Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines

EAU
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Des solutions fondées sur la nature, pour une meilleure gestion de l’eau au niveau mondial

Des solutions fondées sur la nature, pour une meilleure gestion de l’eau au niveau mondial
Par Eva Gomez, le 19 mars 2018.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
A l’occasion du huitième forum mondial de l’eau qui se déroule à Brasilia (Brésil) du 18 au 23 mars 2018, l’ONU publie son rapport sur la mise en valeur des ressources en eau : cette année, il est consacré aux solutions fondées sur la nature pour la gestion de l’eau. Selon les auteurs, il s’agit de trouver un équilibre entre infrastructures « grises » et « vertes ».

« Et si les barrages, les canaux d’irrigation et les usines de traitement des eaux n’étaient pas les seuls outils dans la gestion de l’eau ? », interroge l’ONU dans l’édition 2018 de son rapport mondial sur la mise en valeur des ressources en eau. Celui-ci est présenté ce lundi 19 mars au huitième forum mondial de l’eau à Brasilia, par la directrice générale de l’Unesco, Audrey Azoulay et le président de l’ONU-Eau Gilbert Houngbo. « Actuellement, 1 à 8 % des infrastructures de gestion de l’eau sont fondées sur la nature », explique Richard Connor, rédacteur en chef de ce rapport, d’après lequel le recours aux infrastructures « vertes » - en opposition aux infrastructures « grises » - reste marginal et est souvent perçu comme moins efficace. Il s’agit donc, selon Richard Connor, de « trouver la meilleure combinaison possible des deux types d’infrastructures, tant au niveau de l’efficacité, que des aspects écologique et économique ». Il estime que « la difficile mise à disposition d’évaluations claires sur les solutions fondées sur la nature, implique un manque de connaissance et de compréhension de ces solutions, pourtant indispensables pour réaliser les objectifs de développement durable (ODD) à l’horizon 2030 » (adoptés par les Nations Unies en 2015). Ces objectifs, en terme de santé humaine, de sécurité alimentaire et énergétique, de croissance économique durable, d’emplois et de protection des écosystèmes, sont donc réalisables selon ce rapport, « à condition que l’on change d’approche ». Le président de l’ONU-Eau, Gilbert Houngbo, explique que « ce rapport montre que le fait de travailler avec la nature, et non contre elle, améliorerait le capital naturel et soutiendrait une économie circulaire utilisant les ressources de manière efficace et compétitive ». Ainsi, il souligne que « les solutions fondées sur la nature peuvent à la fois s’avérer rentables et fournir des avantages sur le plan environnemental, social et économique ».

Ce rapport d’environ 130 pages établit donc un état des lieux des ressources mondiales en eau, de la demande, la disponibilité et la qualité des eaux, ainsi que des phénomènes extrêmes liés à l’eau et de l’état et du rôle des écosystèmes dans le cycle hydrologique. Puis les bénéfices des solutions fondées sur la nature sont détaillés, concernant la gestion de la disponibilité des ressources en eau, la gestion de la qualité de l’eau, mais aussi des risques liés à l’eau ainsi que pour le renforcement de l’approvisionnement à des fins de sécurité hydrique.

Une meilleure gestion des sols agricoles et des zones humides

L’ONU souligne plusieurs exemples de mise en place de solutions « vertes » à travers le monde : suite à de graves épisodes de sécheresse, une ONG met en place, dans l’état du Rajasthan (Inde), « des structures de collecte de l’eau et s’emploie à régénérer une partie des sols et des forêts de la région. Résultat : la couverture forestière s’accroît de plus de 30 %, le niveau des sources souterraines augmente de plusieurs mètres et la productivité des terres cultivables s’améliore ». Des solutions applicables au milieu agricole sont également mises en valeur dans ce rapport, comme le procédé nommé « système d’intensification du riz, mis en place à l’origine à Madagascar, et qui privilégie une restauration de la fonction hydrologique et écologique des sols plutôt que l’utilisation de variétés nouvelles de semences ou de produits chimiques ». Richard Connor insiste d’ailleurs sur la nécessite de changer les pratiques agricoles : « une terre mal labourée retient l’eau et empêche son infiltration, ce qui provoque des inondations en aval, mais aussi une perte de biodiversité dans les sols. » La lutte contre l’imperméabilité des sols apparaît comme un chantier prioritaire aux yeux du rédacteur en chef de ce rapport, qui rappelle au passage qu’« environ 66 % des zones humides naturelles ont été effacées par l’activité humaine ».

Des solutions pour la gestion de l’eau dans un contexte de développement urbain

Richard Connor attire également l’attention sur la nécessité de développer de nouvelles solutions de stockage de l’eau. Pour lui, les réservoirs « contiennent des risques d’évaporation de l’eau, et ils ne peuvent être construits que dans des lieux à la topographie adéquate ». Il fait donc valoir une solution verte, pour augmenter le stockage de l’eau et la sécurité d’approvisionnement : « la recharge des nappes souterraines, avec le développement des surfaces perméables, notamment dans les villes ». Il s’agit finalement de mimer le rôle des zones humides ou des sols de forêts, pour l’appliquer aux sols urbains. Et Richard Connor de souligner : « un sol sain retient plus d’eau, ce qui favorise les écosystèmes des sols ». L’ONU rappelle à ce propos l’exemple du projet baptisé « Sponge cities » [villes éponges], en Chine. « Celui-ci est destiné à améliorer l’approvisionnement en eau dans un contexte urbain : d’ici 2020, 16 villes pilotes verront le jour dans le pays. L’objectif est de recycler 70 % de l’eau de pluie grâce à une plus grande perméabilité des sols, à des dispositifs de collecte, de stockage et de purification de l’eau et à une réhabilitation des zones humides avoisinantes ».

Richard Connor pointe ainsi la possibilité de « procéder à un développement urbain durable », notamment en multipliant les zones vertes, les murs et toitures végétalisées, ou les bassins de rétention. Une problématique d’autant plus d’actualité que fin août 2017, un rapport de l’organisme CDP analysant les bases de données de 569 villes et 1432 entreprises mondiales, estimait que 20 % de la population mondiale (soit 1,2 milliards de personnes) sont en proie à des risques liés à l’eau dans les milieux urbains. D’après cette étude, 196 villes internationales font actuellement face à des enjeux importants liés à l’eau, « tels que les inondations ou les pénuries. » En effet, 59 % d’entre elles sont victimes du stress hydrique accru et de la raréfaction de l’eau. 76 % sont confrontées à des risques élevés d’inondations.

« Mais ces solutions vertes ne peuvent pas toujours remplacer les infrastructures grises », remarque Richard Connor. « Il n’est pas toujours nécessaire de choisir entre les deux, d’où l’intérêt de trouver un bon équilibre entre infrastructures vertes et infrastructures grises ». Un travail de réflexion à mener au cas par cas : « le meilleur équilibre gris/vert dans un cas A, ne le sera pas forcément dans un cas B », conclut-il.
Photo : Mur végétalisé à Paris / Pixabay
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Le bus amphibie se jette à l'eau
Dernier numéro
N° 1793
Sommaire
Découvrir
S'abonner
Les numéros
Actu réglementaire
Ordonnance n° 2022-43 du 20 janvier 2022 relative à l'organisation du réseau des chambres d'agriculture à l'échelle régionale Lire
Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2022-43 du 20 janvier 2022 relative à l'organisation du réseau des chambres d'agriculture à l'échelle régionale Lire
Décret du 17 janvier 2022 portant classement, parmi les sites du département des Alpes-de-Haute-Provence, du site de l'éperon de Lurs (commune de Lurs) Lire
Arrêté du 14 janvier 2022 modifiant l'arrêté du 26 décembre 2016 fixant les modalités d'application du complément de la part liée aux fonctions en application de l'article 7 du décret n° 2016-1869 du 26 décembre 2016 fixant le régime indemnitaire applicable aux corps techniques de la direction générale de l'aviation civile Lire
Décret n° 2022-33 du 14 janvier 2022 modifiant le décret n° 2016-1869 du 26 décembre 2016 fixant le régime indemnitaire applicable aux corps techniques de la direction générale de l'aviation civile Lire
Arrêté du 13 janvier 2022 modifiant l'arrêté du 10 décembre 2021 fixant un contingent exprimé en puissance et en jauge pour la réservation de capacités aux fins de délivrance de permis de mise en exploitation de navires de pêche au mois de décembre 2021 Lire
Arrêté du 10 janvier 2022 relatif à l'appel aux services d'élèves des écoles vétérinaires françaises remplissant les conditions prévues à l'article L. 241-6 pour lutter contre l'influenza aviaire hautement pathogène Lire
Décision du 6 janvier 2022 portant délégation de signature (direction générale des infrastructures, des transports et de la mer) Lire
Décision du 6 janvier 2022 portant délégation de signature Lire
Décret n° 2022-8 du 5 janvier 2022 relatif au résultat minimal de performance environnementale concernant l'installation d'un équipement de chauffage ou de production d'eau chaude sanitaire dans un bâtiment Lire
Décret n° 2022-2 du 4 janvier 2022 relatif aux situations permettant de déroger à l'interdiction d'acquisition par l'Etat de produits en plastique à usage unique Lire
Décret n° 2022-1 du 3 janvier 2022 fixant, en application du cinquième alinéa de l'article L. 130-9 du code de la route, la procédure d'expérimentation de la constatation des niveaux d'émissions sonores des véhicules en mouvement par des appareils de contrôle automatique fixes et mobiles et modifiant le code de la route Lire
Décret n° 2021-1942 du 31 décembre 2021 modifiant le décret n° 2013-611 du 10 juillet 2013 relatif à la réglementation applicable aux îles artificielles, aux installations, aux ouvrages et à leurs installations connexes sur le plateau continental et dans la zone économique exclusive et la zone de protection écologique ainsi qu'au tracé des câbles et pipelines sous-marins Lire
Décret n° 2021-1941 du 31 décembre 2021 relatif à la responsabilité élargie des producteurs pour les produits et les matériaux de construction du secteur du bâtiment Lire
Décret n° 2021-1906 du 30 décembre 2021 modifiant le décret n° 2020-1651 du 22 décembre 2020 relatif au label national « anti-gaspillage alimentaire » en application de l'article L. 541-15-6-1-1 du code de l'environnement Lire
Décret n° 2021-1905 du 30 décembre 2021 pris en application de l'ordonnance n° 2021-1325 du 13 octobre 2021 réformant l'évaluation des biotechnologies et simplifiant la procédure applicable aux utilisations confinées d'organismes génétiquement modifiés présentant un risque nul ou négligeable Lire
Décret n° 2021-1904 du 30 décembre 2021 portant diverses dispositions d'adaptation relatives à la responsabilité élargie des producteurs Lire
Décret n° 2021-1903 du 30 décembre 2021 pris pour l'application de l'ordonnance n° 2021-235 du 3 mars 2021 relative à la durabilité des bioénergies Lire
Décret n° 2021-1902 du 29 décembre 2021 relatif à la sécurité des ouvrages hydrauliques autorisés, déclarés ou concédés en application du code de l'environnement ou du code de l'énergie Lire
Arrêté du 28 décembre 2021 portant agrément d'un éco-organisme de la filière à responsabilité élargie des producteurs des contenus et contenants des produits chimiques pouvant présenter un risque significatif pour la santé et l'environnement mentionnés au 7° de l'article L. 541-10-1 du code de l'environnement Lire
À lire également
[Tribune] Urgence climatique : pourquoi nos réseaux doivent-ils être smart ?
[Tribune] Urgence climatique : pourquoi nos réseaux doivent-ils être smart ?
L’actualité est marquée depuis plusieurs mois par les défis posés par la révolution écologique et les solutions à apporter, notamment d’un point de vue technologique. Dans ce sens, la digitalisation des réseaux représente un levier de croissance pertinent. « Mais attention à ne pas tomber dans certains écueils, qui viseraient à simplifier les problématiques et les réponses à apporter », avertit Ronald Vrancken, directeur général de l’activité Environment du groupe Lacroix.
[Enquête] Eau potable : le traitement, priorité de la nouvelle directive
[Enquête] Eau potable : le traitement, priorité de la nouvelle directive
Impulsée par une initiative citoyenne européenne sur l’accès à l’eau pour tous, la nouvelle directive relative à la qualité des eaux destinées à la consommation humaine impose de nouvelles obligations. À moins de deux ans de sa transposition, les collectivités anticipent déjà son impact, plus ou moins sereinement en fonction de leur taille.
Le 23e Carrefour de l’eau est reporté en juin 2022
Le 23e Carrefour de l’eau est reporté en juin 2022
Face à la récente dégradation de la situation sanitaire, idealCO, organisateur du Carrefour de l’eau, décide de reporter la 23e édition. L'évènement aura lieu les 29 et 30 juin au parc des expositions de Rennes.
[Dossier/2] Eau de Paris à l’avant-garde avec son régime d’aides
[Dossier/2] Eau de Paris à l’avant-garde avec son régime d’aides
La régie d’eau potable parisienne est la seule collectivité à avoir fait notifier son régime d’aides sur les PSE par la Commission européenne en janvier 2020. Son dispositif s’adapte aux particularités locales des agriculteurs sur ses aires d’alimentation de captages les plus vulnérables.
Accord entre Ramus Industrie et la Société du canal de Provence pour le développement d’un clapet fusible
Accord entre Ramus Industrie et la Société du canal de Provence pour le développement d’un clapet fusible
Un contrat de licence a été signé entre Ramus Industrie et la Société du canal de Provence (SCP) afin de commercialiser un système de sécurité hydromécanique, mis au point par la SCP et destiné à évacuer un trop-plein d’eau.
Nouvelle directrice pour Nouveau Suez
Nouvelle directrice pour Nouveau Suez
Mardi 30 novembre, les actionnaires du consortium – Meridiam, Global Infrastructure Partners (GIP), associés au Groupe Caisse des Dépôts et CNP Assurances – ont annoncé la nomination de Sabrina Soussan, 52 ans, au poste de directrice générale du Nouveau Suez, né de l’OPA de Veolia.
Eau de Paris s’engage avec Est Ensemble et Grand Paris Sud
Eau de Paris s’engage avec Est Ensemble et Grand Paris Sud
Un partenariat a été noué entre Eau de Paris, et deux collectivités de la région parisienne : l’EPT Est Ensemble et la communauté d’agglomération Grand Paris Sud pour la fourniture d’eau potable.
Tous les articles EAU
En partenariat avec
Événements
RailTech Europe 2022
8 Mars 2022
Talents For The Planet
11 Mars 2022
AUTONOMY PARIS
16 Mars 2022
+ d'événements
Emploi
- Ingénieur chargé d'affaires hydraulique H/F
- Chauffeur TLE H/F
- Technicien(ne) de contrôle de réseau d'assainissement
- Ingénieur Qualité Développement F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.