Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] Plan de relance de l’Eau : peut-on vraiment se réjouir ?

[Tribune] Plan de relance de l’Eau : peut-on vraiment se réjouir ?
Géraud de Saint-Exupéry
Par Géraud de Saint-Exupéry, Président Directeur Général Xylem France, le 7 décembre 2020.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Géraud de Saint-Exupéry, PDG de Xylem France, salue les plans d’investissement prévus par les Assises de l’Eau et France Relance, mais s’inquiète de ne pas percevoir les effets de ces investissements sur le terrain. Il appelle les collectivités et les acteurs de l’eau à coopérer pour contribuer à la relance du secteur. 

En réponse à la pandémie de Covid-19, et à la crise économique qui en découle, le Gouvernement français a lancé début septembre France Relance, vaste plan de relance et de reconstruction, pour « reprendre notre  destin en main et construire la France de 2030 ». À la clé ? 100 milliards d’euros, dont 40 milliards issus de  financements de l’Union européenne, injectés dans l’économie et devant, par là-même, contribuer à « accélérer  la conversion écologique de notre tissu productif »

Des aides fléchées en 3 catégories (écologie/cohésion/compétitivité), et une centaine de mesures, couvrant  des problématiques variées.  
Dans le volet écologie-biodiversité, 220 millions d’euros seront ainsi affectés vers l’eau pour « sécuriser les infrastructures de distribution d’eau potable, d’assainissement et de gestion des eaux pluviales en métropole et  dans les outre-mer »

Une somme conséquente, qui démontre l’appui du Gouvernement à notre filière, mais est-ce suffisant  pour se réjouir ? 

L’annonce de ce plan s’inscrit dans la continuité des engagements pris par les pouvoirs publics lors des Assises de l’Eau, pour relancer les investissements dans ce secteur. Rappelons qu’en France aujourd’hui, le rendement  moyen du réseau d’eau potable est de 79,6%, c’est-à-dire qu’en raison de la vétusté du réseau, 1 litre d’eau  potable sur 5 en moyenne se perd quelque part dans les 850.000 kilomètres de nos réseaux d’eau et  n’arrive jamais jusqu’au robinet de l’usager ! 

C’est pour résoudre ce non-sens économique et environnemental que la 1ère séquence des Assises de l’Eau, en 2018, prévoyait déjà 41 milliards d’euros d’investissement sur la période 2019-2024 pour « réduire les fuites d’eau et améliorer la gestion des réseaux, tout en assurant une distribution d’eau de qualité en France »

On pourrait donc a priori se réjouir de voir cette volonté d’investissement confirmée, et même renforcée, par le plan de relance. D’autant plus que ces aides apporteraient par ailleurs un soutien essentiel à la filière des Travaux Publics et du Bâtiment, très fortement impactée par la crise actuelle. 

Mais force est de constater que, sur le terrain, les projets de rénovation des réseaux restent timides, avec plus  de 30% de baisse des appels d’offres publics depuis le début de l’année. Et les indicateurs actuellement  disponibles rendent les acteurs de la filière assez pessimistes sur la perspective d’une reprise rapide, si l’on écarte le sursaut de la rentrée de septembre, pour beaucoup davantage lié à un effet de rattrapage des chantiers non effectués pendant le confinement, qu’à une véritable dynamique de reprise. 

Dans ce contexte de forte incertitude, nous avons donc plus que jamais une carte à jouer, nous, les acteurs de l’eau (fournisseurs de technologies, canalisateurs, entreprises des TP…) pour convaincre les collectivités  sur tout le territoire national d’engager, en s’appuyant sur ce plan de relance, des projets ambitieux de rénovation  de leurs réseaux d’eau.  

Des projets qui devront être pensés dans leur ensemble, de la prévention à la réparation, et notamment un meilleur diagnostic des réseaux existants afin de s’assurer que les kilomètres qui seront remplacés répondent bien aux deux enjeux clés de ce plan : participer à la relance économique du secteur, tout en augmentant de manière significative le rendement et donc la performance environnementale des réseaux d’eau en France. 
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] La chaleur perdue retrouve une seconde utilité
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Surfrider développe le premier réseau d'ambassadeurs européens du monde maritime
Surfrider développe le premier réseau d'ambassadeurs européens du monde maritime
Les jeunes de 20 à 27 ans sont invités à participer au recrutement lancé par le ministère de la Mer et Surfrider Foundation Europe du 1er au 30 septembre 2021. Au total, 120 ambassadeurs européens seront sélectionnés pour créer une vision durable du monde maritime.
L’imagerie satellite pour prévenir les proliférations de cyanobactéries
L’imagerie satellite pour prévenir les proliférations de cyanobactéries
Avec le réchauffement climatique, les phénomènes de prolifération de cyanobactéries, appelés efflorescences, tendent à se multiplier. Cette contamination de l’eau est susceptible de dégrader la qualité de la ressource, avec des conséquences pour la production d’eau potable mais aussi la baignade, la pêche et l’agriculture.
Le Sedif anticipe les besoins en eau à Paris-Saclay
Le Sedif anticipe les besoins en eau à Paris-Saclay
D’ici 2030, les demandes en eau seront multipliées par trois sur le plateau de Saclay (Essonne). Le Sedif anticipe la croissance des besoins et investit 50 millions d’euros pour renforcer ses capacités d’approvisionnement.
Eau potable : action anticalcaire à la GPS&O
Eau potable : action anticalcaire à la GPS&O
La communauté urbaine Grand-Paris-Seine-et-Oise poursuit son programme de décarbonatation de l’eau du robinet. La collectivité choisit d’investir dans ses usines de potabilisation pour livrer aux habitants une eau plus douce, source d’économies.
Assainissement : bien choisir sa pompe de relevage grâce au numérique
Assainissement : bien choisir sa pompe de relevage grâce au numérique
Désormais positionné sur le marché des pompes tous usages, SFA propose, depuis mars dernier, des solutions numériques destinées aux professionnels du bâtiment pour les aider à concevoir leur projet.
Un kit d’analyse instantanée de bactéries et d’aide à la décision pour les agents d’exploitation
Un kit d’analyse instantanée de bactéries et d’aide à la décision pour les agents d’exploitation
GL Biocontrol, fabricant français de kits d’analyse rapide de bactéries par ATP-métrie, propose aux régies des eaux et délégataires de services une solution clés en main : DENDRIDIAG®SW. Doté d’une nouvelle application d’aide à la décision pour les opérateurs, ce kit 2 en 1 leur permet de décider et d’agir sur le terrain.
Un bassin d’orage autonettoyant à Rodez
Un bassin d’orage autonettoyant à Rodez
La ville de Rodez, dans l’Aveyron, est dotée d’un réseau unitaire traversant le centre-ville. Pour faire face à l’engorgement des réseaux par temps de pluie, l’agglomération a fait construire plusieurs bassins d’orage.
Tous les articles EAU
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.