EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
VIDÉOS
À la uneEAU

L’agence de l’eau Rhin-Meuse se mobilise face à la sécheresse

Par La rédaction. Publié le 27 octobre 2022.
L’agence de l’eau Rhin-Meuse se mobilise face à la sécheresse
NEWSLETTERS
Archiver cet article
Revisitant les modalités d’aides du 11e programme d’intervention, le conseil d’administration a mis en place une série de mesures destinée à sécuriser l’approvisionnement en eau potable et la sobriété de ces usages pour un montant de 30 millions d’euros.
 
Les huit premières opérations bénéficiant des dispositions du plan sécheresse ont ainsi été votées en octobre, avec un bonus de 1,5 million d’euros. Le plan compte 18 mesures dotées d’un budget de 30 millions d’euros mobilisés spécifiquement jusqu’à fin 2023. Parmi les mesures d’aides prioritaires, l’agence de l’eau Rhin-Meuse propose des taux d’aides bonifiés; l’ouverture de nouveaux champs d’éligibilité; l’élargissement des assiettes subventionnables avec abandon de certains plafonds; et l’élargissement des bénéficiaires éligibles.

Des aides ciblées en fonction des besoins
A l’attention des collectivités vulnérables, l’agence renforce ses dispositifs en proposant un taux unique (80%) pour les études, et des aides diverses pour les travaux, l’amélioration des réseaux ou encore la pose de compteurs. Pour l’ensemble des collectivités, les mesures ont pour objectif entre autres de raccorder des hameaux isolés, de développer des techniques de réutilisation et d’économie de la ressource.
 
Explorer de nouvelles pratiques
Quant aux industriels et aux agriculteurs, une série de dispositifs vise à financer des ouvrages d’épuration non prioritaires et des études afin d’épargner des cours d’eau en assec. Un soutien pour la rétention d’eaux pluviales de faible capacité destiné à l’abreuvement du bétail, des mesures agro-environnementales et des projets pour favoriser les évolutions des pratiques (agroforesterie, semences herbagères plus résilientes et/ou plus sobres en eau, cultures favorisant la matière organique des sols) figurent également parmi les propositions destinées au secteur agricole.

Quatre étiages sévères en cinq ans
«Au cours de cet été 2022, le bassin Rhin-Meuse a fait l’objet de toutes les attentions au même titre que le bassin méditerranéen. Ces phénomènes ne sont malheureusement pas le fait d’une seule année. Ils sont désormais récurrents. Sur les cinq dernières années, quatre forment les étiages les plus sévères mesurés depuis 1982! Les nappes connaissent un déficit de recharge depuis près d’un an», analyse Marc Hoeltzel, directeur général de l’agence de l’eau Rhin-Meuse.
 
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
S'identifier
S'inscrire
Rejoignez-nous sur : LinkedIn, Youtube, Facebook et Twitter.
À lire également
18 octobre 2022
Prévention des inondations : l’EPTB Grands Lacs initie le projet pilote de la Bassée Lancés le 13 octobre, les travaux sur le site de la Bassée, en Seine-et-Marne, ont pour objectif d’augmenter la capacité de rétention des eaux lors des crues en région parisienne. Ce projet pilote augure une capacité de stockage de 55 millions de m3 avec la construction de 9 retenues d’eau au total.
Prévention des inondations : l’EPTB Grands Lacs initie le projet pilote de la Bassée
14 novembre 2022
Serre-Ponçon: le barrage qui a domestiqué la Durance Irrigation, eau potable, tourisme, production d’électricité: de nombreux aménagements ont permis de tirer parti des cours d’eau dans les Hautes-Alpes et de domestiquer des torrents impétueux. Ces infrastructures ont assuré leur mission de stockage d’eau, mais la sécheresse a néanmoins imposé des restrictions aux agriculteurs. Reportage.
Serre-Ponçon: le barrage qui a domestiqué la Durance
9 septembre 2022
L’EPTB Seine Grands Lacs, soutien d’étiage Face au déficit hydrique du printemps et de l’été 2022, les quatre grands lacs ont joué pleinement leur rôle et ont permis de maintenir le niveau de la Seine et de ses affluents. Au 23 août, 500 millions m3 d’eau étaient encore disponibles pour poursuivre les restitutions tout au long de l’automne.
L’EPTB Seine Grands Lacs, soutien d’étiage
Tous les articles EAU
VIDÉO
Quel avenir pour nos déchets nucléaires ?
Toutes les vidéos
Dernier numéro
Hydroplus
Le magazine des professionnels de l’eau et de l’assainissement. (supplément d’EM)
Actu réglementaire
Le coup d'oeil
+
Newsletters gratuites
- Gratuites
- Différents thèmes au choix
- Spécialisées dans votre secteur

Nous contacter
✎ Proposer des sujets, communiquer sur nos supports ou besoin d'aide ?
Nous contacter
En partenariat avec
Événements
+ d'événements
Emploi
- Responsable de contrat déchets sur site client H/F
- Opérateur Gestion des Réseaux H/F
- Chargé / Chargée de mission développement durable et RSE
- Chef de projet qualité F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola