Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

EAU
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Lutter contre les micropolluants, une mission collective

Partager :
Lutter contre les micropolluants, une mission collective
Par Véronica Velez, le 6 décembre 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Eau
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
L’évolution des stratégies visant à réduire à la source les rejets de micropolluants dans l’eau, et les perspectives de recherche et d’actions en la matière, étaient au menu de la 7e Conférence « Eau et santé », organisée par le Graie, à Lyon, en novembre dernier. Au cœur des débats : la pollution liée aux pratiques de soins.

Partenaire de l’événement, la métropole de Lyon a entrepris des actions pour protéger ses ressources, suivre les traces de micropolluants dans l’eau et participer aux projets de recherche et d’innovation sur ce sujet. Avec 250.000 m3 d’eau distribués par jour à ses 1,3 million d’habitants, la métropole réalise plus de 300.000 mesures par an pour un budget annuel de 700.000 euros. « Au global, la conformité bactériologique atteint 99,9 % et la conformité physico-chimique 100 %. Les résultats attestent de la qualité de notre système de production et de distribution, tout au long des 4.000 km de réseaux d’eau potable », explique Jean-Paul Colin, vice-président de la Métropole de Lyon et maire d’Albigny-sur-Saône (Rhône).

Par ailleurs, la métropole réalise chaque année une enquête de satisfaction auprès de 1.000 abonnés. La dernière a fait état d’un taux de satisfaction du service de 90 %. « Cela dit, a pointé l’élu, l’étude révèle que 13 % des usagers n’ont pas complètement confiance en l’eau du robinet et que 2 % sont soucieux de la pollution par micropolluants, et ceci, même pour l’eau en bouteille. »

Plus de 300.000 mesures par an

La Métropole a mis en place plusieurs dispositifs visant à protéger la qualité de la ressource principale et des ressources annexes, avec notamment des périmètres de protection associés à des servitudes qui interdisent certaines activités pouvant nuire au milieu naturel. Ainsi, autour de Crépieux-Charmy, par exemple, la zone de protection des captages couvre 63 km² (soit 1,3 fois la superficie de la ville de Lyon). Deux stations d’alerte sont également installées sur le Rhône, afin de détecter une pollution en temps réel. « Depuis 2013, la métropole mène un programme agricole avec 70 agriculteurs volontaires qui ont choisi d’améliorer leurs pratiques en réduisant l’usage des produits phytosanitaires et l’apport d’engrais, et en prenant en compte la biodiversité », poursuit Jean-Paul Colin.

La Métropole et son délégataire, Eau du Grand Lyon, partagent les mêmes objectifs : détecter la présence de micropolluants et partager l’état des connaissances. Ainsi, le contrat de délégation de service public, géré par Veolia, prévoit un suivi annuel de l’eau, avec 79 points de mesure, trois types d’essais analytiques, dont un test d’indicateur biologique. Les méthodes traditionnelles en laboratoire sont également utilisées pour la recherche de 47 polluants, tels que les antibiotiques ou les anti-inflammatoires. Les résultats obtenus montrent à chaque fois de très faibles traces de certains de ces composés. « La Métropole s’est engagée dans ce suivi et y consacre 80.000 euros par an, précise Jean-Paul Colin. Côté assainissement, un pilote permet de traiter une partie des eaux usées de la station d’épuration de Saint-Fons : il s’agit du dispositif Carboplus, qui sera évalué à l’issue de cette expérimentation. »

Les micropolluants, une question « compliquée »

Pour Laurent Roy, directeur de l’agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse, la question des micropolluants reste compliquée, « parce qu’on parle d’une multitude de molécules, d’origine très diverse et souvent très diffuses. Il est donc très difficile de connaître et de suivre la contamination par le milieu, à la fois pour déterminer les effets biologiques et sanitaires et les moyens d’actions ».

Dans son programme d’intervention lancé début 2019, la lutte contre les pollutions diffuses liées aux substances chimiques est l’un des principaux axes de l’agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse. « Plus largement, nous essayons d’en tenir compte dans le cadre de l’élaboration du nouveau schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux (Sdage) pour 2021 », a rappelé Laurent Roy. Le comité de bassin a pour cela constitué trois groupes sur les grandes thématiques qui lui paraissaient les plus importantes à approfondir, parmi lesquelles figure la pollution par les substances.

La connaissance, un sujet majeur

« Sur ces questions, le sujet majeur est celui de la connaissance. La sensibilisation du public, portée par l’observatoire du site pilote de Bellecombe, le Sipibel (1), est aussi un aspect à prendre en compte, car la science passe aussi par cette étape lorsqu’il s’agit de faire de la prévention », fait encore savoir le directeur de l’agence de l’eau RMC. Désormais, la pollution n’est plus seulement concentrée dans les hôpitaux, du fait du développement de pratiques ambulatoires : le curseur va alors de plus en plus se déplacer. « Pour cela, il est important d’avoir une approche plus diffuse, liée aux comportements individuels », rappelle le directeur. « Enfin, troisième point, a conclu Laurent Roy, il nous faut trouver les modes d’actions, ce sur quoi les financements de l’agence de l’eau peuvent être les plus efficaces. »


1. La 7e édition de la conférence "Eau et santé" s’appuie fortement sur la dynamique régionale engagée autour du site pilote de Bellecombe, Sipibel, sur les effluents hospitaliers et stations d’épuration, qui mobilise un collectif de scientifiques, de collectivités, un centre hospitalier et des partenaires, autour de la question des micropolluants dans l’eau liée aux activités de soin.
 
DR
  [Vidéo] La reprise : à quel prix ?
Alors que la France est entrée en début de semaine dans la phase 2 du déconfinement, l'écologie sera-t-elle la grande oubliée de la relance post-Covid ?
+ de vidéos Environnement TV
UN POINT SUR LA REPRISE AVEC...
Matteo Carando, directeur d’ERG France
Les entreprises et acteurs de l’environnement organisent, depuis mi-mai, la reprise de leurs activités. Environnement-magazine.fr propose aux professionnels de partager leur organisation, des réflexions sur l’impact du confinement et leur vision de l’après-crise. Aujourd’hui, nous donnons la parole à Matteo Carando, directeur d’ERG France.
Toutes les interviews
Actu réglementaire
Décret du 1er juillet 2020 portant nomination au comité des finances locales institué par l'article L. 1211-1 du code général des collectivités territoriales Lire
Arrêté du 29 juin 2020 portant nomination au sein du Conseil national d'évaluation des normes Lire
Arrêté du 30 juin 2020 portant nomination de la directrice du Fonds d'indemnisation des victimes de l'amiante Lire
Arrêté du 25 juin 2020 pris pour l'application, en 2020, de l'article L. 1614-4 du code général des collectivités territoriales Lire
Arrêté du 29 juin 2020 portant interdiction de mise sur le marché de bouteilles de gaz métalliques non rechargeables contenant de l'hélium Lire
Arrêté du 22 juin 2020 pris en application du décret n° 2019-799 du 26 juillet 2019 fixant les modalités d'indemnisation du référent déontologue et du référent en matière de recueil des signalements émis par les lanceurs d'alerte de l'Autorité de sûreté nucléaire Lire
À lire également
Les rencontres nationales de la gestion des eaux à la source auront lieu en octobre prochain
Les rencontres nationales de la gestion des eaux à la source auront lieu en octobre prochain
Les Rencontres nationales des acteurs de l'ANC laissent place en 2020 aux Rencontres nationales de la gestion des eaux à la source. Elles auront lieu les 13 et 14 octobre prochains au Parc des exposition de Dijon.
Crise sanitaire : les agences de l’eau augmentent le débit des aides
Crise sanitaire : les agences de l’eau augmentent le débit des aides
Pendant le confinement, les services de gestion de l’eau ont continué à distribuer l’eau potable et traiter les eaux usées. Mais nombre de chantiers du secteur ont été mis à l’arrêt, mettant à mal de nombreuses entreprises. Pour les soutenir, les agences de l’eau ont annoncé le déblocage en urgence d’aides.
Michel Jacquet, directeur commercial Sensus France
Michel Jacquet, directeur commercial Sensus France
La reprise s'organise depuis une semaine partout en France. Envieonnement-magazine.fr propose aux professionnels de partager leur organisation, des réflexions sur l'impact du confinement et leur vision de l'après-crise. Aujourd'hui, nous donnons la parole à Michel Jacquet, directeur commercial Sensus France.
Les résidus de pesticides retrouvés dans l'eau du robinet sont en majorité des perturbateurs endocriniens
Les résidus de pesticides retrouvés dans l'eau du robinet sont en majorité des perturbateurs endocriniens
Ce mercredi 17 juin, l'ONG Générations Futures, publie un rapport qui démontre que les résidus de pesticides trouvés dans l'eau du robinet sont majoritairement des perturbateurs endocriniens ou des agents cancérogènes mutagènes ou toxiques.
Crise sanitaire : l’agence de l’eau Seine-Normandie adopte des mesures d’urgence
Crise sanitaire : l’agence de l’eau Seine-Normandie adopte des mesures d’urgence
Le conseil d’administration de l’agence de l’eau Seine-Normandie, a adopté ce lundi 11 mai, des mesures d’urgence pour soutenir les acteurs de l’eau du bassin.
[Dossier] Eaux pluviales : MicroMegas compare systèmes centralisés et gestion à la source
[Dossier] Eaux pluviales : MicroMegas compare systèmes centralisés et gestion à la source
Piloté entre 2015 et 2019 par l’Insa de Lyon, le programme de recherche MicroMegas a comparé l’efficacité de systèmes à la source et centralisés sur l’abattement de micropolluants dans les rejets urbains de temps de pluie. Affichant les meilleures performances, les systèmes diffus, noues en tête, ont prouvé leur intérêt pour abattre les différentes familles de micropolluants.
Le secteur de l’eau et de l’assainissement organise la reprise des chantiers
Le secteur de l’eau et de l’assainissement organise la reprise des chantiers
Ce mardi 12 mai, la secrétaire d’Etat Emmanuelle Wargon, a réuni par téléphone les présidents de comité de bassin et le président du comité national de l’eau, au sujet de la reprise des chantiers d’eau et d’assainissement.
Tous les articles EAU
En partenariat avec
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
e-EUBCE
6 Juillet 2020
e-EUBCE
Salon de l’Association des Maires d’Ile-de-France
8 Juillet 2020
Salon de l’Association des Maires d’Ile-de-France
Solar PV World Expo 2020
16 Août 2020
Solar PV World Expo 2020
+ d'événements
Emploi
- Saur propose une Licence GASTE en Apprentissage
- Saur propose une Licence GASTE en Apprentissage
- Chargé / Chargée d'études environnement
- INGENIEUR TRAVAUX OUVRAGE SOUTERRAIN F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.