EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
VIDÉOS
À la uneEAU

Le Sénat garde le caractère optionnel des compétences eau et assainissement pour les intercommunalités

Par A.B.. Publié le 17 avril 2018.
Le Sénat garde le caractère optionnel des compétences eau et assainissement pour les intercommunalités
Newsletters gratuites
Archiver cet article
Ce mardi 17 avril, le Sénat examine la proposition de loi relative à la mise en œuvre du transfert des compétences eau et assainissement aux communautés de communes. Un texte profondément remanié par rapport à la proposition de l’Assemblée nationale.
 
« Seul le texte du Sénat permet de répondre exactement aux attentes légitimes des communes concernées. Celles-ci ont besoin que le transfert de leurs compétences eau et assainissement aux intercommunalités soit rendu facultatif et que les conditions de ce transfert éventuel soient aménagées et assouplies », explique Philippe Bas, président de la commission des lois du Sénat. Sur la base du rapport de François Bonhomme, qu’elle a adopté le 11 avril, la commission des lois a élaboré son texte dans lequel les sénateurs confirment leur position sur le maintien de l’eau et l’assainissement parmi les compétences optionnelles des communautés de communes et d’agglomération. Le but : correspondre au texte qu’ils avaient déjà adopté à l’unanimité en 2017.
Pour rappel, ce transfert de compétences a été rendu obligatoire par la loi du 7 août 2015 portant nouvelle organisation territoriale de la République, dite loi Notre. Celle-ci fixait la date butoir au 1er janvier 2020. Selon les sénateurs, ce transfert « suscite de nombreuses critiques sur sa pertinence, en particulier dans les territoires ruraux et de montagne, en raison de ses implications techniques et financières ». Le 23 février 2017, ils avaient donc adopté à l’unanimité une proposition de loi pour le maintien des compétences eau et assainissement dans les compétences optionnelles des communautés de communes. Le 12 octobre 2017, les députés avaient refusé de débattre de ce texte et adopté, le 30 janvier 2018, une nouvelle proposition de loi relative à la mise en œuvre du transfert des compétences eau et assainissement aux communautés de communes.
 
Divergence
 
Ce texte maintient le caractère obligatoire du transfert de compétences en le différent possiblement jusqu’au 1er janvier 2026 si au moins 25 % des communes membres de l’intercommunalité représentant au moins 20 % de la population le souhaite. Il exclut du champ d’application les communautés d’agglomération, « dont certaines ont été créées dans des territoires ruraux », font remarquer les sénateurs. Et enfin, « parce que la gestion des eaux pluviales et du ruissellement dans les zones urbaines a été incluse dans la compétence assainissement des communautés de communes et d’agglomération », ajoutent-ils.

« Les solutions proposées par le Sénat et l’Assemblée nationale divergent : quand nous souhaitons faire confiance à l’intelligence territoriale et laisser aux élus locaux le soin de définir l’échelon territorial le plus pertinent pour l’exercice de ces compétences, l’Assemblée nationale propose un simple délai supplémentaire avant leur transfert aux intercommunalités, sans s’interroger sur la pertinence du niveau intercommunal », argumentent les sénateurs. Ils vont examiner, ce 17 avril, le texte préparé par leur commission des lois. Ensuite, retour à l’Assemblée…
© Pixabay
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
S'identifier
S'inscrire
Rejoignez-nous sur : LinkedIn, Youtube, Facebook et Twitter.
À lire également
GRAF lance EcoBloc Smart pour la rétention et l’infiltration
4 novembre 2022
GRAF lance EcoBloc Smart pour la rétention et l’infiltration Le leader sur le marché des eaux pluviales présente sa gamme de Saul à faible empreinte environnementale.
Avis des pros/2 | Le SIAEP Nord-Ouest Charente, un engagement au long cours sur le programme Re-Sources
30 août 2022
Avis des pros/2 | Le SIAEP Nord-Ouest Charente, un engagement au long cours sur le programme Re-Sources Depuis vingt ans, le Syndicat intercommunal d’alimentation en eau potable (SIAEP) Nord-Ouest Charente participe volontairement au programme régional de reconquête de la qualité des eaux potables, Re-Sources. Les actions préventives mises en œuvre concernant l’agriculture commencent à porter leur fruit sur la qualité de la ressource.
Endress+Hauser nomme son nouveau responsable des ventes monde
10 novembre 2022
Endress+Hauser nomme son nouveau responsable des ventes monde Avec le départ à la retraite de Nikolaus Krüger, Chief Sales Officer, Laurent Mulley prendra la tête des activités de ventes et de services du groupe au niveau mondial début janvier 2023. Agé de 54 ans, il exerçait jusque là les fonctions de directeur général France.
Tous les articles EAU
[Vidéo] 3 questions à Stéphanie Gay, directrice du Salon des maires et des collectivités locales
Dernier numéro
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Actu réglementaire
Le coup d'oeil
+
Newsletters gratuites
- Gratuites
- Différents thèmes au choix
- Spécialisées dans votre secteur

Nous contacter
✎ Proposer des sujets, communiquer sur nos supports ou besoin d'aide ?
Nous contacter
En partenariat avec
Événements
+ d'événements
Emploi
- TECHNICIEN.NE DE MAINTENANCE GAZ
- Responsable de Secteur H/F
- Ingénieur / Ingénieure environnement en industrie
- Préparateur Méthodes F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola