Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

EAU
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Seules 48% des rivières du bassin Rhône-Méditerrannée sont en bon état écologique

Partager :
Seules 48% des rivières du bassin Rhône-Méditerrannée sont en bon état écologique
Par E.G, le 3 juillet 2020
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Eau
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Dans le bassin Rhône-Méditerranée, 48% des rivières sont en bon état écologique. Le bassin Corse en compte quant à lui 91%.

Ce jeudi 2 juillet, l’agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse a publié son rapport sur l’état des eaux de ses bassins. Dans le bassin Corse, 91% des rivières sont en bon état écologique. C’est moins réjouissant dans le bassin Rhône-Méditerrannée, où moins de la moitié (48%) des rivières sont en bon état. 85% des nappes de ce même bassin sont néanmoins en bon état écologique.

L’agence de l’eau salue les efforts des collectivités et des acteurs économiques pour diminuer les pollutions, les prélèvements d’eau excessifs, les dégradations morphologiques et le cloisonnement des rivières. « Mais les aléas climatiques qui s’intensifient perturbent le fonctionnement naturel des cours d’eau, notamment leurs capacités d’épuration. Il y a urgence à moins polluer, moins prélever d’eau et redonner à nos rivières leurs fonctions vitales utiles à l’homme et à la biodiversité », souligne l’agence de l’eau dans un communiqué.

Des progrès mais des pollutions persistantes

Parmi les progrès relevés dans ce rapport, on trouve une division par 20 (en 28 ans) de la quantité de pollution organique à l’ammonium. Une division par 4 de la concentration en hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) est également constatée sur les dernières décennies, mais elle reste encore 15 fois supérieure aux normes de protection de l’environnement. Par ailleurs, le rapport souligne que la toxicité moyenne des substances pesticides a été divisée par deux entre 2008 et 2018, « principalement du fait du retrait progressif du marché des substances les plus toxiques », estime l’agence de l’eau. Cette amélioration a un impact positif sur la flore des cours d’eau, mais « l’amélioration de la qualité biologique reste cependant moins spectaculaire que celle enregistrée sur les paramètres physicochimiques car elle reste tributaire de la qualité des habitats, qui s’améliore beaucoup moins vite », est-il précisé. Enfin, le rapport a permis d’évaluer la présence de plus de 120 types de micropolluants – notamment de substances pharmaceutiques – qui impliquent une baisse de la reproduction des poissons, batraciens ou mammifères marins, ainsi qu’un développement des bactéries résistantes aux antibiotiques.

L’agence de l’eau rappelle également la mise en place en 2018, de mesures de bioaccumulation de certaines substances chimiques dans les gammares, petites crevettes d’eau douce. « Les premiers résultats mettent en évidence la présence de substances non mesurées directement dans l’eau, comme des métaux, des PCB, des dioxines ou encore des insecticides chlorés interdits d’utilisation depuis de nombreuses années (DDT, dieldrine, HCH, heptachlore) », indique le rapport. Des substances toxiques pour les organismes aquatiques mais également pour l’homme.

Pressions anthopiques

Par ailleurs, 33% des rivières des bassins Rhône-Méditerranée et Corse ont un « régime hydrologique altéré », s’inquiète l’agence de l’eau. C’est-à-dire qu’elles subissent des prélèvements d’eau excessifs et les sécheresses répétées. Il s’agit donc, selon l’agence de l’eau, d’activer des leviers d’économies d’eau en réparant les fuites dans les réseaux ou en modernisant les systèmes d’irrigation agricole. « 55% des rivières présentent une morphologie dégradée et 42% sont barrées par des seuils et des barrages qui empêchent la circulation des poissons mais aussi des sédiments utiles au bon fonctionnement de la rivière », souligne également le rapport.

Enfin, même si 85% des nappes du bassin Rhône-Méditerranée sont en bon état écologique, 36 sont en « état médiocre », dont 30 le sont à cause de concentrations en pesticides supérieures aux normes requises pour l’alimentation en eau potable. « En 2018, et ce près de 15 ans après leur interdiction, les triazines (herbicides) et leurs produits de dégradation sont encore régulièrement détectées dans les eaux souterraines à des concentrations supérieures aux normes. Le renouvellement des eaux souterraines étant un processus long, ces substances vont encore dégrader la ressource durant de nombreuses années », explique l’agence de l’eau. A noter que dans le bassin Rhône-Méditerranée, 269 captages sont considérés comme prioritaires, « car ils sont importants pour l’alimentation en eau potable mais dégradés par les pesticides ou les nitrates ».
La Sorgue à Fontaine du Vaucluse (Vaucluse) / Pixabay / DR
  [Vidéo] Le Covid, accélérateur de la transition écologique
+ de vidéos Environnement TV
Actu réglementaire
Arrêté du 21 juillet 2020 portant nomination du président et des membres du Conseil d'orientation pour la prévention des risques naturels majeurs Lire
Arrêté du 10 juillet 2020 fixant les taux de promotion dans certains corps spécifiques relevant de la direction générale de l'aviation civile du ministère de la transition écologique pour l'année 2020 Lire
Décision du 17 juillet 2020 portant délégation de signature (centre ministériel de valorisation des ressources humaines [CMVRH]) Lire
Les plus lus
À lire également
[Tribune] Lingettes dans les canalisations : cet effet pervers de la crise sanitaire qui menace nos réseaux d’eau
[Tribune] Lingettes dans les canalisations : cet effet pervers de la crise sanitaire qui menace nos réseaux d’eau
Le président directeur général Xylem France, Belgique, Luxembourg et Pays-Bas, Géraud de Saint Exupéry, revient sur le fléau des lingettes jetées dans les toilettes. Pendant la crise du Covid-19, ce geste dévastateur pour les réseaux a été décuplé.
Une plateforme digitale pour simplifier les analyses de l'eau
Une plateforme digitale pour simplifier les analyses de l'eau
BWT France, spécialiste du traitement de l’eau, vient de lancer Digikit, une plateforme de gestion en ligne des analyses d’eau. Un service digital qui permet aux installateurs, professionnels du bâtiment, exploitants et industriels de tous secteurs de garder en permanence un œil connecté sur la qualité de l’eau dans leurs installations.
Irrifrance mise sur les eaux usées et le soleil
Irrifrance mise sur les eaux usées et le soleil
Irrifrance, entreprise héraultaise spécialisée dans l’irrigation agricole, annonce le développement de nouveaux pivots capables, d’une part, de réutiliser les eaux usées traitées et, d’autre part, d’être alimentés par des panneaux solaires.
Karine Bonacina à la tête de la délégation de Montpellier de l’agence de l’eau RMC
Karine Bonacina à la tête de la délégation de Montpellier de l’agence de l’eau RMC
Karine Bonacina a pris, le 1er juin, la direction de la délégation territoriale de Montpellier de l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse.
L’UPGE et l’OIEau signent une convention-cadre
L’UPGE et l’OIEau signent une convention-cadre
L’Union des professionnels du génie écologique et l’Office international de l’eau ont signé, ce mardi 30 juin, une convention-cadre fixant les modalités de collaboration entre les deux structures dans les domaines de l’eau, du génie écologique, des milieux aquatiques, de la biodiversité et de l’économie circulaire.
Blubalance, une solution de traitement des eaux industrielles sans produits chimiques
Blubalance, une solution de traitement des eaux industrielles sans produits chimiques
Dès cet été, l'entreprise Integral Co. Water solutions va lancer des essais pilotes en France pour sa solution de traitement des eaux industrielles sans produits chimiques, blubalance.
Sensus fait évoluer sa solution de comptage
Sensus fait évoluer sa solution de comptage
Sensus, spécialisé dans le comptage de l’eau, annonce une évolution de sa solution H2Olmes, sa plateforme numérique destinée aux collectivités afin qu’elles collectent et exploitent les données de la relève de leurs compteurs.
Tous les articles EAU
Nos magazines
Accéder au kiosque
En partenariat avec
Événements
Solar PV World Expo 2020
16 Août 2020
EXPOBIOGAZ
2 Septembre 2020
20e Congrès international du recyclage automobile (IARC)
2 Septembre 2020
+ d'événements
Emploi
- Ordonnanceur(se) Soirée H/F
- Responsable Ressources Humaines H/F
- Ouvrier / Ouvrière d'entretien des espaces verts
- Responsable d’Unité Administrative F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.