EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
VIDÉOS
À la uneEAU

Les cours d’eau de montagne se révèlent de gros émetteurs de CO2

Par A.B.. Publié le 25 octobre 2019.
Les cours d’eau de montagne se révèlent de gros émetteurs de CO2
Newsletters gratuites
Archiver cet article
Poursuivant leurs travaux sur la vitesse des échanges gazeux entre les ruisseaux de montagne et l’atmosphère, des chercheurs de l’École polytechnique de Lausanne ont évalué la quantité de CO2 qu’ils rejettent, démontrant la nécessité de les inclure dans le cycle global du carbone.
 
En mars dernier, des chercheurs du Laboratoire de recherche en biofilms et écosystèmes fluviaux (SBER) et de la Faculté de l’environnement naturel, architectural et construit (Enac) de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) remettait en cause, dans une étude parue dans Nature Geosciences, l’approche standard qui servait jusqu’à présent à calculer la vitesse des échanges gazeux entre les ruisseaux de montagne et l’atmosphère. Ils concluaient à une vitesse en moyenne 100 fois plus élevée que dans les modèles élaborés par les cours d’eau de plaine.
 
Åsa Horgby, doctorante au Laboratoire de recherche en biofilms et écosystèmes fluviaux de l’EPFL, entourée d’une équipe internationale, publie dans la revue Nature Communications datée du 25 octobre une étude visant à évaluer leur taux d’émission de CO2 et donc leur rôle dans le cycle global du carbone. Selon les chercheurs, « alors qu’ils ne représentent que 5% de la surface de tous les cours d’eau de la planète, ces ruisseaux pourraient être responsables de 10 à 30 % des émissions de CO2 globales annuelles de tous les réseaux fluviaux ».

Aqua incognita
 
Pour cette deuxième étude, les scientifiques se sont basés sur des données recueillis dans des ruisseaux des principales montagnes du monde. Leurs caractéristiques hydrologiques et géomorphologiques ainsi que la quantité de carbone organique dans les sols sont des exemples de paramètres qu’ils ont inclus dans leur modèle. Ce dernier permet désormais de prédire la concentration de CO2, la vitesse des échanges gazeux des ruisseaux de montagne ainsi que la quantité de CO2 émise. « Nous savons depuis quelques années que les eaux douces émettent du CO2 dans le même ordre de grandeur que les océans en absorbent, mais on n’a jamais évalué précisément ce qu’il en était pour les innombrables cours d’eau qui drainent nos montagnes. Ils sont encore une aqua incognita », explique Tom Battin, auteur correspondant de l’étude et directeur du Laboratoire de recherche en biofilms et écosystèmes fluviaux (SBER). « D’autres études nous permettrons par exemple de mieux connaître la provenance de tout ce CO2 », avance-t-il.
 
Selon les chercheurs de l’EPFL, le CO2 émis pourrait être lié aux roches calcaires que traversent ces torrents. Mais des mesures dans les cours d’eau de montagne du monde entier restent nécessaires pour lever les nombreuses incertitudes qui substituent. « En outre, la surveillance à long terme des flux de carbone dans les ruisseaux de montagne est essentielle pour comprendre comment le changement climatique affecte leur biogéochimie », concluent-ils.
 
Vue des Alpes. © Nasa.GOV
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
S'identifier
S'inscrire
Rejoignez-nous sur : LinkedIn, Youtube, Facebook et Twitter.
À lire également
Marc-Antoine Blin, réélu à la présidence du STRPEPP avec un nouveau bureau
13 juillet 2022
Marc-Antoine Blin, réélu à la présidence du STRPEPP avec un nouveau bureau Le STRPEPP, qui réunit les fabricants de réseaux en polyéthylène et polypropylène pour l’adduction d’eau potable, le transport du gaz, l’irrigation, l’industrie, l’assainissement et les fourreaux de protection, a réélu le 7 juillet 2022 les membres du bureau pour une nouvelle mandature de trois ans.
L'agence de l’eau Artois-Picardie mobilise 27 millions d’euros pour faire face au risque sécheresse
29 juillet 2022
L'agence de l’eau Artois-Picardie mobilise 27 millions d’euros pour faire face au risque sécheresse Le gouvernement ayant rehaussé le plafond de dépenses des agences de l’eau de 100 millions d’euros, l’agence de l'eau Artois-Picardie a dégagé 18 millions d’euros supplémentaires pour l’année 2022.
Polieco irrigue des parcelles maraîchères
6 octobre 2022
Polieco irrigue des parcelles maraîchères C’est avec 11 kilomètres de tubes annelés que Polieco a réhabilité un réseau d’irrigation. Les enjeux : limiter les fuites et respecter ce site constitué d’étangs asséchés.
Tous les articles EAU
[Vidéo] 3 questions à Stéphanie Gay, directrice du Salon des maires et des collectivités locales
Dernier numéro
Hydroplus
Le magazine des professionnels de l’eau et de l’assainissement. (supplément d’EM)
Actu réglementaire
Le coup d'oeil
+
Newsletters gratuites
- Gratuites
- Différents thèmes au choix
- Spécialisées dans votre secteur

Nous contacter
✎ Proposer des sujets, communiquer sur nos supports ou besoin d'aide ?
Nous contacter
En partenariat avec
Événements
+ d'événements
Emploi
- Ouvrier viticole tractoriste H/F
- Responsable de Territoire H/F
- Technicien / Technicienne en environnement industriel
- Consultant junior en analyse financière, sociale et économique - Lyon F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola