Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

EAU
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Des solutions fondées sur la nature, pour une meilleure gestion de l’eau au niveau mondial

Partager :
Des solutions fondées sur la nature, pour une meilleure gestion de l’eau au niveau mondial
Par Eva Gomez, le 19 mars 2018
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Eau
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
A l’occasion du huitième forum mondial de l’eau qui se déroule à Brasilia (Brésil) du 18 au 23 mars 2018, l’ONU publie son rapport sur la mise en valeur des ressources en eau : cette année, il est consacré aux solutions fondées sur la nature pour la gestion de l’eau. Selon les auteurs, il s’agit de trouver un équilibre entre infrastructures « grises » et « vertes ».

« Et si les barrages, les canaux d’irrigation et les usines de traitement des eaux n’étaient pas les seuls outils dans la gestion de l’eau ? », interroge l’ONU dans l’édition 2018 de son rapport mondial sur la mise en valeur des ressources en eau. Celui-ci est présenté ce lundi 19 mars au huitième forum mondial de l’eau à Brasilia, par la directrice générale de l’Unesco, Audrey Azoulay et le président de l’ONU-Eau Gilbert Houngbo. « Actuellement, 1 à 8 % des infrastructures de gestion de l’eau sont fondées sur la nature », explique Richard Connor, rédacteur en chef de ce rapport, d’après lequel le recours aux infrastructures « vertes » - en opposition aux infrastructures « grises » - reste marginal et est souvent perçu comme moins efficace. Il s’agit donc, selon Richard Connor, de « trouver la meilleure combinaison possible des deux types d’infrastructures, tant au niveau de l’efficacité, que des aspects écologique et économique ». Il estime que « la difficile mise à disposition d’évaluations claires sur les solutions fondées sur la nature, implique un manque de connaissance et de compréhension de ces solutions, pourtant indispensables pour réaliser les objectifs de développement durable (ODD) à l’horizon 2030 » (adoptés par les Nations Unies en 2015). Ces objectifs, en terme de santé humaine, de sécurité alimentaire et énergétique, de croissance économique durable, d’emplois et de protection des écosystèmes, sont donc réalisables selon ce rapport, « à condition que l’on change d’approche ». Le président de l’ONU-Eau, Gilbert Houngbo, explique que « ce rapport montre que le fait de travailler avec la nature, et non contre elle, améliorerait le capital naturel et soutiendrait une économie circulaire utilisant les ressources de manière efficace et compétitive ». Ainsi, il souligne que « les solutions fondées sur la nature peuvent à la fois s’avérer rentables et fournir des avantages sur le plan environnemental, social et économique ».

Ce rapport d’environ 130 pages établit donc un état des lieux des ressources mondiales en eau, de la demande, la disponibilité et la qualité des eaux, ainsi que des phénomènes extrêmes liés à l’eau et de l’état et du rôle des écosystèmes dans le cycle hydrologique. Puis les bénéfices des solutions fondées sur la nature sont détaillés, concernant la gestion de la disponibilité des ressources en eau, la gestion de la qualité de l’eau, mais aussi des risques liés à l’eau ainsi que pour le renforcement de l’approvisionnement à des fins de sécurité hydrique.

Une meilleure gestion des sols agricoles et des zones humides

L’ONU souligne plusieurs exemples de mise en place de solutions « vertes » à travers le monde : suite à de graves épisodes de sécheresse, une ONG met en place, dans l’état du Rajasthan (Inde), « des structures de collecte de l’eau et s’emploie à régénérer une partie des sols et des forêts de la région. Résultat : la couverture forestière s’accroît de plus de 30 %, le niveau des sources souterraines augmente de plusieurs mètres et la productivité des terres cultivables s’améliore ». Des solutions applicables au milieu agricole sont également mises en valeur dans ce rapport, comme le procédé nommé « système d’intensification du riz, mis en place à l’origine à Madagascar, et qui privilégie une restauration de la fonction hydrologique et écologique des sols plutôt que l’utilisation de variétés nouvelles de semences ou de produits chimiques ». Richard Connor insiste d’ailleurs sur la nécessite de changer les pratiques agricoles : « une terre mal labourée retient l’eau et empêche son infiltration, ce qui provoque des inondations en aval, mais aussi une perte de biodiversité dans les sols. » La lutte contre l’imperméabilité des sols apparaît comme un chantier prioritaire aux yeux du rédacteur en chef de ce rapport, qui rappelle au passage qu’« environ 66 % des zones humides naturelles ont été effacées par l’activité humaine ».

Des solutions pour la gestion de l’eau dans un contexte de développement urbain

Richard Connor attire également l’attention sur la nécessité de développer de nouvelles solutions de stockage de l’eau. Pour lui, les réservoirs « contiennent des risques d’évaporation de l’eau, et ils ne peuvent être construits que dans des lieux à la topographie adéquate ». Il fait donc valoir une solution verte, pour augmenter le stockage de l’eau et la sécurité d’approvisionnement : « la recharge des nappes souterraines, avec le développement des surfaces perméables, notamment dans les villes ». Il s’agit finalement de mimer le rôle des zones humides ou des sols de forêts, pour l’appliquer aux sols urbains. Et Richard Connor de souligner : « un sol sain retient plus d’eau, ce qui favorise les écosystèmes des sols ». L’ONU rappelle à ce propos l’exemple du projet baptisé « Sponge cities » [villes éponges], en Chine. « Celui-ci est destiné à améliorer l’approvisionnement en eau dans un contexte urbain : d’ici 2020, 16 villes pilotes verront le jour dans le pays. L’objectif est de recycler 70 % de l’eau de pluie grâce à une plus grande perméabilité des sols, à des dispositifs de collecte, de stockage et de purification de l’eau et à une réhabilitation des zones humides avoisinantes ».

Richard Connor pointe ainsi la possibilité de « procéder à un développement urbain durable », notamment en multipliant les zones vertes, les murs et toitures végétalisées, ou les bassins de rétention. Une problématique d’autant plus d’actualité que fin août 2017, un rapport de l’organisme CDP analysant les bases de données de 569 villes et 1432 entreprises mondiales, estimait que 20 % de la population mondiale (soit 1,2 milliards de personnes) sont en proie à des risques liés à l’eau dans les milieux urbains. D’après cette étude, 196 villes internationales font actuellement face à des enjeux importants liés à l’eau, « tels que les inondations ou les pénuries. » En effet, 59 % d’entre elles sont victimes du stress hydrique accru et de la raréfaction de l’eau. 76 % sont confrontées à des risques élevés d’inondations.

« Mais ces solutions vertes ne peuvent pas toujours remplacer les infrastructures grises », remarque Richard Connor. « Il n’est pas toujours nécessaire de choisir entre les deux, d’où l’intérêt de trouver un bon équilibre entre infrastructures vertes et infrastructures grises ». Un travail de réflexion à mener au cas par cas : « le meilleur équilibre gris/vert dans un cas A, ne le sera pas forcément dans un cas B », conclut-il.
Photo : Mur végétalisé à Paris / Pixabay
  [Vidéo] Les écoquartiers, terres d'essai du développement durable
+ de vidéos Environnement TV
Actu réglementaire
Arrêté du 21 juillet 2020 portant nomination du président et des membres du Conseil d'orientation pour la prévention des risques naturels majeurs Lire
Arrêté du 10 juillet 2020 fixant les taux de promotion dans certains corps spécifiques relevant de la direction générale de l'aviation civile du ministère de la transition écologique pour l'année 2020 Lire
Décision du 17 juillet 2020 portant délégation de signature (centre ministériel de valorisation des ressources humaines [CMVRH]) Lire
Les plus lus
À lire également
Sécheresse : les acteurs du bassin Adour-Garonne signent une convention
Sécheresse : les acteurs du bassin Adour-Garonne signent une convention
Ce mercredi 1er juillet, les acteurs de l'eau du bassin Adour-Garonne ont signé une convention pour lutter contre la sécheresse.
Une plateforme digitale pour simplifier les analyses de l'eau
Une plateforme digitale pour simplifier les analyses de l'eau
BWT France, spécialiste du traitement de l’eau, vient de lancer Digikit, une plateforme de gestion en ligne des analyses d’eau. Un service digital qui permet aux installateurs, professionnels du bâtiment, exploitants et industriels de tous secteurs de garder en permanence un œil connecté sur la qualité de l’eau dans leurs installations.
Saur acquiert le néerlandais Nijhuis Industries
Saur annonce l'acquisition du groupe néerlandais Nijhuis Industries, qui propose des solutions de traitement des eaux industrielles.
Info-secheresse.fr, une plateforme de surveillance des sécheresses
Info-secheresse.fr, une plateforme de surveillance des sécheresses
Imageau lance info-secheresse.fr, une plateforme gratuite pour surveiller en temps réel l’évolution de la ressource hydrique à destination des acteurs publics et privés de l’eau.
L’UPGE et l’OIEau signent une convention-cadre
L’UPGE et l’OIEau signent une convention-cadre
L’Union des professionnels du génie écologique et l’Office international de l’eau ont signé, ce mardi 30 juin, une convention-cadre fixant les modalités de collaboration entre les deux structures dans les domaines de l’eau, du génie écologique, des milieux aquatiques, de la biodiversité et de l’économie circulaire.
Premier Tech rachète Eparco
Premier Tech rachète Eparco
Eparco, fabricant spécialiste de l’assainissement autonome des eaux usées pour maisons individuelles, passe sous le giron de Premier Tech.
Bassins Rhône-Méditerranée-Corse : 180 millions d'euros pour soutenir la commande publique
Bassins Rhône-Méditerranée-Corse : 180 millions d'euros pour soutenir la commande publique
Mobilisée pour relancer l’économie après la crise sanitaire, l’Agence de l’Eau Rhône-Méditerranée-Corse vient d’obtenir un élargissement de ses règles d’interventions via l’appel à projets baptisé « Plan de rebond Eau, Climat, Biodiversité ». Un dispositif de près de 180 millions d'euros qui vise à soutenir la commande publique dans le domaine de l’eau.
Tous les articles EAU
Nos magazines
Accéder au kiosque
En partenariat avec
Événements
Solar PV World Expo 2020
16 Août 2020
EXPOBIOGAZ
2 Septembre 2020
20e Congrès international du recyclage automobile (IARC)
2 Septembre 2020
+ d'événements
Emploi
- Ordonnanceur(se) Soirée H/F
- Responsable Ressources Humaines H/F
- Ouvrier / Ouvrière d'entretien des espaces verts
- Responsable d’Unité Administrative F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.