Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Appel d'offres biomasse : onze nouveaux lauréats désignés

Appel d'offres biomasse : onze nouveaux lauréats désignés
Par E.G, le 28 février 2018.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Onze nouveaux projets d’installations de production d’électricité à partir de biomasse ont été désignés par le ministère de la transition écologique et solidaire. Ils seront financés dans le cadre de l’appel d’offres pour les installations biomasse énergie.

Les onze nouveaux projets lauréats, annoncés ce mercredi 28 février par le ministre de la transition écologique et solidaire Nicolas Hulot, représentent un volume de 52,9 MW. Il s’agit des résultats de la seconde période de l’appel d’offres pour les installations biomasse énergie, lancé en février 2016, pour un volume total de 180 MW. « Cet appel d’offres porte sur  un volume annuel de 50 MW de nouvelles installations "bois énergies" de plus de 300 kW et de 10 MW pour de nouvelles installations de méthanisation de plus de 500 kW », rappelle le ministère dans son communiqué.

Neuf projet bois-énergie et deux projets de méthanisation

-------------------- PUBLICITÉ --------------------
45 dossiers de candidature ont été reçus lors de cette seconde période, « pour une puissance cumulée de 176,8 MW ». Parmi les onze nouveaux projets désignés, neuf portent sur le volet bois-énergie, et deux sur le volet méthanisation. Les projets de bois-énergie de moins de 3 MW retenus sont :
- Le projet Perenia, au Clans (PACA), pour une puissance de 1,2 MW
- Le projet Neowat à Longueville-sur-Scie (Normandie), pour une puissance de 1,2 MW
- Le projet Combraille bois-énergie (Cobe) à La Souterraine (Nouvelle-Aquitaine), pour une puissance de 2,5 MW
- Le projet Biomasse 45 à Nogent-sur-Vernisson (Centre Val de Loire), pour une puissance de 1,18 MW
- Le projet Biomasse 31 à Gratens (Occitanie), pour une puissance de 1,18 MW
- Le projet Biomasse 18 à Lury-sur-Arnon (Centre Val de Loire), pour une puissance de 1,18 MW
- Le projet Campus SAG Sud Luberon à Villelaure (PACA), pour une puissance d’1 MW

Dans la catégorie des installations de bois-énergie de plus de 3 MW, deux projets ont été sélectionnés :
- Le projet Bio-Watt à Tarascon (PACA), pour une puissance de 25 MW
- Le projet Biotricity Maubourguet à Maubourguet (Occitanie), pour une puissance de 15, 98 MW

Enfin, deux projets d’installations de méthanisation ont été retenus :
- Le projet de méthanisation à la ferme de Goasmin, à Plusquellec en Bretagne, pour une puissance de 0,51 MW
- Le projet Medoc Energies 2 à Hourtin en Nouvelle-Aquitaine, pour une puissance de 0,79 MW.

Une troisième période ouverte de fin juin à fin août 2018

« Les installations des lauréats seront soutenues par un complément de rémunération garanti pendant 20 ans. Elles produiront de l’électricité renouvelable pour un volume total de 400 GWh par an et de la chaleur renouvelable à hauteur de 1 000 GWh par an », est-il précisé. Le tarif moyen, pondéré par la puissance de tous les lauréats est de 122,50 euros/MWh, soit un tarif égal au tarif moyen pondéré par la puissance des lauréats de la première période. Pour les seuls projets de bois-énergie, le tarif moyen est de 137 euros/MWh. Soit moins que lors de la tranche précédente dans la même catégorie (149 euros/MWh).

La troisième période de candidature sera ouverte du 29 juin au 31 août prochain.

Pixabay
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Un gaz alternatif à l'hexafluorure de soufre pour distribuer l’électricité
Un gaz alternatif à l'hexafluorure de soufre pour distribuer l’électricité
Hitachi ABB Power Grids et la Division Grid Solutions de GE Renewable Energy ont annoncé la conclusion d'un accord concernant l'utilisation d'un gaz alternatif à l'hexafluorure de soufre (SF6), pour réduire l'impact environnemental dans le secteur du transport de l’électricité.
Le parc éolien en mer de Saint-Brieuc entre en phase de construction
Le parc éolien en mer de Saint-Brieuc entre en phase de construction
Une nouvelle ère s’ouvre pour l’éolien offshore en France avec l'installation du parc éolien en mer en baie de Saint-Brieuc. Il subviendra à la consommation électrique annuelle d’un quart de la population bretonne.
La dorsale européenne de l’hydrogène s’étend à 40.000 Km
La dorsale européenne de l’hydrogène s’étend à 40.000 Km
Avec l’intégration de douze gestionnaires de réseau de transport de gaz, le groupement de la dorsale hydrogène prévoit l'installation en 2040 d’un réseau d’hydrogène de 39.700 km reliant 21 pays européens.
Boralex et Sun’Agri s’associent pour accélérer l’installation de l’agrivoltaïsme en Europe
Boralex et Sun’Agri s’associent pour accélérer l’installation de l’agrivoltaïsme en Europe
La société productrice d’énergies renouvelables Boralex et Sun’Agri, leader de l’agrivoltaïsme, s’allient pour accélérer le développement de la filière agrivoltaïque en France et en Europe.
Rénovation énergétique : le CLER-Réseau se retire des Rencontres digitales du réseau FAIRE
Rénovation énergétique : le CLER-Réseau se retire des Rencontres digitales du réseau FAIRE
Le CLER-Réseau pour la transition énergétique a décidé de ne pas participer aux Rencontres digitales du réseau FAIRE organisées ce mardi par l’Ademe. Objectif : alerter le gouvernement sur la nécessité d’engager un véritable dialogue sur l’accompagnement à la rénovation énergétique de l’habitat.
Île-de-France : un appel à projets pour développer la chaleur renouvelable
Île-de-France : un appel à projets pour développer la chaleur renouvelable
L’Agence de la transition écologique (Ademe) lance l’appel à projets « chaleur renouvelable ». Objectif : accroître la production des énergies renouvelables de chaleur.
[Tribune] Le CO2 est-il la molécule idéale pour stocker des énergies renouvelables ?
[Tribune] Le CO2 est-il la molécule idéale pour stocker des énergies renouvelables ?
Les émissions mondiales de CO2 ont augmenté de 67 % entre 1790 et 2018. Pour le meilleur et pour le pire. Aujourd’hui sa concentration est record malgré les solutions alternatives. Et si nous gardions le meilleur ? Le CO2, porte battante entre chimie et énergie, peut-il devenir une molécule idéale pour stocker des énergies renouvelables ? Elsje Alessandra Quadrelli, directrice de Recherche CNRS à l’institut de recherche sur la catalyse et l’environnement de Lyon (IRCELyon), évoque les possibilités de valorisation du CO2 et son atout dans la gestion et le stockage des énergies renouvelables.
Tous les articles ÉNERGIE
Inscrivez-vous aux Trophées de la Distribution de Matériels
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.