Abonnements Découvrez nos formules print et numérique Accès abonnés Voir nos offres
Menu

EAU
POLLUTEC 2018
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Des solutions fondées sur la nature, pour une meilleure gestion de l’eau au niveau mondial

Partager :
Des solutions fondées sur la nature, pour une meilleure gestion de l’eau au niveau mondial
Par Eva Gomez, le 19 mars 2018
Découvrez notre newsletter gratuite Eau
A l’occasion du huitième forum mondial de l’eau qui se déroule à Brasilia (Brésil) du 18 au 23 mars 2018, l’ONU publie son rapport sur la mise en valeur des ressources en eau : cette année, il est consacré aux solutions fondées sur la nature pour la gestion de l’eau. Selon les auteurs, il s’agit de trouver un équilibre entre infrastructures « grises » et « vertes ».

« Et si les barrages, les canaux d’irrigation et les usines de traitement des eaux n’étaient pas les seuls outils dans la gestion de l’eau ? », interroge l’ONU dans l’édition 2018 de son rapport mondial sur la mise en valeur des ressources en eau. Celui-ci est présenté ce lundi 19 mars au huitième forum mondial de l’eau à Brasilia, par la directrice générale de l’Unesco, Audrey Azoulay et le président de l’ONU-Eau Gilbert Houngbo. « Actuellement, 1 à 8 % des infrastructures de gestion de l’eau sont fondées sur la nature », explique Richard Connor, rédacteur en chef de ce rapport, d’après lequel le recours aux infrastructures « vertes » - en opposition aux infrastructures « grises » - reste marginal et est souvent perçu comme moins efficace. Il s’agit donc, selon Richard Connor, de « trouver la meilleure combinaison possible des deux types d’infrastructures, tant au niveau de l’efficacité, que des aspects écologique et économique ». Il estime que « la difficile mise à disposition d’évaluations claires sur les solutions fondées sur la nature, implique un manque de connaissance et de compréhension de ces solutions, pourtant indispensables pour réaliser les objectifs de développement durable (ODD) à l’horizon 2030 » (adoptés par les Nations Unies en 2015). Ces objectifs, en terme de santé humaine, de sécurité alimentaire et énergétique, de croissance économique durable, d’emplois et de protection des écosystèmes, sont donc réalisables selon ce rapport, « à condition que l’on change d’approche ». Le président de l’ONU-Eau, Gilbert Houngbo, explique que « ce rapport montre que le fait de travailler avec la nature, et non contre elle, améliorerait le capital naturel et soutiendrait une économie circulaire utilisant les ressources de manière efficace et compétitive ». Ainsi, il souligne que « les solutions fondées sur la nature peuvent à la fois s’avérer rentables et fournir des avantages sur le plan environnemental, social et économique ».

Ce rapport d’environ 130 pages établit donc un état des lieux des ressources mondiales en eau, de la demande, la disponibilité et la qualité des eaux, ainsi que des phénomènes extrêmes liés à l’eau et de l’état et du rôle des écosystèmes dans le cycle hydrologique. Puis les bénéfices des solutions fondées sur la nature sont détaillés, concernant la gestion de la disponibilité des ressources en eau, la gestion de la qualité de l’eau, mais aussi des risques liés à l’eau ainsi que pour le renforcement de l’approvisionnement à des fins de sécurité hydrique.

Une meilleure gestion des sols agricoles et des zones humides

L’ONU souligne plusieurs exemples de mise en place de solutions « vertes » à travers le monde : suite à de graves épisodes de sécheresse, une ONG met en place, dans l’état du Rajasthan (Inde), « des structures de collecte de l’eau et s’emploie à régénérer une partie des sols et des forêts de la région. Résultat : la couverture forestière s’accroît de plus de 30 %, le niveau des sources souterraines augmente de plusieurs mètres et la productivité des terres cultivables s’améliore ». Des solutions applicables au milieu agricole sont également mises en valeur dans ce rapport, comme le procédé nommé « système d’intensification du riz, mis en place à l’origine à Madagascar, et qui privilégie une restauration de la fonction hydrologique et écologique des sols plutôt que l’utilisation de variétés nouvelles de semences ou de produits chimiques ». Richard Connor insiste d’ailleurs sur la nécessite de changer les pratiques agricoles : « une terre mal labourée retient l’eau et empêche son infiltration, ce qui provoque des inondations en aval, mais aussi une perte de biodiversité dans les sols. » La lutte contre l’imperméabilité des sols apparaît comme un chantier prioritaire aux yeux du rédacteur en chef de ce rapport, qui rappelle au passage qu’« environ 66 % des zones humides naturelles ont été effacées par l’activité humaine ».

Des solutions pour la gestion de l’eau dans un contexte de développement urbain

Richard Connor attire également l’attention sur la nécessité de développer de nouvelles solutions de stockage de l’eau. Pour lui, les réservoirs « contiennent des risques d’évaporation de l’eau, et ils ne peuvent être construits que dans des lieux à la topographie adéquate ». Il fait donc valoir une solution verte, pour augmenter le stockage de l’eau et la sécurité d’approvisionnement : « la recharge des nappes souterraines, avec le développement des surfaces perméables, notamment dans les villes ». Il s’agit finalement de mimer le rôle des zones humides ou des sols de forêts, pour l’appliquer aux sols urbains. Et Richard Connor de souligner : « un sol sain retient plus d’eau, ce qui favorise les écosystèmes des sols ». L’ONU rappelle à ce propos l’exemple du projet baptisé « Sponge cities » [villes éponges], en Chine. « Celui-ci est destiné à améliorer l’approvisionnement en eau dans un contexte urbain : d’ici 2020, 16 villes pilotes verront le jour dans le pays. L’objectif est de recycler 70 % de l’eau de pluie grâce à une plus grande perméabilité des sols, à des dispositifs de collecte, de stockage et de purification de l’eau et à une réhabilitation des zones humides avoisinantes ».

Richard Connor pointe ainsi la possibilité de « procéder à un développement urbain durable », notamment en multipliant les zones vertes, les murs et toitures végétalisées, ou les bassins de rétention. Une problématique d’autant plus d’actualité que fin août 2017, un rapport de l’organisme CDP analysant les bases de données de 569 villes et 1432 entreprises mondiales, estimait que 20 % de la population mondiale (soit 1,2 milliards de personnes) sont en proie à des risques liés à l’eau dans les milieux urbains. D’après cette étude, 196 villes internationales font actuellement face à des enjeux importants liés à l’eau, « tels que les inondations ou les pénuries. » En effet, 59 % d’entre elles sont victimes du stress hydrique accru et de la raréfaction de l’eau. 76 % sont confrontées à des risques élevés d’inondations.

« Mais ces solutions vertes ne peuvent pas toujours remplacer les infrastructures grises », remarque Richard Connor. « Il n’est pas toujours nécessaire de choisir entre les deux, d’où l’intérêt de trouver un bon équilibre entre infrastructures vertes et infrastructures grises ». Un travail de réflexion à mener au cas par cas : « le meilleur équilibre gris/vert dans un cas A, ne le sera pas forcément dans un cas B », conclut-il.
Photo : Mur végétalisé à Paris / Pixabay
Tous nos articles à partir de 8,99 €
JE M'ABONNE
S'identifier
S'inscrire
S'abonner
S'abonner
S'abonner
S'abonner
Les interviews Pollutec 2018 :
Fraikin s'adapte aux secteurs du BTP et de l'environnement
Voir toutes nos interviews Pollutec 2018
En partenariat avec
À lire également
Gestion de l'eau et risques d'inondations : lancement d'une consultation publique
A partir de ce vendredi 2 novembre, le comité de bassin Seine-Normandie et le ministère de la transition écologique et solidaire, lancent une consultation nationale afin d'identifier les défis liés à la gestion de l'eau et aux risques d'inondation.
[Dossier] L’Irstea peaufine les techniques
[Dossier] L’Irstea peaufine les techniques
À Grenoble, les chercheurs de l’unité écosystèmes et sociétés en montagne travaillent à l’amélioration des techniques de génie végétal pour la protection des berges de rivières soumises à de fortes contraintes, notamment dans les Alpes mais aussi en outre-mer.
La seconde phase des assises de l’eau va s’attaquer au grand cycle
La seconde phase des assises de l’eau va s’attaquer au grand cycle
Ce vendredi 9 novembre, la seconde phase des assises de l’eau sera lancée.
[Tribune] Traitement des eaux : des solutions intelligentes pour un marché en transition
[Tribune] Traitement des eaux : des solutions intelligentes pour un marché en transition
Cette semaine, Wido Waelput et Riikka Timonen, respectivement senior vice-président et directrice du marketing chez Kemira Emea reviennent sur les défis à venir dans le secteur du traitement des eaux municipales et industrielles.
[Pollutec 2018] Démarreur progressif dédié aux applications de pompage
[Pollutec 2018] Démarreur progressif dédié aux applications de pompage
Le démarreur électronique SSW 900 a été spécialement développé par la R&D de WEG pour les moteurs de pompes d'eau potable et usée.
Mallette d’analyse portable pour désinfectants et pH
Mallette d’analyse portable pour désinfectants et pH
Swan a présenté à Pollutec la Chematest 30, une mallette facilement transportable – elle pèse 1,7 kg – contenant un photomètre, un chargeur USB et l’ensemble du matériel nécessaire à la réalisation du prélèvement et de l’analyse.
Tous les articles Eau
ACCÈS AU KIOSQUE
Événements
Energaia 2018
11 Décembre 2018
Energaia 2018
Assises Transition Energétique
22 Janvier 2019
Assises Transition Energétique
Le Carrefour de l’Eau
30 Janvier 2019
Le Carrefour de l’Eau
+ D'ÉVÉNEMENTS
Rubriques
Eau
Recyclage
Énergie
Territoires
Cleantech
Politiques
Pollutions
Biodiversité
Mobilité
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
BTP Magazine
BTP Rail
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Newsletters
Agenda
Abonnés
RGPD 2018
CGV (digital)
CGV (magazines)
CGV (pub)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.