EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
VIDÉOS
À la uneEAU

La piscine du Val d'Yerres valorise ses eaux grises

Par la rédaction. Publié le 1er avril 2008.
Newsletters gratuites
Archiver cet article
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Pour sa nouvelle piscine, la Communauté d'agglomération du Val d'Yerres, qui regroupe six communes de l'Essonne, souhaitait s'inscrire dans une démarche haute qualité environnementale (HQE). Ce qui, dans le domaine de l'eau, l'a amenée à se pencher sur la réutilisation des eaux grises. Mais que choisir entre l'eau des bassins, de pluie ou des douches ? La première a été rapidement écartée, car les volumes sont faibles et les eaux évacuées par les installations fortement chargées. « Lorsque la filtration est efficace, il n'y a pas besoin d'évacuer beaucoup d'eau : on n'évacue que des boues lors du nettoyage des filtres. Il n'est donc dès lors pas intéressant d'envisager un recyclage des eaux des bassins », rappelle Jean Monléon, ingénieur au bureau d'études Sport Loisirs Concept qui a travaillé sur le projet du Val d'Yerres. pour la voirie et les jardins Le choix s'est finalement porté sur l'eau des douches, car, comme l'explique Roger Davito, directeur technique de la Communauté d'agglomération du Val d'Yerres, « on a généralement besoin d'eau d'arrosage lorsque l'on n'a pas d'eau de pluie... ». Ainsi, les quelque 20 m3 d'eaux grises générées chaque jour (7 000 m3 par an) par les douches, une fois traitées, sont réutilisées par les services d'entretien des jardins et de nettoyage de la voirie. Le système de filtrage retenu est l'Aquacycle de Pontos, filiale de la société allemande Hansgrohe spécialisée dans le retraitement des eaux grises. L'eau est d'abord séparée par dégrillage des éléments solides : fibres, cheveux... Elle subit ensuite un traitement biologique classique dans deux cuves aérées. Vient enfin un traitement UV pour atteindre une qualité « eau de baignade ». L'eau traitée est stockée, puis pompée par les services concernés sur deux bornes dédiées installées derrière la piscine. L'installation occupe 50 m2, au sous-sol de la piscine, et consomme en moyenne 1,2 kWh par mètre cube d'eau traitée. L'investissement s'est élevé à 172 000 euros ; d'après Roger Davito, il sera rentabilisé en cinq à sept ans puisqu'il permet de diminuer le volume d'eau potable acheté par la ville. Une réutilisation de l'eau pour les sanitaires aurait été plus rentable, mais elle n'a pas été autorisée par la Direction départementale des affaires sanitaires et sociales (Ddass). La pratique française n'autorise pas en effet les doubles réseaux, du fait des risques de confusion de branchements et donc des risques sanitaires. L'évolution réglementaire - en cours de discussion - sur la réutilisation des eaux pluviales pourrait changer la donne : il permettrait une utilisation à l'intérieur des bâtiments de l'eau de pluie traitée pour le lavage des sols et l'alimentation des toilettes. Les industriels concernés, tel Pontos, attendent cela avec impatience. D'autant que, selon Michael Hasenbeck, directeur de la société Pontos, un gros contrat pourrait alors être concrétisé avec le groupe Accor.
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
S'identifier
S'inscrire
Rejoignez-nous sur : LinkedIn, Youtube, Facebook et Twitter.
À lire également
Enquête | Mobilisation générale autour de la Gemapi
6 juin 2022
Enquête | Mobilisation générale autour de la Gemapi Aujourd’hui stabilisée au niveau réglementaire, la gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations (Gemapi) entre pour les intercommunalités les plus avancées dans une phase opérationnelle, alors que certaines élaborent encore sa gouvernance. Complexe dans son exercice, cette compétence récente a cependant réussi à mobiliser tous les territoires.
Socotec consolide sa position aux Pays-Bas
6 septembre 2022
Socotec consolide sa position aux Pays-Bas Le groupe Socotec, spécialiste de la gestion des risques liés au bâti, acquiert CAG Groep, entreprise spécialisée dans les marchés de l’inspection dans la gestion de la qualité de l’eau potable et de la performance énergétique des bâtiments.
Focus | Les Hautes-Alpes face au dérèglement climatique
11 août 2022
Focus | Les Hautes-Alpes face au dérèglement climatique Glaciers, rivières, haut sommet : les Hautes-Alpes ont une richesse hydrographique importante. Confrontés à la fonte des neiges et au recul des glaciers, à des régimes de pluie aussi intermittents que violents, ces territoires doivent s’adapter pour préserver un écosystème sensible, tout en gardant une attractivité touristique.
Tous les articles EAU
[Vidéo] 3 questions à Stéphanie Gay, directrice du Salon des maires et des collectivités locales
Dernier numéro
Hydroplus
Le magazine des professionnels de l’eau et de l’assainissement. (supplément d’EM)
Actu réglementaire
Le coup d'oeil
+
Newsletters gratuites
- Gratuites
- Différents thèmes au choix
- Spécialisées dans votre secteur

Nous contacter
✎ Proposer des sujets, communiquer sur nos supports ou besoin d'aide ?
Nous contacter
En partenariat avec
Événements
+ d'événements
Emploi
- Chargé d'affaires CVC H/F
- Chef de Secteur H/F
- Ouvrier / Ouvrière paysagiste
- Chef d'Equipe Propreté Urbaine F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola