EMPLOI
Construction Cayola
CONTACTS
INFORMATIONS IMPORTANTES
S'ABONNER
SE CONNECTER
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
EMPLOI-FORMATION
À la une \ EAU

Tribune | « Fuites d’eau : la stratégie du pansement ne suffit plus ! »

Par Yann Ezan, responsable de l'activité analyse structurelle et évaluation des réseaux. Publié le 18 décembre 2023.
Tribune | « Fuites d’eau : la stratégie du pansement ne suffit plus ! »
Yann Ezan / Crédit : Xylem
NEWSLETTERS
Archiver cet article
PUBLICITÉ
Yann Ezan, responsable de l’activité analyse structurelle et évaluation des réseaux chez Xylem France, appelle les collectivités à avoir une meilleure connaissance de leur réseau, pour éviter les  « stratégies du pansement ». L’enjeu est de réaliser les travaux nécessaires au bon moment : ni trop tard, une fois l’accident survenu, ni trop tôt, pour éviter les travaux inutiles.

On assiste depuis quelques mois à un réveil des consciences sur l’eau. Il faut dire qu’avec la multiplication des sècheresses et la menace grandissante de pénuries d’eau, il y a de quoi s’inquiéter. Qui plus est quand on sait que notre réseau d’eau est largement vieillissant, avec plus de 50% des réseaux installés avant les années 1970, et 1 litre sur 5 d’eau en moyenne perdu en raison de fuites.

Face à l’urgence, l’état et les collectivités se mobilisent. Les Assises de l’eau ont acté dès 2019 un plan de rénovation des réseaux d’eau de plus de 40 milliards d’euros, et le Plan Eau annoncé au Printemps prévoit en plus 180 millions d’euros d’aides d’urgence pour les communes qui perdent plus de 50% d’eau. Malgré tout, la tâche est colossale, et les chantiers vont devoir être étalés dans le temps. Mais comment savoir où sont les interventions prioritaires ? Et surtout, comment anticiper et prévenir les risques de ruptures futures, pour adopter une vision long terme de la gestion de nos réseaux d’eau ?

 Ni trop tôt, ni trop tard ... la rénovation des réseaux d’eau, c’est avant tout une question de timing

Une fuite d’eau n’est jamais une bonne nouvelle. Parce que c’est une perte en eau, et que nous devons préserver au mieux cette ressource, d’autant plus à l’heure où le changement climatique et l’augmentation de l’activité humaine la mettent sous pression, partout sur la planète.

Mais une fuite d’eau, c’est aussi, à l’échelle d’un réseau et à partir d’un certain débit, un risque sur les équipements environnants, qui peut aller jusqu’au scenario catastrophe en cas de rupture d’une canalisation structurante. Dans le même temps, réparer une fuite sur son réseau est toujours une opération délicate pour une collectivité. Parce que cela implique des travaux conséquents, les réseaux d’eau étant enterrés sous les voiries, souvent à proximité d’autres réseaux sensibles, comme le gaz ou l’électricité. Et parce que ces travaux, entre les gros budgets qu’ils mobilisent et les nuisances qu’ils occasionnent pour les usagers, ont rarement bonne presse.

L’enjeu principal réside pour les collectivités dans le pilotage aigu du bon timing : pas trop tard, pour éviter les accidents, mais pas trop tôt non plus, pour n’opérer les travaux que lorsqu’ils sont nécessaires.

Un exercice d’équilibriste qui implique de bien connaitre son réseau, et même de prédire l’avenir

Pour garantir ce bon timing, les collectivités doivent avoir une meilleure connaissance de leur réseau. Car la « stratégie du pansement », qui consiste à intervenir de manière localisée sur une fuite pour la réparer, montre vite ses limites.
Bien souvent d’ailleurs, les fuites sont les signes précurseurs d’une éventuelle défaillance mécanique à venir et d’une faiblesse plus profonde de la canalisation, et la réparer sans une analyse plus complète de son origine ne fait que déplacer le problème, et peut provoquer, à plus ou moins court terme, une autre fuite dans la même zone.

Si la fuite est la conséquence de la faiblesse du réseau, et non sa cause, alors, en réalisant un diagnostic plus complet de leurs canalisations, basé sur des données fiables, les régies, les autorités concédantes et leurs concessionnaires adoptent une véritable stratégie de gestion patrimoniale à long terme.

Et en s’appuyant sur les robots aujourd’hui disponibles pour identifier et qualifier les défauts (corrosion, ovalisation), et pour étudier le comportement structurel de chaque tronçon d’une conduite dans son environnement (mesure de la pression de service, contrôle de la conception, analyse d’ingénierie), elles peuvent également cibler et planifier les futurs travaux, et même prédire la durée de vie restante de leur patrimoine, afin de mieux gérer leur budget de travaux ou de renouvellement tout en limitant les nuisances pour les usagers.

Détecter les fuites est essentiel mais ne suffit plus. Pour mieux gérer notre réseau d’eau, les collectivités doivent réaliser des diagnostics structurels des réseaux. Objectif ? Passer d’une approche curative à une approche prédictive, pour adopter de véritables stratégies de gestion patrimoniale à long terme de nos réseaux, et ainsi permettre une gestion plus efficiente et plus durable de l’eau qui coule sous nos pieds.
 
Rejoignez-nous sur : LinkedIn, Youtube, Facebook et X.
À lire également
5 avril 2024
Krohne agrandit la famille Optibar Présent au Salon de l'analyse industrielle qui a lieu à Paris les 3 et 4 avril, le fabricant a sorti un tout nouveau calculateur pour le débit volumétrique et la mesure de chaleur des liquides et des gaz.
Krohne agrandit la famille Optibar
13 mars 2024
Dossier/3 | Le CNFPT compte sur la transition écologique pour rajeunir l’image de la fonction publique Deux axes majeurs mobilisent aujourd’hui le Centre national de la fonction publique territoriale : l’attractivité des métiers et la prise en compte de la transition écologique dans l’ensemble de son offre de formations.
Dossier/3 | Le CNFPT compte sur la transition écologique pour rajeunir l’image de la fonction publique
22 décembre 2023
Eau et redevances/ 4 | Un calendrier déjà remis en cause L'application des redevances de performance à partir de 2025 semble être difficile à mettre en œuvre, selon plusieurs acteurs.
Eau et redevances/ 4 | Un calendrier déjà remis en cause
Tous les articles EAU
L'agrivoltaïsme à l'épreuve du terrain
VIDÉO
L'agrivoltaïsme à l'épreuve du terrain
Toutes les vidéos
Dernier numéro
Hydroplus
Le magazine des professionnels de l’eau et de l’assainissement. (supplément d’EM)
Actu réglementaire
Le coup d'oeil
Newsletters gratuites
- Gratuites
- Différents thèmes au choix
- Spécialisées dans votre secteur

Nous contacter
✎ Proposer des sujets, communiquer sur nos supports ou besoin d'aide ?
Nous contacter
En partenariat avec
Événements
+ d'événements
Emploi
- Ouvrier / Ouvrière d'entretien des espaces verts
- Ingénieur Sûreté Nucléaire Défense F/H
- Ingénieur QHSE F/H
- Ingénieur Système d’Information H/F
+ d'offres
Information importante ▶
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola