activités liées à l’élevage intensif, OGM, exploitation forestière, huile de palme, et la pêche intensive.

La troisième place du podium est occupée par la Française Sycomore Asset Management et son fonds « Sycomore Eco Solutions ». Les pesticides, OGM, huile de palme, et élevage intensif sont les principales activités exclues de ce fonds pesant 563 milliards d’euros.
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] La chaleur perdue retrouve une seconde utilité
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Aix-Marseille-Provence ambitionne d'être un territoire de choix pour les innovations durables
Aix-Marseille-Provence ambitionne d'être un territoire de choix pour les innovations durables
Provence Promotion, l’agence de développement économique de la Métropole Aix-Marseille-Provence, invite les innovateurs internationaux à expérimenter et appliquer leurs nouveaux concepts sur le territoire.
Une application mobile pour dévoiler les origines des déchets plastiques  
Une application mobile pour dévoiler les origines des déchets plastiques  
L’ONG Surfrider Foundation Europe se lancera le 21 août prochain dans une expédition sur le Rhin, de la source jusqu'à son delta. Cette opération mettra en lumière son application Plastic Origins, qui servira à cartographier les déchets jetés dans les rivières.
Les revêtements de sol perméables à l’épreuve du dérèglement climatique
Les revêtements de sol perméables à l’épreuve du dérèglement climatique
Concepteur et fabricant de « systèmes de sol ouvert », l’entreprise nordiste O2D Environnement a rendu public une étude sur le comportement thermique de revêtements de sol perméables et carrossables. Une étude qui confirme la pertinence de ces systèmes pour lutter contre les phénomènes d’îlots de chaleur urbains.
[Tribune] Les achats responsables : La fonction Achat au service du RSE d’entreprise
[Tribune] Les achats responsables : La fonction Achat au service du RSE d’entreprise
En 2021, 72 % des entreprises françaises estiment que la Responsabilité Sociétale et Environnementale (RSE) est un enjeu essentiel. Le développement de cette responsabilité repose sur différents axes d’optimisation et des actions ayant un impact environnemental et sociétal. Benjamin Nguyen, consultant en transformation digitale chez mc2i et Vincent Terrier, directeur Financier chez mc2i reviennent dans cette tribune sur les stratégies d'achat responsables. 
Solar Brother part à la conquête du marché de l’équipement Outdoor Solaire
Solar Brother part à la conquête du marché de l’équipement Outdoor Solaire
Solar Brother, acteur français de la conception de produits innovants autour de l’énergie solaire concentrée, renforce son capital avec une levée de fonds de 500,000 euros.
Système de stockage pour allier photovoltaïque et électromobilité
Système de stockage pour allier photovoltaïque et électromobilité
Solarwatt, fabricant de batteries solaires et de panneaux photovoltaïques biverre, a annoncé, fin juin, lancer avec le constructeur automobile BMW la Solarwatt Battery flex.
Une peinture innovante pour lutter contre les îlots de chaleur urbains
Une peinture innovante pour lutter contre les îlots de chaleur urbains
Depuis cet été, la Métropole de Lyon expérimente, sur un trottoir du septième arrondissement, une peinture anti-chaleur capable de réduire la température à la surface de la voirie de 10°C. L'expérimentation doit durer un an.
Tous les articles CLEANTECH
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.