Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
Pollutec 2021
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Union sacrée pour la relance du secteur de l’eau

Union sacrée pour la relance du secteur de l’eau
Par A.B., le 17 juin 2020.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
L’Union des industries et entreprises de l’eau, la Fédération nationale des travaux publics et sa branche Les Canalisateurs s’unissent et proposent de faire des agences de l’eau le fer de lance de la relance dans le secteur de l’eau en France en les autorisant à avoir recours à l’emprunt.
 
Après l’interpellation du Premier ministre pour les présidents des comités de bassin, l’Union des industries et entreprises de l’eau (UIE), la Fédération nationale des travaux publics (FNTP) et sa branche Les Canalisateurs font des propositions pour que les agences de l’eau deviennent le moteur de la relance. « Nous disposons en France d’un système d’organisation du domaine de l’eau par bassins versants qui nous est envié et qui a inspiré de nombreux pays dans le monde. À l’heure de l’adaptation au changement climatique et de ses multiples défis, et plus encore dans la situation sanitaire que nous traversons avec ses impacts lourds de conséquences sur l’économie du secteur de l’eau, unissons nos forces pour faire des agences de l’eau le fer de la relance du secteur », martèlent Bruno Cavagné, président de la Fédération nationale des travaux publics (FNTP), Alain Grizaud, président des Canalisateurs, et Jean-Luc Ventura, président de l’Union des industries de l’eau (UIE).

Haro sur le plafond mordant
 
Et de constater : « Les agences de l’eau se voient actuellement privées de plus de 2 milliards d’euros de ressources financières avec l’instauration du “plafond mordant” et des multiples ponctions sur leur budget. Or, elles jouent un rôle moteur dans l’investissement des collectivités dans le secteur [de l’eau] afin de leur permettre d’entretenir et de renouveler leurs infrastructures, de s’engager vers une nécessaire résilience face au changement climatique et de participer à la transition écologique. » Rappelons que le plafond mordant fixe pour les agences de l’eau un niveau de redevances au-delà duquel les recettes tombent directement dans les caisses de l’État. Pour le XIe programme qui est en cours, ce palier est fixé à un peu plus de 2,1 milliards d’euros par an.
 
« L’effet de levier des aides des agences de l’eau est majeur pour soutenir la commande publique dans nos territoires : on estime qu’un million d’euros d’aides des agences de l’eau donne lieu à plus de 3 millions d’investissements », chiffrent les trois présidents. Un soutien qui, selon eux, « contribue également à réduire la fracture entre territoires urbains et ruraux, réalité qui ronge notre pays ».

Emprunter 5 milliards pour garder le cap
 
À ce déficit d’investissements, évalués dans le cadre des Assises de l’eau à 2 milliards d’euros par an, les trois responsables ajoutent les surcoûts engendrés par la crise liée au Covid-19 : élimination des boues stockées car interdites d’épandage, perte de productivité des chantiers liée à leur arrêt… « À la veille de l’été et des prochains épisodes de sécheresse et canicule que nous savons inéluctables, les collectivités perdront beaucoup de leur capacité financière du fait de la crise et il nous semble que les agences de l’eau doivent impérativement jouer leur rôle de soutien pour garder les objectifs environnementaux face au changement climatique qui reste, plus que jamais, d’actualité », constatent les industriels. Avec comme conclusion : « Il faut impérativement augmenter leurs ressources, afin de maintenir les objectifs fixés par les Assises de l’eau et répondre à la crise. »
 
En conséquence, les trois présidents proposent « d’autoriser les agences de l’eau à avoir recours à l’emprunt à hauteur de 5 milliards d’euros afin de cofinancer la mise à niveau des infrastructures dans la lutte contre le changement climatique », mais aussi de prendre « ensemble, une décision symbolique » : celle de supprimer le plafond mordant « afin de soutenir les investissements nécessaires à la transition écologique ». Alors que le président Emmanuel Macron a annoncé, ce dimanche 14 juin, vouloir « reconstruire une économie forte, écologique, souveraine et solidaire », les industriels de l’eau seront-ils entendus ?
 
© DR
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Contenu de marque
  Dis ENGIE, comment ça se recycle une éolienne ?
Contenu de marque
  Allison Transmission expose sur le salon Pollutec
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Edmée Cuisinier : « Le groupe Saur se donne un nouvel élan »
Edmée Cuisinier : « Le groupe Saur se donne un nouvel élan »
Acteur majeur du secteur de l'eau, le groupe Saur vient de procéder à l'émission d'obligations vertes à hauteur de 950 millions d'euros. L'occasion pour l'entreprise de donner un nouvel élan à sa politique RSE. Explications avec Edmée Cuisinier, directrice du développement durable du groupe.
[Enquête] Métiers : la filière de l’eau parie sur la formation
[Enquête] Métiers : la filière de l’eau parie sur la formation
La Filière française de l’eau a publié, en mars dernier, la première étude prospective du secteur sur l’emploi, les compétences et les formations à l’horizon 2025. En perspective, des embauches, des compétences qui se diversifient et un effort de formalisation de la formation professionnelle continue.
Nantes Métropole débourse plus de 31 millions d'euros pour une gestion durable de l'eau
Nantes Métropole débourse plus de 31 millions d'euros pour une gestion durable de l'eau
L'agence de l'eau Loire-Bretagne et Nantes Métropole collaborent pour la préservation et l'amélioration de la gestion de la ressource en eau au sein du territoire.
Le Sedif inaugure un nouvel équipement dans l’Ouest parisien
Le Sedif inaugure un nouvel équipement dans l’Ouest parisien
Une nouvelle station de pompage et deux réservoirs ont été entièrement reconstruits afin d'optimiser la production d'eau potable et de réduire les consommations énergétiques.
[Avis des pros/3] Accompagner la haute performance des réseaux de distribution
[Avis des pros/3] Accompagner la haute performance des réseaux de distribution
Lauréate du Grand Prix national de l’ingénierie Territoires et Innovation en 2019, HpO est une solution innovante d’Altereo pour la gestion du renouvellement des réseaux basée sur l’intelligence artificielle. Elle vise à rendre les réseaux publics de distribution d’eau plus efficaces, durables et résilients.
La Vendée anticipe un déficit en eau
La Vendée anticipe un déficit en eau
Pour répondre aux épisodes de sécheresse à répétition, Vendée Eau a confié au groupe Veolia la construction et l'exploitation, à compter de 2023, d'une nouvelle unité d'affinage des eaux usées.
[Avis des pros] Gestion numérique des réseaux : la transition est en cours
[Avis des pros] Gestion numérique des réseaux : la transition est en cours
La digitalisation des services d’eau et d’assainissement commence souvent par l’utilisation des systèmes d’information géographique. Mais pour révéler tout son potentiel en matière d’analyse et d’aide à l’exploitation des réseaux, de nouveaux outils sont nécessaires et les pratiques doivent encore évoluer.
Tous les articles EAU
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.