Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

EAU
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Nicoll s’engage dans l’économie circulaire

Partager :
Nicoll s’engage dans l’économie circulaire
Par A.B., le 21 octobre 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Eau
Nicoll (groupe Aliaxis), plasturgiste spécialisé dans la gestion de l’eau et de l’énergie dans le bâtiment, annonce s’engager pour l’économie circulaire en inscrivant sa démarche dans une charte qui s’articule autour de huit leviers d’action.
 
Engagé depuis plus de trente ans dans le recyclage de ses chutes de production de PVC, le plasturgiste Nicoll annonce aller plus loin que les 95 % de déchets plastiques déjà recyclés. « Aujourd’hui, Nicoll entend “agir toujours plus à la source” », explique l’entreprise, filiale du groupe Aliaxis, qui articule son action autour de huit leviers jugés « prioritaires ».
 
« L’économie circulaire est une opportunité formidable, à la fois de mettre en place de nouvelles technologies pour créer un cercle vertueux, de façon à proposer des produits plus respectueux de l’environnement, mais également de profiter de toute l’expertise des hommes et des femmes de l’entreprise pour mener ce projet à bien », souligne Benoît Hennaut, directeur général de Nicoll.

Développer l’écoconception
 
Premier objectif défini : le développement de l’écoconception des produits, un axe dans lequel Nicoll s’est lancé en 2013 avec la jeune pousse Labelia en codéveloppant un logiciel d’écoconception EC Nicoll afin de simplifier cette approche. « Chaque année, l’écoconception représente 15 % de notre chiffre d’affaires tandis que 20 collaborateurs R & D y sont directement impliqués », explique Nicoll.
 
Deuxième axe : la mise en œuvre de modes de production respecteux de l’environnement. Certifications Iso 14001, Iso 50001, HQE : « En dix ans, nous avons réduit nos consommations d’eau de 50 % et de fioul de 40 %. La quantité de déchets de production mise en décharge a, quant à elle, été réduite de 50 % en vingt ans », indique l’industriel.
 
Point trois : l’intégration de davantage de matières premières recyclées en interne dans la production. Ce taux de récupération s’élève aujourd’hui à 95 %, soit 2 300 tonnes par an. Un recyclage matière que Nicoll renforce avec le quatrième axe, qui prévoit de développer l’achat de plastiques recyclés, en passant de 500 tonnes par an actuellement à 2 500 tonnes en 2025, « soit l’équivalent de 10 % des approvisionnements », précise Nicoll. Et d’indiquer : « L’entreprise s’appuie pour cela sur un partenariat avec le groupe français Paprec, qui nous conseille et accompagne dans le développement de formulations spéciales permettant l’incorporation de matières premières issues du recyclage avec un haut niveau de qualité. »

Eviter l’obsolescence programmée
 
Cinquième axe : la généralisation de emballages écoresponsables, à 98 % recyclables et à 75 % issus du recyclage. Une action que vient renforcer le point six dans lequel, « Nicoll s’engage à développer les pièces de rechange pour “réparer plutôt que remplacer” ».
 
Pour les déchets non recyclés en interne, Nicoll s’engage en septièmement développer les points de collecte des déchets en soutenant « les initiatives des partenaires, distributeurs spécialisés dans la plasturgie ou généralistes, afin de mailler le territoire et d’atteindre 3 000 points de collecte chez les distributeurs, soit une couverture d’environ un tiers des points de vente en 2025 ».
 
Enfin, dernier engagement, la multiplication par cinq de la quantité de matières plastiques recyclées dans les produits en 2025, « l’équivalent de 2 500 tonnes, soit 25 % de la quantité totale des matières premières, avec un objectif, à terme, de 5000 tonnes de matière recyclée en interne et en externe », précise Nicoll.
 
© Nicoll
Retrouvez toute l'information "eau" dans Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
  [Vidéo] Ça m'énerve : la pollution visuelle

Dans ce second numéro d’Environnement TV, Agnès Breton s’attaque à la pollution visuelle.
+ de vidéos Environnement TV
À lire également
Picogen : de l’énergie renouvelable pour la gestion des réseaux d’eau potable
Picogen : de l’énergie renouvelable pour la gestion des réseaux d’eau potable
La solution Picogen se présente comme une véritable innovation dans la gestion des réseaux d’eau potable. Le principe : une fois le générateur à pico-turbine raccordé sur les conduites du réseau, celui-ci va pouvoir alimenter de manière complètement autonome, des équipements destinés à la collecte et à la transmission de données pour une gestion à distance et en temps réel.
Phytocontrol acquiert un laboratoire barcelonais
Le groupe Phytocontrol a annoncé l'acquisition du laboratoire barcelonais SPM Controler. Il s'agit de la première opération de croissance externe du groupe nîmois.
Altereo récompensé pour son offre de service HpO
Altereo récompensé pour son offre de service HpO
Le groupe d’ingénierie-conseil Altereo a reçu, ce 24 octobre, le Grand Prix national de l’ingénierie (GPNI), dans la catégorie Territoires et innovation pour son système d’intelligence artificielle HpO destiné à l’optimisation du renouvellement des réseaux d’eau potable.
L'Inra et l'IRD signent un premier partenariat
L'Institut national de la recherche agronomique (Inra) et l'Institut de recherche pour le développement (IRD) ont signé ce jeudi 10 octobre, une convention-cadre d'une durée de cinq ans.
Suez se renforce dans le numérique en prenant des parts dans Inflowmatix
Suez se renforce dans le numérique en prenant des parts dans Inflowmatix
Suez annonce, ce 7 octobre, la prise de participation minoritaire de Suez Ventures, le fonds de capital-risque du groupe, dans Inflowmatix, un essaimage de l’Imperial College London spécialisé dans la gestion et l’analyse des données de pression à haute fréquence pour les opérateurs d’eau.
Dispositif d’autoépuration des cours d’eau en test
Dispositif d’autoépuration des cours d’eau en test
L’Irstea et le Sagyrc testent sur le Ratier, un cours d'eau qui coule à Tassin-la-Demi-Lune, dans le Rhône, un dispositif d’autoépuration des eaux polluées par les débordements des réseaux d’assainissement.
Directive-cadre sur l’eau : la France fait profil bas
Directive-cadre sur l’eau : la France fait profil bas
Pas plus que les autres Etats-membres, la France n’a été en 2015 au rendez-vous de l’objectif de bonne qualité des masses d’eau, dont le manquement généralisé est acté par la Commission. Alors que se pose la question d’une éventuelle révision de la directive-cadre de 2000, Paris défend une position conservatrice.
Tous les articles EAU
En partenariat avec
Accès au kiosque
Événements
Solutrans
19 Novembre 2019
Solutrans
Transrail
26 Novembre 2019
Transrail
Paysalia
3 Décembre 2019
Paysalia
+ d'événements
Emploi
- Concepteur Vendeur (H/F)
- Responsable gestion des réseaux
- Ouvrier / Ouvrière paysagiste
- Ingénieur Conception Electronique Analogique F/H
+ d’offres
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.